Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 05:45

college_saint-jory.jpgEn raison de dégâts causés par le vent violent sur la toiture de l'établissement, le collège de Saint-Jory en Haute-Garonne est fermé pour la journée, ce vendredi. Le collège de Saint-Jory restera fermé toute la journée ce vendredi pour des raisons de sécurité. Des rafales de vent violent ont endommagé la toiture de l'établissement. La décision de fermer le collège a été prise jeudi soir par le principal en accord avec l'inspection académique. La plupart des familles ont été prévenues de la fermeture jeudi soir. Seule une quinzaine d'élèves s'est présentée ce matin devant les grilles du collège. Ils ont été rapidement pris en charge dans leur famille.
Le site est désormais sécurisé. Il devrait rouvrir dès lundi.


Principe de précaution ?

Contacté par nos soins, les services techniques du Conseil Général de la Haute-Garonne indiquent que l'intervention des pompiers jeudi soir avait permis de mettre le bâtiment en sécurité. C'est le principal qui a pris l'initiative de fermer le collège ce vendredi alors que selon le Conseil Général ce n'était pas utile. Le département indique d'ailleurs qu'une trentaine d'autres bâtiments, y compris des collèges, ont subi quelques dégâts qui n'ont pas nécessité de fermeture.
Inauguré à la rentrée de septembre, le collège de Saint-Jory accueille 396 élèves.
France3

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 12:55

TGV 1253Préparation du prochain Comité de pilotage d’ici fin octobre

Suite à la décision ministérielle du 30 mars 2012, RFF a poursuivi les études et la concertation locale sur les secteurs où le choix du tracé est encore en discussion. L’avancement de ces démarches ainsi qu’un point plus global sur la préparation de la phase d’enquête à venir ont été présentés lors des réunions de commissions consultatives tenues début octobre, afin de remettre un avis aux comités territoriaux, puis au prochain Comité de pilotage de fin octobre.

Téléchargez les présentations de RFF lors des commissions consultatives* :

Le compte-rendu des garants de la concertation du GPSO

 

Les garants font un compte-rendu sur leurs actions en 2012, en particulier sur l’évaluation de la démarche de concertation du GPSO mise en œuvre par RFF sur la période 2009-2011, et confiée au bureau d’études BSA (Bureau de Sociologie Appliquée).

GPSO 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 09:58

Copé FillonVous êtes absent le 18 novembre ? Alors votez par procuration.

Je vote pour Jean François Copé par procuration

Je vote pour François Fillon par procuration

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Présidence de l'UMP
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 09:37

cope 10Chères Amies, Chers Amis,

Le Président de l’UMP élu le 18 novembre devra conduire une opposition ferme au gouvernement socialiste et mener notre parti vers la victoire aux élections locales de 2014.

J’y suis prêt ! Face à la politique désastreuse menée par la gauche, je veux incarner une droite décomplexée : républicaine, moderne et libérée du politiquement correct.

J'ai besoin de votre soutien ! D’ores et déjà si vous, ou l’un de vos de proches, savez que vous ne pourrez pas venir voter le 18 novembre, je vous invite à faire une procuration sur le site :

Comme vous, dans la continuité de l’action de Nicolas Sarkozy, je veux une droite qui propose de vraies solutions pour résoudre les problèmes des Français et donner à notre pays le sursaut dont il a besoin.

À la tête de l’UMP, je donnerai à chaque militant toute la place qu’il mérite. Nous avons besoin de rassembler tous les talents et toutes les sensibilités pour gagner avec un projet rassembleur.

D’ici le 18 novembre, je vais continuer d’aller à votre rencontre, de vous écouter, et de discuter avec vous car j’aime être avec vous !

Ensemble nous allons faire de grandes et belles choses pour l’UMP et pour la France !

Jean François Copé

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Présidence de l'UMP
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 07:23

mairieDernier Conseil Municipal en date du 11 octobre, fin de l’ordre du jour, monsieur le Maire de Saint Jory déplie une  feuille et lit un communiqué sur les démissions. Il est vrai que 9 membres de sa majorité l’ont quitté en démissionnant  avant que les élus de l’opposition ne leur emboitent le pas. Dans ses écrits ainsi lus, Monsieur le Maire attribue l’entière  responsabilité de la situation à Thierry Fourcassier. Mais Monsieur le Maire oublie que ce sont les membres de son  propre groupe majoritaire qui ont initié la démarche. Monsieur le Maire semble ne pas se remettre en question. Il lit et  clôture promptement le Conseil Municipal dès qu’il arrive en fin de page, quittant rapidement la salle. Les élus comme  le public en furent pour le moins surpris. Les questions diverses pourtant nombreuses n’ont pas pu être abordées et les  débats furent interrompus. La séance du Conseil Municipal fut levée, faute de maire. De la part du maire c’est une  nouvelle faute politique.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 06:29

la-voix-est-libre-01.jpgLes 18 et 25 novembre, les militants éliront leur président. D’ici là, le débat s’anime à droite entre les deux prétendants Jean-François Copé et François Fillon.

Nous irons en reportage à Albi à la fédération du Tarn assister à une soirée de discussion. Un échange d’idées qui se poursuivra en plateau avec nos invités le samedi 20 octobre à 11h30 sur France3 Midi-Pyrénées :

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Présidence de l'UMP
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 06:15

TGV_1336.jpgINFOGRAPHIE. Le gouvernemement a nommé une commission pour lister les projets d'infrastructures indispensables. Ses dix membres ont six mois pour remettre leur rapport. Le canal Seine-Nord, la ligne TGV Nice-Marseille sur la sellette.

Quels projets de lignes TGV seront abandonnés? Quelles nouvelles autoroutes ne sortiront jamais de terre? Mercredi, le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, ne s'est pas prononcé sur ce sujet. En revanche, il a lancé les travaux d'une commission chargée de faire le tri parmi les projets d'infrastructures «listés» dans le Snit (Schéma national des infrastructures de transport) en juillet 2010. L'État et les collectivités locales n'ont en effet plus les moyens de financer les 245 milliards nécessaires pour réaliser sur vingt ans cet énorme plan.

«La période a changé», a pudiquement résumé Frédéric Cuvillier. Au début de l'été, le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, avait été beaucoup plus direct à propos des lignes TGV: «Le gouvernement n'aura pas d'autre choix que d'abandonner certains projets, expliquait-il. Il faudra élaguer.» En fait, les seules nouvelles lignes TGV certaines d'aller au bout sont celles où le groupe chargé de leur construction a été désigné (la liaison Tours-Bordeaux, Le Mans-Rennes, le contournement Nîmes-Montpellier et le dernier tronçon du TGV-Est vers Strasbourg).

Pour le reste, qu'il s'agisse d'autoroutes, de lignes TGV ou de canal, l'État devra faire une croix sur certaines liaisons. La commission composée de six parlementaires et de quatre experts a six mois pour dire quels sont les projets prioritaires et ceux qu'on peut laisser tomber. «Les mots clés de notre mission sont élagage, hiérarchisation, planification et programmation», explique Philippe Duron, député PS et président de l'Afite (Agence de financement des infrastructures de transport) qui sera le rapporteur de cette commission.

Les projets les plus menacés? «Ceux qui n'ont jamais existé que sur le papier», a glissé Frédéric Cuvillier, refusant de donner des exemples. D'autres, qui ont fait l'objet de multiples études, risquent eux aussi de ne jamais aller au bout. À commencer par le canal Seine-Nord, qui coûterait 6 milliards et non plus 4,7 milliards comme on le pensait initialement. «Pour boucler le financement, il faudrait que l'Union européenne apporte 40 % des fonds, soit plus de 2 milliards, ce qui semble hautement improbable», glisse un expert.

Toulouse attend le TGV

Parmi les projets de TGV, un seul (Bordeaux-Toulouse) semble indiscutable. Tout simplement parce que les collectivités locales de la région Midi-Pyrénées n'ont financé la liaison Tours-Bordeaux qu'à condition que le TGV arrive un jour dans la Ville rose. La ligne Lyon-Turin (plus de 10 milliards) conserve aussi ses chances. «Hollande pourrait la faire pour se rapprocher de Mario Monti et disposer d'un allié face à Merkel», note un observateur. En revanche, la liaison Poitiers-Limoges où les prévisions de trafic sont faibles a du plomb dans l'aile. Comme Nice-Marseille, où il n'y a pas de consensus des élus. De même la prolongation de la liaison Tours-Bordeaux jusqu'à l'Espagne semble compromise, car elle ne fait pas l'unanimité dans le pays basque. Sur le réseau routier, les remises en cause risquent d'être nombreuses ; à l'époque du tout développement durable, les autoroutes n'ont pas la cote. Parmi les projets les plus menacés: les autoroutes Lyon-Saint-Étienne et Toulouse-Castres étaient réalisées, ou encore l'achèvement du périphérique de Caen.

LIRE AUSSI:

» Grand Paris express: ce qui est déjà en route

» Transports: l'Etat freine sur les lignes à grande vitesse

Le Figaro Economie
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 05:56

ump31_le-mag-4.jpgChers amis,

Veuillez trouver ci-dessous le 4ème numéro du magazine de l'UMP 31 (cliquez sur l'image pour l'afficher) :

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 06:59

Cher(e)s ami(e)s militant(e)s,

Voilà près de quatre mois que nous nous sommes engagé auprès de François Fillon. Pour fêter cette 10ème newsletter, nous laissons la parole à Christian Estrosi, ancien Ministre et Député-Maire de Nice. Christian Estrosi jouera un rôle déterminant dans l'organisation de la reconquête de nos territoires, au lendemain de notre Congrès du 18 novembre prochain : il souhaite aujourd'hui délivrer un message à l'ensemble des Jeunes avec Fillon et plus largement à la jeunesse de droite en quête d'espoir dans une France en perte de vitesse

Guillaume RIVALLAND
Porte-parole « Jeunes avec Fillon »

Valentin RAMBAULT
Coordinateur National « Jeunes avec Fillon »

 

christian-estrosiMES CHERS AMIS,

Vous représentez ce que la France a de plus beau, cette richesse que l’on ne considère parfois pas suffisamment. Vous êtes la jeunesse de France, vous représentez l’avenir de notre nation !

Je le sais, votre génération est inquiète face aux nombreuses difficultés qui se dressent devant elle : crise économique, chômage, peur du déclassement, changement climatique, tensions internationales…

Aujourd’hui, pour de nombreux jeunes en France, l’avenir est source d’incertitudes.

Alors que beaucoup se sont résignés, vous représentez cette jeunesse qui agît : cette jeunesse qui s’engage pour bâtir le monde de demain, cette jeunesse qui n’a pas peur de prendre des risques pour défendre les valeurs auxquelles elle croit !

Attaché à l’action réformatrice de Nicolas SARKOZY, vous vous êtes engagés à ses côtés pour contribuer à préparer notre pays aux enjeux de demain : autonomie des universités, revalorisation de l’apprentissage, maîtrise des déficits, réforme de l’Etat, réforme des retraites, etc.

Le temps de la Reconquête est venu, vous comme moi avons fait le même choix.

Parce qu’il incarne nos valeurs : de nation, de laïcité, de travail, de mérite, d’engagement, de responsabilité auxquelles nous nous reconnaissons tous.

Parce qu’il est aujourd’hui le mieux à même de rassembler l’ensemble de notre famille politique de la Droite et du Centre.

Parce qu’il porte un discours de courage et de vérité capable de réunir l’ensemble des Français.

François FILLON saura insuffler à notre nation et à sa jeunesse l’énergie et l’espoir nécessaires pour créer une dynamique nouvelle.

Une dynamique nouvelle qui, dans notre famille politique, devra s’appuyer sur vos talents, sur votre remarquable capacité de mobilisation au sein d’un parti moderne tourné vers le militant.

Soyez fiers de nos valeurs, soyez fiers de ce que nous représentons, soyez fiers d’être les héritiers d’une grande puissance, poursuivez votre engagement et surtout « n’ayez pas peur ! »

Bien amicalement,

Christian ESTROSI
Ancien Ministre, Député-Maire de Nice

 

francois-fillon3.jpgFrançois Fillon: « Je n'ai jamais appartenu à la catégorie des jeunes gens pressés qui savent à 17 ans qu'ils seront président...»

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Présidence de l'UMP
commenter cet article
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 06:49

françois fillonMes chers amis,

Notre marche militante s’accélère et partout où je vais, je sens cette fierté qui est en vous et cette volonté farouche d’opposer à la gauche une autre vision de la France.

Le risque de déclin qui pèse sur notre pays est réel. Chaque jour qui passe renforce l’objectif que je me suis assigné : celui de rassembler les Français autour de l’UMP pour engager le combat du redressement national.

Ma conviction, c’est que notre élection est bien plus qu’une affaire interne. Face à un pouvoir socialiste désemparé, face aux difficultés de notre pays, l’UMP doit devenir le parti de la France qui résiste et se dresse pour reprendre son destin en mains.

En seulement cinq mois, la gauche a démontré son impuissance et son irresponsabilité face à la crise économique et sociale.

Tous les feux sont au rouge ! La croissance est au point mort, le chômage s’amplifie, les entreprises n’investissent plus, les déficits ne sont plus sérieusement maîtrisés... Cette situation n’est pas seulement le produit de la crise européenne, elle est aussi le résultat d’une politique qui nous mène droit dans le mur.

J’accuse François Hollande d’avoir stoppé l’élan réformiste imprimé par Nicolas Sarkozy et d’éteindre tous les moteurs de la croissance française. Le mélange du sectarisme, de l’amateurisme et du laxisme est en train de saper toutes nos chances de rebond.

 

La confiance est brisée.

Entrepreneurs, investisseurs, tous ceux qui créent de la richesse sont asphyxiés et même offensés par le gouvernement. Ca n’est pas en injuriant la direction de Peugeot ou le Président de LVMH que l’on relancera l’activité et l’emploi.

Désigner nos chefs d’entreprise à la vindicte populaire, c’est donner les clés de l’industrie française à nos concurrents étrangers. Et opposer les entrepreneurs aux travailleurs, les «riches» aux pauvres, c’est fissurer la Nation au moment même où celle-ci devrait, au contraire, rassembler toutes ses forces productives.

La compétitivité française est anesthésiée.

Alors que la survie de nos entreprises est en jeu, le budget 2013 leur impose 10 milliards supplémentaires.

Les prélèvements obligatoires sur les entreprises atteignent déja 18% du PIB contre 11 % en Allemagne, leur taux de marge s'est effondré à 28 % contre 40 % en Allemagne, leurs capacités d’investissement sont minimales…

Pour le gouvernement, qu’importent ces chiffres !

Il a décidé de raboter la déductibilité des intérêts d’emprunts qui est la clé de l’investissement, de surtaxer les plus-values de cessions de titres, de taxer les revenus du capital comme jamais (26,5% en Allemagne, 60% en France !). La fiscalité des plus-values et des dividendes va être la plus élevée d’Europe. Avec l’ISF, nous battrons même le record mondial de la taxation du capital.

Les résultats de cette politique seront implacables: les capitaux s’exileront, les investissements seront réduits, les nouveaux produits seront sacrifiés, des marchés seront perdus, et ce faisant, l’activité périclitera et le chômage continuera d’augmenter.

La TVA compétitivité est sacrifiée.

Alors que le coût du travail en France est supérieur de 10% à la moyenne européenne, le gouvernement a supprimé, par pur sectarisme, la TVA compétitivité que nous avions mise en place pour alléger le poids du financement de la protection sociale qui pèse sur le travail. 13 milliards d’euros seront à nouveau supportés par les entreprises.

Maintenant, le gouvernement fait mine de découvrir le problème.

Il parle d’une augmentation massive de la CSG… Cette augmentation frappera directement les classes moyennes. Contrairement à la TVA compétitivité, cette CSG massue n’intégrera pas les produits importés et elle n’améliorera pas instantanément la compétitivité des produits fabriqués sur le territoire national.

La récompense du travail est dévalorisée.

Pour les classes populaires, la suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires est un coup dur porté au pouvoir d’achat des travailleurs, mais c’est aussi un frein à la motivation des salariés.

«Tous aux 35h, et pas une heure de plus !» : voilà le slogan du gouvernement, alors que tout le pays doit redoubler d’efforts pour aller chercher la croissance.

Le matraquage fiscal est enclenché.

Pour tous les ménages, la note est salée : plus de 10 milliards d’impôts nouveaux.

Abaissement du quotient familial, contribution de 0,15% sur les retraites imposables, suppression de l’assiette forfaitaire pour les particuliers employeurs, réforme des prélèvements sociaux sur les travailleurs indépendants, taux historique à 75% pour les ménages aisés…

Tous les Français vont être touchés par cette politique qui choisit l’impôt plutôt que la baisse résolue des dépenses de l’Etat. Ce choc fiscal de 20 milliards sur les contribuables et sur les entreprises, portera le coup de grâce à notre économie.

Les dépenses de l’Etat en situation de dérive.

Dans le budget 2013, l’essentiel des efforts est demandé aux entreprises et aux Français, et bien peu à la sphère publique.

La remise sous contrôle de nos finances publiques est pourtant impossible sans une profonde refonte de l'Etat-providence dont les dépenses atteignent 33% du PIB. Mais les mots «réforme de l’Etat» ne sont pas dans le dictionnaire socialiste !

Par démagogie, la machine à recrutement des agents publics est remise en marche et la Révision Générale des Politiques Publiques (qui nous avait permis d’économiser 11Mds€) est abandonnée.

Cette politique anti-entreprise, cette politique dépensière où l’impôt est partout et la réforme nulle part, conduit droit vers la récession, avec son cortège de frustrations et de violences sociales.

L’UMP ne doit pas seulement dénoncer cette politique, elle doit aussi incarner une alternative solide et crédible. C’est l’objectif de mon projet pour la France dont nous devons débattre ensemble.

Le redressement de notre pays passe par un nouveau pacte productif. Soyons clairs, pour sauver la France du déclin, il faut travailler plus, innover plus, dépenser moins !

- Il faut, une bonne fois pour toutes, abroger les lois sur les 35 heures qui ont détruit notre industrie pour donner aux entreprises et aux salariés la possibilité de négocier la durée du temps de travail.

- Il faut remplacer l’indemnisation du chômage par l’indemnisation de la formation, pour tous les demandeurs d’emploi. Chaque chômeur doit avoir la possibilité, et le devoir, de choisir une formation le qualifiant pour un métier ouvrant sur des débouchés. Cette réforme exige une refonte radicale de notre système de formation professionnelle, si nécessaire par le biais du référendum.

- Il faut instaurer l’obligation pour les bénéficiaires du RSA de participer à un travail d’intérêt général, à hauteur de 7 heures par semaine.

- Il faut simplifier l’embauche en créant un nouveau contrat de travail,alliant flexibilité et sécurité.

- Il faut alléger les charges et les contraintes qui pèsent sur l’activité, grâce à la TVA compétitivité.

- Il faut renforcer l’investissement des entreprises par la déductibilité des intérêts d’emprunt et par l’orientation de l’épargne vers les entreprises.

- Il faut simplifier les procédures qui pèsent sur l’activité en nous donnant pour objectif la suppression de 1000 normes en 5 ans.

- Il faut restaurer l’équilibre des comptes. L'effort d'économie s'élève à 120 milliards d'euros. Pour cela, je propose une triple règle d’or budgétaire qui touchera tous les niveaux : Etat, Sécurité sociale, collectivités locales.

- Il faut rénover le service public. Ce renouveau passe par la fin des 35 heures, par des fonctionnaires moins nombreux, mieux organisés et mieux payés, par une simplification radicale de la fonction publique qui devra passer de 300 corps à 20 ou 30 grandes catégories.

Voilà certaines des réformes que je propose pour relancer notre économie. L’urgence de la situation exige une thérapie de choc.

Certains disent que notre élection interne n’est pas le lieu pour en appeler à un redressement national. Je ne partage pas ce sentiment. Pour moi, le renouveau de notre parti n’est pas dissociable du renouveau de notre pays.

Pour vous, militants et adhérents, comme pour tous les Français qui nous regardent, je veux que l’UMP soit considérée comme le parti de la France.

François Fillon

 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Présidence de l'UMP
commenter cet article