Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 06:14

La conférence de presse que j’ai tenue le mardi 18 septembre a donné lieu à un reportage sur TLT que vous pouvez visionner ici :


Conférence de rentrée de Jean-Luc Moudenc... par teletoulouse-wizdeo

Jean-Luc MOUDENC
Député de la Haute-Garonne

Maire de Toulouse de 2004 à 2008

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 17:11
Conférence de presse – Elections à la présidence de l’UMP 2012
 
 
Les soutiens locaux de Jean-François COPE et François FILLON, candidats à la présidence de l’UMP, expliqueront leurs choix lors d’une conférence de presse commune :
 
Jeudi 20 septembre 2012 à 11 h
 
siège de la Fédération UMP 31
(6 rue Gabriel Péri – 31000 Toulouse).
 
 
Contact presse : Pierre Esplugas – Porte-parole UMP 31 (06 62 86 99 45)
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 16:59

moudenc 30Jean-Luc Moudenc, député et président de l’UMP 31, tenait une conférence de presse de rentrée ce mardi 18 septembre. Du local au national, l’ancien maire de Toulouse a abordé différents thèmes tels que le dossier Sanofi, les zones de sécurité prioritaires, le logement social ou les élections internes pour la présidence de l’UMP. Nouvellement élu à l’Assemblée nationale, Jean-Luc Moudenc tacle au passage Pierre Cohen, président de Toulouse Métropole. En cause, « une erreur dans le recensement de la population » qui entraînerait chaque année une perte de 5 millions d’euros pour Toulouse.

« En raison d’un travail de recensement mal assuré par la mairie de Toulouse depuis 2009, ce sont près de 5 millions d’euros que nous perdons tous les ans », a dénoncé Jean-Luc Moudenc, président de l’UMP 31, dès le début de sa conférence de presse de rentrée qui se tenait ce mardi 18 septembre.

Selon le recensement opéré, la croissance démographique se limiterait à 800 habitants par an depuis que Pierre Cohen est en charge de la ville. « Cela ne correspond pas à la réalité, assure le nouveau député de Haute-Garonne. Et cela serait un complet renversement de situation de tendance par rapport à la période précédente où le solde migratoire était positif de 0,5%, soit plus de 2 000 habitants par an ».

Cette erreur aurait des répercutions financières pour la ville puisque les aides de l’Etat (la Dotation Global de Fonctionnement) sont affectées en fonction du nombre d’habitants : 250 euros par habitant pour la ville et 60 euros par habitant pour la Communauté urbaine. « Les impôts des Toulousains vont devoir compenser les pertes des aides de l’Etat en raison de ces recensements mal réalisés », alerte l’élu d’opposition.

Par ces attaques destinées à l’encontre des élus de la majorité socialiste, Jean-Luc Moudenc montre ainsi qu’il faudra compter sur lui à l’occasion des prochaines élections municipales en 2014. Ce dernier ne cache pas ses ambitions et indique être officiellement candidat depuis la perte de son mandat au Capitole, en 2008. Pour autant, l’unique député UMP de Haute-Garonne ne se dit pas opposé à l’organisation de primaires internes pour désigner le candidat aux prochaines municipales.

Duel Copé / Fillon

Concernant le duel annoncé entre Jean-François Copé et François Fillon pour la présidence de l’UMP, Jean-Luc Moudenc ne prendra pas position en faveur de l’un ou de l’autre. « Je suis le président d’une fédération éprouvée par les divisions ayant eu lieu dans le passé, justifie-t-il. Nous avons consacré beaucoup d’efforts à retrouver de la sérénité. Je n’ai pas envie, par ma prise de position, de raviver des tensions. Je me dois de préserver l’unité ».

Lors de la conférence de presse, Jean-Luc Moudenc a regretté l’absence de Toulouse parmi les premières Zones de sécurité prioritaires (ZSP), une initiative lancée par le nouveau ministre de l’intérieur, Manuel Valls. Il invite ce dernier à intégrer au plus vite Toulouse dans la deuxième liste de Zones de sécurité prioritaires. « Dans l’idéal, il faudrait prendre la ville dans son ensemble et ne pas mettre en concurrence un quartier ou un autre ».

Sur la question du logement social, l’ancien maire de Toulouse a annoncé qu’il voterait la disposition législative prévoyant de relever à 25 % la part de logements sociaux dans chaque ville. « Il s’agit d’un objectif que j’ai toujours approuvé », précise-t-il.

Jean-Luc Moudenc s’est enfin exprimé sur la situation du groupe pharmaceutique Sanofi, à Toulouse. « Le désengagement des dirigeants serait une insulte au bon sens, a-t-il déclaré. Toulouse est l’une des villes ayant le plus fort potentiel de recherche en France… »

Objectif News

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 06:27

jeunes populaires 31Chers amis,

Les Jeunes Populaires organisent le Campus Régional 2012 des Jeunes qui aura lieu le samedi 22 et le dimanche 23 septembre 2012 au Camping des lacs à Merville (Le Port Haut, 31330 Merville) près de Toulouse.

Ce campus est réservé en priorité aux moins de 30 ans.

Toutefois, pour les personnes qui le souhaitent, et ne faisant pas partie des Jeunes Populaires, il est possible de s'inscrire (le nombre de place sera limité en raison des capacités d'accueil du site).

Pour cela deux possibilités :

ou

  • Par téléphone : 06 17 50 60 62
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 18:00
TGV 117L’UMP 31 exprime son complet désaccord concernant la proposition de la députée socialiste de Haute-Garonne Catherine Lemorton d’accueillir à Toulouse des salles de shoot.
 
D’une manière générale, on ne peut qu’être dubitatif sur une autorisation donnée officiellement  par les pouvoirs publics de consommer des drogues dures. L’Etat n’a pas à encourager, au contraire, ce type de pratiques. Penser que l’on peut limiter la consommation de drogues tout en légitimant celle-ci relève d’une idéologie libertaire que nous ne partageons pas.
 
Ensuite, que Toulouse soit une ville test pour expérimenter les salles de shoot n’est pas de nature à nous rassurer. L’existence de telles salles présente le risque d’attirer dans la ville toute une frange de la population en mal de consommation. Toulouse n’a pas à être pionnière dans la consommation de drogues !
Nous demandons donc au Maire de la ville, Pierre Cohen, de se positionner clairement pour que Toulouse ne candidate pas à l’expérimentation des salles de shoot.
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 12:14

moudenc 16Dans un article de presse locale paru le 17 août dernier, le Président du Conseil général se dit "inquiet" au sujet du développement de l'insécurité à Toulouse. "Je constate aujourd'hui que le climat général dans les quartiers toulousains se détériore dangereusement" reconnait Pierre Izard.
Dans le même article, il indique désormais espérer convaincre Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls d'inscrire Toulouse, grande oubliée de la première vague de classement, en Zone de Sécurité Prioritaire.

Sur le fond, je me réjouis de cette prise de position lucide. Elle vient conforter la démarche que j'ai engagée il y a déjà deux semaines auprès du Ministre de l'intérieur afin de réparer au plus vite cette carence préjudiciable pour Toulouse.

Mais grande a été ma surprise en voyant la réaction qu'elle a provoquée au Capitole de la part des amis politiques de M. Izard !

Le twitt de l'indifférence.

En effet, ces déclarations ont été accueillies par la municipalité avec une légèreté et une indifférence inquiétantes : "Viens de lire un entretien passionnant dans la DDM... Moi quand je ne "suis pas un spécialiste de la question" je m'abstiens de parler." pouvait-on lire sur le compte Twitter du Président du Groupe Socialiste Radical et Républicain du Conseil municipal. Seul élu de la majorité municipale à s'exprimer sur ce sujet dans la journée de vendredi, cet adjoint important a visiblement été chargé de se faire le porte-parole du Maire de Toulouse, resté silencieux.

On est loin de ce qu'il aurait fallu pour notre ville: que les différents responsables de collectivités locales parlent d'une seule et même voix pour obtenir du Gouvernement l'inscription de Toulouse en Zone de Sécurité Prioritaire, avec les moyens supplémentaires qui vont avec pour lutter contre l'insécurité !

Il est vrai que Pierre Izard décrit avec réalisme un quotidien bien différent de la vision idyllique développée il y a quelques semaines par la communication municipale sur le thème "tout va bien à Bagatelle" à propos de l'avancée du GPV (Grand Projet de Ville) et de la rénovation urbaine.

Manifestement, les évènements de Bagatelle et l'absence de Toulouse de la liste des Zones Prioritaires de Sécurité ne préludent aucune remise en question du côté de la municipalité, laquelle ne se soucie guère de l'insécurité des Toulousains.

Je le déplore car je pense que nous devrions être tous unis pour dénoncer les situations de non droit et défendre les habitants et les services publics victimes des délinquants.

Je réaffirme ici ma conviction que l'indispensable effort de rénovation urbaine en faveur des quartiers ne servira à rien s'il est ruiné par une insécurité et une violence permanentes.

 

Jean-Luc MOUDENC
Député de la Haute-Garonne
Maire de Toulouse de 2004 à 2008

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 12:33

moudenc 27Les collectivités locales jouent un rôle prépondérant dans l’économie du BTP.

Depuis la faillite de Dexia, elles ont du mal à trouver des organismes prêteurs pour financer leurs investissements. Cela implique leur baisse, laquelle est fortement préjudiciable pour les entreprises de travaux publics.

Aussi, j’ai souhaité alerter le Ministre de l’Économie sur ce point en lui transmettant cette semaine une question écrite qui est reproduite ci-dessous.

Il est urgent de mettre en place l’institution qui prendra la suite de Dexia !

Jean-Luc MOUDENC
Député de la Haute-Garonne
Maire de Toulouse de 2004 à 2008

Question écrite :

« M. Jean-Luc Moudenc alerte M. le ministre de l'économie et des finances sur la problématique des entreprises de travaux publics en France, et notamment en Midi-Pyrénées, qui subissent une dégradation accentuée de leur activité et conditions de travail. Baisse intervenue du chiffre d'affaires (- 6 % entre 2007 et 2011 en Midi-Pyrénées avec une nouvelle baisse significative en 2012), augmentation des délais de paiement qui entraîne l'augmentation des lignes de crédit court terme pour les entreprises, contraintes additionnelles en matière environnementale, d'insertion, de santé, de sécurité et une concurrence étrangère à bas coût de concurrence, sont autant de facteurs de fragilisation de tout un secteur d'activité et du développement de nombreux territoires. De plus, les interrogations des collectivités sur leur capacité à financer leurs projets d'infrastructures contribuent lourdement à l'aggravation de la situation. Au regard de ces éléments alarmants, la Banque postale a annoncé le 7 juillet 2012 un doublement de l'enveloppe de crédits à court terme mis à la disposition des collectivités locales françaises en raison de la déconfiture du groupe franco-belge Dexia, en cours de démantèlement. Ainsi, la Banque postale, qui envisageait initialement de mobiliser 2 milliards d'euros pour répondre aux besoins des collectivités, devrait donc prêter 4 milliards d'euros. Certes il s'agit d'une somme significative mais néanmoins insuffisante au regard des besoins. De surcroît, la Banque postale n'a pas pour vocation initiale de financer les collectivités locales. Aussi, il lui demande quelles mesures peuvent être envisagées pour soutenir les entreprises de travaux publics en difficulté et s'il serait rapidement possible de créer une entité bancaire spécifique dédiée uniquement au financement des collectivités locales qui pourrait à la fois les aider à sortir du piège des emprunts toxiques et leur octroyer des financements permettant notamment le maintien du niveau d'activité des travaux publics, et plus largement de contribuer à la relance de la croissance. »

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 12:10

Chers Amis,

Voici le 1er numéro de notre newsletter que nous vous adresserons désormais régulièrement pour rendre compte de notre mandat de conseiller régional.

Vous y trouverez des articles présentant les principaux dossiers examinés lors de l’assemblée plénière et de la commission permanente du Conseil régional.

Bonne lecture et à très bientôt !

Laurence ARRIBAGE, Sacha BRIAND, Elisabeth POUCHELON et Vincent NOVES

Conseillers régionaux de la Haute-Garonne

Laurence ARRIBAGE : faute d’une maîtrise des dépenses de fonctionnement, la Région réduit ses investissements…

 

L’approbation des comptes 2011 de la Région Midi-Pyrénées, lors de l’Assemblée Plénière du 28 juin 2012 a confirmé le désengagement et le manque d’ambition de la majorité régionale, que nous dénonçons depuis 2 ans.

Les effets d’annonce réguliers de Martin Malvy, à coups de grands plans régionaux et de communiqués de presse, ne masquent pas la réalité des chiffres : en 2011, les dépenses d’investissement de la Région Midi-Pyrénées ont chuté de 100 M€, soit 25% de baisse, alors que dans un même temps, le résultat financier augmentait dans les mêmes proportions.

En choisissant d’épargner au lieu d’investir, la Région Midi-Pyrénées s’inscrit dans une logique incompréhensible, qui pénalise l’économie régionale et se place en opposition avec la relance de la croissance par l’investissement si chère au Président de la République.

En préférant économiser sur l’investissement plutôt que de réduire ses dépenses de fonctionnement, la Région passe également outre les conclusions du récent séminaire gouvernemental sur les finances publiques, qui convergent avec les positions soutenues, il y a quelques mois, par le gouvernement de François Fillon : gel des dotations de l’Etat et nécessaire réduction du train de vie des collectivités locales. Bizarrement, la majorité régionale qui poussait alors des cris d’orfraie tente aujourd’hui d’esquiver ce débat, qui, on le sent bien, provoque un malaise au sein de certaines de ses composantes.

Enfin, nous avons également mis en garde la majorité régionale contre la tentation d’un acte III de la décentralisation qui, sous le couvert de réorganiser les compétences des collectivités serait le cheval de Troie qui cacherait de nouvelles hausses de la fiscalité des ménages et des entreprises pour financer des dépenses publiques supplémentaires.

 

Sacha BRIAND regrette le manque d’ambition du Schéma régional climat air énergie

 

Lors de l’examen du schéma régional climat air énergie durant l’assemblée plénière du Conseil régional du 28 juin 2012, Sacha BRIAND a regretté le manque d’ambition de ce schéma et l’absence de volet industriel et de recherche.

Regrettant que le Plan ne fixe que de vagues objectifs sur la production d’énergies renouvelables, Sacha BRIAND a également constaté que les objectifs affichés – et prévoyant une part de 43% d’énergie renouvelable en 2020 – n’étaient adossés à aucune mesure concrète dans le domaine :

- du développement de l’énergie hydroélectrique qui constitue aujourd’hui 93% de la production régionale d’énergie renouvelable, ce secteur doit être conforté et renforcé, il est simplement oublié dans le schéma,

- du développement de l’éolien pour lequel la région a fixé des zones favorables de développement de façon extrêmement larges sans se préoccuper de la réalité de la faisabilité des projets tant en ce qui concerne le raccordement aux réseaux de distribution que de l’acceptation de ces implantations par les populations locales. Pourtant, le territoire régional est suffisamment étendu pour permettre de restreindre les zones de développement de l’éolien aux seules zones réellement adaptées et où les populations locales sont favorables permettant ainsi une faisabilité réelle des projets,

- de la recherche et du soutien au développement de filières industrielles, source potentielle de création d’emplois dans ce secteur des énergies renouvelables : le schéma régional qui favorise le développement de ces énergies n’envisage jamais la moindre action pour favoriser le développement de la recherche ou des filières industrielles dans ce domaine.

 

Vincent NOVES : désenclaver l’agglomération et les territoires

 

Intervention de Vincent NOVES rapporteur d’un amendement :

« Cet amendement est dans la lignée de ce que j’indiquais tout à l’heure, mais permettez moi s’il vous plaît, avant de le défendre d’apporter une précision, car à l’écoute des propos du Président, je pense m’être mal exprimé ou avoir été mal compris concernant le contournement de Toulouse. Je ne parlais pas d’un contournement routier, puisque celui-ci a été enterré, il est donc inutile d’y revenir, je parlais de la mise en place d’un programme ambitieux de transport en commun – bus en site propre ou tramway – pour faciliter la circulation des habitants de l’agglomération toulousaine de ville à ville, puisque nous savons que les transports sont développés exclusivement pour desservir le centre ville de Toulouse et que se posent des problèmes de transport et de trajet lorsque l’on veut se rendre de Balma à Blagnac, de Castanet à Portet-sur-Garonne, c’est à dire entre les villes de la première et de la deuxième couronne toulousaine, là où justement le SCOT a prévu une densification de l’habitat et des zones d’activités de façon importante.

Quant à nos prédécesseurs qui ont développé les réseaux de transport, je crois que nous n’avons pas à rougir du bilan de nos « amis politiques », comme le disait Monsieur SUAUD : les lignes A et B du métro, la ligne du tramway. Je tenais à le préciser.

Je préciserais également que la dette de TISEO-SMTC était votée à l’unanimité, y compris avec le soutien des partis de gauche.

Concernant cet amendement, comme nous le disions tout à l’heure il y a urgence à désenclaver le secteur d’emploi de Castres-Mazamet en pleine mutation et reconversion économique et industrielle. Par conséquent si la mise en concession avec un péage permet de gagner du temps et d’apporter des solutions à ce bassin de vie, nous soutenons cette solution de façon raisonnée. C’est pourquoi nous pensons que l’amendement que nous vous proposons laisse un peu plus de liberté et permet de gagner un temps précieux pour désenclaver ce secteur ».

 

Elisabeth POUCHELON : Université de Toulouse, inquiétudes sur le Plan Campus

 

A la fin du mois de mai 2012, le Président nouvellement élu de l’Université Paul Sabatier, Bertrand MONTHUBERT, annonçait dans la presse, la suspension du Plan Campus, pour réévaluer l’opportunité de recourir au PPP. Il conteste notamment la nécessité de compléter à hauteur d’environ 600.000 € par an sur le budget propre de l’université, le financement accordé par l’Etat à travers les intérêts de la dotation en capital de 350 millions.

Il faut savoir que l’université, ne consacrait jusqu’ici que 500.000 € par an aux actions de maintenance, pour un budget de 54 M €, soit environ 1%, alors que la norme dans les autres universités françaises, se situe plutôt au niveau de 5%. Le prédécesseur de l’actuel Président avait donc planifié une montée en charge progressive de cette enveloppe sur quatre ans, d’ici la livraison des bâtiments PPP, pour la porter à 2,5 M€, qui permettait de faire face au complément de financement de 600.000€, tout en portant les dépenses de maintenance du reste du campus à hauteur d’environ 2M€.

On assiste aujourd’hui à un revirement qui ressemble à une posture politique, dès lors que l’on voit mal comment, à ce stade d’avancement des procédures, et dans le contexte budgétaire national, on pourrait financièrement, juridiquement et en terme de délais, repasser d’un projet PPP à un projet loi MOP sans compromettre le projet lui-même.

 

Nous craignons qu’après quelques mois de discussions infructueuses avec le Ministère, et comme le laisse entendre Monsieur MONTHUBERT lui-même dans ses déclarations, on revienne au PPP tel qu’il était initialement défini, avec comme seules conséquences le retard pris dans les projets, et peut-être quelques pénalités.

 

La tentation de relancer le débat sur l’opportunité des PPP n’est pas acceptable, en ce cas d’espèce, au nom d’une forme de continuité de l’action publique, car ce projet est acté depuis 2008, les différents partenaires sont engagés depuis plusieurs années, les procédures administratives sont avancées, en loi MOP pour certaines, en PPP pour d’autres.

 

La Région contribuant de manière globale au Plan Campus à hauteur de 25 M€ Mme BELLOUBET Vice présidente de la Région a répondu à ma question lors de la dernière assemblée plénière en assurant qu'il n'y aurait aucun retard pris. Nous serons vigilants pour suivre ce dossier qui a un impact majeur sur l’enseignement supérieur et la recherche dans notre région.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 11:46

LE JEUDI 12 JUILLET 2012
à 19H
à
la Fédération UMP 31
6 rue Gabriel Péri
31000 Toulouse

En présence de :

Jean Luc MOUDENC

Président de l’UMP 31

Député de la Haute-Garonne

Maire de Toulouse de 2004 à 2008

 

 

Franck RIESTER

Député de la Seine-et-Marne

Maire de Coulommiers

Porte-parole adjoint de Nicolas Sarkozy en 2012

 

La première partie de la soirée sera consacrée à une échange informel avec nos deux députés sur l’actualité politique et sur le travail de reconquête et de reconstruction qui nous attend

La seconde partie de la soirée se déroulera dans un restaurant proche de la Fédération. Merci de confirmer votre présence au repas très rapidement en complétant le formulaire d’inscription en ligne ICI : https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?formkey=dGtZT2lyYVBQeEVDV2U1Q05obEhNNHc6MQ

 

Pour toute information supplémentaire merci de nous contacter

au 06 17 50 60 62

ou par mail contact@jeunesump31.fr

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 07:04

Depuis avril 2012, Toulouse est le centre de beaucoup de préoccupations desquelles on se serait bien passées. Alors que certains criaient de manière scandaleuse à la manipulation sarkozyste avec l’Affaire Merah, difficile de toujours soutenir cette thèse pour les deux prises d’otages qui se sont déroulées dans notre cité depuis début Juin.

 

Alors que l’arrivée au pouvoir de François HOLLANDE, et la confirmation de son assise par une majorité parlementaire, était censée encourager le changement, la tolérance et le multiculturalisme, il est surtout plus pertinent de constater que ce « changement » n’a rien changé du tout, et que la hausse de l’insécurité n’était nullement due à une prétendue haine entretenue par Nicolas SARKOZY et Claude GUEANT puisque, aujourd’hui, les deux sont en dehors des responsabilités.

Au contraire, la vérité est que Nicolas SARKOZY s’était acharné contre la délinquance, mais ce combat n’est pas facile, et nécessite de la fermeté, que n’a pas l’actuel Gouvernement. Nous le voyons bien avec les récentes annonces concernant les mineurs délinquants ou les récépissés pour les contrôles d’identité.

La vérité, c’est que François HOLLANDE a fait le choix de la normalité et de la médiocrité, refusant d’accepter des vérités. En refusant de comprendre qu’il y avait un vrai problème d’insécurité en France (lié à différents facteurs d’ailleurs), la nouvelle majorité de gauche brade notre sécurité sur l’autel de son dogmatisme.

Cependant, avec notre député Jean-Luc MOUDENC, nous espérons vivement que cette situation d’insécurité va cesser sur Toulouse, et nous ne doutons pas que, face au reste des députés de la Haute-Garonne qui défendront béatement le si dangereux programme socialiste, nos députés de la droite et du centre seront là pour défendre, la sécurité, la régulation de l’immigration et la justice !

 

Virgile TORRES

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article