Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 16:53

julie.jpgC’est en présence de Jean Luc Moudenc, Maire de Toulouse et de Brigitte Barèges, Maire de Montauban, que Julie Escudier a reçu la lourde cape bleu roi et la médaille des vignerons du Frontonnais. Le Vignoble du Frontonnais se trouve à mi-chemin entre Toulouse et Montauban. Il est à cheval sur la Haute Garonne et le Tarn et Garonne et s’étend sur 20 communes. Julie Escudier petite-fille de vigneron et arrière-petite-fille de l’ancien Maire de Fronton Adrien Escudier était tout indiquée pour être intronisée dans cette prestigieuse compagnie dont l’ancien président d’honneur est le compositeur de musique Michel Legrand. Elle a été présentée par le Maire de Fronton Hugo Cavagnac en qualité bien sûr de Frontonnaise « de souche » mais aussi en tant que Vice-Président de Toulouse-Métropole et en qualité de Maire-adjoint du triangle d’or de la ville de Toulouse. Cette cérémonie à laquelle a pu assister, sur l’Esplanade de Fronton, un public particulièrement fourni, a été l’occasion d’unir les deux grandes métropoles de Toulouse et de Montauban sur le thème du vignoble Frontonnais et de sa promotion. Jean-Luc Moudenc et Brigitte Barèges se sont tous deux réjouis de cette occasion qui leur était offerte par la Commanderie de faire la promotion d’un vin qu’ils veulent dans l’avenir amener au Fronton des Vins. Le Grand Maître de la Commanderie le Général Rougevin-Baville a fait prêter à Julie Escudier un serment de fidélité au Vin de Fronton, ce qu’elle a fait de bonne grâce en levant son verre avec un très large sourire. Le Maire de Fronton Hugo Cavagnac a clôturé la cérémonie en rappelant l’importance de la Commanderie dans la promotion du vin de Fronton et du Frontonnais.

Le Petit Journal du Pays Toulousain

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Fronton
commenter cet article
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 08:12

fronton-escagort.jpgIl fallait un brin de folie, et surtout l’envie de rigoler un bon coup pour lancer un tel projet. Après avoir fait déguster des insectes associés à des vins de l’appellation, Marc Mouisset, qui distille à profusion imagination et joie de vivre, vient de boucler l’organisation de son championnat du monde… de course d’escargots. L’événement est annoncé pour le 6 juillet, devant le «Comptoir», sur l’Esplanade Marc Aurèle où l’on espère qu’il ne pleuvra pas, ni qu’il fera trop chaud.

Avis donc aux amateurs auxquels il reste encore un peu de temps pour préparer leurs gastéropodes de compétition. Ou les trouver pour les retardataires. Le recrutement peut se faire dans son propre jardin, éventuellement dans celui du voisin, en tout cas jamais très loin de chez soi, un avantage appréciable dans le monde des grands sportifs. C’est ce qui s’appelle le circuit court ! Très en vogue. Et très adapté ce jour-là puisque le circuit, où s’affronteront les escargots fera… 42,195 cm de long. Placés dans de petits couloirs, ces monstres de puissance et de vitesse, décorés par leurs propriétaires, feront fumer le goudron pour tenter de battre le fameux record officiel : «soit 42,195 cm en exactement en 3 minutes et six secondes également», explique sérieusement Marc Mouisset. Gare aux enfants donc, qui devront rester dans les paddocks pour ne pas se faire écraser. Côté vitesse, une dérogation devrait être accordée prochainement car ne l’oublions, on est ici en plein centre-ville, et donc limité à 50 km/h…

Trois pistes

Mais les organisateurs ont bien calé l’événement. Les trois pistes sont actuellement en constructions. Elles sont réalisées par une entreprise locale, Biazzotto et fils, à qui a été confiée la lourde tâche de construire les circuits en bois ultra-sécurisés estampillés NF (Normes Frontonnaises).

Trois courses différentes sont annoncées. La première, inter-race, sera ouverte à tous les gastéropodes confondus qui seront décorés par leurs propriétaires. Avis aux commerçants qui veulent placarder leur enseigne sur les capots couvrant la puissance de la bête. La deuxième piste dite «cross», sera remplie de trous qu’il faudra éviter pour ne pas finir à l’aube. Enfin la troisième, dédiée aux enfants, permettra aux bambins de passer une bonne journée loin de leur WII ou de l’ordi de maman lorsque celle-ci est chez le coiffeur.

Cette manifestation a déjà des engagés, des particuliers, mais aussi par exemple, les sapeurs-pompiers qui présenteront leur poulain. «On a des demandes pour la course mais aussi pour la journée à laquelle s’associent la Confrérie des Fronton Trinqueurs le Domaine de Lescure AOP Fronton et l’escargot d’Oc, élevage d’escargots à Gragnague…», confie Marc Mouisset. Car ce samedi-là, on mangera aussi ces petites bêtes. My god ! Stoppez les grimaces, les sportives du jour seront épargnées, un escargot doit être mis à dégorger pour être savouré… Exit donc les bolides qui en revanche auront droit à leur cadeau : une belle salade verte. Quant au propriétaire vainqueur, il recevra une surprise, une bouteille de bulles, et qui sait, peut-être l’honneur, d’avoir battu le record de vitesse le plus lent du monde.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Fronton
commenter cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 05:50

fronton-vignobles.jpgLe vignoble de Fronton n’a pas été épargné par le violent orage qui s’est abattu mardi. De fortes pluies, 25 à 30 mm en moins de cinq minutes, un vent violent, mais aussi la grêle, ont provoqué de lourds dégâts épars décimant à plus de 50 % certains domaines alors que d’autres n’ont rien subi. La zone ouest de l’appellation a été la plus touchée. Dans le Tarn-et-Garonne, les domaines de Beulaygue (notre photo), Baudare, Laymajoux, Viguerie de Beulaygue ont ainsi perdu la moitié de leur récolte..au minimum. Des viticulteurs coopérateurs, le domaine Rigal, le château Bellevue la Forêt ont aussi été très touchés. C’est aussi le cas, dans une moindre mesure, des propriétés situées entre Fronton et Villaudric, comme au domaine Tissonnières, à la Colombière qui se situent sur la partie frontonnaise. «Certains qui ont de petites parcelles sur lesquelles est passé l’orage sont très mal. Une dizaine de vignerons particulièrement touchés se sont réunis pour faire les déclarations. Mais c’est aussi l’avenir qui est inquiétant. Car si le temps ne s’arrange pas, la situation dans les vignes risque de se compliquer. C’est une année comme on ne les aime pas car difficile. Maintenant, il va falloir cicatriser cela. Mais il faudra encore attendre quelques jours pour remettre les pieds dans les vignes tellement le sol est trempé !», a expliqué le vigneron Patrick Tissonnières. Une baisse de production est donc possible cette année et constitue déjà une perte financière pour certains. Les assurances protégeant des dégâts occasionnés par les orages sont onéreuses et peu nombreux y souscrivent. Le seul espoir reste maintenant le retour du soleil. Il sera salvateur pour un vignoble qui a souffert mais qui peut encore éviter le pire.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Fronton
commenter cet article
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 05:36

fronton-gymnase.jpgC’est une goutte d’eau dans la mer pour certains… et celle qui fait déborder le vase pour d’autres. Un trou. Un trou bête et méchant au gymnase du collège. Un trou, entre autres incivilités, qui a déclenché la colère du maire et, dans la foulée celle des parents d’élèves et professeurs… mais pas pour les mêmes raisons. Considérée par Marie-Hélène Champagnac, comme «la dégradation de trop», l’élue a décidé de fermer ce lieu public provoquant de vives réactions. «Maintenant ça suffit ! Déjà l’an passé nous avions dû investir 5 000 euros pour des incivilités à cet endroit, notamment dans les vestiaires, et ça continue. C’est aux parents d’élèves à éduquer leurs enfants, aux professeurs aussi de les surveiller. Ce gymnase est un lieu public et il n’est pas normal qu’on le détériore ainsi. C’est également un manque de respect aux agents municipaux et à tous les utilisateurs du gymnase. Nous avons déposé une plainte en gendarmerie. Le gymnase restera fermé !», a confié le maire très remonté sur la question. Ce que l’on peut comprendre quand on sait les factures de plus en plus salées dont doivent s’acquitter les communes confrontées à de tels actes stupides.

Mais ce choix n’est pas resté sans suite. Irritée, la FCPE de cet établissement a adressé un courrier au conseil général, à l’Inspecteur d’Académie, à la mairie et à la presse pour se plaindre de la situation. Jointe par téléphone, sa présidente, Suzanne Claverie a notamment expliqué que les parents d’élèves trouvaient cette décision «infondée, injuste et discriminatoire vis-à-vis des 700 élèves que compte le collège». Elle reproche également au maire «d’imputer toutes les dégradations aux collégiens alors qu’ils ne sont responsables que d’une seule. Le trou existait il a juste été agrandi ! Et les auteurs ont été identifiés et punis.» Certains professeurs n’apprécient pas non plus la décision municipale. «Cette situation est très contraignante surtout avec le temps qu’il fait en ce moment. Alors, c’est ballon et jeux de société pour nos élèves. Mais on espère désormais pouvoir rapidement se mettre autour d’une table et discuter», a confié Catherine Lamonzie, professeur d’EPS, au nom, dit-elle «de tous les enseignants de cette discipline au collège».

«Partenariat indispensable»

Contactée hier, l’Inspection d’Académie a fait savoir qu’«elle ne souhaitait pas commenter la décision du maire» espérant malgré tout que cette sanction «forte» serait «pédagogique», et d’expliquer : «Marie-Hélène Champagnac a fermé le gymnase mais l’ouvrira pour les activités UNSS et pour les épreuves du brevet. Mais il est évident qu’une solution doit être trouvée. Le partenariat entre les deux, ville et collège, est indispensable pour la scolarité des adolescents dont certains sont les enfants des administrés. Nous restons confiants…». À suivre…

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Fronton
commenter cet article
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 05:46

saveurs-et-senteurs-01.jpgLa grande fête des papilles, «Fonton, saveurs et senteurs», revient cette année pour fêter ses 25 ans. Ce grand rendez-vous très prisé des vacanciers et de tous les amateurs de vins et de produits du terroir reprend la formule gagnante des rencontres avec les vignerons et producteurs en plein cœur du village de Fronton.

Cette année en revanche, la manifestation est repoussée dans le temps. Elle se déroulera les 23, 24 et 25 août comme annoncé l'an dernier à l'issue d'un rendez-vous très marqué par les fortes chaleurs. «C'est étrange en ce moment d'évoquer la canicule mais nous avons tellement souffert les deux dernières années que nous avons pris cette décision. Nous nous sommes appuyés sur des statistiques météo. Et nous croisons les doigts !», explique Nicolas Garcia, directeur du syndicat des vignerons, à l'organisation.

En 2012, le public avait en effet boudé les allées dans l'après midi, fuyant la fournaise, pour se concentrer le soir… Autre nouveauté, une plus grande place sera accordée à la musique puisqu'un concert aura lieu chaque soir. Ce sont également huit groupes qui animeront ces journées. Enfin, côté restauration, cinq espaces s'ajouteront aux restaurateurs locaux toujours présents. La restauration à Saveurs et senteurs est très importante dans la mesure où elle constitue au même titre que le vin, le cœur de la fête.

En 2012, c'est plus de 10 000 gourmands qui se sont installés sous les grands arbres pour apprécier ce moment. Chaque année, 20 000 visiteurs se rendent à Fronton, pour savourer cette délicieuse parenthèse épicurienne.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Fronton
commenter cet article
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 06:32

fronton-01.jpg10 millions de pages A4. C'est le nombre de feuilles papier que brassent tous les ans pour leurs recettes et leurs dépenses les collectivités de la Haute-Garonne. A l'heure du développement durable, mais également des économies, les chiffres font désordre. Mais bonne nouvelle, il est en voie de régression. Voire de disparition. Cela, via une technique qui lentement prend son envol : la dématérialisation de toutes ces pièces justificatives. Certaines communes ont déjà progressivement emboîté le pas, telles que Castelginest ou Montberon, mais à Fronton, on a carrément fait le grand bond avec une dématérialisation globale. C'est une première dans le département, saluée, hier, en mairie, par l'ensemble des acteurs de cette mini-révolution, avec en tête, Marie-Hélène Champagnac, maire, et Hervé Le Floc'h-Louboutin, directeur régional des Finances publiques, et du Département.

12 000 feuilles en moins

Sécurité, délais de paiement et consultations plus rapides… la transition du «print» vers le «net» permettra à la ville de faire l'économie de 12 000 feuilles A4. A ce jour, les payes, emprunts, mais également le paiement des produits locaux sont gérés ainsi. «Il y a un gain de temps inéluctable et une belle économie réalisée. Nous sommes très fiers de franchir ce pas. Cela prouve bien le dynamisme de Fronton», s'est félicité Marie-Hélène Champagnac. De son côté, le directeur des Finances publiques a salué «le travail fait avec cette ville mais aussi toutes les autres. Il s'agit de basculer dans un autre monde mais cela se passe bien». Et de parler lui aussi d'économie réalisée en citant les «32 millions de feuilles A4 qui sont utilisées chaque année en Midi-Pyrénées et qu'il ne sera plus nécessaire d'acheter». Adieu la paperasse, donc, et les montagnes de dossiers à multiples exemplaires (enfin !), place à la gestion sur logiciel. Pour cela, les agents se sont vus équiper d'un deuxième écran (issu de la écup !) qui complète le leur et élimine les tonnes de chemises et feuilles.

Mais si la dématérialistion concerne surtout les collectivités, à Fronton, elle permet déjà également aux administrés de régler ainsi la cantine. Un début. Car dans peu de temps, «ce sera pareil pour l'eau, le portage des repas, ou encore l'assainissement», ajoute-t-on à la mairie. D'autres communes comme L'Union, Saint-Alban, selon la direction des Finances publiques, devraient adhérer, avant l'été, à cette formule. La métropole passera après. Mais plus que Fronton, ici précurseur, c'est tout le nord du département qui montre une nouvelle fois sa volonté de ne plus être à la traîne en quoique ce soit. Et encore moins en terme d'écoresponsabilité, registre dans lequel une longueur d'avance a même été prise.


Le chiffre : 5 500

Euros > Investis par la ville. C'est le coût moyen annoncé pour basculer vers la dématérialisation totale. Cette somme est dépensée dans un copieur scanner, la formation, paramétrages, etc.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Fronton
commenter cet article
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 10:24

fronton-gendarmerie.jpgLors de l'inspection de la communauté des brigades de gendarmerie de Fronton/Villemur, l'effectif au complet recevait le commandant Christophe Vekeman, commandant la compagnie de Toulouse Saint-Michel depuis le 1er février. Il était accueilli par le lieutenant Mathieu Viala, commandant la communauté des brigades, l'adjudant-chef Thierry Cardona (Fronton) et le chef Séverine Rouzaud (Villemur). L'effectif de l'unité comprend, 14 gendarmes à Fronton, 8 à Villemur, plus le commandant des brigades.

La vie de l'unité, ses activités, les missions et les mouvements de personnels étaient présentés aux élus des 16 communes couvertes par la communauté des brigades Fronton/Villemur, au château Capdeville. Ces deux brigades ont en charge les 25 000 ha des 16 communes et plus de 30 000 habitants, soit 1 gendarme pour 1 250 habitants.

Les chiffres

Délinquance générale : 962 faits en 2012 contre 983 en 2011 soit -2,14 %. Attentes aux biens : 699 faits en 2012 contre 727 en 2011 (-4 %). Atteintes volontaires à l'intégrité physique, 76 faits en 2012 contre 80 en 2011 (-3 %). Cambriolages : 208 faits en 2012 contre 165 en 2011, soit + 26,06 %. Toutefois le taux d'élucidation est de 17,3 % en 2012 contre 12 % en 2011 et 14 % au niveau national.

Sécurité routière : 22 accidents en 2012 contre 18 en 2011, 3 morts et 22 blessés mais un mort de moins qu'en 2011.

Perspectives 2013

Arrivée de nouveaux personnels à Villemur, un gendarme et un nouveau commandant de brigade. Poursuite du dispositif d'un gendarme référent par commune, avec une prise de contact régulière et au moins un passage par mois. Proposition et mise en place du dispositif de participation citoyenne, voisins vigilants à Bouloc. Renforcement de la coopération polices municipales-gendarmeries, opérations coordonnées, échange régulier du renseignement, réunion avec les quatre polices municipales. Maintien des journées d'accueil du public de la brigade de Villemur, les lundis, mercredis et vendredis de 8 heures à 12 heures et de 14 heures à 18 heures.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Fronton
commenter cet article
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 05:45

college-03.jpgÀ l'issue d'une forte mobilisation à Fronton, les parents d'élèves ont obtenu une rallonge budgétaire du rectorat pour acheter des manuels scolaires. La situation est en revanche bloquée aux collèges Fermat et Claude-Cornac à Gratentour.

Les parents des élèves du collège Alain-Savary de Fronton ne sont pas descendus dans la rue pour rien, mercredi matin. Après une rentrée marquée par une pénurie de manuels scolaires en raison de crédits d'État insuffisants pour acheter la totalité des livres de classe, les 942 élèves de l'établissement devraient enfin disposer d'ouvrages en nombre suffisant d'ici quelques jours. Sollicités par l'établissement, les éditeurs ont accepté de fournir quelques livres gratuitement. Mais parents et enseignants ont surtout obtenu de l'inspection académique le déblocage d'un crédit exceptionnel de 4 000€. Cette somme devrait permettre au collège d'acheter les manuels d'histoire-géo, de français et d'espagnol pour les classes de 4e et 5e. Restera ensuite à trouver 2 000 € supplémentaires pour financer l'achat des livres de maths et de français des classes de 3e. Mais pour ces élèves plus question de rallonge budgétaire. « L'inspection académique a proposé à la direction de faire le tour des établissements qui ont perdu des classes pour récupérer les manuels qui dorment dans les CDI (centre de documentation et d'information) », expliquait hier Cyril Lepoint au nom du syndicat SE-UNSA.

Rien n'a encore bougé, en revanche au collège Pierre-de-Fermat à Toulouse. Dans ce collège du centre-ville, la pénurie de manuels se fait sentir de la 6e à la 3e, constate Marie Rainjonneau, déléguée FCPE (fédération des conseils de parents d'élèves). Mais la représentante des parents reste sereine. « Car chaque année il manque des livres, et chaque année le principal obtient une rallonge de budget. Un courrier a donc été envoyé au rectorat et la direction nous demande d'attendre la réponse avant d'engager une action. »

Pas d'évolution non plus au collège Claude-Cornac de Gratentour où l'équipe pédagogique « attend de faire le point avant de demander éventuellement une rallonge budgétaire. »

La Dépêche du Midi

Fronton : pénurie de livres au collège

Fronde au collège de Fronton

Collège Alain-Savary : la manif du ras-le-bol

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Fronton
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 05:31

college-02.jpgC'est dans la fraîcheur matinale que de nombreux parents d'élèves du collège Alain-Savary se sont retrouvés à l'appel de la FCPE. Un rendez-vous que les parents très motivés n'auraient manqué pour rien au monde tant l'inquiétude monte.

Dans un dossierdu 1er septembre 2011, Olivier Dugrip, recteur de l'académie de Toulouse présentait ses lignes de force de cette rentrée scolaire dont la mise en place d'un cadre propice au travail et à la réussite de tous.

Une surcharge antipédagogique

Un propos qui interpelle particulièrement les membres de la communauté éducative quand il la compare avec la réalité dela scolarisationdes élèves. Le collège Alain-Savary, qui possède une capacité de 700 élèves maximum compte à ce jour 942 élèves. Parmi eux, 915 élèves utilisent chaque jour le self qui lui, propose une capacité d'accueil de 600 places.

Des élèves sans manuels

L'évolution des effectifs du collège reste liée à l'attente de l'ouverture du collège de Saint-Jory qui est prévue pour la rentrée 2012 mais qui à ce jour a des répercutions évidentes dans la vie scolaire de tous les jours.

De plus, faute de dotations d'État suffisantes et de la réforme des programmes, le collège n'est pas en mesure de fournir des manuels scolaires à tous les élèves.

Et la sécurité?

Les parents d'élèves revendiquaient aussi les problèmes des normes de sécurité avec la mise en place de bâtiments modulaires style «Algeco» pour pallier au manque de places pour étudier. L'extra-scolaire est aussi touché avec de gros problèmes de surcharges dans les transports scolaires.

La manifestation s'est poursuivie tout le début de matinée avec la présence des professeurs du collège pour une cause qui les touche de près puisque pas assez nombreux pour assurer les cours. Ainsi que la présence de Marie-Hélène Champagnac, maire de Fronton et de ses adjoints qui apportent leur soutien aux parents d'élèves du collège Alain-Savary.

La Dépêche du Midi

Fronton : pénurie de livres au collège

Fronde au collège de Fronton

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Fronton
commenter cet article
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 06:09

college-01.jpgRien ne va plus au collège Alain-Savary de Fronton. Il y a 700 places pour 944 élèves. Certains élèves ont 22 minutes top chrono pour se restaurer et la pénurie de manuels scolaires est telle que les exemplaires disponibles restent dans les classes. « Au moins ça règle le problème du poids des cartables », ironise Francis Benarrous, le président des parents d'élèves FCPE. Pour signifier leur ras-le-bol, ils manifestent ce matin devant l'établissement conçu pour accueillir 700 élèves et qui en reçoit 944 depuis la rentrée.

Dotation exceptionnelle
« L'effectif est supérieur à celui qui était prévu, indique le rectorat, cependant aucune classe n'excède les 30 élèves, un nombre courant dans l'agglomération, et la qualité de l'enseignement est assurée ». Concernant les files d'attentes au self, configuré pour 250 élèves à peine, les services du recteur concèdent que le problème va perdurer, même si les emplois du temps sont échelonnés pour diminuer les embouteillages. Le mieux est de prendre son mal en patience en attendant l'ouverture du collège voisin de Saint-Jory à la rentrée prochaine. Enfin, le problème ubuesque du manque de manuels scolaires devrait être réglé « rapidement ». Hier, la principale du collège a obtenu une rallonge exceptionnelle 7 000 euros pour acheter les livres neufs que nécessitent les nouveaux programmes de 3e. Elle lance aussi un appel aux collèges qui auraient du surplus…

20 Minutes

Fronton : pénurie de livres au collège

Collège Alain-Savary : la manif du ras-le-bol

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Fronton
commenter cet article