Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Archives

30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 05:23

presidentielle-067.jpgNicolas Sarkozy était, ce jeudi, au rendez-vous du 66ème congrès de la FNSEA, au palais des congrès de Montpellier, afin d’exprimer sa vision et ses propositions pour le monde agricole.

Deux thèmes majeurs ont concentrés les débats pendant ce congrès : la fiscalité et l'avenir de la PAC.

Le syndicat agricole français, en collaboration avec 22 organisations agricoles et para agricoles parmi lesquelles la Mutualité sociale agricole (MSA), le Crédit agricole, Groupama ou encore l'enseignement agricole privé avait lancé cette invitation.

Devant plus de 1 500 personnes, militants de la FNSEA et représentants du monde rural, Nicolas Sarkozy a affirmé que « les campagnes françaises n’appartiennent pas au passé de la France mais à son avenir ». Il a rappelé le succès de son combat pour préserver le budget de la PAC en euros courants alors que certains partenaires voulaient le réduire de 30%, il a également insisté sur la structuration des filières et sur sa détermination à obtenir la modification du droit européen de la concurrence, nécessaire pour un regroupement plus large des producteurs.

Il s'est notamment engagé à négocier auprès de la Commission européenne un allègement des charges pour les agriculteurs : « je vais prendre un engagement devant vous : si on arrive à convaincre la Commission européenne que ce n'est pas une aide sectorielle, nous le ferons ».
Tandis que 80% des nappes phréatiques du pays observent un niveau inférieur à la normale à cette époque de l’année, et qu’un nouvel épisode de sécheresse de prépare peut-être, Nicolas Sarkozy a annoncé que « pour les retenues collinaires jusqu'à 350 000 m3 d'eau, il faudra juste une déclaration donc les recours seront interdits, vous pourrez le faire ». Ces retenues d’eau, jusqu’à un certain seuil déterminé par décret, permettront aux agriculteurs de prévenir cet épisode éventuel de sécheresse.

Le Président de la République candidat a, de la même manière, évoqué son engagement, ces cinq dernières années, pour le développement endogène des territoires ruraux avec la constitution de 652 pôles d’excellence rurale ou encore le dispositif d’exonération fiscale prévu pour la création d’entreprises dans les zones de revitalisation rurale et étendu à la reprise et à la transmission d’entreprises.

Il a affirmé sa volonté de faire de l’agriculture un sujet au niveau mondial alors que 9 milliards d’êtres humains devront être nourris en 2050, ce qui nécessitera une augmentation de 70% de la production agricole.

Enfin, Nicolas Sarkozy a rappelé son engagement pour une Europe protectrice des travailleurs, des entreprises, des territoires. Selon lui, l’Union européenne doit faire preuve de beaucoup moins de naïveté dans sa politique commerciale. S’il est élu, Nicolas Sarkozy proposera donc la réciprocité dans les accords commerciaux entre l'UE et les autres pays du monde. Dans cette perspective, il souhaite que l’Europe se dote, sur le modèle américain, d’un « Buy European Act » pour que les entreprises produisant en Europe soient celles qui bénéficient de l'argent public européen, et d’un « small business act » « qui permet de réserver un pourcentage de 20% des marchés publics aux PME ».

Après une rencontre avec des agriculteurs de la région sur une exploitation aux abords de Montpellier, Nicolas Sarkozy s’est rendu à la rencontre des buralistes dans le bar tabac L'Avenir situé à Vestric-et-Candiac, près de Nîmes. « Je suis heureux en campagne. On fait des salles qu'on ne faisait pas en 2007 », leur a-t-il déclaré.

Pour terminer cette journée chargée à la rencontre des Français qui composent et font la France forte, Nicolas Sarkozy s’est exprimé devant des milliers de sympathisants réunis à la Salle Omnisport de Nîmes.


Retrouvez ici son discours en vidéo :

La France Forte

Partager cet article
Repost0

commentaires