Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Archives

3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 08:34

groupe-01.jpgChers Amis,

Vendredi 26 mars a eu lieu la séance d’installation du nouveau Conseil Régional. Comme je m’y suis engagée au cours de la campagne des élections régionales, je souhaite vous rendre compte régulièrement de la teneur des débats qui ont lieu au sein de l’assemblée.

-        L’ordre du jour était naturellement consacré en 1er lieu à l’élection du nouveau président de Région. Il avait été convenu, lors de discussions courtoises et républicaines échangées dans la semaine entre Martin Malvy et moi-même, que les deux candidats feraient une déclaration préalable au vote afin de présenter leur candidature. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque, contrairement à ce qui avait été convenu et à ce qui c’était passé semble-t-il en 2004, Martin Malvy décida, en tant que président de séance et doyen d’âge, de passer immédiatement au vote. Je n’ai ainsi pu exposer ma profession de foi que plus tard dans le flot des discours des 5 présidents de groupe.

-        Le 2ème point à l’ordre du jour concernait l’élection des vice-présidents et des membres de l’organe de décision du conseil régional qui est la commission permanente. Là encore, il avait été préalablement convenu qu’il serait procédé à deux votes distincts, l’un concernant l’élection des vice-présidents, l’autre concernant celle des membres de la commission permanente. Bis repetita : Martin Malvy ne tint pas sa parole et fit procéder à un seul vote. Ce changement de modalités de vote est d’ailleurs à l’origine de quelques confusions dans nos rangs. En effet, le Groupe « Osons Midi-Pyrénées » souhaitait s’abstenir sur l’élection des membres de la commission permanente où nous étions représentés ; en revanche, nous étions hostiles à ce que soit désignés le maximum de vice-présidents autorisé par la loi. La désignation de 15 vice-présidents (8 du temps de Marc Censi) ne répond effectivement qu’à la seule logique de remercier et de « caser » les apparatchiks Verts, Front de gauche ou Radicaux. De surcroît, cette inflation de vice-présidents est coûteuse pour les deniers publics. Malgré cette phase de rodage, n’en déplaise au « Journal de la démocratie », le groupe « Osons Midi-Pyrénées » est bel est bien rassemblé et uni : pas une seule voix n’a manqué pour mon élection à la présidence de ce groupe ou, par ailleurs, concernant l’élection à la présidence du Conseil régional.  

-        Enfin, nous voulons incarner une opposition, certes vigilante, mais aussi constructive : à ce titre, nous souhaitons occuper des présidences de commissions au Conseil régional. En effet, fort de ses 22 membres, le groupe « Osons Midi-Pyrénées » est le 2ème groupe politique le plus important au sein du Conseil régional devant celui d’Europe Ecologie, du Parti radical de gauche et du Front de gauche. Il serait donc cohérent et pour tout dire moderne, à l’image de ce qu’a pu faire le chef de l’Etat au plus haut niveau, que les présidences des commissions soient réparties en proportion de l’importance de chacun des groupes. Le groupe « Osons Midi-Pyrénées » représentant le ¼ des élus de l’hémicycle, nous demandons ainsi la présidence de 4 commissions sur 18. Rendez vous est pris pour le 8 avril prochain où seront décidées la composition et les présidences de commission.

Cette séance inaugurale a donné le ton de ce que sera la nouvelle assemblée : une assemblée où pointent déjà des escarmouches entre MM. Onesta, Picquet et Malvy : une assemblée aussi où les discussions portent davantage sur la critique de la politique gouvernementale que sur l’avenir de la région.

Vous pouvez compter sur moi afin de veiller à ce que le Conseil régional parle de Midi-Pyrénées et des Midi-Pyrénéens tant les défis à relever sont immenses.

 

Brigitte Barèges, Présidente du Groupe d’opposition régionale « Osons Midi-Pyrénées »

Partager cet article
Repost0
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 05:56

1er-ministre.jpgLors des questions d'actualité au Sénat, le Premier ministre a répondu à une question du président du groupe socialiste, Jean-Pierre Bel. Lire la réponse du Premier ministe puis voir la vidéo

 

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 06:32

Inauguration"La crise n’explique pas tout ! Les voitures brûlent toujours à Toulouse, le sentiment d’insécurité est toujours présent, le pouvoir d’achat n’évolue pas dans le bon sens, les bouchons sont quasi constants sur la rocade de Toulouse, les trains n’arrivent jamais à l’heure, … Les électeurs ont joué la carte du ras le bol, de l’anti-Sarkozy, … mais ils ont surtout voté pour la continuité. Trouvez l’erreur ! Il faut quand même admettre que la région Midi Pyrénées est enracinée à gauche depuis de nombreuses années. C’est une terre de Gauche et le journal local en est un exemple parfait. Depuis plus de 60 ans, il martèle la tête de nos concitoyens de ses idées. Les Midi Pyrénéens sont conditionnés, voir lobotomisés par un journal qui s’invite tous les jours à leurs tables et qui attaque constamment la politique de la Droite. Mais quand est il vraiment de cette tête de liste sortante, qui a gouverné durant 12 longues années et qui a été réélue le 21 mars 2010 ? C’est la force tranquille, il ne s’affole pas, n’anticipe pas, ne fait pas grand-chose à part rassurer ! Au fait, qui se souvient de M. Malvy en tant que ministre du budget ? Qu’a-t-il laissé derrière lui ? Son mandat qui a débuté le 02 octobre 1992 jusqu’au 22 mars 1993, a tellement été éphémère, qu’il est passé totalement inaperçu suite à l’arrivée fulgurante de Nicolas Sarkozy au ministère du budget du 25 mars 1993 au 11 mai 1995. Brigitte Barèges, député Maire de Montauban, désignée par les militants UMP parce que personne n’a voulu prendre le risque de se présenter face à Martin Malvy, est arrivée avec une liste rajeunie pour assumer une mission difficile : les régionales 2010. Pas du tout aidée par la patronne de l’UMP 31, Christine de Veyrac qui n’a assisté à aucun de ses meetings et qui aujourd’hui appelle au rassemblement, bafouée et ridiculisée par le journal local, temps de parole écourté sur France 3,  … elle a su se faire entendre par les militants. Elle a mobilisé les ministres qui sont venus à ses différents meetings : Luc Chatel (Ministre de l'Education nationale), Bertrand Xavier (Secrétaire général de l'UMP), Jean François Copé (Député Maire de Meaux), Dominique Baudis (Député  Européen), Eric Woerth (Ministre du Budget), … Elle a commis une erreur où a été mal conseillée : critiquer France 3, s’attaquer au journal local à qui on ne peut reprocher d’aider les siens, bousculer la force tranquille. Cette femme de caractère, d’énergie et de compétences, va donner un nouveau souffle à Midi Pyrénées puisqu’elle a décidé de démissionner de son mandat de député pour se consacrer à la région. Nous devons l’épauler, être derrière elle et la soutenir. Elle reste la seule à pouvoir reconquérir la région, en dehors de Dominique Baudis voir Jean Luc Moudenc pour la mairie de Toulouse." Le Petit Journal du 26 03 10 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 06:37
moudenc.jpgVoilà désormais deux ans que Pierre Cohen et son équipe sont en place à la mairie de Toulouse. Et à l’occasion de cet anniversaire, Jean-Luc Moudenc a tenu à faire un point des actions menées par la municipalité. Le chef de l’opposition au Conseil Municipal nous livre son sentiment critique sur le premier tiers du mandat du député maire socialiste.


Moudenc sur les deux ans de Cohen
envoyé par ToulouseInfos.
Partager cet article
Repost0
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 05:48

"La baisse des impôts locaux ne sera pas pour cette année. La mairie de Toulouse et le conseil général de la Haute-Garonne ont voté vendredi l'augmentation de leur taux d'imposition. Sur les taxes foncière et d'habitation, cela va se traduire par une hausse de 4,22 % de la part communale. La municipalité, qui pointe les dotations en baisse de l'Etat, espère en retirer 7 millions d'euros. Du côté du département, cette majoration des taux se traduit par un + 3,8 %. Pour son président, Pierre Izard, il faut faire face à la hausse des dépenses sociales née de la crise mais aussi de la suppression de la taxe professionnelle." 20 Minutes Toulouse du 30 03 10

Partager cet article
Repost0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 06:40

brigitte-barege-40.jpg"Sans surprise, Martin Malvy a été réélu vendredi à la tête de la région. Lors de la première assemblée plénière de la nouvelle mandature, ses quinze vice-présidents on...

Sans surprise, Martin Malvy a été réélu vendredi à la tête de la région. Lors de la première assemblée plénière de la nouvelle mandature, ses quinze vice-présidents ont aussi été désignés, parmi lesquels trois écologistes et un communiste. Au fil des votes, les premières anicroches sont apparues entre la majorité de gauche et son opposition de droite.

Couacs à droite
Pour marquer sa position de leader du groupe UMP, Brigitte Barèges a pris les rênes de la critique. Et pourtant, dès le troisième vote, elle pouvait compter deux défections dans ses propres rangs, parmi lesquels le maire de Tarbes, Gérard Trémège. Malgré ce premier couac, c'est unis qu'ils se sont lancés dans une autre bataille : obtenir quatre des seize présidences de commission. « Nous représentons un quart de l'hémicycle, nous souhaitons peser de la même manière dans la gouvernance », a plaidé Brigitte Barèges.
« J'ai déjà fait une expérience en 1998 et je ne la referai pas. J'avais désigné un rapporteur du budget issu de la minorité. Lors de chaque rapport, c'était devenu un temps de parole de plus pour l'opposition », a tranché Martin Malvy. Il n'a pas hésité à rappeler au passage que sa nouvelle rivale de l'hémicycle ne partageait pas les présidences de commission à la mairie de Montauban." 20 minutes Toulouse du 29 03 10 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 16:59
brigitte barège 38Discours de Brigitte Barèges le 26 mars 2010 en direct de l'hôtel de région Midi Pyrénées : 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 17:51
arribage.jpgA droite Brigitte Barèges a décidé de siéger au Conseil pour permettre l’émergeance de la jeune génération. On écoute tout de suite Laurence Aribagé qui fait sa rentrée des classes.


Laurence Arribagé conseillère au Conseil Régional
envoyé par ToulouseInfos
Partager cet article
Repost0
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 15:12
brigitte-barege-38.jpgL’ensemble des conseillers régionaux nouvellement élus s’est réunie ce vendredi 26 mars à l’Hôtel de Région, pour l’assemblée plénière d’installation du Conseil régional de Midi-Pyrénées. Au cours de cette séance, ont été élus le président du Conseil régional, les vice-présidents, et les membres de la Commission permanente. Martin Malvy a été élu président du Conseil régional Midi-Pyrénées par 69 voix contre 22. Revoir l’assemblée plénière en vidéo
Partager cet article
Repost0
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 12:44

brigitte-barege-39.jpgVendredi 26 mars 2010, a eu lieu l’élection du nouveau président du Conseil Régional de Midi-Pyrénées. Un événement important de la vie politique régionale : les vice-présidents et les commissions y sont désignés, établissant les nouveaux rapports de force entre les partis politiques. Voir Midi Pile du 26/03/10 sur France 3

Partager cet article
Repost0