Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Archives

9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 08:36

taxi.jpgEnviron mille taxis venus de toute la région, selon les chiffres d'une intersyndicale, bloqueront Toulouse demain pour protester contre la réforme du transport sanitaire. Trois barrages filtrants seront implantés de 6 heures à 18 heures.

Attention, ça va sérieusement coincer sur la route demain pendant toute la journée à Toulouse. Avec trois barrages filtrants mis en place vers 6 heures du matin et jusque vers 18 heures et dont nous révélons ci-contre les emplacements, les taxis devraient entièrement paralyser la ville. Selon l'intersyndicale formée par la Fédération des taxis indépendants et le syndicat des artisans taxis de la Haute-Garonne, pas moins de 1 000 taxis venus de tout Midi-Pyrénées s'apprêtent à converger vers la Ville rose dans le cadre d'une manifestation qui se déroule également dans d'autres villes en France.

Pourquoi ce coup de colère ? Les taxis s'opposent à la réforme du transport sanitaire votée récemment par l'Assemblée nationale. Une réforme décidée par souci d'économie. Pour l'heure, les taxis sont remboursés par la Sécu pour transporter des malades assis. Demain, ils seront mis en concurrence avec d'autres transporteurs. «C'est toute l'économie du taxi qui est remise en cause», s'indigne Philippe Vidal, président régional de la FTI, qui pense que de grands groupes vont s'intéresser au marché. Les représentants de la profession estiment à 17 000 en France le nombre d'entreprises de taxi qui risquent de couler. Le problème se pose surtout en zone rurale où la quasi-totalité des taxis vit de ces courses. «Le transport sanitaire ne représente que 2 % du déficit de la Sécu, poursuit Philippe Vidal. Pourquoi est-ce nous qui trinquons ?»

Autre sujet de mécontentement : les voitures de tourisme avec chauffeur, mises en place en 2010. «Ce ne sont pas les VTC que nous remettons en cause mais les exploitants. Ils doivent avoir les mêmes contraintes que nous», demande le président régional. En clair, les taxis, très remontés, dénoncent là une concurrence déloyale.


Les trois barrages

1. L'aéroport. Les taxis se retrouvent à Sesquières à partir de 6 heures puis se rendent à l'aéroport en empruntant la rocade.

2. L' Agence régionale de Santé (ARS), boulevard des Minimes, quartier du Raisin à partir de 6 heures.

3. La Sécu, boulevard Escande, au bord du canal, et pont Guilheméry, à Toulouse.

4. La préfecture. Une centaine de taxis stationneront aux abords, de 7h à 18h. Une délégation sera reçue en préfecture.

La Dépêche du Midi

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 07:16

communaute-commune-01.jpgComme chaque année début janvier, Mme le maire et le conseil municipal recevaient les Frontonnais à l'espace Gérard Philippe et leur présentaient leurs vœux pour 2013. C'est l'occasion de faire le bilan de l'année écoulée et d'exposer aux habitants les projets à venir.

Deux logements d'urgence supplémentaires ont été terminés (3 au total). Les logements sociaux conçus avec Promologis et les Chalets sont occupés rue Jules Bersac (7), en voie de finition route de Villaudric pour 16 appartements et 26 maisons, 17 vont voir le jour rue Matrat, d'autres en projet chemin du Buguet, soit un total de 78. Les travaux du CCAS, la culture, la voirie, ont aussi été mis en avant…

Communauté de communes du Frontonnais

2013 sera la mise en fonctionnement de la communauté de communes du Frontonnais. La CCF devra améliorer et harmoniser les services sur l'ensemble du territoire, soit 10 communes et 23 000 habitants. La voirie, l'espace public, le développement économique, les services à la personne, la petite enfance, le traitement des déchets, le logement… autant de postes qui relèvent désormais des compétences de la communauté des communes. Une mise en place qui dans un contexte économique difficile, et des subventions revues à la baisse demandera rigueur et efficacité… La création de projets structurants sera dans l'optique de la CCF.

Pour les projets de l'OMPCA on espère toujours des fonds Fisac d'état, les aides de la région et du conseil général étant en dessous des espérances. Le projet de la nouvelle école élémentaire sera une priorité, mais aussi une nouvelle école maternelle, deux plateaux sportifs et un parking au stade municipal et aux abords du collège, la mise en place de la semaine scolaire de 4 jours et demi… Marie Hélène Champagnac remerciera ensuite les nouveaux habitants d'avoir choisi Fronton, les représentants des associations, les vignerons, les commerçants, les artisans, les élus et tous les habitants de Fronton qui dynamisent la ville.

La Dépêche du Midi

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 07:13

Alain Juppé 01Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, était l’invité de « Toulouse avenir » le 19 décembre dernier, lors d’un diner-débat sur le thème « Une ville, un projet, l’exemple de Bordeaux ». Le président de cette association, Jean-Luc Moudenc (UMP) qui ne cache pas ses ambitions municipales, compte s’inspirer du modèle bordelais afin de construire son projet de campagne.

 

« On a l’impression que Bordeaux avance plus vite que Toulouse », a lancé Alain Juppé, devant la presse toulousaine. En cette période pré-électorale, Jean-Luc Moudenc juge « le témoignage d’Alain Juppé utile, car le développement de Bordeaux est reconnu à droite comme à gauche ». Les trois lignes de tramway, « la réconciliation de la ville avec son fleuve », l’agenda 21 et la rénovation des façades sont les grands projets qui ont permis à Bordeaux de se moderniser. Celle que l’on appelait « la belle endormie » s’est réveillée.

A Toulouse, Jean-Luc Moudenc voudrait revaloriser le patrimoine historique de la ville afin d’améliorer son potentiel touristique. « La politique patrimoniale à ce jour n’est pas planifiée. Il y a des opérations de grandes qualités, mais il n’y a pas de stratégie globale », avance-t-il. Il compte également donner « une nouvelle vocation aux deux fleuves qui traversent Toulouse ». Devant près de 1000 personnes, venues au diner-débat, l’ancien maire de Toulouse était déjà en campagne. « A quoi servent les grands projets s’il y a toujours a toujours autant d’insécurité ? Des problèmes de propreté ? Et un mauvais éclairage public ? », clame-t-il devant les convives.

Alain Juppé a tenu à soutenir le candidat en vue des prochaines élections municipales. « Je serais très heureux de coopérer avec Jean-Luc Moudenc en 2014. S’il est élu, il apportera son bon sens, son humanité et sa détermination à Toulouse », a-t-il déclaré. La perspective d’une deuxième liste est adroitement esquivée, « la meilleure manière de gagner, c’est dans l’unité » répond l’ancien ministre, même si Jean-Louis Borloo a déjà ciblé Toulouse comme une ville à reconquérir. Et même si la députée européenne Christine de Veyrac (UDI) semble dans les starting-blocks… Pas de doute : l’accession à la mairie de Toulouse sera une course.

Le Journal Toulousain

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 08:20

intercommunalite-01.jpg1er janvier, Fronton en intercommunalité La communauté de communes du Frontonnais 10 communes, 23 000 habitants, 35 délégués, des compétences importantes, le social, l'enfance et la jeunesse, la voirie, la protection de l'environnement, l'aide à la personne et l'emploi, le développement économique, le logement, l'aménagement de l'espace, le développement touristique, la construction et la gestion d'équipements culturels et sportifs pour lesquels l'intérêt communautaire reste à définir.

La commune de Fronton sera représentée par 7 délégués : Marie-Hélène Champagnac, Jacqueline Coquet, Carole Heng-Déjean, Michel Fardou, Mireille Fort, Maurice Garrabet et Michel Lugou qui ont obtenu la majorité absolue lors du conseil municipal. Les délégués sont élus au scrutin secret, uninominal, majoritaire à trois tours.

Les 35 délégués représentants les 10 communes se sont réunis à Fronton, commune siège de l'intercommunalité, pour élire le bureau. Autour de Christian Faurie, Président, 7 vice-présidents et 2 membres supplémentaires devront animer les commissions chargées de mettre en œuvre les compétences transférées. Marie-Hélène Champagnac a été élue 1re vice-présidente de la communauté de communes avec en charge le social, l'enfance et la jeunesse. Elle mettra son énergie au service des habitants des 10 communes pour que le territoire dispose dans les prochains mois des services que les Frontonnais connaissent déjà : des places en crèche, de l'animation pour les jeunes, des relais pour les assistantes maternelles…

Toutes les communes sont représentées au sein du bureau communautaire, ainsi qu'il suit www.mairie-fronton.fr

La Dépêche du Midi

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 11:42

mairie 01Jusqu'à présent, Michel Avellana était resté discret sur la question. Sans infirmer les annonces concernant une possible candidature pour l'élection municipale anticipée, il ne les avait jamais officiellement confirmées non plus. Aujourd'hui, l'ancien élu de l'équipe du maire, Henri Miguel, démissionnaire, sort de son silence. Comme les autres candidats qui seront présents face au maire sortant, Henri Miguel, l'UMP Thierry Fourcassier ou l'ancien maire Ivan Thiébaut, il sillonne le marché pour rallier des électeurs à sa cause. Mais il vient également de rédiger un communiqué de presse sous le nom de sa liste «Alternative Saint-Jory» dans lequel il explique les raisons de son choix. Cette liste qui, dit-il, «comporte une vingtaine de membres» doit donc en accueillir encore neuf pour être complète. En attendant, Michel Avellanna veut «avancer». Dans cet avant-goût de profession de foi, il conteste d'abord «la gestion du maire actuel», mettant en avant «son attitude autoritaire» et «un comportement d'une autre époque». Il n'épargne pas au passage Thierry Fourcassier et «l'opposition enfermée dans un antagonisme systématique provoquant des conflits». Au passage, il donne un coup à l'ancien maire dont la gestion, selon lui, «avait laissé Saint-Jory dans une position délicate». Petit rappel : le maire était parti en laissant de douloureuses dettes derrière lui.

Michel Avelanna propose donc «l'expérience de la gestion communale, le vécu de personnes du milieu associatif, une vision nouvelle» pour «une autre méthode de gestion de la commune». Il souhaite également «Bâtir une vraie identité pour la ville, caractérisée par sa dispersion, optimiser la place de Saint Jory dans Toulouse Métropole». Et, lu au fil des promesses faites aux Saint-Joryens, «développer la politique sociale pour intégrer et aider les personnes en difficulté, recréer un lien entre la commune et ses seniors, mettre l'accent sur une vraie politique de la jeunesse (sport, loisirs, infrastructures…), revitaliser le tissu économique en s'appuyant sur les commerçants, les agriculteurs, les artisans et les entreprises, la mise en place de projets liés à l'écologie» etc.

Rappelons que l'élection anticipée, dont la date devrait très prochainement être donnée par la préfecture, a pour origine les démissions de tous les élus de l'opposition ayant entraîné un quorum insuffisant pour la tenue du conseil municipal.

La Dépêche du Midi

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 11:43

TLT.jpgInfo France 3 Midi-Pyrénées : le conseil d'administration de la chaîne locale privée a nommé ce mercredi le directeur de cabinet de Martin Malvy, président-directeur général de Télé-Toulouse. Le conseil d'administration de la chaîne locale toulousaine TLT a nommé ce mercredi matin Philippe Joachim, actuel directeur de cabinet de Martin Malvy (PS) au Conseil Régional de Midi-Pyrénées, président-directeur général de Télé-Toulouse. Cette nomination doit prendre effet le 2 janvier 2013. L'actuel PDG par intérim, René Grando, a présenté sa démission. Cette nomination intervient alors que TLT, en difficultés financières chroniques, vient de signer un Contrat d'Objectifs et de Moyens (COM) avec la Région qui lui versera 500.000 euros par an pendant 3 ans pour la promotion des programmes régionaux et l'élargissement de son bassin de diffusion. L'opposition UMP à la Région avait dénoncé la semaine dernière lors d'une conférence de presse le "conflit d'intérêt" que pourrait représenter la nomination de M. Joachim a TLT alors que, d'après l'UMP, c'est lui qui a mené à bien le dossier du COM avec TLT au sein du cabinet de Martin Malvy. Le groupe UMP "Osons Midi-Pyrénées" a écrit en ce sens au président de la Commission Nationale de Déontologie de la Fonction Publique.
A l'ouverture de la session du conseil régional qui prévoit la discussion et le vote du budget, des élus de l'opposition ont quitté les banc de l'assemblée pendant le discours du président Martin Malvy pour protester contre le financement de Télé Toulouse par la région. Jeudi après-midi, Martin Malvy a indiqué lors de la session plénière du Conseil régional que Philippe Joachim s'en remettait à la décision de la Commission Nationale de déontologie de la Fonction Publique, chargée de dire s'il n'y a pas incompatibilité entre sa future et son actuelle fonction, avant d'accepter le poste. D'après nos informations, la Commission ne se réunira pas avant la mi-janvier 2013.

Un spécialiste des médias... et de la politique

Dans sa carrière, Philippe Joachim a alterné entre médias et politique. Proche d'André Labarrère à Pau, collaborateur de Laurent Fabius à l'Assemblée Nationale puis de Jérôme Clément, alors patron de la chaîne franco-allemande Arte, il a ensuite rejoint l'Université d'Eté de la communication à Hourtin, en Gironde. En 2004, il accepte d'être le directeur de cabinet de Martin Marty au Conseil Régional Midi-Pyrénées. Son arrivée à TLT serait donc un retour dans le monde des médias, dans une chaîne locale désargentée aux enjeux tout de même très politiques (la Ville de Toulouse en est l'actionnaire majoritaire et la Région lui verse de précieux subsides)

France3
Partager cet article
Repost0
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 08:18

Alain Juppé 01Alain Juppé et Jean-luc Moudenc, lors d'une conférence de presse commune, abordent l'avenir de Bordeaux et de Toulouse. Vidéo NetworkVisio

 

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 07:26

Jean-Paul-Escudier.pngAvocat au barreau de Toulouse, Jean-Paul Escudier parvient à trouver du temps pour s’adonner à ses passions, et elles sont nombreuses. L’une d’entre elles, l’écriture, l’a poussé à faire paraître deux ouvrages atypiques aux Editions Ixcéa : « Visages et traits de caractères » et « Poésies ». Mais il sait aussi se prêter à des activités plus légères… comme répondre à notre interview décalée.

 

La phrase que vous ne supportez pas d’entendre ?

« On s’appelle et on fait une bouffe !» Ça n’est jamais suivi d’effet, d’autant qu’ « ON » est un article indéfini qui permet à chacun de ne pas appeler l’autre et donc d’avoir bonne conscience.

 

Quel est votre plus beau souvenir d’enfance ?

Le jour où j’ai cessé de croire au Père-Noël, j’étais enfin devenu adulte. Je pouvais mettre en cause la parole des autres adultes.

 

Votre plus grosse gaffe ?

Philippe Douste-Blazy m’avait demandé de le représenter à un enterrement. Au lieu de dire à la fille du défunt « Mes condoléances » je lui ai dit « Mes félicitations »… Heureusement, les deux petits-fils du défunt avaient fait un éloge particulièrement émouvant et j’ai pu embrayer en bégayant « Mes félicitations… pour l’hommage émouvant de vos deux fils ». Mes condoléances sont arrivées par la suite, mais elles faisaient un peu plaquées.

 

Votre plus grande peur ?

J’avais six ans, je suis tombé dans une fosse à purin. Non seulement j’ai cru ne jamais pouvoir en sortir mais lorsque j’ai pu, l’humiliation est venue s’ajouter à la peur, sans parler bien entendu de l’odeur… !

 

Votre plus belle expérience ?

J’ai absolument tenu à assister à la naissance de mes deux filles. Même toutes plissées, suintantes, rouges et hurlantes, je les ai trouvées belles et depuis je n’ai jamais cessé de le penser…

 

Quelle est votre émission TV préférée ?

Toutes les émissions historiques : « La caméra explore le temps » est l’émission qui m’a donné le goût de l’Histoire, il y a de cela un demi-siècle. Depuis je suis avec passion le travail d’Historien de Franck Ferran et de Stéphane Bern.

 

Et celle que vous détestez ?

Les émissions de télé-réalité superficielle, inutile et manipulée. Ça n’apprend rien, c’est du voyeurisme instrumentalisé et gratuit.

 

Qu’est-ce qui vous fait rire ?

J’aime le comique de gestes, celui de situation, l’humour noir, le rire jaune, la traque du ridicule et de la suffisance, et par-dessus tout l’autodérision qui nous ramène à ce que nous sommes : un éclair de lucidité entre deux néants. 

 

Quel est votre péché mignon ?

Un goût immodéré pour le caraque, gâteau au pur chocolat noir.

 

Le pire cadeau que vous ayez offert ?

J’ai toujours rêvé lorsque je subis une invitation d’offrir les toutes petites savonnettes et les petits shampoings déposés dans les chambres d’hôtel en complétant bien entendu ce somptueux cadeau par le bonnet de bain qui va avec.

 

Votre restaurant toulousain préféré ?

La péniche « La belle chaurienne » qui se trouve près d’Héraclès. Outre son excellent foie gras, elle me donne l’illusion de pouvoir à son bord remonter le Canal du Midi jusqu’à l’Atlantique.

 

Quel est votre gadget préféré ?

Un tour de magie dont le trucage laisse croire que je pratique la télépathie. C’est mon objet fétiche qui m’a permis de devenir Président d’Honneur de Magicus, l’association des presti-agitateurs.

 

Quel est votre animal préféré ?

Le coq parce que je suis gaulois et très chauvin mais aussi selon l’expression consacrée car c’est le seul animal capable de chanter avec les pieds dans la merde.

 

Si la fin du monde approchait, que vous empresseriez-vous de faire ?

Je ferais l’amour mais sans empressement. Je pense cependant que mon épouse émettrait quelques réserves sur le moment choisi.

Le Journal Toulousain

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 07:11

TGV 150Le budget 2013 de la région Midi-Pyrénées devrait être adopté ce jeudi. Le vote débute ce matin au conseil régional à Toulouse. Notez qu'il y a un point qui fait débat entre les écologistes et les socialistes : le financement des TER. Les élus verts craignent que la dotation aux trains express régionaux soit diminuée au profit de la ligne à grande vitesse Toulouse-Bordeaux.

Radio Totem

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 07:20

 voix-du-Midi-01.jpg

Elisez la personnalité politique toulousaine de l'année 2012

 

 Voter sur le site de la La Voix du Midi

Voir les résultats

Partager cet article
Repost0