Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 08:48

mariage-pour-tous-manifestation.jpgChers amis,

Le gouvernement de gauche nous démontre chaque jour son incapacité à faire face aux préoccupations quotidiennes des Français. Nous sommes confrontés à une politique qui conduit notre pays à la ruine. Notre priorité à tous doit être de dénoncer en permanence les dangers que fait courir cette politique irresponsable en matière économique, sociale et de sécurité.

Parmi les sujets inquiétants que le gouvernement met aujourd'hui sur la table, il y a la question du mariage et de l'adoption pour les couples de même sexe. Le gouvernement refuse un débat national sur cette question cruciale qui concerne pourtant tous les Français et fragilise les fondements mêmes de la famille.

Il est donc de notre devoir de permettre aux Français de s'exprimer tout de suite sur cette question, de leur rendre le débat confisqué par la gauche, en organisant des échanges dans toutes les fédérations, circonscriptions, cantons...

De même, je vous propose que l'UMP s'associe à la grande manifestation nationale contre ce projet qui aura lieu le dimanche 13 janvier à Paris car j'ai la conviction qu'une grande mobilisation populaire peut faire reculer le gouvernement et ce, d'autant plus, que François Hollande est mal à l'aise et hésitant sur ce sujet.

Afin d'organiser la participation de nos militants à cette manifestation, je vous invite à vous rapprocher du coordinateur local joignable à l'adresse mail suivante : manifpourtous31@gmail.com qui est notamment en charge d'organiser les transports en fonction du nombre de participants.


Jean-François COPÉ
Président de l'UMP



En pièce jointe :
- Tract de présentation de la manifestation
- Modalités de transport

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 06:41

jean françois copéChère Amie, Cher Ami,

Après plusieurs semaines éprouvantes, l’UMP sort enfin de la tourmente. Comme vous, je m’en réjouis même si je déplore sincèrement le spectacle lamentable des divisions internes qui a été donné ces derniers temps. Nous allons partir à la reconquête, sur le terrain, au plus près des Français. C’est ce qu’attendent nos électeurs, comme en atteste l’excellent résultat des trois élections législatives partielles de dimanche dernier : loin des querelles parisiennes, nos candidats UMP ont été largement élus, tandis que la gauche au pouvoir a été durement sanctionnée.

L’élection du 18 novembre dernier aurait dû être un grand succès démocratique, grâce à votre mobilisation impressionnante : vous êtes près de 180 000 militants à avoir pris part au vote ! Vous avez approuvé la nouvelle charte des valeurs de l’UMP à plus de 96% et pour la première fois, en votant pour des motions, vous avez donné vie aux mouvements qui font la diversité et la force de l’UMP. Au terme d’une campagne passionnante, dans toute la France, vous avez aussi désigné votre Président.

Le 19 novembre, la commission indépendante chargée de l’organisation et de la sincérité du scrutin a proclamé mon élection à la majorité des suffrages exprimés et cette proclamation a été confirmée par la Commission nationale des recours. A chaque instant, j’ai veillé à ce que votre vote et nos statuts soient respectés. C’est ma responsabilité de Président de l’UMP.

A la tête de l’UMP, ma responsabilité est aussi de garantir l’unité de notre famille politique. Les contestations au sujet du scrutin conduisaient notre parti à une situation de blocage dangereuse. Fait sans précédent, la création d’un groupe parlementaire dissident à l’Assemblée nationale portait le germe d’une division terrible pour notre famille. Il était hors de question de laisser les fractures se creuser jusqu’à la rupture.

Dans un esprit de réconciliation, j’ai multiplié les gestes d’apaisement en proposant notamment d’associer tous les talents de notre famille politique dans une équipe dirigeante ouverte. J’ai également proposé de remettre en jeu mon mandat au lendemain des élections municipales de 2014. François Fillon proposait un nouveau vote en urgence. Au terme d’un dialogue approfondi, nous sommes finalement parvenus à un accord. Jean-Pierre Raffarin a joué un rôle clé dans cette médiation, et je veux le remercier. Je salue également tous ceux qui, avec lui, se sont engagés au service de l’unité.

Une nouvelle élection aura lieu en septembre 2013, après une refonte de nos statuts afin que nous ne revivions jamais un épisode aussi déplorable. D’ici là, nous n’avons plus une minute à perdre pour remplir notre mission au service de nos valeurs.

Il faut s’opposer avec force et conviction à la politique de François Hollande qui mène notre pays à la catastrophe. Il faut préparer un projet d’alternance crédible. Il faut faire lever une nouvelle génération de femmes et d’hommes pour reconquérir les territoires perdus, à l’occasion des prochaines élections locales de 2014. Oui, la génération reconquête doit se mettre en marche dès cette année et rien ne doit plus l’arrêter. Cette année 2013 sera décisive. C’est ville par ville, village par village que nous allons reconquérir le cœur des Français.

Il est temps de tourner la page des rancœurs et des ressentiments. Comme tout militant, j’ai mal vécu cette période de déchirement interne. Et, puisque j’ai choisi de vous parler toujours avec le cœur, avec le souci de la vérité, je dois vous l’avouer : comme beaucoup d’entre vous, j’ai souffert de voir un tel niveau de tensions entre membres d’une même famille politique, alors que nos adversaires sont à gauche. J’ai été blessé par des attaques particulièrement perfides et sans fondement, complaisamment relayées par une certaine presse de gauche qui se réjouissait de nous voir divisés. J’ai difficilement supporté de voir mon honneur mis en cause injustement, alors que j’ai toujours considéré que le combat politique devait se faire sur le terrain des idées.Mais je le dis en toute sincérité : tout cela est derrière nous ! Il n’y a pas d’avenir sans pardon. Je prends ma part de responsabilité dans ce que nous venons de vivre et de mon côté, je choisis le pardon, le rassemblement, la reconquête. L’avenir !

Je continuerai d’aller à votre rencontre sur le terrain, comme je le fais depuis deux ans. Ensemble, nous allons préparer les prochaines élections locales afin qu’elles soient l’occasion d’une immense « vague bleue » dans toute la France.

Notre pays a plus que jamais besoin d’une UMP solide et rassemblée. D’une UMP qui assume ce qu’elle croit, ce qu’elle est, ce qu’elle veut pour la France. D’une UMP en prise directe avec le peuple français, dans les épreuves qu’il traverse. D’une UMP porteuse d’un projet d’espérance au cœur de la crise.

C’est cette UMP dont nous sommes fiers. C’est cette UMP pour laquelle nous avons fait le choix de nous engager. C’est cette UMP qui demain va gagner. Grâce à vous. Grâce à votre fidélité et à votre mobilisation.

Premier des militants, premier des opposants, je vous redis mon engagement total pour l’UMP et nos convictions. Vous pouvez compter sur moi. Et moi, j’ai besoin de vous.

Ensemble, nous allons faire de grandes et belles choses pour l’UMP et pour la France.

Avec toute mon amitié,

Jean-François Copé
Président de l'UMP

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 06:32

francois-fillon4Chers amis,

Il y a un mois, la première élection véritablement démocratique au sein de notre parti se concluait par un fiasco. Le vote des militants avait été court-circuité et trafiqué par un système opaque. De ce jour-là, date ma volonté de rendre justice à nos adhérents en leur redonnant la parole.

Je ne m’appesantis pas sur les raisons de ce fiasco et mon but n’est pas de désigner les fautifs. Aujourd’hui, nous sortons de l’impasse et je veux rassembler notre famille politique. Mais il faut la rassembler sur des bases solides, sans occulter le passé qui doit servir de leçon.

Cette crise nous a fait mal, mais il y a des moments où le choc peut être salutaire.

En 2008, au parti socialiste, l’élection volée avait été étouffée dans l’œuf et chacun était piteusement rentré dans le rang. Ni les vainqueurs proclamés ni les vaincus n’étaient sortis grandis de cette mascarade démocratique que l’UMP ne s’était d’ailleurs pas privée de dénoncer.

La désillusion et la crainte de heurter notre famille politique auraient pu nous conduire au même silence et au même cynisme que les socialistes… Mais j’ai refusé de me taire !

En dénonçant les irrégularités du vote du 18 novembre, je me suis battu pour des principes, et, croyez-moi, j’ai agi le cœur serré.

J’ai refusé de me soumettre parce que j’aime mon parti. Parce que je me fais une haute idée de la démocratie militante, de son fonctionnement, de son rôle dans la société française. Voir l’UMP considérée comme indigne de confiance par l’opinion publique m’est apparu injuste, mais aussi destructeur dans le climat actuel où le «tous pourris» mine notre engagement républicain.

J’ai voulu remettre notre démocratie sur des rails solides et j’ai livré un combat pour l’honneur de l’UMP. Aujourd’hui, ce combat nous allons le gagner ensemble. Je dis «ensemble» car quel que fut le choix des uns ou des autres dans cette élection interne, il y a du courage et de la noblesse à être membre d’un parti qui a certes failli, mais qui a aussi l’audace de se ressaisir en décidant de remettre son sort entre les mains de ses militants.

Désormais, le principe d’une nouvelle élection est acté. Justice est donc rendue à nos adhérents !

Avec Jean-François Copé, j’ai fixé le cadre de ce prochain rendez-vous électoral.

Le scrutin aura lieu en septembre, avant la session parlementaire. Certains auraient préféré un calendrier un peu plus serré, mais ce qui importe, c’est de redonner la parole aux militants dans un délai raisonnable.

Ce qui importe aussi, c’est que, cette fois-ci, tout soit fait pour que cette élection puisse être équitable et incontestable. Et pour ce faire, plusieurs conditions ont été arrêtées.

- Tous les candidats en lice devront être en mesure de mener la même campagne. Une haute autorité sera chargée de veiller à la stricte égalité des moyens entre les candidats et dirigera seule tout le processus électoral sans interférence possible de la direction ou de l'appareil de l'UMP.

- Le Président de l'UMP, s'il est candidat, devra se placer en réserve dès le début de la campagne électorale. Il expédiera les affaires courantes sans intervenir dans le processus électoral.

- Un comité de rédaction sera constitué pour proposer la réforme des statuts, du règlement intérieur et des règles d'organisation des primaires pour la présidentielle. Pour les primaires de 2016, le président de l'UMP, ou tout membre de l’équipe dirigeante de l’UMP, s'il décidait d'être candidat, devra quitter ses fonctions dans un délai suffisamment long avant le vote.

- Une équipe dirigeante paritaire de notre parti sera constituée afin que l’UMP devienne la maison de tous. Pour ma part, je ne réclame rien et ne souhaite détenir aucune fonction. Depuis le début, j’ai dit que je me battais pour des principes, pas pour ma personne.

- Enfin, j’ai indiqué que la réunification des groupes UMP à l’Assemblée Nationale interviendra dans la première quinzaine de janvier lorsque l’équipe dirigeante paritaire sera officiellement installée.

La crise que nous venons de traverser a fait souffrir nos adhérents et nos militants. La moindre des choses est maintenant de les respecter totalement en leur donnant la garantie que cette nouvelle élection sera irréprochable.

Si comme je l’espère, les choses se passent bien, alors, nous aurons redonné à l’UMP sa fierté et son unité. De cette crise nous aurons fait une force. Grâce à notre sursaut politique et moral, nous irons dignement à la reconquête des Français.

Je dis à tous nos adhérents et tous les élus qui se sont engagés pour l’honneur de notre parti mon amitié et ma gratitude. Vous m’avez donné la force de me battre. Grace à vous, l’UMP redevient le parti des militants. Ensemble, nous poursuivrons notre chemin pour nos valeurs et pour notre pays. Pour vous et vos familles, j’adresse mes vœux les plus chaleureux pour ces fêtes de fin d’année. Qu’elles soient l’occasion de partager vos joies et nos espérances.

François Fillon

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 10:08

Jean-François Copé a commenté la polémique issue du départ en Belgique, pour des raisons fiscales, de l'acteur Gérard

 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 09:29
Cope-Fillon-06.jpgJean-François Copé et François Fillon, souhaitant mettre un terme à la crise que connait l'UMP suite à l'élection de son équipe dirigeante du 18 novembre dernier, ont convenu de mettre en œuvre l'accord qui suit.

Outre la sortie de crise, cet accord vise également à jeter les bases d'une profonde réforme des statuts et du règlement intérieur de l'UMP, dont chacun convient que la rédaction datant de 2002 doit être rénovée et modernisée. Cet accord constitue également la base nécessaire à la rédaction de règles visant à l'organisation de primaires permettant la désignation de la candidate ou du candidat de notre formation politique à l'élection présidentielle. François Fillon et Jean-François Copé conviennent que cet accord ne rend plus nécessaire l'initiative visant à consulter les parlementaires sur la sortie de crise.

 

1/ Une nouvelle élection à la direction de l'UMP aura lieu au plus tard avant la reprise de la session parlementaire ordinaire d'octobre 2013 et sera précédée d'une campagne électorale, qui devra se dérouler dans l'intersession.

 

2/ Une haute autorité sera chargée de veiller à la stricte égalité des moyens alloués par le parti entre les candidats et dirigera et organisera seule tout le processus électoral sans interférence possible de la direction, de son cabinet ou des services de l'UMP.

Les conditions d'organisation matérielle d'une nouvelle élection (pas de procuration, mode d'élection, parrainages, etc.) devront faire l'objet d'un accord qui sera soumis à un Conseil national.

 

3/ Le Président de l'UMP et tout membre de l'équipe dirigeante, s'ils sont candidats à cette élection devront se placer en réserve dès le début de la campagne électorale. Le président de l’UMP expédiera les affaires courantes sans intervenir dans le processus électoral. Les salariés de l'UMP devront respecter la même période de réserve.

 

4/ Il sera constitué un comité de rédaction des statuts qui sollicitera toutes les sensibilités et les mouvements pour proposer la réforme des statuts et du règlement intérieur ainsi que la rédaction des règles liées à l'organisation des primaires pour la présidentielle.

Ce comité sera composé notamment des anciens premiers ministres du mouvement et des partis fondateurs, des anciens présidents des assemblées parlementaires et des anciens secrétaires généraux, membres du mouvement.

Il doit être acquis que le président de l'UMP, ou tout membre de l'équipe dirigeante, s'il décidait d'être candidat aux primaires devrait se mettre en congés de ses fonctions. Les nouveaux statuts devront préciser les conditions de son remplacement.

 

5/ Une équipe dirigeante sera constituée.

Elle comportera en plus du Vice-président délégué et de la Secrétaire générale, notamment un Vice-président et une Secrétaire générale déléguée.

Le reste de l’équipe dirigeante devra tenir compte de toutes les sensibilités et motions.

 

6/ L’équipe dirigeante ainsi constituée sera officiellement installée dans la première quinzaine de janvier et entrainera simultanément la réunification des groupes UMP à l’Assemblée nationale

 

7/ Cet accord vaut engagement réciproque, pour le présent et pour le futur de renonciation à toute procédure contentieuse interne et devant la justice concernant les élections du 18 novembre 2012.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 07:55

jean françois copéChère Amie, Cher Ami,

Je souhaite poursuivre le dialogue avec vous, adhérents de l'UMP. Un dialogue en toute liberté sur ce qui doit rassembler notre famille politique et sur l'opposition que nous devons conduire face à la politique de François Hollande.

Je vous ai appelé au téléphone pour vous convier à une conférence téléphonique qui aura lieu mardi 18 décembre de 18h45 à 20h00.

 

Mardi 18 décembre, entre 18h45 et 19h10, restez près de votre téléphone fixe.
Mon équipe vous appellera pour vous connecter à notre téléconférence.

Vous pouvez également visionner la téléconférence sur Internet à l'adresse suivante : www.u-m-p.org/telemeeting

Je vous remercie de votre fidélité à l'UMP. En espérant vous retrouver mardi 18 décembre à 18h45,

Très sincèrement,

Jean-François COPÉ
Président de l'UMP

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 07:39

Résultats des élections légistalives partielles

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 11:23

jean françois copéLors du bureau politique du 5 décembre, les cadres et parlementaires de notre famille politique ont marqué leur préoccupation sur la politique menée par le Gouvernement socialiste en matière économique ainsi qu'en matière de sécurité.

Quelques heures auparavant, en séance de nuit, lors de la discussion sur le crédit d'impôt, les députés UMP ont voté contre cette mesure alors que ce n'était pas la position initiale. « Nous avons découvert », explique Jean-François Copé, « que la baisse sur les cotisations sociales n'était pas celle que nous pouvions espérer ». La faute à une salve d'amendements des députés socialistes qui ont complexifié cette mesure la transformant en « effarante usine technocratique ».

« Pas de baisse des charges sociales, mesure qui s'étale dans le temps plutôt qu'un choc de compétitivité, contrôle par les partenaires sociaux de l'utilisation de ce crédit d'impôt, interdiction d'augmenter les bénéfices redistribués… Tout est organisé pour dissuader le chef d'entreprise », remarque Jean-François Copé qui s'inquiète également de la façon dont sont conduites les finances publiques. Autre exemple récent, le budget de financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) qui se traduit par 3,5 milliards de taxes supplémentaires, « sans aucune cohérence, sans aucune réforme structurelle. Tout cela va à l'encontre de la logique même de ce que l'on veut pour une politique adossée sur une baisse des dépenses publiques », souligne Jean-François Copé*.

Préoccupé de la manière dont le Gouvernement socialiste conduit de façon amateure le dossier de l'aciérie de Florange, le Bureau politique de l'UMP a également réaffirmé son attachement à la filière nucléaire et plus particulièrement au projet de l'EPR de Flamanville. Face au surcoût de construction annoncé par EDF, en raison essentiellement d'une évolution des normes de sécurité modifiées au lendemain du séisme au Japon, notre famille politique dénonce « le silence coupable » du Gouvernement Ayrault face aux attaques de ses partenaires Verts.
« Le Gouvernement n'est pas monté au créneau au côté d'EDF. Pour nous il est hors de question de renoncer à la construction de l'EPR de Flamanville sous peine de mettre en péril cette filière qui est absolument stratégique pour l'indépendance énergétique de la France, pour ses emplois », souligne Jean-François Copé.

Autre silence du Gouvernement, celui autour des propos de Cécile Duflot qui a cru bon de stigmatiser et blesser l'Eglise catholique et ses milliers de bénévoles sur la problématique des logements d'urgence alors que cette dernière travaille dans la discrétion, la fraternité, la générosité dans l'accompagnement des sans-domicile. « Stigmatiser ainsi n'est pas une bonne manière de se saisir de ce problème et cette manière idéologique de fonctionner me choque », juge Jean-François Copé.

Autre sujet d'inquiétude pointé par Jean-François Copé et les membres du bureau politique : l'insécurité et notamment l'explosion des crimes de sang. Confronté à cette situation dramatique, le Gouvernement socialiste est dans l'immobilisme. Le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur se déplacent, font des déclarations mais aucun acte ne suit. « Cette situation d'immobilisme n'est pas adaptée. Le Gouvernement doit maintenant passer aux actes », tonne Jean-François Copé qui a annoncé lors de ce point presse que l'UMP se mobilisait pleinement pour contribuer au succès, le 13 janvier 2013, de la manifestation contre le projet du Gouvernement contre le mariage des couples homosexuels et l'adoption d'enfants par les couples homosexuels.

*Après les sénateurs UMP, les députés du groupe UMP ont saisi le Conseil constitutionnel sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2013. Nos parlementaires ont fondé leur saisine sur notamment deux points: « l'insincérité du budget social » et « l'inadéquation manifeste entre les prévisions de dépenses et les prévisions de recettes, en contradiction avec les engagements de maîtrise des dépenses publiques et des déficits ». Les députés UMP « regrettent enfin l'absence de réformes structurelles pourtant indispensables ».

 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 11:17

logo umpL'ahurissant imbroglio gouvernemental sur la question de Florange est avant tout une trahison pour les salariés de ce site, qui vivent un drame humain et qui ont le sentiment légitime d'avoir été trompés. Mais, cette affaire révèle également trois failles inquiétantes dans la politique du gouvernement de François Hollande : l'amateurisme de l'équipe gouvernementale, les limites des discours démagogiques face aux réalités de la crise et enfin l'absence dramatique de plan et de vision crédibles pour relancer l'économie de notre pays.

Jean-Marc Ayrault et son gouvernement ont fait preuve d'un amateurisme sidérant dans ce dossier. Après des semaines d'hésitations, de fausses annonces de reprise ou de nationalisation, de luttes intestines entre Arnaud Montebourg et son Premier ministre, on croyait tenir un accord. Et voilà qu'à peine Jean-Marc Ayrault avait-il fini d'expliquer laborieusement devant les Français que le site de Florange était sauvé, qu'on apprenait que Mittal renonçait, au moins temporairement, à un pan entier de l'accord signé avec le gouvernement, le projet Ulcos. Ce cafouillage n'est pas qu'une erreur de communication, il jette un doute global sur la crédibilité d'un gouvernement qui accumule les « couacs » depuis plus de 6 mois. Les rodomontades d'Arnaud Montebourg et les pantalonnades de Jean-Marc Ayrault ne peuvent tenir lieu de politique industrielle pour notre pays.

La seconde faille révélée par l'affaire de Florange, c'est le double discours permanent de François Hollande. Le 24 février 2012, en campagne, François Hollande se rendait à Florange et disait aux salariés : « je viens devant vous prendre des engagements […], je ne veux pas, moi, me retrouver dans la situation d'être élu sur une promesse et de ne pas revenir parce qu'elle n'aurait pas été tenue […] quand une grande firme ne veut plus d'une unité de production, elle sera obligée de la céder à un repreneur » pour qu'elle ne soit pas « démantelée ». Cette proposition était démagogique, nous l'avions dénoncée à l'époque. Aujourd'hui, elle sonne comme un mensonge car Mittal veut fermer les hauts fourneaux de Florange, et François Hollande vient d'entériner cette décision malgré ses promesses d'il y a 10 mois. François Hollande est désormais rattrapé par son cynisme de campagne et son autorité morale est discréditée.

Enfin la dernière faille est aussi la plus grave : la gauche n'a pas de plan pour sortir de la crise. C'est la raison de la détresse qui gagne tous les Français. Les trois textes phares sur le front de l'emploi et de la compétitivité - les emplois d'avenir, qui ne sont que des emplois jeunes redéguisés, la Banque publique d'investissement, qui est un assemblage de structures préexistantes, et le crédit d'impôt, qui n'efface pas les hausses de taxes sur les entreprises votées depuis l'été - ne sont que des mesures de marketing qui ne sont pas de nature à inverser la courbe du chômage. Rien dans la politique de François Hollande, qui se caractérise par l'absence de réformes de structure, ne permet d'espérer un retour de la croissance et donc de l'emploi.

Florange n'est donc pas qu'un échec ponctuel sur un dossier difficile, c'est le symptôme d'une crise beaucoup plus profonde de la politique et de la méthode de François Hollande. C'est le symptôme d'une gauche à la dérive face à laquelle, en tant que Président de l'UMP, j'entends incarner une opposition sans concession dans l'intérêt supérieur de la France.

UMP

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 06:30

Déplacement de Jean-François Copé à Nancy


Discours de Jacques Lamblin à Nancy par ump
Discours de Nadine Morano à Nancy par ump
Discours de Jean-François Copé à Nancy par ump

Télécharger le discours de Jean-François Copé (pdf - 318 ko)

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article