Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Archives

25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 05:30

legislative-006.jpgGroupes de pression, lobbys, associations, collectivités. Tout le monde profite des élections législatives, pour faire connaître ses revendications auprès des 132 candidats de la Haute-Garonne. « Je reçois au moins deux ou trois courriers par jour, confirme François Simon, candidat investi par le PS et Europe Ecologie - Les Verts dans la 3e circonscription, citant, pêle-mêle, les doléances d’un collectif santé ou du syndicat CGT de l’armée. Cela prouve qu’il n’y a pas assez de temps de parole en dehors des périodes électorales. »

S’il reconnaît ne pas en recevoir quotidiennement, Grégoire Carneiro, qui, investi par l’UMP dans la 5e circonscription, se présente pour la cinquième fois devant les électeurs, avoue que les interpellations et sollicitations sont de plus en plus nombreuses. « C’est au candidat de faire le tri. Je ne retiens que les problématiques de la vie quotidienne qui concernent le plus grand nombre. »

Fret fluvial, environnement...

C’est ainsi que des courriers de France Nature Environnement Midi-Pyrénées ou des professionnels de la navigation toulousaine se sont retrouvés sur le bureau des candidats. « C’est un moyen d’attirer leur attention sur les problèmes de navigabilité sur la Garonne ou sur le développement du fret fluvial sur le canal du Midi », évoque Pierre Cardinal, du Réseau fluvial toulousain.

Marie-Laure Cambus, directrice de FNE Midi-Pyrénées, s’est, elle, fendue d’un questionnaire aux 132 candidats sur les questions d’environnement. « On avait fait la même démarche lors des régionales, et cela va dans le bon sens quand on voit comment les mesures en faveur de l’énergie ou de de l’agriculture biologique ont été prises ». Les candidats n’ont pas fini de recevoir du courrier d’ici au 10 juin.

Métro

Partager cet article
Repost0

commentaires