Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 09:36
Le Conseil Régional Midi-Pyrénées © Archives MaxPPP

Le parquet de Toulouse a ouvert une enquête préliminaire dans l'affaire des contrats entre la région Midi-Pyrénées et AWF, société d'un frère de Kader Arif. De son côté le Conseil régional Midi-Pyrénées réfute les accusations publiées ce mercredi dans Le Canard Enchaîné. 

Le parquet de Toulouse a ouvert une enquête préliminaire pour savoir si le Conseil Régional de Midi-Pyrénées a fait preuve de favoritisme dans l'attribution de marchés à AWF, une société détenue par un frère du secrétaire d'Etat aux anciens combattants, Kader Arif. L'affaire a été révélée ce mercredi matin par Le Canard Enchaîné : la région dément les accusations, l'opposition indique avoir déposé lundi dernier un signalement au procureur, ce qui a déclenché l'ouverture de l'enquête préliminaire, confiée à la police judiciaire de Toulouse. Lire la suite sur France 3 Midi Pyrénées
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 12:07

supermarche.jpgNouveau retournement de situation dans le dossier de l'ouverture de certains commerces dans la Haute-Garonne le dimanche. Le tribunal administratif de Toulouse vient de suspendre l'arrêté préfectoral interdisant l'ouverture des supermarchés alimentaires de plus de 400 m2. Depuis début octobre, un arrêté préfectoral interdisait le travail dominical en Haute-Garonne, dans certains commerces, après de nombreux rebondissements. Syndicats de patrons et de salariés étaient d'ailleurs d'accord sur la question. A priori, tout allait bien donc.

Mais la Fédération des entreprises du commerces et de la distribution, la FCD, n'en démordait pas. Elle a donc saisi en référé le tribunal administratif de Toulouse. Tribunal qui lui a donné raison et a décidé de suspendre l'arrêté préfectoral interdisant l'ouverture des supermarchés alimentaires de plus de 400 m2 le dimanche. Cette suspension est valable tant que la procédure sur le fond du problème n'a pas été réglée par la justice.

Les magasins concernés qui le souhaitent peuvent donc rouvrir dès ce week-end.

France3

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 11:48

Yoann RAULT-WITADepuis plusieurs mois, il est devenu récurrent d’entendre journalistes, politologues et autres analystes de la vie politique française rebattre les oreilles des électeurs avec celui qui serait en train de devenir l’arbitre des élections municipales à venir, le Front National. Qu’en est-il ?

D’un vote contestataire à un vote d’adhésion ?

Depuis l’arrivée de François Hollande au pouvoir, le PS s’embarque dans une fuite en avant sur les sujets de société. Cette stratégie n’est pas anodine et n’a qu’un seul objectif : dissimuler l’incompétence de ce Gouvernement à prendre à bras le corps les questions économiques et sociales.

D’avancées en reculades, de réformettes en reniements et refusant de regarder en face, la situation de la France sur des sujets fondamentaux comme la situation du régime des retraites, la montée de la délinquance ou encore l’asphyxie fiscale des entreprises et des particuliers, le PS nourrit l’exaspération populaire.

Le PS refuse aussi de regarder en face des thématiques sur lesquelles les Français attendent des réponses concrètes. C’est le cas de l’insécurité ou encore de l’immigration (inutile ici de revenir sur la mise à genoux du Président par une gamine de 15 ans en situation irrégulière).

Cette exaspération du peuple français se concrétise dans les urnes et dans les sondages par une progression du Front National : la responsabilité de la gauche est majeure mais souvenons-nous que le Front National n’a jamais été aussi bas que lorsque le Président de la République était…Nicolas Sarkozy !

La vraie question est de savoir si ce vote contestataire et réactionnaire pourrait devenir un vote d’adhésion : il suffit de voir la réaction des électeurs face aux propositions économiques du Front National pour comprendre qu’il n’en est rien.

D’un vote contestataire à un vote socialiste !

Par son discours démagogique et simpliste, le Front National attire ceux pour qui l’avenir est incertain et le quotidien douloureux. La volonté des électeurs du Front National toulousains est claire : en finir avec les années Cohen.

Pour être parfaitement honnête, notamment lors de visites en porte à porte, certaines personnes confient vouloir voter pour Serge Laroze et donc pour le FN parce que Pierre Cohen « laisse les camps illégaux se monter et se déplacer partout dans Toulouse », parce que Pierre Cohen « a installé un calvaire en matière de transport » ou encore, parce que Pierre Cohen « est idéologiquement contre la vidéo protection et laisse agir les délinquants ».

Que Messieurs Cujives et Briançon viennent avec moi sur le terrain s’ils doutent de ces propos !

Si, notamment sur les questions de sécurité, le bilan de Pierre Cohen est catastrophique, il est important de comprendre que voter FN revient à redonner un bail de 6 ans à Pierre Cohen et à la gauche. Je m’explique.

10% des suffrages exprimés et c’est la qualification pour le second tour. Si 10% des Toulousains votent pour le FN, Serge Laroze sera présent au second tour. Nous serions alors dans une situation de triangulaire (Moudenc-Cohen-Laroze) où Pierre Cohen gagnera de fait les élections.

Devant l’isoloir, la question est simple : moi qui suis déterminé à en finir avec le pouvoir socialiste toulousain, suis-je prêt à céder aux sirènes d’une Marine Le Pen et de ses coups de communication pour voter pour un candidat FN, candidat à une élection pour la 24ème fois (!), afin de faire réélire Pierre Cohen ? Qui oserait répondre oui à cette question…

Le candidat du néant !

Serge Laroze déclarait il y a quelques jours dans un hebdomadaire local qu’il n’avait pas besoin de faire campagne pour atteindre 10% des voix : quel manque de respect pour les Toulousains !

Pour l’avoir interrogé en tant que chroniqueur sur la web tv du Journal Toulousain, j’ai eu l’occasion de comprendre que cet homme d’appareil ne connaît rien des problématiques des Toulousains, ne connaît rien de leur quotidien et n’a rien à leur proposer, il est le candidat du néant et des effets d’annonces : nous en avons aujourd’hui confirmation !

Parce que voter FN, c’est voter Pierre Cohen,

Parce que le FN n’a jamais été en capacité de gérer sereinement une seule municipalité,

Parce que plus le FN est haut et plus le PS est satisfait,

Parce que Toulouse ne mérite pas d’avoir un conseiller municipal FN,

Électeurs toulousains, réfléchissez et agissez : l’avenir de Toulouse est entre vos mains !

 

Yoann Rault-Wita

Militant pour les valeurs de la Droite

Le Journal Toulousain

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 18:05

gregoire-carneiro-02.jpgLe 26 septembre dernier, le conseil municipal a émis un avis défavorable, 23 voix contre, 2 abstentions, contre la proposition communautaire du dossier de mise en compatibilité du Plan d’Occupation des Sols avec le projet du BUN. Grégoire Carneiro, maire de Castelginest, revient sur les motivations de cette décision. Interview.

Nous avons toujours été favorables à la création d’un boulevard urbain tant qu’il s’est inscrit dans la perspective d’une mise à niveau des équipements du Nord-Toulouse. Mais nous restons méfiants quant à une volonté de densification de logement, à mon sens basée sur une hypothèse de croissance démographique erronée.

C’est-à-dire ?

Le Grand Toulouse table sur 5 % d’augmentation de la population, or sur le secteur, on prévoit une hausse qui ne dépassera pas les 2 %. Nous ne voulons pas d’un boulevard pour faire uniquement de l’habitat. Qui plus est, le BUN a un coût, 150 M d’€. La communauté urbaine va demander aux promoteurs immobiliers d’y contribuer. Comment cela va se traduire ? Par des logements bâtis à la va-vite et en hauteur pour un maximum de rentabilité. Le BUN oui, mais pas avec des collectifs de plus de deux, voire trois étages. Je refuse que Castelginest ressemble à quelques Zones d’Aménagement Concerté (ZAC) qu’on retrouve d’ailleurs à Toulouse, et pas très loin d’ici…

Que comptez-vous faire alors ?

Tout d’abord, certaines remarques que nous avions formulées lors de l’Enquête ont été prises en compte, ainsi, aucune maison ne sera détruite. En revanche, d’autres ont été refusées dont deux importantes ; nous voulions récupérer un terrain communal de 2 ha dédié à l’origine à la création de logements, mais destiné par le Grand Toulouse à la création d’un parking, mais j’ai bon espoir d’une négociation intelligente. Nous avions aussi demandé à ce que les terrains concernés par le tracé ne soient pas tous bloqués afin que leurs propriétaires puissent continuer à en garder la maîtrise. Néanmoins, pour éviter qu’on nous impose cette densification liée au BUN, nous avons mis en place une ZAC de 50 ha d’intérêt communal, donc réservée. Nous coopérerons quand même avec le Grand Toulouse, si nos demandes sont entendues.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 16:59

brigitte barège 36C'est désormais officiel, Brigitte Barèges est candidate à sa réélection. Le maire UMP de Montauban l'a annoncé vendredi dans son nouveau siège de campagne. L'élue sortante souhaite briguer un troisième mandat avec comme objectif : renforcer la proximité. « Notre projet, c'est vous », tel est son slogan de campagne.


Montauban, 2e plus grande ville de Midi-Pyrénées après Toulouse avec ses 60 000 habitants, poursuit sa croissance démographique. Brigitte Barèges a déjà dévoilé un aspect de son programme : la sauvegarde des commerces du centre-ville, victimes selon elle de la crise.

 

Rappelons que les élections municipales auront lieu les 23 et 30 mars prochain, soit dans un peu moins de 6 mois. 

Radio Totem

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 11:05

thierry devilleLes chiffres du chômage sont un marronnier qui, à la fin de chaque mois, occupe, quelques heures durant, le devant de la scène, avant d’être bien vite oubliés et avalés par la déferlante médiatique.

 

Intrigué cependant, par la constance du chef de l’Etat, et de son gouvernement à nous promettre d’ici quatre mois -sacré challenge-, le renversement d’une courbe pourtant désespérément ascendante depuis deux ans, je me suis donc penché plus finement sur l’enquête mensuelle.

 

Des 3,28 millions de chômeurs (en catégorie A) annoncés, on arrive vite au nombre de 4,85 millions en rajoutant les catégories B et C et même 5,14 millions en additionnant les DOM bizarrement occultés dans les média. Le taux de chômage des jeunes de moins de 25 ans de l’ordre de 26%, quand il est de 7,5% en Allemagne !

 

Face à un tel drame, j’ai guetté dans les statistiques l’embellie annonciatrice du retournement. Et, au beau détour d’une page, on découvre que si 482.000 personnes sont sorties en juillet des statistiques, plus de la moitié l’ont été pour radiation ou cessation d’inscription, 30.000 sont entrées en formation… et moins de 20% ont réellement repris une activité. Mêmes proportions le mois précédent.

 

En réalité, le mois dernier, si près de 500.000 nouveaux demandeurs d’emploi se sont inscrits à Pôle Emploi, seuls 91.000 ont réellement retrouvé du travail, et malgré cela, par une série de petits miracles, le basculement semble à portée de main ! Ajoutez à cela un forcing auprès des préfets pour signer un maximum d’emplois aidés d’ici décembre, et le tour de force est en passe d’être réussi !

 

Le traitement social et administratif du chômage tel qu’il se déroule sous nos yeux, sert opportunément, à quelques mois des échéances électorales, ce maître de l’illusion qu’est le Président de la République. En revanche, aucune des causes structurelles du chômage n’est sérieusement prise à bras le corps. Machiavélisme ou impuissance ? Quoi qu’il en soit, cette situation est une bombe sociale à court terme.

 Thierry Deville

Avocat et conseiller régional

Le Journal Toulousain

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 10:26

Chaumette-Marie-Pierre.jpgLe 14 aout dernier le « Carrefour city » de l’avenue Jean Rieux était vandalisé pour la seconde fois en quelques mois. Une agression qui a fait réagir en voisine Marie-Pierre Chaumette, conseillère régionale et présidente départementale du MPF (Mouvement pour la France). Interview.

Quel est votre ressenti suite à cette nouvelle agression ?

Elle me touche particulièrement car elle a eu lieu dans un magasin que je fréquente assez souvent … Mon premier ressenti est donc la peur ! Cette attaque s’est portée autant contre les employés du magasin que contre les clients qui étaient présents. La violence et la peur touchent donc désormais tout le monde. J’ai le sentiment que toutes les enseignes et tous les quartiers de la ville sont touchés. Le danger est partout !

Avez-vous échangé avec les responsables de cette enseigne ?

J’ai en effet discuté avec le gérant du magasin qui est psychologiquement marqué. Il a même peur de perdre sa clientèle.

Il y a quelques semaines vous aviez tenu une conférence de presse sur le mode « Il faut remettre de l’ordre à Toulouse ! » ; cet événement conforte donc votre point de vue ?

L’actualité conforte en effet le constat que nous avions dressé avec Olivier Arsac de « Debout la République ». La situation se dégrade clairement dans notre ville et les bonnes décisions ne sont pas prises. Il y a quelques mois Manuel Valls instaurait deux ZSP (zones de sécurité prioritaires), or c’est toute la ville qui devrait être une ZSP. Mais il faut également agir au niveau municipal, engager une centaine de policiers municipaux en plus de l’effectif actuel, et mettre en place de la vidéosurveillance dans tous les quartiers.

La mairie prend-elle la mesure des récents événements ?

Je ne le pense pas. La preuve : cette frilosité incroyable et inadmissible à aborder le sujet de la vidéosurveillance. La sécurité est aujourd’hui une urgence.

Le Journal Toulousain

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 11:12

Spanghero-01.jpgSpanghero, l'entreprise de Castelnaudary (Aude) qui vient de reprendre le travail sous un nouveau nom (La Lauragaise), a enregistré ses premières
bonnes nouvelles commerciales depuis longtemps, avec les commandes passées par trois grandes enseignes. Soixante-dix magasins Intermarché, 40 Carrefour et 30 Leclerc vont référencer dans le Sud-Ouest une quinzaine de produits (saucisses, brochettes, steaks hachés et plats cuisinés) fabriqués par La Lauragaise, nouveau nom de la société au coeur du scandale de la viande de cheval.

"Lidl vient de nous laisser tomber. Aujourd'hui nous avons des réactions plus positives de la part de trois grandes enseignes, c'est encourageant. Cela va nous permettre de démarrer une deuxième chaîne de production, et de faire travailler 15 ou 18 salariés en plus", a dit Laurent Spanghero.

Une petite quarantaine de salariés sont retournés au travail mercredi dans une entreprise qui faisait travailler 360 CDI, intérimaires et sous-traitants avant
que Spanghero ne se retrouve désignée, mi-février, comme un acteur principal du scandale de la viande de cheval vendue pour du boeuf.
L'entreprise a vu s'éloigner un à un ses clients jusqu'à s'arrêter fin juin. Mise en liquidation judiciaire, elle a été reprise par Laurent Spanghero et deux partenaires.
Ils se sont engagés à sauvegarder 90 emplois pendant au moins deux ans. Laurent Spanghero avait fondé l'entreprise avec son frère Claude en 1970, avant que la famille ne la cède en 2009 à la coopérative basque Lur Berri.

France3

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
2 août 2013 5 02 /08 /août /2013 11:00

Laurent-Spanghero-01.jpgAvec la réouverture de l’usine, les premiers clients de l’entreprise Spanghero, tout juste rebaptisée « La Lauragaise Viandes et Plats Cuisinés », renouvellent leur confiance à la société de production de plats cuisinés et viandes piécées. En effet, les magasins de grande distribution Leclerc, Carrefour et Intermarché ont confirmé leurs commandes de produits sur les segments saucisserie, brochettes, steaks hachés et plats préparés. Pour Laurent Spanghero, il s’agit d’un réel soulagement car, comme il le confiait au Journal Toulousain le mois dernier, le travail des 90 employés et la sauvegarde de l’entreprise restaient tributaire du retour potentiel des anciens clients : « Il s’agit d’une hypothèque sur le futur ! » Les événements semblent donc tourner en sa faveur : « Nos carnets de commandes continuent de se remplir à un rythme très soutenu grâce, entre autres, à ces trois grandes enseignes. C’est une excellente nouvelle pour le lancement de nos nouveaux produits et la montée en puissance rapide de l’activité », explique Laurent Spanghero, confiant. Au total, 140 magasins proposeront à leurs clients des articles estampillés La Lauragaise.

Le Journal Toulousain

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 06:16

jean-paul-escudier-04.jpgL’avocat toulousain, Jean-Paul Escudier reçoit le prix « André Gastou » pour récompenser son dernier ouvrage « Poésies », paru aux Editions Ixcéa, lors de la séance solennelle de l’Académie du Languedoc. Le Journal Toulousain est allé à sa rencontre à Balma. Emu par cette reconnaissance, il obtient là le second prix de sa carrière littéraire puisque son premier livre, « Visages et traits de caractère » (Ed. Ixcéa) a déjà été lauréat du Prix spécial du jury du Cercle des Gourmets de Lettres.

 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article