Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 10:56

laurence arribage 03Mardi 23 septembre 2014, Nicolas Sarkozy a réuni autour d’un café l’ensemble de son équipe de campagne pour la  présidence de l’UMP. Laurence Arribagé, député de Haute-Garonne, participait à ce moment d’échanges autour de  l’ancien chef de l’Etat et de son directeur de campagne, Frédéric Péchenard en compagnie de Guillaume Larrivé, Nora  Berra, Laurent Wauquiez, Valérie Debord ou encore Sébastien Huygues. Laurence Arribagé aura pour missions de  porter la dynamique de campagne sur le territoire du Sud-Ouest et de mobiliser les adhérents autour de la candidature  de Nicolas Sarkozy. Laurence Arribagé tient à rappeler qu'en tant que Secrétaire départementale de la fédération UMP  de Haute-Garonne, elle s’attachera toutefois à garantir une parfaite égalité de traitement entre tous les candidats à la  présidence de l’UMP.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 18:16
L'ancien président a accordé son premier entretien télévisé à Laurent Delahousse, dimanche 21 septembre.
francetvinfo.fr
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 16:44

xavierNicolas Sarkozy annonce sa candidature à la présidence de l'UMP, les réactions à Toulouse

Nicolas Sarkozy a annoncé dans l’après-midi son retour en politique. "Au terme d’une réflexion approfondie", l’ancien chef de l’État se dit "candidat à la présidence de (sa) famille politique". Premières réactions des élus et cadres politiques à Toulouse.

"Ça y est c’est fait ?", réaction de surprise de Xavier Spanghero, secrétaire départemental adjoint de l’UMP 31, quand il apprend l’annonce de Nicolas Sarkozy de revenir en politique. "À titre personnel, j’estime que c’est une très bonne nouvelle, explique le n°3 de la fédération de la Haute-Garonne. J’ai cosigné il y a quinze jours une tribune appelant à son retour. Cela correspond à une grosse attente des militants qui me disent, où que j’aille, à quel point ils attendent son retour. C’est d’autant plus vrai depuis la crise qui secoue l’UMP car le parti n’a pas su se remettre en question notamment depuis la guerre Copé / Fillon. L’UMP changera-t-il de nom ? C’est trop tôt pour le dire. Je crois savoir que Nicolas Sarkozy y est favorable, de même d’ailleurs qu’Hervé Mariton et Bruno Le Maire, les deux autres candidats."

Réformer de fond en comble sa famille politique
Dans sa déclaration, postée sur Facebook (réseau qu’il avait déjà utilisé en 2012 pour remercier ses électeurs après sa défaite face à François Hollande), Nicolas Sarkozy ne cite à aucun moment le nom de l’UMP, se contentant de parler de sa "famille politique". Il appelle cependant de ses vœux "un nouveau mode de fonctionnement adapté au siècle qui est le nôtre et une nouvelle équipe". Cette "famille politique", "je proposerai de la transformer de fond en comble".

Président de l’UMP de 2004 à 2007, Nicolas Sarkozy aurait sans doute préféré éviter d’avoir à nouveau à présider un parti. La chute de Jean-François Copé, emporté au printemps par l’affaire Bygmalion, l’aura finalement contraint à reprendre du service au sein de l’appareil politique. Laurence Arribagé, députée UMP de Haute-Garonne et secrétaire départementale de l’UMP 31 affirme ce soir : "Je ne suis pas surprise par cette annonce, j’ai rencontré Nicolas Sarkozy en début de semaine et je l’ai senti déterminé. En parlant de sa candidature à la tête de l’UMP, il me disait qu’il "le sentait bien". Je suis satisfaite car le triumvirat à la tête de l’UMP a sans doute permis de ramener de la stabilité et de la sérénité, mais n’est pas audible. L’opposition, actuellement, n’est pas audible. Nous avons besoin d’une voix forte. En tant que secrétaire départementale de l’UMP 31, j’organiserai l’élection avec la plus grande transparence, même si Nicolas Sarkozy a mon parrainage."

Jean-Luc Moudenc a, de son côté, souhaité ne pas réagir, fidèle à sa volonté de ne pas intervenir sur les questions de politique nationale et malgré son statut de numéro 1 de l’UMP en Haute-Garonne.

"Spectacle désespérant"
Avec cette annonce, Nicolas Sarkozy se propulse également clairement dans la perspective de la présidentielle de 2017, élection à laquelle se sont d’ores et déjà portés candidats Alain Juppé et François Fillon. Le représentant local de François Fillon, et responsable de Force Républicaine en Haute-Garonne, Jean-Marie Belin, minimise d’ailleurs la portée de l’annonce de Nicolas Sarkozy : "Ce n’est pas une nouvelle d’une importance capitale, mais c’est une bonne nouvelle car il ne se présente pas à la présidence de la République mais à la présidence de l’UMP, il respecte le timing, c’est bien. Cela clarifie les choses pour la primaire de 2016. François Fillon et Nicolas Sarkozy devraient se rencontrer la semaine prochaine pour que chacun expose ses projets et points de vue."

Dans son annonce, Nicolas Sarkozy évoque, pour expliquer sa candidature, "le spectacle désespérant d’aujourd’hui et la perspective d’un isolement sans issue", visant ainsi d’une part le PS et d’autre part le FN.

"Un bilan catastrophique" pour le PS

Christophe Borgel, député PS de la Haute-Garonne réagit lui aussi ce soir : "La question n’était pas de savoir SI mais QUAND Nicolas Sarkozy allait revenir. Animé par une volonté de revanche, il nous joue la musique d’un retour pour la France sur le mode "je vous ai compris". Mais il aura du mal à jouer la carte de l’homme providentiel. Les Français n’ont pas oublié qui il est et son bilan pèse encore sur la réalité de la France. Nicolas Sarkozy n’a pas digéré sa défaite en 2012, et nul doute qu’il ne revient pas seulement pour présider l’UMP."

Autre réaction, celle du socialiste Pierre Cohen, chef de l'opposition municipale à Toulouse : "Ce n’est pas un vrai scoop. Mais je suis surpris que l’UMP n’ait que Sarkozy à mettre en perspective pour la présidentielle, comme l’homme providentiel. Cela ne donne pas l’image d’un renouvellement à l’heure où les citoyens ont une mauvaise opinion de la politique. Même si c’est une bête politique, il est porteur d’un bilan catastrophique. Je suis atterré que les responsables locaux de l’UMP le soutiennent, comme Laurence Arribagé. Cela montre l’état de destruction dans lequel se trouve l’UMP, au-delà des questions financières. Il se porte plus mal que ce que je pensais."

Après 28 mois en dehors de la vie politique, Nicolas Sarkozy ne s'est en effet pas résolu à se tenir éloigné des affaires publiques : "Au fond, précise-t-il d'ailleurs, ce serait une forme d'abandon de rester spectateur."

Objectif News : Emmanuelle Durand-Rodriguez, Paul Périé et Sophie Arutunian

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 15:00

nicolas-sarkozy.jpgMes chers Amis,
Le 6 mai 2012, au soir de l’élection présidentielle, j’ai remercié les Français de l’honneur qu’ils m’avaient accordé en me permettant de condui...re les destinées de notre pays durant cinq années. Je leur ai dit ma volonté de me retirer de toute activité publique.

Depuis, j’ai pris le temps de la réflexion après toutes ces années d’activités intenses. J’ai pu prendre le recul indispensable pour analyser le déroulement de mon mandat, en tirer les leçons, revenir sur ce que fut notre histoire commune, mesurer la vanité de certains sentiments, écarter tout esprit de revanche ou d’affrontement.

J’ai pu échanger avec les Français, sans le poids du pouvoir qui déforme les rapports humains. Ils m’ont dit leurs espoirs, leurs incompréhensions et parfois aussi leurs déceptions.
J’ai vu monter comme une marée inexorable le désarroi, le rejet, la colère à l’endroit du pouvoir, de sa majorité mais plus largement de tout ce qui touche de près ou de loin à la politique.

J’ai senti chez beaucoup de Français la tentation de ne plus croire en rien ni en personne, comme si tout se valait, ou plutôt comme si plus rien ne valait quoi que ce soit.

Cette absence de tout espoir si spécifique à la France d’aujourd’hui nous oblige à nous réinventer profondément.

Je me suis interrogé sans concession sur l’opportunité d’un retour à la vie politique que j’avais arrêtée sans amertume et sans regret.

C’est au terme d’une réflexion approfondie que j’ai décidé de proposer aux Français un nouveau choix politique.

Car, au fond, ce serait une forme d’abandon que de rester spectateur de la situation dans laquelle se trouve la France, devant le délitement du débat politique, et la persistance de divisions si dérisoires au sein de l’opposition.

Je suis candidat à la présidence de ma famille politique. Je proposerai de la transformer de fond en comble, de façon à créer, dans un délai de trois mois, les conditions d’un nouveau et vaste rassemblement qui s’adressera à tous les Français, sans aucun esprit partisan, dépassant les clivages traditionnels qui ne correspondent plus aujourd’hui à la moindre réalité.
Ce vaste rassemblement se dotera d’un nouveau projet, d’un nouveau mode de fonctionnement adapté au siècle qui est le nôtre et d’une nouvelle équipe qui portera l’ambition d’un renouveau si nécessaire à notre vie politique.

J’aime trop la France ; je suis trop passionné par le débat public et l’avenir de mes compatriotes pour les voir condamnés à choisir entre le spectacle désespérant d’aujourd’hui et la perspective d’un isolement sans issue. Je ne peux me résoudre à voir s’installer dans le monde l’idée que la France pourrait n’avoir qu’une voix secondaire.

Nous devons faire émerger de nouvelles réponses face aux inquiétudes des Français, à leur interrogation sur la pérennité de la France, à la nécessité d’affirmer sa personnalité singulière, à la promotion de son message culturel qui est sans doute la plus belle part de notre héritage.

On ne fait rien de grand sans l’unité de la nation. On ne fait rien de grand sans espérance, sans perspective.

Pour construire une alternative crédible, il nous faut donc bâtir la formation politique du XXIème siècle. Je le ferai avec le souci du plus large rassemblement, la volonté d’apaiser les tensions, et en même temps de susciter l’intérêt passionné de tous ceux qui ne peuvent se résoudre à l’abaissement de la France. Nous aurons besoin de toutes les intelligences, de toutes les énergies, de toutes les bonnes volontés. Il nous faut tourner la page des divisions et des rancunes afin que chacun puisse s’inscrire dans un projet, par nature, collectif.

Je connais les difficultés qui nous attendent. Mais l’enjeu nous dépasse tellement, les perspectives sont si exaltantes, le redressement si nécessaire qu’à mes yeux les obstacles paraissent dérisoires.

Ensemble, par la force de notre engagement, par notre conscience commune de la gravité des enjeux, nous rendrons possible le sursaut dont nul ne peut douter de la nécessité et de l’urgence.

Que chacun soit convaincu de la force et de la sincérité de mon engagement au service de la France.
NS

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 16:55

laurence arribage 03Ce jeudi 16 septembre 2014, Laurence Arribagé, Députée de Haute-
Garonne et Adjointe au Maire de Toulouse, a répondu à l’invitation de
l’ancien Président de la République, Nicolas Sarkozy.
Dans ses bureaux de la rue de Miromesnil, ils ont abordé ensemble de
nombreux sujets d’actualité.
Particulièrement attentif à la situation de la France, l’ancien Président
de la République a tenu à partager son analyse sur la situation actuelle
de notre pays avec Laurence Arribagé. En outre, il a évoqué la
situation de l’UMP avec l’actuelle Secrétaire Départementale de la
fédération de Haute-Garonne.
À quelques jours de la clôture des candidatures, Laurence Arribagé a
tenu à lui remettre en main propre son parrainage pour concourir à la
Présidence de l’UMP.

Laurence Arribagé

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 10:33

magazine-le-l-union-n--65-copie-1.jpgLe Magazine de l'Union - 65, Election à la Présidence de l'UMP, le 29 novembre et/ou le 6 décembre 2014 : Le Magazine 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 17:04

La transparence nous la devons à nos militants, nous la devons aux Français.

Haute Autorité de l'Union : Liste électorale

 publié le 11/07/2014 | Vie du parti

Haute Autorité de l'Union : Liste électorale

En application de l'article 24, paragraphe 6, du Règlement intérieur de l'Union, la Haute Autorité de l'Union arrêtera, après l'avoir contrôlée, la liste électorale en vue du Congrès extraordinaire 2014 à l'occasion duquel sera organisée l'élection du prochain Président de l'Union.Conformément à l'article 3, paragraphe 1, du...

Audit sur la situation financière de l'UMP

publié le 09/07/2014 | Vie du parti

Audit sur la situation financière de l'UMP

Découvrez l'audit sur la situation financière de l'UMP

publié le 09/07/2014 | Vie du parti

Présentation de l'audit sur la situation financière de l'UMP

Revoir la conférence de presse de l'équipe dirigeante

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 17:44

10341836 738254659549223 3736503899343494475 nJ'adhère à l'UMP avant le 30 juin 2014 pour pouvoir voter à l'élection du prochain président de l'UMP : Adhérer

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 15:48

cope 23Mes chers amis,

Je vous écris aujourd'hui, vous vous en doutez, avec une grande émotion. 

Les décisions fortes que j'ai prises hier et que j'ai annoncées publiquement à la télévision, tournent une page de notre histoire politique. Cette histoire commune, que vous avez portée, fut riche et forte d'engagements, au service de nos idées et de nos valeurs.

Oui, ensemble, nous avons fait de grandes et belles choses pour l’UMP.

Ensemble, nous avons redressé la tête après la cruelle défaite de 2012.

Ensemble, nous avons résisté face aux projets les plus dangereux de la gauche dans l’unique but de préserver l’avenir des enfants de France.

Ensemble, nous avons posé les bases d’un projet de redressement national qui permettra demain de sortir la France de l’ornière, avec plus de liberté, plus d’autorité, plus d’égalité des chances.

Ensemble, nous avons remporté aux élections municipales une victoire sans précédent dans l’histoire de la Vème République, semant dans toutes les communes de France, des graines qui compteront à l’avenir.

Ensemble, nous avons également dû faire face à des épreuves difficiles. Une déception électorale, après le scrutin européen, dimanche dernier. Des déceptions humaines, lors des querelles internes qui ont suivi mon élection ou lorsque des ambitions individuelles ont brouillé la dynamique collective.

Dans les tempêtes, vous le savez, je ne me suis jamais dérobé. J’ai toujours assumé toutes mes responsabilités, prenant la tête des troupes quand le feu faisait rage, encourageant les plus faibles, faisant face à l’adversité. C’est ma conception du rôle de chef. C’est ma conception de l’honneur.

Aujourd’hui, l’UMP est confrontée à une lourde épreuve, avec des accusations graves portant sur les dépenses de notre parti au moment de la campagne présidentielle. 

Selon plusieurs témoignages, des dépenses du Mouvement auraient en réalité servi à financer des dépenses de la campagne présidentielle de 2012, afin de masquer un dépassement du plafond de dépenses. Ces propos méritent évidemment d’être vérifiés par la justice mais en tout état de cause, il apparaît que l’UMP a très vraisemblablement réglé des factures qu’elle n’aurait pas dû honorer. 

Il y a douze jours, ces révélations ont été pour moi un choc considérable. A aucun moment, je n’avais été informé d’irrégularités dans les dépenses et les procédures de l’UMP. Dans le cas contraire, je les aurais évidemment interdites. 

Dans cette affaire terrible, je veux vous le dire une nouvelle fois, mon intégrité est totale. 

Je ne vous le cache pas, ces événements sont pour moi une épreuve douloureuse qui fait hélas partie de l’aventure humaine. Elle m'enseigne une leçon simple : être demain toujours plus exigeant et plus vigilant.

La justice est saisie ; je m’en félicite et j’espère qu’elle fera au plus vite toute la lumière sur cette affaire et sur ses responsables. Tout doit être fait également pour que jamais plus de telles irrégularités ne soient possibles à l’UMP, ou dans d’autres partis politiques.

Hier matin, mardi 27 mai, j’avais convoqué un bureau politique exceptionnel de l’UMP, afin de communiquer en toute transparence les éléments dont j’avais connaissance et afin de proposer une gouvernance renforcée de notre Mouvement.

Fidèle à la mission que vous m’avez confiée, je m’apprêtais à conduire notre Mouvement à travers cette épreuve, pour être le premier artisan de la vérité. 

Devant la violence des attaques à mon endroit, j’ai réalisé que le spectre de la division menaçait à nouveau notre Mouvement. De nouveaux déchirements risquaient de détruire tout ce que nous avons construit ensemble depuis deux ans.

Comme vous, j’ai trop souffert du spectacle des divisions de la fin de l’année 2012. 

Comme vous, j’ai trop conscience de la nécessité absolue de rester unis dans les circonstances dramatiques que traverse notre pays.

J’ai donc pris la décision de démissionner du poste de Président de l’UMP, afin de sauvegarder l’unité de notre famille politique. 

A partir du 15 juin, une direction collégiale composée d’anciens premiers ministres - Alain Juppé, François Fillon et Jean-Pierre Raffarin -, prendra la tête de l’UMP à titre transitoire. En octobre prochain, un congrès sera organisé : vous aurez de nouveau la parole pour désigner le Président de notre parti, pour exprimer votre sensibilité à travers les différents mouvements et surtout pour choisir la ligne politique que vous voulez pour l’UMP. Je me réjouis que les militants puissent dire ce qu’ils veulent pour l’avenir de notre Mouvement. L’UMP, c’est vous !

En ces moments difficiles, je pense d’abord à vous, mes amis militants et sympathisants, qui avez été de tous les combats, de toutes les campagnes. Je suis conscient de votre déception, de vos interrogations, mais je vous garantis que notre travail n’aura pas été vain, comme l’a montré notre immense succès aux élections municipales. Et je vous invite à poursuivre la reconstruction que nous avons lancée, au service de notre famille politique et de ses idéaux.

Alors que le pays sombre dans une crise qui rappelle les affres de la IVème République, alors que François Hollande est incapable d’apporter des réponses aux souffrances de notre peuple, alors que les populismes profitent des angoisses légitimes de nos compatriotes, il revient à notre famille politique de créer les conditions d’un sursaut national. Cette responsabilité historique rappelle celle du Général de Gaulle qui, en 1958, a remis la France en quelques mois sur la bonne voie grâce à un programme de réformes radicales. Hissons-nous à la hauteur de notre Histoire et inventons l’avenir qui permettra à notre Nation de retrouver son rang !

Je voudrais finir ce message par un mot plus personnel : avec vous, j’ai vécu des moments inoubliables. Votre courage, vos sourires, vos espoirs m’ont porté et m’ont poussé à donner toujours le meilleur de moi-même. Je suis fier et heureux d’avoir travaillé à la tête de l’UMP au service de Françaises et de Français formidables, qui s’engagent pour défendre notre pays et nos valeurs, bravant le mépris et l’indifférence. Beaucoup d’entre vous me connaissent et savent qui je suis, ce qui me fait avancer dans la vie, loin des caricatures et des attaques blessantes. Je continuerai de marcher avec vous sur le chemin de la reconquête. Je le ferai avec l’amour de la France chevillé au cœur, avec cette flamme qui toujours m’anime : l’envie de rendre à mon pays tout ce qu’il m’a donné.

Du fond du cœur, je veux vous dire « Merci ».

Je vous embrasse.

Vive l’UMP !

Vive la République ! 

Vive la France !


Jean-François Copé
Président de l'UMP

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 05:35

Jean-François Copé : "Je demande aux Français de ne pas douter de mon intégrité"

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article