Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 09:04

TGV_1337.jpgLe gouvernement va créer un gestionnaire d’infrastructures ferroviaires, qui reprendra notamment l’actuel gestionnaire du réseau ferré RFF, et qui sera rattaché à la SNCF « au sein d’un pôle public ferroviaire unifié », a déclaré lundi 29 octobre le ministre des Transports Frédéric Cuvillier.

C'était l'idée-force du grand projet de réforme ferroviaire que le gouvernement présente mardi 31 octobre : un rapprochement "au sein d'un pôle public ferroviaire unifié" de la SNCF et du gestionnaire du réseau depuis 1997, RFF. Le rapprochement se fera bien. Le ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier a confirmé l'information qui avait circulé le week-end précédent.

"Nous voulons ainsi réunir la famille cheminote sous un même toit, afin d'en finir avec les rivalités passées", a déclaré M. Cuvillier dans un entretien au journal Le Monde.

Sur ce dossier, s'opposaient schématiquement deux visions : celle de la SNCF qui préconisait une intégration de l'infrastructure au sein d'une holding commune, et celle de RFF, qui plaidait pour une véritable séparation des deux activités. C'est donc la SNCF qui l'a emporté même si Frédéric Cuvillier a réfuté toute notion de "gagnant" et de "perdant". "Tout le monde va gagner à ce rapprochement", selon lui.

Dans les faits, RFF sera absorbé par le gestionnaire d'infrastructures unifié (GIU), avec "la direction de la circulation ferroviaire, les cheminots de SNCF Infra (les infrastructures dépendant de la SNCF, ndlr), soit au total 50.000 personnes qui réalisent les travaux sur le réseau", détaille le ministre.

"Cet ensemble, une société publique nationale, dont la nature juridique n'est pas encore tranchée, sera rattachée à la SNCF au sein d'un pôle public ferroviaire unifié", précise-t-il.

 

 

Et la dette ? Et la concurrence ?

 

Reste à savoir comment la SNCF réussira à absorber la dette de RFF (qui avoisine les 30 milliards d'euros) sans que celle-ci soit requalifiée en dette d'Etat. Frédéric Cuvillier assure que les recettes commerciales couvriront 50 % des coûts d'entretien et précise que RFF ne perdra pas sa garantie patrimoniale, son réseau. Ainsi RFF continuerait de toucher les péages versés par les opérateurs ferroviaires lorsqu'ils empruntent le réseau.

Dernier obstacle : comment faire accepter le plan à la Commission européenne qui défend une séparation entre opérateurs pour permettre une concurrence non faussée ? Frédéric Cuvillier assure que le schéma retenu ne compromettra pas la concurrence. "Nous veillerons (...) à ce que toutes les garanties soient données pour que tout nouvel opérateur ait, au moment où la concurrence sera ouverte pour les transport de voyageurs en France (au plus tard en 2019, ndlr), un libre accès au réseau ferroviaire", promet-il

Le projet de loi mettant en place cette "refusion" historique devrait être présenté "à la fin du premier semestre 2013", s'est avancé Frédéric Cuvillier.
Le Moniteur

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 17:55

cope-001.jpgJeunes Populaires de Haute-Garonne : Retrouvez les photos du meeting de Jean-François Copé sur le lien suivant

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Présidence de l'UMP
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 18:28

logo umpLe secrétaire général de l'UMP se réjouit que l'UMP ait atteint, ce jeudi 25 octobre 2012, le chiffre de 300.257 adhérents à jour de cotisation. Sur un an, entre le 25 octobre 2011 et le 25 octobre 2012, l'UMP a enregistré 79.401 nouvelles adhésions ! L'UMP conforte ainsi sa position de premier parti de France.

Notre parti s'était mis en ordre de bataille comme jamais pour soutenir la campagne de Nicolas Sarkozy.

Aujourd'hui, c'est la preuve d'une vitalité militante extraordinaire puisque, malgré les défaites lors des élections présidentielle puis législatives, la dynamique d'adhésions n'a jamais fléchi. Les militants de l'UMP montrent ainsi qu'ils sont déjà prêts à repartir au combat pour s'investir dans une opposition tonique et sans concession face à la politique de François Hollande qui ruine les Français et rabaisse la France. C'est un signal fort de mobilisation envoyé à toute la gauche : les militants de l'UMP ne vont pas laisser François Hollande affaiblir la France durant 5 ans.

C'est en mettant en mouvement cette formidable force militante que l'UMP pourra dès aujourd'hui partir à la reconquête du cœur des Français et des territoires perdus afin de créer les conditions d'une grande vague bleue dès les élections municipales de 2014.

L'UMP s'affirme comme le premier lieu de résistance face à une gauche qui concentre tous les pouvoirs.

Le Secrétaire Général de l’UMP

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 17:31

JC Copé à l'UnionJean-François COPE sera l’invité du Grand Jury RTL - Le Figaro - LCI, présenté par Jérôme CHAPUIS : DIMANCHE 28 OCTOBORE à 18h 30 en direct sur RTL ( 103.9 sur Toulouse) et LCI.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Présidence de l'UMP
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 06:38
2012-10-24-Jean-Francois-Cope 1454Grace aux vidéos ci-dessous, revivez les grands moments du meeting du 24 octobre 2012 de Jean-François Copé à la grande Halle de l'Union :
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Présidence de l'UMP
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 06:15

TGV 150Le comité de pilotage de GPSO rappelle qu'il veut veiller au respect du calendrier.

Le dossier avance normalement… C'est en substance le message qu'ont voulu délivrer le préfet et les présidents des Régions Aquitaine et Midi-Pyrénées à l'issue d'une séance de travail du comité de pilotage du grand projet ferroviaire du Sud- Ouest (GPSO) organisée hier matin à la préfecture, à Bordeaux. « La réunion a été très rassurante », a insisté Alain Rousset, président de la Région Aquitaine, en soulignant « l'unicité du projet et son importance ».

5 milliards de plus

Le calendrier prévu reste donc d'actualité : lancement de l'enquête préliminaire au cours de l'été 2013 pour une déclaration d'utilité publique en 2014.

L'autre bonne nouvelle mise en avant par les élus concerne les dernières études prospectives sur la rentabilité de la future ligne. « Le projet rapportera plus aux Régions et à la France qu'il ne leur coûtera », ont souligné Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, et Alain Rousset. Selon l'une des études présentées par RFF (Réseau ferré de France), la différence entre le coût et les retombées socio-économiques serait largement positive et s'élèverait à 5 milliards d'euros sur le long terme.

Les deux présidents ont également assuré que le futur TGV devrait entraîner une hausse substantielle du nombre de voyageurs transportés, Martin Malvy citant le chiffre de + 70 % sur l'axe Bordeaux-Toulouse. Michel Delpuech, préfet de région, a en plus souligné l'importance du lien entre le projet GPSO et la desserte Béarn-Bigorre.

Sur le terrain, les litiges semblent en voie de règlement aux yeux des responsables du comité de pilotage. Pour Saint-Jean-de-Luz, on s'orienterait ainsi vers une « optimisation » de la solution initiale puisque le Conseil général de l'environnement et du développement durable a écarté la variante dite H 462. Ce tracé porté par plusieurs partenaires locaux a en effet été jugé trop coûteux, mais aussi susceptible de provoquer plus de nuisances au milieu naturel et à la population. La commission locale de concertation devrait être convoquée avant la fin du mois de novembre pour recueillir les avis.

En Lot-et-Garonne, les questions évoquées sur Xaintrailles et Agen ont trouvé réponse. Dans le secteur de Layrac, la concertation locale sera poursuivie avec les élections municipales. Dans le Tarn-et-Garonne, les discussions avanceraient aussi dans le bon sens au sujet des aménagements prévus à Auvillar et Bressols.

Reste maintenant à attendre les conclusions de la commission d'évaluation du schéma national des infrastructures de transport. Installée à la mi-octobre, elle doit formuler sous six mois des « recommandations sur un nouveau schéma national de mobilité durable ».

En clair, définir les priorités, les dossiers à retenir et ceux à éliminer ou à réviser.

Les opposants à la LGV espèrent que la commission nationale apportera de l'eau à leur moulin. Le comité de pilotage estime en revanche que cette échéance ne doit pas peser sur son emploi du temps. « Ce travail nécessaire ne doit en aucun cas retarder l'avancement des procédures », soulignait-on hier à la préfecture de région.

Le Sud Ouest

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 18:03

jean françois copéChers Amis,

Depuis la fin du débat télévisé du 25 octobre 2012, je reçois des milliers de messages de soutien, d’encouragement, de remerciement. Je voulais vous en remercier personnellement : ces marques d’amitié me touchent profondément, elles me vont droit au cœur. J’y puise ma force et mon énergie. Elles m’engagent à donner chaque jour le meilleur de moi-même, à me surpasser pour vous, avec vous, pour l’UMP et pour la France.

Message vidéo de Jean-François Copé

Durant tout ce débat, je n’ai eu qu’une seule image en tête : la vôtre. Si je me suis livré dans les caméras en toute vérité, en toute authenticité, si j’ai défendu nos valeurs avec tant de passion, c’est que je pensais à ces milliers de visages de militants que je vois, depuis des mois, sur toutes les routes de France. Car, vous, les militants, vous êtes des exemples de vie : comme moi, vous vous êtes engagés sans compter derrière Nicolas Sarkozy, et, malgré la défaite, vous êtes déjà de retour au combat sur le terrain pour dénoncer la politique folle de la gauche. Je me devais d’être à la hauteur de votre courage.

Vos messages renforcent ma volonté de faire de l’UMP le premier lieu de résistance à cette gauche sectaire et dogmatique, qui détient tous les pouvoirs mais se contente de les utiliser pour dilapider l’héritage réformateur de Nicolas Sarkozy. Avec vous, je veux être le premier opposant à François Hollande car je ne me résoudrai jamais à voir notre pays, que nous aimons de toutes nos forces, rabaissé par une politique de gauche qui ajoute de la crise à la crise et fait la part belle au laxisme et au communautarisme.

Vos messages me confortent dans ma conviction que le projet, que nous portons ensemble, d’une droite moderne, républicaine et décomplexée, qui s’inscrit résolument dans les pas de Nicolas Sarkozy, est le meilleur pour notre parti. Avec vous, je veux être le premier militant de nos valeurs. Je ne m’excuserai jamais d’être de droite face à une gauche bien-pensante qui veut nous faire taire en utilisant la censure du politiquement correct. Jamais on ne m’empêchera de dire ce que je vois sur le terrain, à vos côtés, mais qui reste invisible aux yeux de ceux qui ne veulent pas regarder la réalité de la France qui vit au-delà du périphérique parisien : la montée des intégrismes, le danger communautariste, l’impunité de la délinquance, la souffrance du chômage. Jamais on ne m’interdira de porter des solutions fortes pour résoudre ces problèmes, comme lorsqu’avec mes amis députés, nous avons bataillé pour interdire le port de la burqa sur notre sol.

Ces messages me montrent que c’est en assumant ce que nous sommes que nous pourrons sauvegarder l’unité de l’UMP, rassembler toute la droite et le centre droit et proposer à la France une alternative à la gauche. Avec vous, je veux être le premier à partir à la reconquête des territoires perdus, à la reconquête du cœur des Français. Car, vous le savez, l’enjeu de cette élection du 18 novembre prochain ce n’est pas de désigner notre candidat pour 2017, une échéance qui aura lieu dans plus de 4 ans ! Nous ferons cela en temps voulu, en 2016, lors d’une grande primaire. Ce qui compte aujourd’hui, c’est que nous remettions l’UMP en ordre de bataille, que nous en fassions un grand parti de service civique, pour aller à la rencontre des Français, village par village, ville par ville, et renouer avec la victoire dès les élections municipales de 2014.

Dès aujourd’hui et comme chaque jour jusqu’au 18 novembre prochain, je suis reparti sur les routes de France, comme un militant, à votre contact. Pour l’emporter, et faire gagner nos valeurs, j’ai besoin de vous, de votre soutien, de votre chaleur, de votre mobilisation. L’avenir de l’UMP est entre vos mains. L’issue de l’élection ne dépend que de vous. Je compte sur vous car de toute mon âme de militant, je crois, au fond de moi, qu’ensemble, nous allons faire de grandes et belles choses pour l’UMP et pour la France.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Présidence de l'UMP
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 17:55

jean françois copéCette semaine, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault s'est définitivement disqualifié. Non parce qu'il a eu le courage de porter une réforme nécessaire mais impopulaire dans l'opinion. Non, Jean-Marc Ayrault s'est discrédité car il a été l'auteur d'un incroyable « couac » qui, après 5 mois de reculades et d'amateurisme, achève de démontrer qu'il n'est pas au niveau de compétence qu'exige sa fonction. Mercredi 24 octobre, il a annoncé la censure du texte sur le logement social avant même que le Conseil constitutionnel, plus haute autorité judiciaire de la République, ne se réunisse pour délibérer sur cette loi. En clair, le Premier ministre a méprisé le principe de séparation des pouvoirs selon lequel le pouvoir exécutif ne doit jamais empiéter sur le pouvoir judiciaire. Une telle attitude est inédite dans l'histoire de la Vème République et justifierait à elle seule que Jean-Marc Ayrault quitte ses fonctions.

Mais cette faute lourde de Jean-Marc Ayrault ne doit pas masquer le fait que le vrai responsable de ces 5 mois de cafouillage à la tête de l'Etat, c'est François Hollande. Ne nous laissons pas leurrer par un Président de la République qui tente de faire porter le chapeau de son début de mandat raté à son Premier ministre. D'abord parce que c'est François Hollande qui a choisi lui-même de faire de Jean-Marc Ayrault son Premier ministre. Ensuite parce les difficultés du gouvernement sont directement liées à l'absence de stratégie lisible de François Hollande. Si François Hollande avait porté une vision ambitieuse pour la France, s'il avait donné un cap clair à son Premier ministre, s'il avait fait preuve d'autorité, jamais son gouvernement ne serait ainsi éparpillé dans une confondante médiocrité quotidienne.

C'est d'ailleurs bien François Hollande lui-même qui avait affiché au grand jour son impréparation, le 31 août dernier, en affirmant qu'il venait de prendre conscience de la « gravité » d'une crise qu'il avait niée durant toute sa campagne électorale. C'est François Hollande lui-même qui a repoussé toute réforme au mieux après 2014 en annonçant son « agenda du redressement », le 9 septembre dernier. C'est enfin François Hollande qui a enterré le rapport de Louis Gallois sur la compétitivité, qu'il avait pourtant lui-même commandé, en déclarant le 20 octobre dernier : « c'est un rapport qui engage son auteur, qui n'engage pas le gouvernement, pas le Président de la République ». Bref, on voit bien que l'absence de lucidité et de courage politique n'est pas l'exclusivité du Premier ministre, c'est un trait de caractère commun aux deux membres du couple exécutif.

Il apparaît finalement que François Hollande semble à l'aise dans ce climat d'improvisation et de luttes intestines qui ressemble au PS, lorsqu'il le dirigeait. Le problème est que la France n'est pas le PS. Alors que nous comptons près de 50 000 chômeurs de plus par mois et que la crise s'accélère nous avons besoin de toute urgence d'une politique de compétitivité au service de l'emploi, pas d'un vaudeville permanent qui décrédibilise notre pays et paralyse notre économie.

UMP

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 07:02

francois-fillon4.jpgA trois semaines de lélection de léquipe dirigeante de lUMP, de nombreux cadres, élus et militants de lUMP31 se sont regroupés au sein du TeamFillon31 afin de mettre en uvre la campagne de François FILLON.

 

Ce débat - qui ne doit pas être un combat interne - est celui du projet que nous portons pour notre mouvement et notre pays.

 

La candidature de François FILLON est à lévidence la mieux placée pour permettre à notre mouvement de parler à lensemble des français et convaincre une large majorité dentre eux de soutenir nos candidats lors des futures échéances électorales et tout particulièrement les élections municipales de 2014.

 

Dans un contexte où une partie du centre se rassemble au sein dun nouveau mouvement, lUMP doit conserver la capacité à incarner la droite et le centre pour demeurer le 1er mouvement politique de France.

 

 

 

Deux réunions de léquipe FILLON à Toulouse :

 

Laurent WAUQUIEZ

Candidat au poste de vice président de lUMP auprès de François FILLON

Samedi 3 novembre à 15h00

 

Salle Osète Espace Duranti 16 rue Pélissier 31000 Toulouse

(200 m de la Place du Capitole)

 

- - - -

 

François FILLON

Jeudi 15 novembre à 19h30

Salle Jean Mermoz (près du stadium de Toulouse)

 

 

 

 

Tout savoir sur les propositions de François FILLON :

 

Elus locaux signataires :

 

Sacha BRIAND

Danièle DAMIN

Conseiller régional

Conseillère municipale de Toulouse

Conseiller municipal de Blagnac

Conseillère communautaire

 

 

Vincent NOVES

Jean Marc DUMOULIN

Conseiller régional

Conseiller général de Villemur sur Tarn

Conseiller municipal de Balma

 

 

Gérard RASTOUL

Monique AUFFRET de VECCHI

Conseiller municipal de Blagnac

Adjointe au Maire de Villemur sur Tarn

 

 

Bernard BOULOUYS

Martine RIEU GRIFFE

Conseiller municipal de St Jean

Conseillère municipale de St Gaudens

 

 

Christian RAYNAL

Damien LABORDE

Conseiller municipal de Toulouse

Conseiller municipal de Colomiers

Conseiller communautaire

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Présidence de l'UMP
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 19:31

Cope-Fillon-02.jpgC'est un débat très attendu. Pour la seule et unique fois avant le vote des militants, l'actuel secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, et l'ancien Premier ministre François Fillon se sont affrontés sur France 2, jeudi 25 octobre, dans le cadre du duel qui les oppose pour la présidence de l'UMP.

Les deux candidats ont tenté de marquer leurs différences, et susciter l'intérêt des Français dans une campagne qui peine à décoller. Tous deux ont été interrogés pendant trente minutes par David Pujadas, Nathalie Saint-Cricq, Jeff Wittenberg et François Lenglet. Puis Jean-François Copé et François Fillon se sont retrouvés ensemble sur le plateau, pour une confrontation finale d'une trentaine de minutes.

 

A voir sur France TV Infos

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Présidence de l'UMP
commenter cet article