Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 12:21

 Cope-Fillon-un-duel-toulousain.jpgLe 18 novembre prochain, les militants UMP vont choisir leur Président pour les trois années à venir. Après les tentatives avortées de Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno Le Maire ou encore d’Henri Guaino, seuls deux candidats sont encore en lice : François Fillon, l’ancien premier-ministre de Nicolas Sarkozy, et Jean-François Copé, l’actuel secrétaire général. Dans toutes les fédérations de France, la guerre fait rage avec pour la plupart d’entre elles des responsables et des parlementaires qui ont pris clairement position. A Toulouse, où rien ne fonctionne comme ailleurs, il n’en est rien puisque le président départemental du parti, Jean-Luc Moudenc, a décidé de rester neutre afin d’apaiser les esprits dans une fédération qui a connu de durs affrontements dans un passé récent (nous faisons référence ici au conflit ouvert ayant opposé le député à Christine de Veyrac, partie depuis à l’UDI) : «Je ne veux pas raviver des divisions internes que nous avons su surmonter au sein de l’UMP haut-garonnaise» (Le Journal Toulousain du 20 septembre dernier.) Il n’en demeure pas moins que la base militante est, elle, en campagne, avec les «Jeunes populaires» au premier plan. Julie Poubeau, étudiante en LEA, a décidé de défendre la candidature Fillon : «Il est l’homme du rassemblement. Il a une palette large d’électeurs qui va de la droite centriste aux militants proches de la Droite populaire.

Il y a quelques mois, on disait notre parti menacé d’éclatement, avec un maximum de divisions… C’est selon moi ce qu’il faut absolument éviter, et François Fillon est le candidat de la situation. Lire la suite de l'article

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Présidence de l'UMP
commenter cet article

commentaires