Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Archives

26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 18:03

jean françois copéChers Amis,

Depuis la fin du débat télévisé du 25 octobre 2012, je reçois des milliers de messages de soutien, d’encouragement, de remerciement. Je voulais vous en remercier personnellement : ces marques d’amitié me touchent profondément, elles me vont droit au cœur. J’y puise ma force et mon énergie. Elles m’engagent à donner chaque jour le meilleur de moi-même, à me surpasser pour vous, avec vous, pour l’UMP et pour la France.

Message vidéo de Jean-François Copé

Durant tout ce débat, je n’ai eu qu’une seule image en tête : la vôtre. Si je me suis livré dans les caméras en toute vérité, en toute authenticité, si j’ai défendu nos valeurs avec tant de passion, c’est que je pensais à ces milliers de visages de militants que je vois, depuis des mois, sur toutes les routes de France. Car, vous, les militants, vous êtes des exemples de vie : comme moi, vous vous êtes engagés sans compter derrière Nicolas Sarkozy, et, malgré la défaite, vous êtes déjà de retour au combat sur le terrain pour dénoncer la politique folle de la gauche. Je me devais d’être à la hauteur de votre courage.

Vos messages renforcent ma volonté de faire de l’UMP le premier lieu de résistance à cette gauche sectaire et dogmatique, qui détient tous les pouvoirs mais se contente de les utiliser pour dilapider l’héritage réformateur de Nicolas Sarkozy. Avec vous, je veux être le premier opposant à François Hollande car je ne me résoudrai jamais à voir notre pays, que nous aimons de toutes nos forces, rabaissé par une politique de gauche qui ajoute de la crise à la crise et fait la part belle au laxisme et au communautarisme.

Vos messages me confortent dans ma conviction que le projet, que nous portons ensemble, d’une droite moderne, républicaine et décomplexée, qui s’inscrit résolument dans les pas de Nicolas Sarkozy, est le meilleur pour notre parti. Avec vous, je veux être le premier militant de nos valeurs. Je ne m’excuserai jamais d’être de droite face à une gauche bien-pensante qui veut nous faire taire en utilisant la censure du politiquement correct. Jamais on ne m’empêchera de dire ce que je vois sur le terrain, à vos côtés, mais qui reste invisible aux yeux de ceux qui ne veulent pas regarder la réalité de la France qui vit au-delà du périphérique parisien : la montée des intégrismes, le danger communautariste, l’impunité de la délinquance, la souffrance du chômage. Jamais on ne m’interdira de porter des solutions fortes pour résoudre ces problèmes, comme lorsqu’avec mes amis députés, nous avons bataillé pour interdire le port de la burqa sur notre sol.

Ces messages me montrent que c’est en assumant ce que nous sommes que nous pourrons sauvegarder l’unité de l’UMP, rassembler toute la droite et le centre droit et proposer à la France une alternative à la gauche. Avec vous, je veux être le premier à partir à la reconquête des territoires perdus, à la reconquête du cœur des Français. Car, vous le savez, l’enjeu de cette élection du 18 novembre prochain ce n’est pas de désigner notre candidat pour 2017, une échéance qui aura lieu dans plus de 4 ans ! Nous ferons cela en temps voulu, en 2016, lors d’une grande primaire. Ce qui compte aujourd’hui, c’est que nous remettions l’UMP en ordre de bataille, que nous en fassions un grand parti de service civique, pour aller à la rencontre des Français, village par village, ville par ville, et renouer avec la victoire dès les élections municipales de 2014.

Dès aujourd’hui et comme chaque jour jusqu’au 18 novembre prochain, je suis reparti sur les routes de France, comme un militant, à votre contact. Pour l’emporter, et faire gagner nos valeurs, j’ai besoin de vous, de votre soutien, de votre chaleur, de votre mobilisation. L’avenir de l’UMP est entre vos mains. L’issue de l’élection ne dépend que de vous. Je compte sur vous car de toute mon âme de militant, je crois, au fond de moi, qu’ensemble, nous allons faire de grandes et belles choses pour l’UMP et pour la France.

Partager cet article
Repost0

commentaires