Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 10:35

logo umpFranck Allisio, Secrétaire national de l'UMP chargé de la Réforme des Institutions, invite le Président de la République à ne pas se cacher derrière l'interprétation erronée de la Constitution par sa Garde des Sceaux, Christiane Taubira, et lui rappelle les différents moyens qui lui permettent l'usage du referendum concernant le projet sur le mariage et l'adoption des couples de même sexe.

Tout d'abord, il suffit au Président de la République de s'appuyer sur le texte de la Constitution. Son article 3 dispose que « la souveraineté appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum ». Ce qui signifie clairement que la loi peut être votée soit par le Parlement, soit par le peuple directement. Son article 11 dispose que le Président de la République peut « soumettre au référendum tout projet de loi portant sur l'organisation des pouvoirs publics, sur des réformes relatives à la politique économique, sociale ou environnementale de la nation et aux services publics qui y concourent ». François Hollande peut non seulement faire sienne l'interprétation large par le Général de Gaulle en 1962 de l'expression « tout projet de loi » mais il peut aussi s'appuyer sur l'expression de « réformes relatives à la politique sociale. »

En effet, l'adjectif « social » renvoyant et se rapportant au terme « société » selon le dictionnaire Larousse, il peut naturellement recouvrir les questions de société et le domaine sociétal dont relèvent les questions liées à la famille et à la filiation. La vie et l'organisation de la société sont donc par extension des sujets de « politique sociale ». On peut ajouter que si un referendum peut porter sur des réformes économiques ou environnementales, a fortiori il peut porter sur des droits fondamentaux comme le droit de la filiation.

En outre, il est nécessaire de souligner que le Conseil constitutionnel ne peut pas contrôler a priori un projet de loi référendaire et qu'il ne se reconnaît pas compétent pour statuer sur la conformité d'une loi référendaire à la Constitution au motif principal qu'une telle loi constitue l'expression directe de la souveraineté nationale.

Il n'y a donc aucun moyen d'empêcher le Président de la République de soumettre un projet de loi aux français par la voie du référendum. Dans notre cas précis, la Constitution ne le prévoit pas explicitement, mais elle ne l'interdit en aucun cas. François Hollande voulait nous expliquer qu'il ne PEUT pas faire un référendum sur le mariage et l'adoption pour tous, il devra avoir le courage de nous avouer qu'il ne le VEUT pas.

Contenus liés:
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 08:20

rugby-patrick-pateloup.jpgVendredi soir, l'entraînement de l'équipe des Barricots, les anciens du club, s'est terminé par un drame. La séance venait de se terminer sous les consignes de l'entraîneur-joueur Patrick Pateloup quand ce dernier a fait un malaise alors qu'il rentrait au vestiaire. Ses coéquipiers puis les secours ont essayé de le réanimer mais ils n'y sont pas arrivés. Patrick Pateloup, employé chez Gefco transports, avait 49 ans. Il habitait à Saint-Caprais. Il avait joué à Saint-Jory dès l'école de rugby puis il avait défendu les couleurs de l'équipe 1 avant de porter les maillots notamment des équipes de la Vallée du Girou et de Portet. Hier le président du club Bernard Papaix parlait «d'un homme toujours présent et au service du club. Sa disparition brutale crée une profonde émotion et beaucoup de tristesse».

C'est avec une profonde tristesse que l EDR a appris le décès de Patrick Pateloup, papa de Bastien qui évolue en catégorie benjamin. L'école de rugby présente ses condoléances à la famille et l'assure de toute sa sympathie et de sa compassion dans cette cruelle épreuve.

Sa famille et ses amis, l'accompagneront à sa dernière demeure mardi 15 janvier 2013 à 15h à Saint Jory.

Club de Rugby de Saint Jory

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 07:52

mariage pour tous 01Malgré la mobilisation, le gouvernement se veut inflexible et rejette l'hypothèse d'un référendum avancée par les opposants au projet de loi.
» Le gouvernement reste «totalement déterminé»

Mobilisation historique
contre le mariage pour tous

Selon les organisateurs, près d'un million de personnes ont défilé dimanche à Paris. Ils demandent à être reçus à l'Élysée.

«La stabilité de la famille,
c'est trop important»

REPORTAGE - Pour le collectif La Manif pour tous, «la manif s'est extrêmement bien passée».

 

Des centaines de milliers de personnes -340.000 selon la police, un million pour les organisateurs - ont défilé dimanche à Paris contre le projet de mariage homosexuel.

Mariage gay : la plus grande manif
depuis trente ans

Les organisateurs affirment avoir rassemblé un million de personnes. De leur côté, les forces de l'ordre estiment la mobilisation à 340.000 personnes.

Manif pour tous : les raisons de la colère

VIDÉO - Venus de toute la France et de milieux sociaux variés, les participants aux cortèges contre le mariage gay expriment un éventail de motivations, du maitien des traditions jusqu'au problème de droit.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans France
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 07:40

TGV_1347.jpgDe visite en Gironde, jeudi, le chef de l'État a annoncé qu'elle se ferait. De quoi irriter les anti-LGV qui n'entendent pas déposer les armes.

«François Hollande a commis un acte d'ingérence majeur en s'avançant sur la réalisation de la ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et ce, avant que la commission Cuvillier chargée de hiérarchiser les grands projets d'infrastructures routières et ferroviaires n'ait rendu sa copie. Une copie qui est programmée pour début avril », déclaraient hier soir les porte-parole de la Coordination 47, Charles d'Huyvetter et Joseph Bonotto. À leurs côtés, devant la préfecture d'Agen, une quinzaine de manifestants anti-LGV venus marquer le coup au lendemain de la déclaration du président de la République, en Gironde.

Pour cette manifestation improvisée des cartons rouges estampillés « Hollande » et un grand brasier allumé à partir d'une meule de fourrage.

Rappelons que jeudi après-midi, alors en visite à Bordeaux accueilli par Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine, le chef de l'État semblait n'émettre plus de doute sur la réalité de la LGV Bordeaux-Toulouse. « Il a clairement voulu caresser dans le sens du poil, le chef de la Région socialiste. Mais on le sait, cette ligne ne pourra pas voir le jour car les finances ne suivront pas. Il veut juste gagner du temps.

La farce va se poursuivre avec enquête publique jusqu'aux régionales histoire d'assurer une réélection de ses amis socialistes, les présidents d'Aquitaine et de Midi-Pyrénées, Alain Rousset et Martin Malvy », lâchait quant à lui, Bernard Faucon-Lambert, porte-parole de l'association des élus lot-et-garonnais prônant l'aménagement des voies existantes, ALTernative LGV.

Le fond et la forme

Du côté des pro-LGV, au premier rang desquels, le président de l'Agglomération d'Agen, Jean Dionis du Séjour, la déclaration de François Hollande n'est pas étonnante sur le fond. « Je l'ai dit aux anti-LGV qui sont venus me voir, fin décembre, attendez-vous à ce que la commission Cuvillier n'écarte pas le projet Bordeaux-Toulouse. Toulouse est « la » métropole du Sud de la France plus que Bordeaux ou Marseille qui sont des ports excentrés. En revanche, sur la forme, je suis surpris par l'attitude du chef de l'État qui, au détour d'une simple visite, donne le résultat, d'une commission qui est toujours au travail. Et ce, alors que la démarche de hiérarchisation des projets par rapport aux capacités financières de notre pays était plutôt cohérente… »

Toujours est-il que la déclaration de jeudi du chef de l'État a fait couler beaucoup d'encre depuis. Les anti-LGV restent quant à eux mobilisés. Hier, une délégation lot-et-garonnaise a rencontré Matthias Fekl, député de Marmande et Gilles Savary, député girondin, afin de les sensibiliser à leurs arguments contre cette ligne. Et de les inviter à appuyer la demande de la Coordination 47 pour être auditionnée par la commission Cuvillier. « C'est également aussi le sens de ce petit brasier que nous avons allumé devant la préfecture d'Agen. Nous voulons avoir la possibilité de présenter nos arguments à la commission et au ministre des transports avant qu'ils ne rendent leurs décisions », ajoutait hier soir Charles D'Huyvetter.

D'autres actions sont au programme dans les semaines à venir : le 2 février, mobilisation du côté de Sainte-Colombe-en-Bruilhois, mi-février, lancement d'une pétition sur Agen et organisation d'un flash-mob à Nérac…

Le Sud Ouest

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 06:58

communaute commune 01Le lundi 14 janvier se tiendra à 16 heures, à la salle du parc de Vacquiers, la première réunion officielle de la Communauté des communes du frontonnais, très importante car il s'agit de la mise en place officielle de son organisation. À l'ordre du jour : Présentation de l'organisation opérationnelle de la CCF. Administration générale : Lieu de réunion, indemnités du Président et vice-Présidents, délégations d'attributions au Président, composition des différentes commissions, adhésions et élections des délégués à certaines associations, agences et autres organismes officiels. Protection de l'environnement : Approbation des nouveaux statuts et élections des délégués à certains syndicats, perception et exonération de certaines taxes, création de régies. Action sociale : Tout ce qui concerne la petite enfance, l'enfance, les personnes âgées, nouveaux contrats avec certains organismes sociaux (CAF, Mutualité Sociale Agricole etc.). Voirie : Convention pour l'aménagement ou l'urbanisation de certaines communes. Équipements sportifs et culturels : Études pour l'aménagement de piscines couvertes. Personnel : Adhésion à l'assurance des risques statutaires du personnel, contrats groupe, santé du travail, service retraite, tableau des effectifs, maintien du régime indemnitaire des agents, recrutement. Finances : Création budget annexe M22 pour l'action sociale, inscriptions de crédits en dépenses d'investissement avant le vote du budget principal M14 et du budget annexe M22. Projet de logo de la Communauté des Communes du Frontonnais. Points à aborder pour saisie du Comité Technique Paritaire (CTP). Questions diverses.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 14:17

Moi président, je remercie Mlle Nassifatou Diallo et son violeur DSK, sans lesquels je ne serais peut-être pas président aujourd'hui.

Moi président, je remercie Marine Le Pen et son Front National pour ses nombreux votes blancs, ils m'ont gentiment laissé passer.

Moi président, je remercie François Bayrou qui a également su faire de l'antisarkosysme primaire et qui a ainsi fait voter pour moi, bien que mes idées soient à l'opposé des siennes.

Moi président, je remercie Mélenchon et son extrême-gauche stalinienne d'avoir vilipendé à ma place le "candidat sortant d'avance" et d'avoir ainsi dégagé mon chemin.

Moi président, je remercie tous les syndicalistes et autres improductifs qui ont voté pour moi et qui auront plein de nouveaux postes improductifs payés par les impôts croissants des Français qui travaillent.

Moi président, je remercie tous les médias d'avoir fait à ma place, pendant 5 ans, une campagne socialo-communiste avec l'argent public, ce qui rend théoriquement mon élection illégitime.

Moi président, je remercie tous les journalistes et Valérie, pour avoir fait ma campagne pour récupérer leur privilège fiscal.

Moi président, je remercie l'Islam de France qui va bientôt fêter son Printemps arabe chez nous.

Moi président, je remercie les communautés et surtout la communauté gay qui a voté pour moi pour pouvoir se marier.

Moi président, je remercie tous les travailleurs de Peugeot Aulnay ainsi que les écologistes anti Ayraultport qui m'ont permis d'avoir le petit pour cent en plus de mon adversaire.

Moi président, je remercie le conseil constitutionnel d'avoir invalidé la baisse de 30% des salaires du gouvernement, ce qui permet de maintenir notre pouvoir d'achat.

Moi président, je remercie tous les français qui ont voté pour la ruine de la France et des Français.

Merci à vous tous : j'ai réconcilié la France car, avec mon air con et ma vue basse, je vous ai tous entubés.

Merci encore et Vive la république, vive la France.

Thierry Faye,

Membre fondateur du site UMP 31 du Canton de Fronton,

Vidéastre du site UMP 31 du Canton de Fronton.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 11:46

mariage pour tous 01Rendez-vous à Paris le 13 janvier 2013 r Tous

3 départs :
- Place d'Italie
- Place Denfert-Rochereau
- Porte Maillot

Suivez le live de La Manif : http://live.lamanifpourtous.fr/
Pour plus d'infos : http://www.lamanifpourtous.fr/
Page facebook : http://www.facebook.com/LaManifPourTous

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 11:21

jean françois copé 01Ce dimanche 13 janvier, j'appelle tous les militants et sympathisants de l'UMP qui le souhaitent, à se joindre, dans la dignité et la retenue, à la manifestation contre le projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les couples de même sexe. Je serai pour ma part, avec beaucoup d'élus et de Français, au cœur de ce cortège pacifique.

J'estime que ma place de Président de l'UMP, premier lieu de résistance à la gauche, est dans la rue ce dimanche car le projet de François Hollande divise profondément les Français en bouleversant l'organisation de notre société, et que le gouvernement - si prompt par ailleurs à multiplier les commissions inutiles - refuse obstinément de prendre le temps du débat sur ce sujet. Quand la cohésion de notre Nation est menacée et que le pouvoir veut passer en force, il est de notre devoir de faire entendre la voix du peuple de France dans la rue. Il ne s'agit évidemment pas de supplanter le travail parlementaire.

Ce projet revient à remettre en cause les fondements de la famille et de la filiation. Le mariage n'est pas simplement une institution qui consacre l'amour entre deux personnes. C'est une institution qui, basée sur l'altérité sexuelle, vise à organiser la filiation dans l'intérêt de la société et des enfants. Ainsi, je ne peux accepter qu'on gomme les mots « père » et « mère » du Code Civil.

Quant à l'ouverture de la PMA (Procréation Médicalement Assistée) aux couples homosexuels, c'est un sujet qui a certes été mis sous le boisseau pour le moment mais dont le principe, n'en doutons pas, n'a pas été abandonné par la gauche. Cela ouvrirait inévitablement la porte à la légalisation des mères porteuses et créerait une forme de droit opposable à l'enfant. Cette dérive éthique serait dangereuse : une société ne peut accepter la marchandisation des personnes. Je me place résolument du côté du droit de l'enfant, plutôt que du droit à l'enfant.

En revanche, il me semble anormal qu'un couple de personnes homosexuelles ne bénéficie pas d'un statut juridique protecteur en cas de décès ou de séparation, malgré parfois des années de vie commune. C'est pourquoi le groupe UMP défendra un amendement visant à créer une forme d'alliance civile réservée aux couples de même sexe. Cette alliance n'ouvrirait pas droit à l'adoption, mais protégerait les personnes des accidents de la vie. Notre démarche montre combien on peut à la fois être opposé au mariage pour les couples de même sexe et engagé dans la lutte contre toutes les discriminations, dont l'homophobie. Et je dénonce par avance tous les amalgames et excès qui pourraient inutilement blesser les citoyens qui s'engagent pour ou contre ce projet.

Contenus liés:
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 17:52

TGV 150Après l’insupportable suspense entretenu ces derniers mois à grand coup de contradictions par le nouveau Gouvernement, le Président de la République a confirmé, hier soir, la création des tronçons de Ligne à Grande Vitesse Tours-Bordeaux et Bordeaux-Toulouse.

C’est une nouvelle rassurante.

Mais, sans vouloir adopter une posture politicienne, je crois qu’il faut la nuancer pour deux raisons.

La première est que nous sommes en présence d’une simple déclaration d’intention. Alors que la date de réalisation a déjà été subrepticement décalée de 2020 à 2022, rien n’a été annoncé sur le calendrier. De plus, aucune garantie concrète ne vient confirmer cette annonce alors que le Gouvernement est devenu le champion des revirements. Chat échaudé…

La seconde nuance est que rien n’a été confirmé concernant la suite du trajet vers Narbonne, le Golfe du Lion et l’Espagne. C’est inquiétant et cela laisse présager l’abandon de ce tronçon.

J’appelle le Président de la République à assurer la réalisation de l’intégralité de cette LGV, comme prévu depuis des années, pour le plus grand bénéfice tant économique qu’environnemental du Grand Sud.

Jean-Luc MOUDENC
Député de la Haute-Garonne
Maire de Toulouse de 2004 à 2008

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 12:46

TGV_1346.jpgLe projet de prolongement de la ligne à grande vitesse entre Tours et Bordeaux puis vers Toulouse a été confirmé par le chef de l'État jeudi, selon qui "c'est l'avenir". Il figurait auparavant parmi les grands projets d'infrastructures de transport remis en cause par le gouvernement au nom du réalisme budgétaire.

Les Toulousains ont de quoi se réjouir ce matin. La ligne ferroviaire à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse verra le jour, a confirmé jeudi François Hollande à l’occasion d’un déplacement en Gironde sur le thème des investissements d'avenir. La ville rose se retrouvera à 3h15 de Paris à l’horizon 2020. "Je sais qu'il y a quelques endroits où c'est toujours difficile mais ça passera parce que ça doit passer, parce que c'est l'avenir", a affirmé le chef de l’État. Les travaux porteront d'abord sur le tronçon Tours-Bordeaux, puis Bordeaux-Toulouse.

La liaison était possiblement remise en cause pour des questions budgétaires suite au passage en revue par le gouvernement de toute une série de grands projets de liaisons ferroviaires, routières et fluviales issus du Grenelle de l'environnement sous la présidence Sarkozy.
Il juge le coût évalué des investissements (245 milliards d'euros sur 25 ans) insoutenable pour l'État et les collectivités et incompatible avec un retour à l'équilibre des finances publiques. Une mission composée de parlementaires et de personnalités qualifiées a été chargée d'opérer le tri entre les projets. Elle est censée remettre ses recommandations au printemps.

"Une évidence" pour Martin Malvy

Ce prolongement de la ligne à grande vitesse constitue une excellente nouvelle pour l’économie toulousaine et plus largement, celle du Sud-Ouest. Aussi, les élus de Midi-Pyrénées soutiennent ce projet. Les collectivités ont accepté de payer pour Tours-Bordeaux mais uniquement pour que la ligne soit ensuite prolongée vers Toulouse. En septembre dernier, il croyait au projet. "La ligne LGV Bordeaux-Toulouse se fera, c'est pour moi une évidence. La quatrième ville de France, et Midi-Pyrénées dans son ensemble, ne peuvent pas rester à l'écart du réseau ferroviaire à grande vitesse" avait déclaré Martin Malvy, le président de la région Midi-Pyrénées et président de l'association TGV Sud-Ouest. Le début des travaux est attendu pour 2017.

LaTribune.fr

En savoir plus:

Martin Malvy a réagit dans un communiqué ce vendredi 11 janvier: "Le Président de la République a confirmé l’unité de l’itinéraire Paris-Bordeaux-Toulouse. C’est la notion d’axe ferroviaire pour le désenclavement du grand Sud-Ouest que nous défendons depuis maintenant 10 ans. C’est aussi la raison pour laquelle nous cofinançons les travaux entre Tours et Bordeaux.

Frédéric Cuvillier, ministre en charge des Transports, nous avait confirmé à Paris, il y a quelques semaines, que la procédure engagée serait respectée avec le lancement de l’enquête publique cette année et la DUP en 2014. La déclaration de François Hollande hier à Bordeaux constitue pour nous une bonne nouvelle en ce début d’année."

Objectif News

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article