Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 18:08

2012-10-24-Jean-Francois-Cope 1431Chers amis,

Ces deux dernières semaines, ma position a été caricaturée dans une partie de la presse locale, en particulier par le PS local, au sujet du « mariage pour tous ». De même, ceux, dont je suis, qui s'opposent à ce projet de loi ont été vilipendés, faute pour eux de garder le silence.

Ce matin, j'ai fait une conférence de presse pour clarifier les choses.

Je tiens à vous faire part de ce que j'y ai dit. En effet, l'expérience de ces derniers jours montre que certains, dans une partie de la presse locale, déforment sans scrupules mes propos. Vous pourrez donc comparer les articles de presse avec ce qui suit, afin de vous faire une idée sur l'objectivité de certains.

  • Le mariage est pour moi l'union d'un homme et d'une femme. Aussi, je ne peux cautionner ce qui est nommé le "mariage" homosexuel. En revanche, l'inégalité de droit en matière patrimoniale entre les couples hétérosexuels et homosexuels n'est pas acceptable au XXIème siècle. C'est pourquoi je suis pour une Union civile, célébrée en Mairie, pour les couples homosexuels qui veulent s'unir, avec exactement les mêmes droits patrimoniaux que pour les couples mariés. Mais sans toucher aux questions de filiation ! Je défends cette position depuis 2008 !
  • Je voterai contre cette loi pour deux raisons. D'abord, on mélange des questions différentes : mariage, adoption et éventuellement procréation médicalement assistée pour les couples du même sexe. Ainsi, quiconque est contre l'adoption ne peut que se prononcer contre cette loi dans son ensemble et donc contre le mariage. Cette embrouille vise à rendre le débat opaque. Je sais que, par cette position, je ne vais pas « dans le sens du vent », que je m'oppose à une majorité de Français à en croire les enquêtes d'opinion. Mais mon rôle de Député, de Président de l'UMP 31, c'est d'affirmer clairement mes positions, nos valeurs, de me faire le porte-parole des centaines de milliers de haut-garonnais qui ne partagent pas la vision du PS.
  • La seconde raison, c'est que tout cela se fait dans la précipitation. Le Gouvernement refuse un débat national. Je réclame qu'une vraie réflexion nationale ait lieu (en particulier pour l'adoption et la procréation médicalement assistée), et qu'à l'issue de ce processus les Français tranchent par référendum.
  • Ensuite, ce projet de loi est un « os à ronger » destiné à cacher l'absence de politique pertinente et cohérente de nos gouvernants face à la crise économique et sociale. Pour surmonter nos difficultés, nous avons besoin d'unité nationale. Au contraire, François HOLLANDE divise profondément les Français avec ce texte très clivant. Par sa manoeuvre politicienne, il tient une éminente responsabilité dans les tensions qui montent dans le pays sur la question du mariage et de l'adoption par les homosexuels.
  • Enfin, sur la manifestation de samedi : les organisateurs associatifs souhaitaient une manifestation non politisée. J'avais cependant tenu à informer les adhérents de l'UMP 31 de cette manifestation, en les laissant libres de s'y rendre ou pas, parce que je sais que tout le monde ne partage pas la même position dans nos rangs. Puis, le PS local, après une déclaration polémique outrancière, a décidé de mobiliser pour une contre-manifestation, sans doute dans le but de générer des tensions voire des incidents. Alors, puisqu'ils politisent l'évènement, je n'ai pas l'intention de fuir mes responsabilités : je me rendrai moi-même, en tant que Député qui s'oppose à ce projet de loi, à la manifestation samedi à 14h30. Pour éviter toute interprétation de ce mail, je précise que chacun a le choix de s'y rendre ou pas. Il ne s'agit absolument pas d'un appel : je respecte l'opinion de ceux d'entre vous qui sont favorables à ce projet de loi.


En résumé : je m'opposerai au projet de loi ; je souhaite un vrai débat national et un référendum ; je me rendrai à la manifestation de samedi parce que le PS local a politisé cet évènement.

Je vous remercie à tous pour votre attention et pour l'énergie que vous mettez, contrairement aux socialistes locaux, pour que ce débat se déroule de manière digne, respectueuse, et à l'écoute de toutes les opinions.


Bien fidèlement,
Jean Luc MOUDENC
Président du Comité départemental
Député de la Haute-Garonne

 

contact@ump31.fr
www.ump31.com


 

Suivez-nous sur ...
FACEBOOK

TWITTER




UMP 31
6 rue Gabriel Péri
31000 Toulouse

Tel : 05 34 45 17 30
Fax : 05 34 45 17 31

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Jean Luc Moudenc Député
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 08:30

2012-10-24-Jean-Francois-Cope 1441Tribune des Jeunes militants de la Haute-Garonne en faveur de Jean-François COPE
 

Parce qu'il a été pendant deux ans un chef de parti exemplaire n'hésitant jamais à monter au créneau pour défendre Nicolas Sarkozy face aux attaques démagogiques de la gauche.

Parce qu'il a été durant la campagne présidentielle un formidable mobilisateur rassemblant des dizaines de milliers de militants dans toute la France au service de notre candidat Nicolas Sarkozy.

Parce que depuis sa prise de fonction, il n'a cessé de mettre en avant la jeunesse du mouvement en réaffirmant la place des Jeunes Populaires et en dynamisant la fédération des Jeunes Actifs.

Parce qu'il n'a pas hésité à venir en Haute-Garonne à la rencontre des militants puis à revenir soutenir nos candidats durant la campagne législative.

Parce qu'il est depuis 6 mois, le meilleur opposant à la politique catastrophique de François Hollande et de son Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Parce qu'il représente le renouveau de notre formation politique de par sa vision moderne du militantisme et l'avant-gardisme de ses propositions.

Parce qu'il n'hésite pas à aborder n'importe quel sujet et n'importe quel problème qui touche les français et qu'il leur apporte des réponses concrètes.

Parce qu'il a tout simplement le meilleur projet pour l'UMP et pour la France.

Nous, jeunes militants de Haute-Garonne soutenons la candidature de Jean-François Copé à la Présidence de l'UMP dimanche 18 novembre.


__

SIGNATAIRES

Guillaume Brouquières, Responsable des Jeunes Populaires 31, Xavier Spanghero, Délégué des Jeunes Actifs 31,
Etienne Cardeilhac-Pugens, Conseiller Municipal de Léguevin, Carolyne Bertolini, Conseillère Municipale de Bérat, Frédéric Bar, Conseiller National, Charlotte Boudard, Déléguée Adjointe Jeunes Actifs 31, Jérôme Rossi, Délégué Adjoint Jeunes Actifs 31

Déborah André, Benoit Andrieu, Anne-Sophie Azzopardi, Florian Bosio, Cindy Bloton, Roxane Cedelle, Alexandre Clity, Louis Courtier Maryline Chambrin, Matthieu Crusells, Laurent Dubascoux, Cécile Duprat, Camille Fauveau, Loic Ferrieu, Ines Fontaine, Marine Gaston, Adrien Ghastines, Joris Giordano, Olivier Gourgue, Alexis Gourgues, Aurelia Guibal, Maxime Guillier, Fréderic Guyonnet, Lionel Heberhard, Antoine Heuillet-Bosc, Pierre Jean, Antoine Laviale, Augustin Leray, Romain Lucet, Maxime Mangeot, Charles Mendras, Carole Miquel-Petit, Elodie Paret, François Peres, Benoit Petit, Olivier Petit, Laura Prat, Valérian Pujol, Yoann Rault-Wita, Benjamin, Guillaume et Mathieu Ribat, Aurore Rosin-Michel, Céline Rougier, Perrine Spadoni, Alexandre Soulier, Maximillien Steib, François Ubéda, Loic Vinez-Falgayrac, Sharon Zenou.

__

Télécharger la tribune en .pdf




_____________________________________________________
 

COMITE DE SOUTIEN DE JEAN-FRANCOIS COPE en HAUTE-GARONNE

Tel :
07 87 48 87 68

Mail :
jfcope31@gmail.com

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Présidence de l'UMP
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 07:40

guillaume-brouquieres-02.jpgNous, jeunes engagés en politique, nous avons aujourd’hui un devoir d’engagement et de mobilisation. J’ai l’honneur et le plaisir d’animer les Jeunes Populaires depuis presque deux ans. Lors de la campagne présidentielle, nous étions mobilisés chaque jour pour défendre les idées qui sont les nôtres, malgré toutes les forces coalisées contre Nicolas Sarkozy.

L’élection de François Hollande marque un coup d’arrêt brutal à la bataille que le président Sarkozy menait contre le déclin. Le gouvernement socialiste, miné par l’amateurisme de certains de ses membres et les couacs à répétition, est le premier responsable du désamour des Français pour l’exécutif. Alors, notre devoir est de nous engager pour qu’en 2014, la droite et le centre retrouvent la confiance des Français dans un maximum de nos communes.

 

«Toulouse est laissée à l’abandon depuis 2008»

 

Toulouse, quatrième ville de France, est exsangue. Elle est laissée à l’abandon depuis 2008. Il est indispensable de bâtir un projet alternatif qui soit ambitieux, sérieux et complet. En effet, la situation est alarmante. L’insécurité est galopante (dans l’indifférence totale du premier magistrat de la ville Pierre Cohen), les projets urbains n’avancent pas et sont vivement critiqués, les petits bouts de chantiers fleurissent, comme par hasard à l’approche des municipales, rendant la vie impossible aux Toulousains. Pour la quasi-totalité des projets, le résultat est très éloigné des attentes concrètes des habitants. Ce triste constat est partagé par un nombre croissant de nos concitoyens. Nous devons apporter des réponses. Pour ce qui est de la jeunesse, une thématique qui me tient plus particulièrement à cœur, je crois que nous devons impulser une véritable révolution culturelle pour que Toulouse soit la ville étudiante par excellence. La jeunesse doit être au cœur de l’action municipale, malheureusement, après quelques mesures en début de mandat, c’est le calme plat. Mes idées sont nombreuses en la matière, et il me semble judicieux de réfléchir, en premier lieu, sur les horaires d’ouverture des installations sportives municipales (piscines, stades, etc.), des bibliothèques et des transports, afin que cela s’adapte mieux au mode de vie des étudiants et jeunes actifs.

Nous devons rassembler tous les jeunes qui souhaitent s’impliquer pour changer leur ville dans un esprit constructif et ouvert, loin de l’esprit dogmatique et partisan de l’actuelle majorité municipale.

Notre leader de l’opposition, Jean Luc Moudenc, qui a la légitimité totale pour être notre tête de liste en 2014, aura notre soutien sans faille ; mais, nous serons toutefois attentifs à ce que nos propositions soient entendues, et que le renouvellement que nous appelons de nos vœux soit effectif.

Toulouse a besoin de sang neuf. Toulouse a besoin de personnes compétentes qui travaillent concrètement sur le terrain. Toulouse n’a pas besoin de ces quelques pseudos militants politiques que l’on voit seulement lors des élections ou dans les dîners mondains !

En somme, l’équation gagnante en 2014 passera inéluctablement par l’alliance d’un renouvellement large et de l’expérience.

 

 

Mail : gbrouquières@gmail.com

Le Journal Toulousain

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 07:24

Cope-Fillon-04.jpgA quelques heures de l’élection interne pour la présidence de l’UMP, la plupart des caciques locaux de l’UMP Haute Garonne se sont prononcés en faveur soit de l’actuel président de l’UMP Jean François Copé, soit de l’ancien Premier ministre François Fillon. A l’exception notable de Jean Luc Moudenc qui refuse de se prononcer publiquement. Lequel, homme fort de l’UMP dans le département, a décidé de soutenir la motion signée par Jean Pierre Raffarin, qui lui soutient Jean François Copé.

Les pro Copé, élus et cadres de l’UMP 31, soutiennent Jean-François Copé pour la présidence de l’UMP « pour les raisons suivantes » affichées voilà plusieurs jours, à la veille du meeting de Copé à l’Union.
« - Nous considérons qu’il porte les valeurs auxquelles nous croyons. Ce sont celles d’une droite généreuse mais ferme, à la fois libérale et sociale, attachée tout aussi bien à l’Europe et à la Nation.
- Nous croyons qu’il est en mesure d’incarner une opposition responsable face à la politique irresponsable, notamment économique, menée aujourd’hui par la Gauche ».
- Nous pensons qu’il est un excellent chef de parti en mesure d’incarner un leadership tout en respectant les différentes sensibilités au sein de l’UMP, gaullistes, libérales et centristes ».
« - Nous avons apprécié son implication forte auprès de la fédération UMP de Haute-Garonne ainsi qu’auprès de nos candidats durant la campagne législative ».
« Pour ces raisons, nous souhaitons que Jean-François Copé soit le 18 novembre prochain président de l’UMP afin de pouvoir préparer le redressement de la France ainsi que les prochaines échéances électorales, notamment celles municipales de 2014″ soulignent les signataires suivants :

Bernard Soléra, Maire de Quint-Fonsegrives,
Michel Azimont, Conseiller Municipal de Pibrac,
Carolyne Bertolini, Conseillère Municipale de Bérat,
Aline Bleynié Esparbes, Conseillère Municipale de Plaisance du Touch,
Guy Bonnafous, Conseiller Municipal de Labarthe-sur-Lèze,
Guillaume Brouquières, Responsables des Jeunes Populaires Haute-Garonne,
Etienne Cardeilhac Pugens, Conseiller Municipal de léguevin,
Sébastien Cazaulon, Conseiller Fédéral,
Marie-Hélène Delorme-Rossines, Conseillère Municipale de Pibrac,
Georges Deneuville, Conseiller Municipal de Launaguet,
Chantal Dounot, Conseillère Municipale de Toulouse,
Pierre Esplugas, Porte parole de l’UMP31,
Anne-Marie Ferté, Conseillère Municipale de Ramonville Saint Agne,
René Giès, Délégué UMP de la 7e circonscription de Haute-Garonne,
Jacques Gaubert, chargé de mission UMP, Conseiller Municipal de Fonsorbes,
Annie Hurlé, Conseillère Municipale de Cazères,
Jean-Loup Le François, Délégué de la 3e circonscription de Haute-Garonne,
Christian Malabre, Conseiller Municipal de Labarthe-sur-Lèze,
Joseline Martinez Leharivelle, Conseillère Municipale de Colomiers
Pascal Miralles, Conseiller Municipal de Pibrac,
Anne Patabès, Conseillère Municipale de Quint-Fonsegrives,
Patricia Puech-Blanc, Conseillère Municipale de Balma,
René Rettig, Délégué UMP de la 8e circonscription de Haute-Garonne,
Bertrand Serp, Responsable Communication UMP31, Candidat à l’élection législative
Xavier Spanghero, Délégué des Jeunes Actifs UMP en Haute-Garonne,
Corinne Viansson-Ponté, candidate à l’élection législative,
Jocelyne Vidal, Conseillère Municipale de Saint-Lys, candidate à l’élection législative

A lire Aussi : Congrès UMP. Moudenc se rapproche de Copé

_______________________________
Les Pro Fillon mettent en avant la volonté de « Parler à tous les français ».
Après Valérie Pecresse et Laurent Wauquiez François Fillon ira à la rencontre des adhérents de la Haute Garonne jeudi 15 novembre à 19h30 salle Jean Mermoz à Toulouse.

« La campagne interne qui se terminera dimanche 18 novembre par le vote des 295 000 adhérents de l’UMP a mis en évidence, au delà des différences de sensibilités, une différence dans la stratégie de reconquête de nos territoires, de notre pays. Parce que nous sommes convaincus que nous devons convaincre l’ensemble des français de droite et du centre mais également les français qui se sont laissés bernés par les propositions absurdes du Front National ou les promesses mensongères des socialistes, nous avons la conviction que François FILLON est le mieux placé pour conduire notre mouvement aux prochaines échéances électorales et en tout premier aux municipales de 2014″ soulignent les Pro Fillon dans le département.

Elus locaux signataires :
Sacha BRIAND, Conseiller régional, Conseiller municipal de Blagnac
Danièle DAMIN Conseillère municipale de Toulouse et Conseillère communautaire
Vincent NOVES Conseiller régional
Jean Marc DUMOULIN Conseiller général de Villemur sur Tarn
Gérard RASTOUL conseiller municipal de Blagnac
Monique AUFFRET de VECCHI Adjointe au Maire de Villemur sur Tarn
Martine RIEU GRIFFE Conseillère municipale de St Gaudens
Damien LABORDE Conseiller municipal de Colomiers
Julien FERTE Conseiller municipal d’Aussonne
Thierry FOURCASSIER Conseiller municipal de St Jory
Alain DAURE Conseiller municipal de Montrabé
Bernard BOULOUYS Conseiller municipal de St Jean
Christian RAYNAL Conseiller municipal de Toulouse Conseiller communautaire
Serge JOUANNEM Conseiller municipal de Muret
Francis LASCOUX Conseiller municipal de St Paul / Save
Paul BOUNET Conseiller municipal de Beaupuy

A lire aussi : Pourquoi le départ de Christine de Veyrac vers l’UDI de Borloo fragilise l’UMP

Toulouse7

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Présidence de l'UMP
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 06:59

francois-fillon4Dans le cadre de la campagne pour la présidence de l'UMP, François Fillon tiendra un meeting ce soir à Toulouse à 19h30, salle Jean Mermoz, 7 allées Gabriel Biénès. Il a répondu à la Dépêche Du Midi.

Ne vous trompez-vous pas d'élection en faisant une campagne qui ressemble plus à celle d'une primaire pour la présidentielle qu'à une élection pour la direction d'un parti, l'UMP ?

Je ne comprends pas ce raisonnement qui consiste à dire qu'un candidat à la présidence du premier parti de France, en nombre de militants, ne puisse pas s'adresser à l'ensemble des Français. J'ai fait le choix de mener une campagne de rassemblement de ma famille politique, de proposer un projet d'espoir destiné à l'ensemble de Français et de moderniser le fonctionnement de notre parti. Car je le redis, mon parti c'est mon pays.

Avec Copé incarnez-vous vraiment deux lignes politiques différentes sur le fond ou bien s'agit-il seulement de deux stratégies distinctes ?

J'ai fait le choix dès le début de cette campagne d'une stratégie de rassemblement autour d'un projet de redressement national. Oui cette stratégie de rassemblement de la droite et du centre me différencie de Jean-François Copé qui a choisi plutôt de cliver. L'UMP ne doit pas seulement être une force d'opposition, elle doit être une force d'alternance. Sur le fond, nous sommes issus de la même famille politique, nous avons des valeurs communes mais avec des approches différentes qui tiennent à nos expériences et nos parcours

Copé n'a-t-il pas raison de dire que cette campagne se déroule sur ses thèmes ?

Non, il ne faut pas seulement dénoncer mais proposer. Je suis constant dans les thèmes de ma campagne : je fais une campagne sur le fond en évoquant la crise, le déclin de la France qui nous guette et les conséquences pour notre société et les solutions que je préconise.

Il y a quelques semaines vous disiez que vous n'étiez pas moins à droite que Copé, et lundi soir vous avez déclaré que vous vouliez rassembler la droite, le centre et même la gauche. N'est-ce pas contradictoire ?

Il n'y a aucune contradiction entre un positionnement à droite et la volonté de rassembler les Français derrière un projet. Être de droite, c'est adhérer à des valeurs, des idées, une ambition pour la France et se situer dans la lignée d'un héritage historique. On ne se situe pas à droite en fonction uniquement de l'existence des partis qui nous entourent. Je suis issu d'une droite gaulliste qui considère qu'il est dans notre devoir de s'adresser au peuple de France, dans son ensemble, en se situant au-dessus des partis politiques. Je souhaite que mon projet suscite un nouvel espoir chez les Français qui ont été séduits par les populismes et ceux qui se sont détournés de la droite pour voter en faveur de François Hollande.

Vous avez haussé le ton face à Copé, cela ne traduit-il pas une nervosité de votre part à quelques jours du scrutin ?

J'ai mené une campagne comme je la souhaitais, faite de propositions pour la France et pour une modernisation de l'UMP. Je ne peux pas dire que le parti ait facilité ma candidature ainsi que celle des autres candidats. Je tirerai toutes les conséquences pour les prochains scrutins à l'UMP. Et, je tiendrai compte des difficultés que j'ai rencontrées pour améliorer les consultations futures et les rendre plus équitables J'ai subi aussi des attaques, mais je n'y répondrai pas.

Compte tenu de la violence des débats en cette fin de campagne, quelle place ferez-vous à Copé à l'UMP si vous gagnez ?

Si je suis élu Président de l'UMP, Jean-François aura toute sa place au sein de la direction de notre parti. Nous discuterons ensemble du rôle qu'il pourra tenir. Pour moi, l'unité du mouvement est un devoir. C'est un engagement que j'ai pris au moment où j'ai annoncé ma candidature et je le tiendrai.

Pour les municipales, Jean-Luc Moudenc est-il le mieux placé à votre avis pour porter les couleurs de la droite à Toulouse ?

Jean-Luc Moudenc a entamé la reconquête des territoires en récupérant, dès 2012, un siège de député qui était auparavant acquis à la gauche. C'est une belle victoire. Mais comme vous le savez, je suis favorable à des primaires pour désigner nos candidats dans les grandes villes. Si plusieurs candidats se considèrent légitimes pour porter les couleurs de la droite aux municipales, ce sera aux adhérents de l'UMP de trancher.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Présidence de l'UMP
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 06:50

TGV 150«Coûts sous estimés-trafic surestimé», «LGV : caprice de Malvy…» Hier, quelques pancartes d'opposants pas vraiment agressifs attendaient les invités du colloque organisé à Toulouse par EuroSud Transport. Un comité d'accueil qui n'a rien modifié à la tranquille certitude des participants. Pour eux, la LGV Bordeaux-Toulouse se fera. Les élus en sont même persuadés pour avoir reçu des assurances du ministre des Transports. Mais la réponse ne sera pas donnée avant avril après un savant arbitrage ministériel.

Hier, lors de ce colloque, tous sont venus dire leur confiance et leur détermination à défendre la grande vitesse. De Jean-Louis Chauzy, président d'Eurosud, à Martin Malvy, président du conseil régional, en passant par le maire de Toulouse Pierre Cohen, tous ont souligné la cohérence d'un projet qui amènera,selon eux, 6 millions de voyageurs de plus par an et qui, d'après Réseau Ferré de France, induira la création de 20 000 emplois directs et indirects jusqu'en 2017 pour ce seul chantier.

«Il serait inimaginable que la 4e ville de France qui est aussi la 5e agglomération, ne bénéficie pas à son tour de la grande vitesse», rappelait Pierre Cohen.

Une question d'autant plus sensible que l'arrivée de la LGV dessine les contours de la future gare Matabiau, elle-même au cœur d'un «projet urbain ambitieux qui sortira Toulouse de son hypercentre emblématique…»

Il s'agit bien, avec cette ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux-Toulouse, de mettre à égalité les territoires en les branchant à un réseau européen qui nous placera à 3 heures de Paris, à 1h30 de Barcelone, 4h30 de Madrid.

Mais il reste une interrogation de poids : le chantier de la LGV démarrera-t-il en 2017/2018 ? «C'est la seule question qui se pose» selon Martin Malvy. Certes, les procédures sont avancées comme l'a confirmé le dernier comité de pilotage. Le calendrier tient toujours la route : lancement de l'enquête publique en 2013, déclaration d'utilité publique en 2014, avant que n'arrive le problème du financement. «Dans quel état seront les finances publiques en 2017/2018 ?» interroge le président du conseil régional, même sil pense «très sincèrement» que la LGV se réalisera. En 2001, quand le projet a été mis sur les rails, on était loin de douter de la solidité des finances publiques.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 06:33

francois-fillon4Chèr(e)s ami(e)s,

Depuis le début de la campagne pour la présidence de notre mouvement, je vais à la rencontre des militants de toutes les fédérations, pour rassembler et préparer la reconquête.

J'ai le plaisir de vous inviter à participer à la réunion publique que j'animerai demain en Haute-Garonne :

Jeudi 15 novembre à 19h30
à la salle Jean Mermoz
7 allée Gabriel Biénès
à Toulouse

Je compte sur votre présence, venez nombreux !

Amitiés militantes,
François Fillon

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Présidence de l'UMP
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 06:27

jean françois copéChers amis,

J’étais le mardi 13 novembre à la rencontre des militants UMP des Alpes-Maritimes à l’occasion d’une réunion militante au Cannet avec Michèle Tabararot.

Devant plusieurs milliers de militants présents, j’ai pu expliquer ce que je veux pour l’avenir de l’UMP : la reconquête en 2014, mais aussi le plus grand plan de recrutement jamais lancé par un parti politique. Les nouvelles têtes que nous avons vu dans les meetings, nous devons les former, car parmi eux, il y aura les futurs militants qui immeuble par immeuble, quartier par quartier, ville par ville, irons à la reconquête des territoires que nous avons perdus. Je souhaite que chacun ait la possibilité de participer, car notre mouvement doit respirer.

Je pense aussi que le courage en politique, ce n’est pas d’aller dans les territoires déjà acquis à la droite, mais bien dans les territoires difficiles. Le combat politique, ce n’est pas toujours une bataille sûre d’être gagnée, c’est tout d’abord un engagement au service de valeurs qui nous sont chères : la liberté, le travail, le mérite, la responsabilité. En 1997, moi, j’ai subi la défaite. Mais c’est dans la défaite que l’on voit le courage et ceux qui en veulent car c’est dans les épreuves que l’on voit sur qui on peut réellement compter.

Je remercie bien évidemment les milliers de militants présents qui ont montré une motivation sans faille pour partir à la reconquête et un enthousiasme formidable en vue du congrès qui arrive…!


Évènements : Meeting de soutien à Jean-François... par LCP

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Présidence de l'UMP
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 06:23

micèle tabarotLa député-maire du Cannet et premier soutien de Jean-François Copé était l’invitée d’un « Face à la rédaction » lundi. Michèle Tabarot revient notamment sur le conditions du vote des primaires UMP dimanche prochain.

Malgré les craintes exprimées par Jean-François Copé autour d’une potentielle irrégularité dans le scrutin des Alpes-Maritimes dimanche prochain pour élire le futur président de l’UMP, Michèle Tabarot, entend bien à ce que « chacun puisse voter librement et que cette élection soit la plus transparente possible ».

Nice Matin. Jean-François Copé a mis en doute ce week-end la régularité du scrutin dans les Alpes-Maritimes. Une tension de plus en cette fin de campagne ?

Michèle TABAROT. C’est une élection interne avec une organisation démocratique. On n’est pas sur le registre d’une élection par applaudissements avec un bulletin glissé dans l’urne sans isoloir comme on l’a déjà connu pour l’élection du président au sein de notre fédération. Il y a deux candidats, deux équipes, il faut donc accepter les règles établies. Notamment dans ce département un peu à part où Eric Ciotti est le directeur de campagne de François Fillon, où Christian Estrosi lui apporte un soutien très engagé et où moi-même je figure sur le ticket de Jean-François Copé.

Nice Matin.Vous approuvez donc les récentes décisions de la commission électorale ?

Michèle TABAROT. Je me réjouis que la commission électorale ait choisi de mandater un représentant de chaque camp pour organiser cette élection. Et comme l’a dit Jean-François Copé, la confiance n’exclut pas le contrôle. Deux ou trois faits étonnants nous ont interpellés ces derniers temps…

Nice Matin. C’est-à-dire ?

Michèle TABAROT. J’ai en mémoire une personne qui a déposé un parrainage pour Jean-François Copé à la permanence départementale et qui a reçu une lettre de remerciement de François Fillon par exemple…

Nice Matin. Craignez-vous clairement des irrégularités dimanche prochain ?

Michèle TABAROT. En tout cas, il faut que chacun puisse voter librement et que cette élection soit la plus transparente possible.

Nice Matin. Vos échanges avec Christian Estrosi ont été rudes, vous allez pourtant devoir organiser ce scrutin avec lui dans les Alpes-Maritimes…

Michèle TABAROT. Espérons que cette semaine se passe dans la bonne humeur. Il sera temps, ensuite, d’avoir une franche explication. Il faudra nous retrouver intelligemment pour parler de l’avenir et notamment des échéances électorales de 2014 et 2015.

Nice Matin. Qu’est-ce qui vous fait croire en la victoire de Jean-François Copé ?

Michèle TABAROT. Je suis très sereine depuis le début, n’en déplaise aux sondages. Car je vois à l’œuvre Jean-François depuis deux ans. Il a visité toutes les fédérations, les a reçues. Il est à leur écoute. Il a mené notre parti dans une grande proximité. Et puis il y a le travail qu’il mène à la pointe de l’opposition aujourd’hui et la manière tonique qu’il a de le faire. Les militants sont mobilisés autour de lui et espèrent sa victoire.

Nice Matin. Il y aura donc une surprise dimanche soir ?

Michèle TABAROT. Pas pour moi en tout cas. Pour les sondeurs et les observateurs, peut-être…

Nice Matin. Vous sentez de la fébrilité dans le camp adverse ?

Michèle TABAROT. De la nervosité, assurément. Il y a quelque temps ils en étaient au partage des responsabilités. Aujourd’hui on les sent plus tendus comme le prouvent les dernières attaques de ce week-end y compris de François Fillon, ce qu’il n’avait pas fait jusqu’à présent. Et puis ils ont dû suivre le rythme de la campagne imprimé par Jean-François Copé et rentrer dans le débat d’idées qu’il leur a imposé.

Nice Matin. En cas de victoire dimanche soir, quelle sera la première décision politique de Jean-François Copé ?

Michèle TABAROT. Le signe le plus important sera d’appeler au rassemblement.

Nice Matin. Son premier coup de fil sera pour François Fillon ?

Michèle TABAROT. Je le pense. Il l’a déjà dit, il accueillera François Fillon à la place qu’il souhaitera occuper. C’est un geste fort qui montre bien dans quel état d’esprit nous sommes. Les adversaires sont en face. Il n’y a aucun doute là-dessus, malgré les tensions de fin de campagne.

 


La question des internautes

Colette. Si la loi passe, célèbrerez-vous des mariages homosexuels ?

Michèle TABAROT. Le texte n’est pas encore voté, et on doit tout faire pour qu’il ne le soit pas. Je sais que certains maires mènent une croisade en expliquant qu’ils ne célébreront pas ces mariages. S’il y a une loi, il faut l’appliquer. Quand on célèbre un mariage, il faut un officier d’Etat-civil, pas nécessairement le maire. En tout cas, la question ne se pose pas aujourd’hui.

Roger. Êtes-vous favorable à l’ouverture de salles de shoot ?

Michèle TABAROT. Je suis assez choquée que Marisol Touraine le propose. J’ai du mal à imaginer comment on gère, on accompagne quelqu’un dans cette dépendance terrible. Pour moi, s’il y a des efforts à faire, ils consistent à mettre tous les moyens pour éviter de rentrer dans la spirale de la drogue ou, si on y est rentré, que la société fasse tout pour vous aider à en sortir.

NiceMatin.com

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Présidence de l'UMP
commenter cet article
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 08:24

TGV 117Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, "regrette" d'avoir imputé "le retour du terrorisme" à la droite

POLITIQUE - Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, interrogé sur BFMTV mercredi 14 novembre, "regrette" d'avoir imputé "le retour du terrorisme" en France à la droite mardi dans l'hémicycle. "Dans le chaudron de l'Assemblée nationale, on peut être emporté par le verbe", a-t-il ajouté. Ses propos ont été vivement critiqués par l'opposition, qui a réclamé sa démission. Lire la suite sur France TV Infos

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans France
commenter cet article