Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 07:23

sarkozy 02Nicolas Sarkozy préside en fin de matinée, aux Invalides, une cérémonie d'hommage national aux sept militaires français qui, la semaine dernière, sont "tombés dans l'accomplissement de leur devoir en Afghanistan". A suivre en direct à partir de 10h20 sur TF1 et TF1 News.

En l'espace de quatre jours, sept soldats français ont été tués en Afghanistan : un premier est mort le lundi 11 juillet, victime "d'un tir accidentel" d'un militaire français, cinq autres le mercredi suivant dans un attentat-suicide et le septième le jeudi, lors d'un accrochage avec des insurgés talibans. Une série noire qui a remis au goût du jour les questions sur l'engagement français dans ce pays. Ce mardi, Nicolas Sarkozy va présider aux Invalides une cérémonie d'hommage national aux sept militaires "tombés dans l'accomplissement de leur devoir en Afghanistan".

L'avion transportant les dépouilles des soldats s'est posé lundi peu avant 19 heures à l'aéroport d'Orly. Une cérémonie d'accueil à laquelle ont assisté le Président de la République et son Premier ministre, François Fillon, a eu lieu un peu plus tard à huis clos dans le pavillon d'honneur de l'aéroport d'Orly. L'hommage de ce mardi aux Invalides débutera à 11 heures avec une cérémonie religieuse en l'église Saint-Louis des Invalides, suivie à 11h45 d'une cérémonie militaire. TF1 et France 2 ont modifié leur programme et retransmettront en direct la cérémonie.

69 soldats français tués depuis fin 2001

Après avoir passé les troupes en revue, le président Sarkozy prononcera un éloge funèbre et décorera les soldats à titre posthume. Les honneurs militaires leur seront rendus. Avant cette cérémonie, le président de la République aura rencontré les familles des militaires décédés, pour un entretien à huis clos, au Palais de l'Elysée.

Après l'annonce de la mort des soldats, le chef de l'Etat avait réuni le 14 juillet un Conseil de défense pour étudier les mesures destinées à renforcer la sécurité des troupes tricolores en Afghanistan. Près de 4000 soldats Français sont en Afghanistan, sous le commandement de l'Otan. Depuis fin 2001, 69 d'entre eux ont trouvé la mort.

TF1

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans France
commenter cet article
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 13:06

conseil-constitutionnel.jpg"Le Conseil constitutionnel a annoncé mardi avoir validé la réforme des retraites adoptée définitivement par le le 27 octobre. Treize articles qui réformaient la médecine du travail ont néanmoins été censurés par les Sages.

Sur ces 13 articles (numéros 63 à 75), «ajoutés par amendement», rappelle le Conseil dans un communiqué, il a été jugé qu'ils «n'avaient pas de lien avec le projet de loi initial». «Ils constituaient donc des cavaliers législatifs. A ce titre, le Conseil les a déclarés contraires à la Constitution», poursuit le communiqué.

Pour le reste, les Sages ont écarté tous les griefs soulevés par les parlementaires socialistes qui les avaient saisis le 2 novembre, au motif notamment que la réforme des retraites portait «atteinte aux principes d'égalité». Ainsi, la décision de , de l'Assemblée, d'interrompre les explications de vote le 15 septembre, au jour du premier vote de la réforme par les députés, «n'a pas porté atteinte aux exigences de clarté et de sincérité du débat parlementaire».

Concernant la remise en cause du principe d'égalité, invoqué par la gauche, le Conseil «a relevé que le législateur s'est fixé comme objectif de préserver le système de retraite par répartition.» «A cet effet, il a pu fixer à 62 ans l'âge minimum de départ à la retraite. Il n'a méconnu ni le principe d'égalité ni l'exigence constitutionnelle relative à une politique de solidarité nationale en faveur des travailleurs retraités». Enfin, les Sages ont jugé que «le report de 65 à 67 ans de la limite d'âge ouvrant droit à une pension sans décote n'est pas contraire au principe d'égalité entre les femmes et les hommes. Cette règle leur est commune. De plus, des dispositions particulières prennent en compte notamment la situation des parents ayant élevé trois enfants». Le Parisien du 091010

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans France
commenter cet article
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 15:55

piece-de-gaulle.jpg"Une pièce pour commémorer le 18 juin

20 millions d'exemplaires d'une pièce de 2 euros à l'effigie du général de Gaulle seront mises en circulation vendredi prochain à l'occasion du 70e anniversaire de l'appel du 18 juin. Elles ont été fabriquées à Pessac

Cette pièce commémorative sera distribuée à raison de 20 millions d'exemplaires par le biais des circuits habituels de mise en circulation de l'euro, dont le premier maillon est la Banque de France. La plupart des pièces concernées ont déjà été fabriquées à l'établissement de Pessac de la « Monnaie de Paris », qui est en charge de la production de toutes les pièces d'euro destinées à alimenter les circuits monétaires.

Une frappe symbolique de cette pièce a eu lieu hier dans cet établissement en présence de PIerre Mazeaud, président de la fondation Charles de Gaulle, d'Alain Juppé, et d'Alain Rousset, président du Conseil Régional." Le Sud Ouest du 140610

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans France
commenter cet article
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 15:50

Ump logoChers Amis, à l’occasion du 70ème anniversaire de l’Appel du 18 juin, nous avons le plaisir de vous convier à une cérémonie d’hommage au Général de Gaulle :


Samedi 19 juin 2010, à 10h30,


à Toulouse, au square Général de Gaulle



Le dépôt de gerbe sera suivi d’une conférence :

« Le destin des idées du Général de Gaulle : la rançon du succès »,

par André CABANIS,

Professeur de sciences politiques,

ancien Directeur de l’Institut d’Etudes Politiques

Samedi 19 juin 2010, à 11 heures,

à la permanence de l'UMP,

6, rue Gabriel Péri, Toulouse.


En espérant vous retrouver nombreux, veuillez recevoir, Chers Adhérents, l'expression de nos sentiments les meilleurs.



Chantal DOUNOT Secrétaire départementale de l’UMP

Christine de VEYRAC Présidente départementale de l’UMP


post-scriptum : une fête champêtre de l’UMP devrait se tenir au début de l’été, à Rieumes. Retenez d’ores et déjà votre dimanche 4 juillet à l’heure du déjeuner.

 

A lire également :

Le Général De Gaulle disait ...

Appel du 18 juin 1940 : l'appel à la résistance du général de Gaulle

Peut-on accepter que le Général de Gaulle soit banni de l’enseignement français ?

 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans France
commenter cet article
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 06:42

De-Gaulle-01.jpgUn collectif d'enseignants proches du SNES (syndicat enseignant de gauche) réclame le retrait du programme du bac de français 2011 l'enseignement des "Mémoires de Guerre" du Général de Gaulle. C’est inacceptable. Le Général de Gaulle est un homme d’Etat aux qualités littéraires unanimement reconnues. L’enseignement de ses écrits ne saurait être remis en cause sur la seule base du dogmatisme et de l’idéologie.

Nous vous encourageons dans ces conditions à signer la pétition initiée sur ce sujet par l'UNI. 

» Signer la pétition de l'UNI pour le maintien des écrits du Général de Gaulle au baccalauréat

 

 

 

à lire : Appel du 18 juin 1940 : l'appel à la résistance du général de Gaulle

à lire : Le Général De Gaulle disait ...

 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans France
commenter cet article
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 06:06

Général De GaulleLe 18 juin 1940, le général de Gaulle lance son célèbre appel à la Résistance sur les ondes de la BBC  depuis Londres : refusant la capitulation de la France face à l’ennemi nazi, le général de Gaulle rejoint Londres afin d’y poursuivre le combat. Le 18 juin, il lance depuis la BBC son célèbre appel à continuer la lutte, acte fondateur de la France Libre : "Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas".

 

Texte de l'appel du 18 juin

"Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement.

 

Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat.

Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi.

De-Gaulle-03.jpg

Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.

 

Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !

 

Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.

 

Car la France n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l'Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites l'immense industrie des Etats-Unis.

 

Cette guerre n'est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là.

 

Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.

 

Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.

 

Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres."

 

affiche-appel-18-juin-1940.jpg

 

L'Appel du 22 juin 1940

Il n'y a pas eu d'enregistrement (audio ou vidéo) de l'Appel du 18 juin 1940 contrairement à celui du 22 juin 1940 avec lequel on le confond souvent :

 

TEXTE DE L'APPEL du 22 JUIN 1940

 

 

Le gouvernement français, après avoir demandé l'armistice, connaît, maintenant, les conditions dictées par l'ennemi.


Il résulte de ces conditions que les forces françaises de terre, de mer et de l'air seraient entièrement démobilisées, que nos armes seraient livrées, que le territoire français serait totalement occupé et que le gouvernement français tomberait sous la dépendance de l'Allemagne et de l'Italie.


On peut donc dire que cet armistice serait non seulement une capitulation mais encore un asservissement.


Or, beaucoup de Français n'acceptent pas la capitulation ni la servitude pour des raisons qui s'appellent l'honneur, le bon sens, l'intérêt supérieur de la patrie.


Je dis l'honneur, car la France s'est engagée à ne déposer les armes que d'accord avec ses alliés.


Tant que ses alliés continuent la guerre, son gouvernement n'a pas le droit de se rendre à l'ennemi.


Le gouvernement polonais, le gouvernement norvégien, le gouvernement hollandais, le gouvernement belge, le gouvernement luxembourgeois, quoique chassés de leur territoire, ont compris ainsi leur devoir.


Je dis le bon sens, car il est absurde de considérer la lutte comme perdue.


Oui, nous avons subi une grande défaite.


Un système militaire mauvais, les fautes commises dans la conduite des opérations, l'esprit d'abandon du gouvernement pendant ces derniers combats nous ont fait perdre la bataille de France.


Mais il nous reste un vaste empire, une flotte intacte, beaucoup d'or.

 

Il nous reste des alliés dont les ressources sont immenses, et qui dominent les mers.


Il nous reste les gigantesques possibilités de l'industrie américaine.


Les mêmes conditions de la guerre qui nous ont fait battre par cinq mille avions et six mille chars peuvent nous donner, demain, la victoire par vingt mille chars et vingt mille avions.


Je dis l'intérêt supérieur de la patrie car cette guerre n'est pas une guerre franco-allemande, qu'une bataille puisse décider.


Cette guerre est une guerre mondiale.


Nul ne peut prévoir si les peuples qui sont neutres, aujourd'hui, le resteront demain.


Même les alliés de l'Allemagne resteront-ils toujours ses alliés ?


Si les forces de la liberté triomphent finalement de celles de la servitude, quel serait le destin d'une France qui se serait soumise à l'ennemi ?


L'honneur, le bon sens, l'intérêt supérieur de la patrie commandent à tous les Français libres de continuer le combat là où ils seront et comme ils pourront.


Il est, par conséquent, nécessaire de grouper partout où cela se peut une force française aussi grande que possible.


Tout ce qui peut être réuni en fait d'éléments militaires français et de capacité française de production d'armement doit être organisé partout où il y en a.


Moi, général De Gaulle, j'entreprends ici, en Angleterre, cette tâche nationale.


J'invite tous les militaires français des armées de terre, de mer et de l'air, j'invite les ingénieurs et les ouvriers français spécialistes de l'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui pourraient y parvenir, à se réunir à moi. J'invite les chefs, les soldats, les marins, les aviateurs des forces françaises de terre, de mer, de l'air, où qu'ils se trouvent actuellement, à se mettre en rapport avec moi. J'invite tous les Français qui veulent rester libres à m'écouter et à me suivre.


Vive la France libre dans l'honneur et dans l'indépendance !

 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans France
commenter cet article
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 10:51

drapeau-01.jpg"On ne touche pas impunément aux symboles de la France. La preuve : la diffusion d'une photographie montrant un homme s'essuyant le postérieur avec le drapeau français a mis le ministère de la Justice dans tous ses états. Alertée par le président du conseil général des Alpes-Maritimes sur cette « affaire outrageante», Michèle Alliot-Marie, a demandé que « des poursuites pénales soient immédiatement engagées ». D'autant que l'objet par qui le scandale est arrivé avait été primé par un jury de la Fnac de Nice avant d'être publié dans le journal gratuit « Metro » le 19 mars dernier.

Saisi de l'affaire, le procureur de la République de Nice, Éric de Montgolfier, a indiqué qu'il l'avait classée le 30 mars, les « œuvres de l'esprit » étant exclues du champ de la loi depuis le 13 mars 2003.

Le PDG de la Fnac a présenté ses excuses tandis que Metro affirme n'avoir fait « que relater un événement local ». Le ministère, lui, cherche le coupable. Et la loi ne fera pas de quartier : l'outrage public à l'hymne national ou au drapeau tricolore est passible de 7 500 euros d'amende », ainsi que de six mois d'emprisonnement lorsqu'il est commis en réunion." La Dépêche du Midi du 220410

"

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans France
commenter cet article
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 14:00

drapeau-fnac-cliche-polemique.jpgUn cliché sélectionné lors d'un concours photo organisé par la Fnac de Nice crée des remous. La photo montre un homme s'essuyant le postérieur avec l'étendard tricolore.

"Cette histoire est bien pire que La Marseillaise sifflée dans les stades !" Charles-Ange Ginésy, député-maire de Peone-Valberg, dans les Alpes-Maritimes est ulcéré. L'histoire qui le fait sortir de ses gonds est celle d'une photo montrant un jeune homme, pantalon sur les chevilles, en train de s'essuyer le postérieur avec l'étendard français. Ce cliché a obtenu le coup de cœur du jury dans la catégorie Politiquement Incorrect lors d'un concours photo organisé début mars par la Fnac de Nice. Et le cliché de déclencher le courroux sur la promenade des Anglais. "De manière incontestable, le drapeau tricolore est utilisé comme papier toilette !, tonne encore Charles-Ange Ginésy. Et que cette photo soit primée par une grande entreprise nationale... On déraille totalement !"

Face à cette ire locale relayée par le Net, la Fnac a retiré le cliché controversé de la liste des lauréats de son prix. Pas de quoi calmer le courroux général. Le président du Conseil général des Alpes-Maritimes, le député Eric Ciotti, a ainsi récemment écrit à Michèle Alliot-Marie "afin qu'elle envisage d'engager une action à l'encontre des auteurs de ces agissements". En début de semaine, le ministère de la Justice n'avait pas encore reçu la missive.

"C'est de bon ton de cracher sur le drapeau français"

L'auteur de la photographie polémique, un Niçois de 25 ans féru de photographie, regrette la controverse. Elle le gêne. Lui, s'était inscrit au concours "simplement pour passer une belle journée" et tenter de gagner un nouvel appareil. Contacté par TF1 News, il déplore "une histoire de fou pour pas grand-chose". Il n'en dira pas davantage. Cette "histoire de fou" serait sans doute passée inaperçue sans un article dans un quotidien local. Publié le 19 mars, au lendemain de l'annonce des grands gagnants du concours -ils sont trois, un par thème-, le papier est illustré non pas par le cliché vainqueur de la catégorie Politiquement incorrect -une femme enceinte jusqu'aux dents en train de se griller une cigarette- mais par la photo au drapeau.
"Je plains ceux qui se prétendent intellectuels, constate amère Lionnel Luca, vice-président du Conseil général. Ça, ce n'est pas du politiquement incorrect, c'est de la provocation gratuite, c'est une injure. Le politiquement incorrect aurait été de faire cette photo avec le drapeau algérien". Il ironise : "C'est de bon ton aujourd'hui de cracher sur le drapeau français." En estimant être, lui, politiquement incorrect en réagissant.

Le drapeau tricolore et la loi

La Loi sur la sécurité intérieure du 18 mars 2003, instaure à son article 45 bis, un délit d'outrage à La Marseillaise et au drapeau français puni de 7 500 euros d'amende et de dix mois d'emprisonnement. A condition que cela soit commis lors d'un événement réglementé par les autorités publiques.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans France
commenter cet article
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 11:04

« J’ai été choqué que des jeunes supporters de l’équipe d’Algérie aient arraché le drapeau français du fronton du Capitole, pour le remplacer par le drapeau algérien, à l’issue du match de football Algérie-Egypte, et je condamne fermement cet acte inadmissible.

Comme beaucoup de Toulousaines et de Toulousains, j’ai été heureux de la victoire de l’équipe algérienne, issue d’un pays avec qui nous avons tant de liens. Les mêmes supporters auraient pu hisser le drapeau algérien à côté du drapeau français ; pourquoi pas, c’eût été un beau symbole.

Mais, là, c’est tout autre chose : c’est une agression, symbolique mais forte, qui a été portée à l’emblème principal de la communauté nationale et de la République. A quoi cela sert-il d’invoquer à tout bout de champ la citoyenneté, les valeurs républicaines, la notion de respect et la fraternité entre les peuples, pour ne pas réagir devant un tel acte, le minimiser, le comprendre pour aussitôt l’excuser presque ? Les valeurs fondamentales de notre pays seraient-elles à ce point affadies ?

Je m’étonne, en effet, que la Mairie ait laissé en place cette situation, durant des heures entières, et que le député-maire-président n’ait pas jugé utile de s’exprimer. Et je ne peux que déplorer la déclaration de l’adjoint à la diversité, qui n’a vu dans ce qui s’est passé qu’une simple « bêtise » sans conséquence, n’a émis aucune condamnation formelle, tout en développant largement un discours d’explication et d’atténuation de la responsabilité des auteurs de ce forfait. Quand les parents sont, hélas, défaillants dans l’éducation de leurs enfants, le rôle des élus de la République, n’est pas de faire dans la psychologie, mais bien de rappeler clairement les principes collectifs mis en cause. Aurions nous eu droit à pareille mollesse et indulgence si le drapeau du consulat d’Algérie, par exemple, avait subi le même sort ? Je pense que non. »

Jean-Luc MOUDENC, Maire de Toulouse de 2004 à 2008

 
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans France
commenter cet article