Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 07:32

equipe-dirigeante-copie-1.jpg

Présentation de la nouvelle équipe dirigeante par Jean-François Copé, Président de l'UMP

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 06:29

Cope-Fillon-08.jpgAprès l'épisode « douloureux » de l'élection interne, Jean-François Copé, en sa qualité de Président de l'UMP, a tenu à montrer combien notre famille politique était rassemblée et mobilisée pour « être le premier parti d'opposition républicaine à François Hollande qui met la France et les Français à genoux ».

« Ce que nous avons vécu et le spectacle que nous avons donné commande un esprit de rassemblement total. Et nous avons tous ici, autant les personnalités qui ont soutenu François Fillon que celles qui m'ont soutenu une volonté unanime de tourner la page et de travailler ensemble » a précisé Jean-François Copé.

Ainsi, mardi 15 janvier, au siège de l'UMP, Jean-François Copé a présenté la nouvelle équipe de direction collégiale, conformément à l'accord passé avec François Fillon. Cette équipe sera concentrée sur deux objectifs principaux : «le premier, la construction d'une ligne politique qui s'inspire de ce que nous avons fait avec Nicolas Sarkozy mais aussi des problématiques du temps présent . Le second, la reconquête des territoires perdus et du cœur des Français ».

Des états généraux seront organisés régulièrement au siège de notre parti et rythmeront, cette année et l'année prochaine, thème par thème, la construction de cette ligne politique à l'image de la première réunion consacrée le 24 janvier à la Famille et à la question du mariage pour tous.

Sur la reconquête des territoires perdus, toutes les personnalités de l'UMP partagent la même intuition que celle de notre président: « compte-tenu du très grand mécontentement des Français devant les politiques engagées par François Hollande et le Gouvernement de Jean-Marc Ayrault, il y a les conditions d'une véritable vague bleue. Le pays ne va pas bien, il est mal dirigé». Et Jean-François Copé d'inviter toutes les personnalités de l'UMP mais également les militants et les sympathisants à se mobiliser. « Nous allons mettre sur pied un vaste plan de formation et j'invite tous les sympathisants à rejoindre l'UMP pour reconquérir, renouveler ou apporter leur concours aux listes mises en place par l'UMP dans toutes les communes de France », détaille Jean-François Copé qui souhaite réaliser 85% des investitures d'ici l'été.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 06:44

Cope-Fillon-07.jpgAprès le psychodrame de la fin 2012, les responsabilités seront «partagées» à égalité entre les deux ex-rivaux.

La direction «partagée» de l'UMP est à pied d'œuvre. Jean-François Copé doit la présenter officiellement ce mardi après-midi au siège de l'UMP. François Fillon, retenu par «des engagements personnels pris de longue date», dixit son entourage, ne sera pas là. Mais la liste des heureux désignés a été élaborée par les deux principaux protagonistes du psychodrame de la fin 2012.

Copé et Fillon, qui avaient repris langue mardi dernier dans le bureau de l'ex-premier ministre à l'Assemblée nationale, y ont travaillé tous les deux toute la semaine dernière. «Par téléphone ou par mails, mais sans intermédiaires…», précise un filloniste, qui se félicite du «respect d'une stricte parité» avec les copéistes dans le nouvel organigramme.

C'est dans le secteur stratégique des élections que la distribution des postes a été la plus délicate. Jean-François Copé et François Fillon devaient nommer chacun un délégué général aux élections. Le président en titre de l'UMP a choisi de reconduire Nadine Morano, tandis que son rival a proposé la candidature de l'ancien ministre Dominique Bussereau. Un autre soutien éminent de François Fillon briguait des responsabilités dans le secteur électoral: Christian Estrosi. Le député maire de Nice convoitait la présidence de la commission nationale des investitures (CNI), le saint des saints à l'UMP. Après mûre réflexion, Fillon et Copé ont décidé de la garder pour eux. Ils seront coprésidents de la CNI. Le sénateur maire de Marseille Jean-Claude Gaudin, qui la dirigeait depuis la création du parti, devient simple membre de la CNI mais intègre en contrepartie la nouvelle équipe des vice-présidents de l'UMP, qui devrait aussi accueillir Christian Estrosi et Brice Hortefeux.

Dissolution du groupe RUMP

Le tandem Copé-Fillon s'est aussi installé aux commandes de la commission de révision des statuts de l'UMP. L'une de ses principales missions sera de modifier le système de parrainages afin d'ouvrir la nouvelle compétition pour la présidence du parti, en septembre. Outre ses deux coprésidents, la commission des statuts sera dotée d'un rapporteur général: Anne Levade, agrégée de droit public et professeur de droit constitutionnel. Anne Levade avait été la benjamine du comité Balladur, chargée de préparer la réforme institutionnelle de 2008.

Pour éviter que cette belle mécanique «paritaire» se grippe, les lieutenants des équipes Copé et Fillon se retrouveront tous les mardis matin - sans doute à partir du 22 janvier - pour des «petits déjeuners» de travail. Ce groupe devrait être composé de cinq copéistes, cinq fillonistes, cinq représentants des «non-alignés» qui avaient refusé de prendre parti à l'automne, et cinq «personnalités» de l'UMP.

Autre temps fort attendu ce mardi: la réunification du groupe UMP «canal historique» et du groupe RUMP de François Fillon. C'était la contrepartie promise par les fillonistes en échange de la mise en place de la direction «partagée». Les 73 députés RUMP doivent remplir avant mercredi un formulaire de rattachement à l'UMP. Certains d'entre eux préviennent déjà qu'ils ne toléreront «aucune forme d'ostracisme» de la part des copéistes.


La nouvelle direction

Vice-présidence et secrétariat général: Laurent Wauquiez et Valérie Pécresse rejoignent les copéistes Luc Chatel et Michèle Tabarot.

Délégués nationaux aux fédérations: Éric Ciotti et Édouard Courtial.

Élections: Dominique Bussereau et Nadine Morano.

La formation: Anne Grommerch et Marie-Anne Montchamp.

Fédérations professionnelles: Danièle Giazzi et Sébastien Huyghe.

Projet: Hervé Mariton, Valérie Debord et Bruno Retailleau.

Animation: Jérôme Chartier et Philippe Cochet.

Le Figaro
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 10:35

logo umpFranck Allisio, Secrétaire national de l'UMP chargé de la Réforme des Institutions, invite le Président de la République à ne pas se cacher derrière l'interprétation erronée de la Constitution par sa Garde des Sceaux, Christiane Taubira, et lui rappelle les différents moyens qui lui permettent l'usage du referendum concernant le projet sur le mariage et l'adoption des couples de même sexe.

Tout d'abord, il suffit au Président de la République de s'appuyer sur le texte de la Constitution. Son article 3 dispose que « la souveraineté appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum ». Ce qui signifie clairement que la loi peut être votée soit par le Parlement, soit par le peuple directement. Son article 11 dispose que le Président de la République peut « soumettre au référendum tout projet de loi portant sur l'organisation des pouvoirs publics, sur des réformes relatives à la politique économique, sociale ou environnementale de la nation et aux services publics qui y concourent ». François Hollande peut non seulement faire sienne l'interprétation large par le Général de Gaulle en 1962 de l'expression « tout projet de loi » mais il peut aussi s'appuyer sur l'expression de « réformes relatives à la politique sociale. »

En effet, l'adjectif « social » renvoyant et se rapportant au terme « société » selon le dictionnaire Larousse, il peut naturellement recouvrir les questions de société et le domaine sociétal dont relèvent les questions liées à la famille et à la filiation. La vie et l'organisation de la société sont donc par extension des sujets de « politique sociale ». On peut ajouter que si un referendum peut porter sur des réformes économiques ou environnementales, a fortiori il peut porter sur des droits fondamentaux comme le droit de la filiation.

En outre, il est nécessaire de souligner que le Conseil constitutionnel ne peut pas contrôler a priori un projet de loi référendaire et qu'il ne se reconnaît pas compétent pour statuer sur la conformité d'une loi référendaire à la Constitution au motif principal qu'une telle loi constitue l'expression directe de la souveraineté nationale.

Il n'y a donc aucun moyen d'empêcher le Président de la République de soumettre un projet de loi aux français par la voie du référendum. Dans notre cas précis, la Constitution ne le prévoit pas explicitement, mais elle ne l'interdit en aucun cas. François Hollande voulait nous expliquer qu'il ne PEUT pas faire un référendum sur le mariage et l'adoption pour tous, il devra avoir le courage de nous avouer qu'il ne le VEUT pas.

Contenus liés:
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 11:46

mariage pour tous 01Rendez-vous à Paris le 13 janvier 2013 r Tous

3 départs :
- Place d'Italie
- Place Denfert-Rochereau
- Porte Maillot

Suivez le live de La Manif : http://live.lamanifpourtous.fr/
Pour plus d'infos : http://www.lamanifpourtous.fr/
Page facebook : http://www.facebook.com/LaManifPourTous

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 11:21

jean françois copé 01Ce dimanche 13 janvier, j'appelle tous les militants et sympathisants de l'UMP qui le souhaitent, à se joindre, dans la dignité et la retenue, à la manifestation contre le projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les couples de même sexe. Je serai pour ma part, avec beaucoup d'élus et de Français, au cœur de ce cortège pacifique.

J'estime que ma place de Président de l'UMP, premier lieu de résistance à la gauche, est dans la rue ce dimanche car le projet de François Hollande divise profondément les Français en bouleversant l'organisation de notre société, et que le gouvernement - si prompt par ailleurs à multiplier les commissions inutiles - refuse obstinément de prendre le temps du débat sur ce sujet. Quand la cohésion de notre Nation est menacée et que le pouvoir veut passer en force, il est de notre devoir de faire entendre la voix du peuple de France dans la rue. Il ne s'agit évidemment pas de supplanter le travail parlementaire.

Ce projet revient à remettre en cause les fondements de la famille et de la filiation. Le mariage n'est pas simplement une institution qui consacre l'amour entre deux personnes. C'est une institution qui, basée sur l'altérité sexuelle, vise à organiser la filiation dans l'intérêt de la société et des enfants. Ainsi, je ne peux accepter qu'on gomme les mots « père » et « mère » du Code Civil.

Quant à l'ouverture de la PMA (Procréation Médicalement Assistée) aux couples homosexuels, c'est un sujet qui a certes été mis sous le boisseau pour le moment mais dont le principe, n'en doutons pas, n'a pas été abandonné par la gauche. Cela ouvrirait inévitablement la porte à la légalisation des mères porteuses et créerait une forme de droit opposable à l'enfant. Cette dérive éthique serait dangereuse : une société ne peut accepter la marchandisation des personnes. Je me place résolument du côté du droit de l'enfant, plutôt que du droit à l'enfant.

En revanche, il me semble anormal qu'un couple de personnes homosexuelles ne bénéficie pas d'un statut juridique protecteur en cas de décès ou de séparation, malgré parfois des années de vie commune. C'est pourquoi le groupe UMP défendra un amendement visant à créer une forme d'alliance civile réservée aux couples de même sexe. Cette alliance n'ouvrirait pas droit à l'adoption, mais protégerait les personnes des accidents de la vie. Notre démarche montre combien on peut à la fois être opposé au mariage pour les couples de même sexe et engagé dans la lutte contre toutes les discriminations, dont l'homophobie. Et je dénonce par avance tous les amalgames et excès qui pourraient inutilement blesser les citoyens qui s'engagent pour ou contre ce projet.

Contenus liés:
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 11:59

Mes chers amis,

2012 a été une année difficile pour les Français. Cela a été aussi une année difficile pour notre famille politique. Nous avons connu la défaite. Nous avons connu les tempêtes et les tourments.

Mais dans les difficultés, vous n'avez jamais renoncé.

Vous avez fidèlement continué le combat au service de nos valeurs.

Mieux, vous êtes de plus en plus nombreux à nous rejoindre : au 31 décembre 2012, l'UMP compte en effet plus de 315.000 militants. C'est un record !

Et je veux, pour cela, vous remercier du fond du cœur.

Comme militant, je sais que les dernières épreuves de l'année ont été dures à supporter. Que de temps perdu ! Que de querelles stériles ! Que de blessures inutiles !

Votre fidélité -et c'est ce que je vous ai écrit- est la plus belle réponse à tous ceux qui avaient parié sur l'explosion de l'UMP, tous ceux qui travaillaient à notre fin.

L'UMP est là, bien vivante, unie et maintenant rassemblée. C'est le 1er parti de France en force militante !

L'UMP est là, bien vivante et elle a montré avec ses trois victoires lors des dernières élections législatives partielles qu'elle était, en vérité, la seule force d'opposition crédible pour les Français.

Et c'est heureux car la France a plus que jamais besoin d'une UMP solide et rassemblée.

Nous devons très vite tourner la page des divisions et des amertumes. Il ne s'agit pas de tout oublier parce que nous devons tirer les leçons du passé pour ne plus jamais revivre les mêmes tourments. Mais nous devons aussi choisir le pardon, l'unité, l'esprit d'équipe. La fraternité ! C'est dans cet esprit que je m'inscris.

2012 appartient au passé. A nous d'écrire tous ensemble l'avenir !

Dans la période de crise terrible que traverse la France, nous avons une mission historique à relever :

L'UMP doit absolument éviter l'irréparable en s'opposant aux projets destructeurs de François Hollande ;

L'UMP doit redonner l'espérance au Peuple français frappé par la peur du déclin et du déclassement.

Je veux le dire avec force : face à la crise, il n'y a pas de fatalité.

Bien sûr, il y a une crise internationale qui rend la situation critique dans tous les pays occidentaux. Mais il y a aussi des réponses pour en sortir.

Nicolas Sarkozy, d'ailleurs, avait montré la voie. Il avait protégé les Français et préparé la sortie de crise avec des réformes courageuses. Par comparaison avec le pouvoir actuel, les Françaises et Français sont en train de reconnaître ce que nous lui devons.

Cet élan réformateur a été brisé net le 6 mai dernier par l'arrivée au pouvoir de François Hollande.

Le gouvernement, depuis, collectionne les décisions les plus néfastes pour notre économie, pour notre équilibre social, pour notre rayonnement international. La gauche ajoute de la crise à la crise.

Nous, nous savons qu'une autre politique est possible.

Nous savons qu'avec du courage, avec de la fermeté, de la générosité, nous pouvons écrire une autre histoire pour notre pays !

  • Notre économie peut redevenir compétitive et créer des emplois en France, si l'on fait enfin confiance à ceux qui travaillent, qui créent, qui investissent ;
  • Notre modèle social peut retrouver sa vitalité, s'il est fondé sur l'équilibre des droits et des devoirs et non sur l'assistanat ;
  • Nos villes et nos villages peuvent retrouver la sécurité, si la culture de l'excuse laisse place à la fermeté ;
  • Nos écoles peuvent retrouver l'excellence et le respect de l'autorité, si l'on tourne la page de l'égalitarisme ;
  • Notre société peut en finir avec les clivages mortifères si nos gouvernants arrêtent d'instrumentaliser les questions de société et de mépriser les familles ;
  • Notre pays peut renouer avec l'idéal républicain, si l'on affiche une tolérance zéro face au communautarisme et si l'on maîtrise vraiment l'immigration.

Vous savez, je ne me résous pas à voir des Françaises et des Français de tous âges frappés par le chômage alors qu'ils ont des talents immenses à faire valoir.

Je ne me résous pas à voir les forces vives de ce pays et notre jeunesse se décourager sur place ou partir.

Je ne me résous pas à voir la France s'affaiblir. Sans projet d'avenir. Sans une grande ambition collective.

Je crois en la France, en son histoire, en ses valeurs, en son génie.

Je crois, mes chers amis comme vous, en une France décomplexée, qui peut renouer avec la réussite individuelle et collective. Avec la grandeur. Avec le panache.

Alors, patiemment, avec détermination et avec audace, il faut que l'UMP redonne du souffle à cette France que nous aimons tant.

Avec vous, je veux que nous placions l'année 2013 sous le signe de la reconquête.

La reconquête, elle se fera par notre opposition nationale. Par une opposition solide, argumentée, tonique. Dans les médias, au Parlement, dans le débat public.

Et même dans la rue, quand cela est nécessaire. Avec notamment la manifestation nationale du 13 janvier prochain contre le mariage et l'adoption pour les couples de même sexe.

La reconquête, elle se fera par un travail de fond, afin de préparer un projet d'alternance crédible. Il faut écouter les Françaises et les Français, leurs souffrances, leurs espérances. Il faut affirmer notre refus du politiquement correct. Et à partir de là, proposer un chemin pour la France.

Oui, contrairement à d'autres qui ne font que dénoncer, l'UMP a vocation, demain, à gouverner la France !

La reconquête, elle se fera aussi et surtout sur le terrain, par votre travail, votre enthousiasme, votre imagination, votre courage.

C'est ville par ville, village par village que nous allons reconquérir le cœur des Français. Les élections locales de 2014 seront un rendez-vous décisif. Je l'ai dit à chacun d'entre vous dans la campagne interne qui s'est tenue à l'automne dernier, nous devons le préparer dès cette année.

Nous devons lever une armée de nouveaux talents pour incarner la génération Reconquête dans tous les territoires, dans toute la France. Vous êtes cette génération Reconquête !

L'UMP va engager le plus grand plan de recrutement jamais réalisé par un parti politique. Elle va former des candidats, des équipes de campagne... Vous êtes directement concernés !

Nous allons aussi lancer cette révolution civique en nous mettant au service des Françaises et des Français, concrètement. Là où nous sommes. Avec nos moyens. Il est hors de question, évidemment, d'attendre les élections pour se rendre utile auprès des Français !

2013 va donc être une année cruciale. Je souhaite qu'elle soit pour l'UMP le début de la reconquête.

C'est vrai que nous aurons une élection interne en septembre prochain mais vous le savez, elle sera, je le souhaite de tout cœur, dans un contexte très différent de ce que nous avons connu.

Autant vous dire que dans ce moment si particulier où j'en ai appelé chacune et chacun d'entre vous à tourner la page, à se retrouver, à se rassembler, où j'ai appelé chacune et chacun d'entre vous -que vous m'ayez ou que vous ne m'ayez pas soutenu- à se retrouver sur le terrain, ensemble, parce que nos valeurs sont des valeurs partagées, je souhaite à chacune et chacun d'entre vous tous mes vœux de bonheur, de santé et de réussite. Je pense à vos proches, à vos familles. Je pense aux Françaises et aux Français.

Que 2013 soit une année de paix et de confiance ! Une année portée par l'esprit de reconquête et par l'espérance !

Avec Luc Chatel, Michèle Tabarot, Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse et tous ceux qui rejoindront dans les prochains jours notre équipe, ensemble, comme nous en sommes convenus avec François Fillon, nous allons faire de grandes et belles choses.

Pour l'UMP et pour la France !

Je vous embrasse !

Jean-François COPÉ
Président de l'UMP

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 11:57
jean françois copéPour Jean-François Copé, Président de l'UMP, la décision du Conseil constitutionnel d'annuler la taxe à 75% sur les revenus illustre l’échec des 8 premiers mois de François Hollande.

Cette promesse démagogique symbolisait le grand malentendu qui avait conduit à son élection en mai dernier. Nous avions alors dénoncé l’inconstitutionnalité de cette mesure et son caractère anti-économique. Par cynisme politique, François Hollande s’est entêté et il paye aujourd’hui son aveuglement idéologique.

Alors que tous les pays du monde nous regardaient consternés, François Hollande a trompé les Français, en leur faisant croire qu’il suffisait de « taxer les riches » pour résoudre tous les problèmes de notre pays. En réalité, dissuader les créateurs d’entreprises et punir les plus riches jusqu’à qu’ils quittent notre pays fait mécaniquement retomber l’effort fiscal sur les classes moyennes. C’est cette faute morale qui est aujourd’hui sanctionnée.

Alors que le Premier ministre s’est empressé d’annoncer que cette taxe serait réintroduite dès l’année prochaine, j’appelle solennellement François Hollande à tirer les leçons de ses échecs et à changer de politique.

Le chômage augmente dramatiquement, la croissance est à l'arrêt, le pouvoir d’achat des ménages est en baisse et plus personne ne croit capable la France d’atteindre l’objectif de réduction du déficit public à 3% du PIB.

Ce que nous attendons c’est une politique de compétitivité au service de l’emploi. Baisser la dépense publique au lieu d’augmenter massivement les impôts, réformer le marché du travail pour permettre aux entreprises d’embaucher, réformer le financement et le fonctionnement de notre protection sociale pour qu’elle soit plus efficace et moins couteuse, améliorer la formation, l’orientation, la recherche, l’innovation : voilà les clefs de la croissance.

Pour la France, il est impératif qu'en 2013 François Hollande prenne conscience de son devoir et entreprenne enfin les réformes courageuses dont nous avons besoin.

 

Jean-François Copé

Président de l'UMP

Contenus liés:
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 18:01

jean françois copéEn cette fin d'année François Hollande est plus que jamais fidèle à l'attentisme et aux incantations qui le caractérisent depuis son élection. Il avait choisi de donner une « grande » interview sur Europe 1 le 21 décembre 2012 pour dresser un premier bilan de son action.

 

De ce moment médiatique, on ne retiendra qu'une étonnante « méthode Coué » qui se résume en une formule désarmante d'attentisme : selon François Hollande si l'année 2012 a été difficile, ce n'est pas de sa faute, 2013 sera pire, mais il n'y peut toujours rien, mais « on va s'en sortir » un jour ! La triste vérité oblige à plus d'humilité et de lucidité : l'INSEE prévoit une année 2013 catastrophique sur le plan économique avec un chômage qui approchera 11% au deuxième trimestre et une croissance quasi nulle pour les deux premiers trimestres contre 0,8% prévu par le gouvernement, ce qui signifie que l'objectif intangible de 3% de déficit budgétaire ne sera pas respecté.

 

Face à ces perspectives désastreuses, François Hollande ne peut ni fuir ses responsabilités, ni refuser de fixer un plan crédible pour sortir de la crise. Et pourtant, il a préféré rester dans le registre des contes de Noël : rien, dans sa politique, ne permet de renforcer la compétitivité de notre économie au service de l'emploi, mais, il en est sûr, la courbe du chômage s'inversera. Les incantations ne peuvent tenir lieu de stratégie économique. Il y a quelque chose d'indécent à promettre aux chômeurs des lendemains meilleurs, sans prendre les moyens de parvenir à ce but.

En une demi-heure d'interview, François Hollande a donc encore et toujours choisi l'esquive : rien sur la compétitivité, rien sur la dette, mais pas un mot non plus sur la procréation médicalement assistée (PMA) le mariage et l'adoption des couples de même sexe qui divisent sa majorité et déchirent les Français, pas un mot sur l'explosion très grave de la délinquance (+8% en octobre, +5,6% en novembre), pas un mot sur l'avenir en pointillés de nos régimes de retraite, pas un mot sur le fiasco de Florange… Les évènements semblent passer sur notre Président sans le concerner personnellement.

Ce refus d'assumer son bilan, alors qu'il détient tous les leviers de pouvoir depuis plus de 7 mois, et cette incapacité à fixer un cap de réformes sont le signe d'une pusillanimité rédhibitoire pour un Chef de l'Etat et très préoccupante pour notre pays qui s'enfonce dans la crise.

Dans ce contexte, l'UMP doit incarner dès aujourd'hui le premier lieu de résistance à la politique désastreuse de la gauche, mais aussi le premier lieu d'espérance en traçant des perspectives d'avenir pour tous les Français qui s'inquiètent et qui souffrent.

UMP

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 17:54

Ump logoAlors même que les comptes des régimes de retraite se dégradent, je veux rappeler que François Hollande en porte une importante responsabilité et je ne vois pas pourquoi les agriculteurs en paieraient l’addition.

Après s’être systématiquement opposé aux réformes des retraites engagées au cours des vingt dernières années, une des premières décisions prise par François Hollande en juin dernier a été de revenir partiellement à la retraite à 60 ans, alourdissant ainsi de plus d’un milliard d’euros la charge qui pèse sur les régimes complémentaires.

S’il est indispensable de poursuivre courageusement la réforme des retraites engagées en 2010, il n’est toutefois pas question qu’il y ait des sacrifiés d’un côté et des privilégiés de l’autre.

Je l’affirme avec conviction, il n’est pas normal que la retraite des agriculteurs soit calculée sur l’intégralité de leur carrière alors que certains bénéficient d’un calcul sur les 25 meilleurs années et que d’autres, les fonctionnaires, bénéficient d’un calcul sur les six derniers mois.

Il faut en finir avec les régimes spéciaux. Nous avons bien avancé sur ce point en 2008 et je considère qu’il faut aller au bout. Malheureusement, Monsieur Hollande ne brille pas par son courage et je crains qu’il fasse des agriculteurs des sacrifiés de sa petite politique électoraliste.

Antoine Herth
Député du Bas-Rhin
Secrétaire National de l'UMP en charge de l'Agriculture

Contenus liés:
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article