Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 11:29

pape.pngBenoît XVI a annoncé lundi 11 février qu'il allait démissionner le 28 février. Il l'a déclaré personnellement en latin durant le consistoire pour la canonisation des martyrs d'Otrante. "Le pape a annoncé qu'il renoncerait à son ministère à 20 heures (heure italienne), le 28 février. Commencera alors la période de 'sede vacante' (siège vacant)", a précisé le père Federico Lombardi, dans une annonce quasiment sans précédent dans l'histoire de l'Eglise catholique.

Pour justifier son choix, Benoît XVI a expliqué qu'il n'avait "plus les forces" de diriger l'Eglise catholique à son âge. Elu le 19 avril 2005, le pape est désormais âgé de 85 ans.

Une décision rarissime

Dans un livre d'entretiens paru en 2010, Benoît XVI abordait sans tabou la question de sa démission. Il indiquait qu'il n'hésiterait pas à abandonner son poste s'il était dans l'incapacité "physique, psychologique ou spirituelle" d'accomplir les tâches de sa fonction. Le doyen du Collège des cardinaux, Angelo Sodano, a parlé de "coup de tonnerre dans un ciel serein" pour commenter cette annonce historique.

Le code de droit canonique permet au pape de démissionner. "S'il arrive que le Pontife romain renonce à sa charge, il est requis pour la validité que la renonciation soit faite librement et qu'elle soit dûment manifestée", indique le canon 332. Toutefois, une telle démission est rarissime. La dernière, celle de Grégoire XII, remonte au XVe siècle.

Voici l'intégralité de sa déclaration, traduite par Radio Vatican :

Frères très chers,

Je vous ai convoqués à ce Consistoire non seulement pour les trois canonisations, mais également pour vous communiquer une décision de grande importance pour la vie de l’Eglise. Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l’avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien.

Je suis bien conscient que ce ministère, de par son essence spirituelle, doit être accompli non seulement par les œuvres et par la parole, mais aussi, et pas moins, par la souffrance et par la prière. Cependant, dans le monde d’aujourd’hui, sujet à de rapides changements et agité par des questions de grande importance pour la vie de la foi, pour gouverner la barque de saint Pierre et annoncer l’Evangile, la vigueur du corps et de l’esprit est aussi nécessaire, vigueur qui, ces derniers mois, s’est amoindrie en moi d’une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m’a été confié.

C’est pourquoi, bien conscient de la gravité de cet acte, en pleine liberté, je déclare renoncer au ministère d’Evêque de Rome, Successeur de saint Pierre, qui m’a été confié par les mains des cardinaux le 19 avril 2005, de telle sorte que, à partir du 28 février 2013 à vingt heures, le Siège de Rome, le Siège de saint Pierre, sera vacant et le conclave pour l’élection du nouveau Souverain Pontife devra être convoqué par ceux à qui il appartient de le faire.

Francetv info

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Divers
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 11:02

moudenc-52.jpgA 13 mois pratiquement jour pour jour du premier tour des municipales, et après l annonce de la candidature de Christine de Veyrac , Jean Luc Moudenc lance aujourd'hui sa contre offensive.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Jean Luc Moudenc Député
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 10:49

Spanghero-Laurent.jpgLaurent Spanghero a pris la parole dans les médias pour défendre l'honneur de sa famille, qui n'est plus liée à la société Spanghero depuis plus de trois ans. 

En revendant l'usine, la famille a aussi vendu son nom de marque. "Mais nous ne sommes plus aux commandes !" déclare L. Spanghero.

En vendant l'usine Spanghero à la coopérative basque Lur Berri, les Spanghero vendaient non seulement un outil de transformation de viande, mais aussi un nom, devenu une marque de référence. "Nous l'avons vendue avec le nom, parce qu'il y avait la notoriété qui intéressait l'acheteur" explique Laurent Spanghero qui se dit "traumatisé par ce qui se passe".

3 ans après la cession, plus aucun membre de la famille n'est lié de près ou de loin à la société qui porte son nom, un nom aujourd'hui cité dans les journaux de l'Europe entière. Un préjudice immense pour certains membres de la famille lauragaise, travaillant à leur compte dans l'agroalimentaire.

Par un communiqué de la famille, envoyé aux médias, Laurent Spanghero a tenté d'étouffer le feu, mais le scandale des "lasagnes au cheval" est associé depuis trois jours maintenant à "la société Spanghero". "La famille Spanghero n'est plus aux commandes de la société éponyme de Castelnaudary dont elle a cédé le contrôle en avril 2009" lit-on dans ce communiqué.

Mails le tollé médiatique ne fait pas dans la nuance, ni le ministre de la consommation Benoît Hamon, qui dans ses interventions se réfère à la marque, en pensant peut-être à celui qui a été durant dix-huit ans président de l'interprofession de la viande au niveau européen. Il est donc plus juste de parler de Lur Berri et de sa marque Spanghero, société dont Barthélémy Aguerre est le président, et Jacques Poujol, le directeur du site chaurien.

En attendant le mal est fait. Et que va devenir la marque "A la Table de Spanghero" proprement dite, que la stratégie commerciale tendait déjà à faire disparaître…avant cette soudaine publicité des lasagnes au cheval.

L'Indépendant

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 10:36

Yoann RAULT-WITALe Maire PS de Toulouse, bien seul au sein de sa majorité aux vues des récentes déclarations de ses amis écologistes et d’extrême-gauche, a décidé de lancer en ce début d’année une grande campagne de communication visant à faire croire aux Toulousain(e)s que « Toulouse avance à pas de géant ! ».

Enchaînant les présentations de voeux aux quatre coins de la ville rose, Monsieur Cohen explique à qui veut l’entendre que Toulouse évolue et se transforme mais que le travail de la municipalité n’est pas facile en cette « période de crise ». Comme quoi les socialistes ont la mémoire sélective après nous avoir expliqué, en tirant à boulets rouges sur Nicolas Sarkozy, que la crise n’était pas une excuse.

Monsieur le Maire a cependant oublié d’expliquer à ses concitoyens et néanmoins contribuables que s’il y a bien une chose qui avance à grand pas à Toulouse, c’est la dette ! Petit coup d’oeil sur l’état des finances de la ville à quelques mois des prochaines échéances municipales.

Afin de garder un regard neutre et objectif sur la situation, il convient de se référer au récent rapport de la Chambre Régionale des Comptes. Cette dernière exerce une triple compétence de jugement des comptes des comptables publics, d’examen de la gestion et de contrôle budgétaire sur les collectivités territoriales et leurs établissements publics. Dans le cadre de son dernier rapport concernant la gestion des finances de la ville de 2004 à 2010, la sentence pour la municipalité actuelle est sans appel.

En effet, d’une part, la Chambre Régionale des Comptes vient rappeler que la gestion de la ville, lorsque Jean-Luc Moudenc l’administrait, était saine, d’autre part elle relève deux phénomènes : la baisse de l’épargne depuis l’arrivée de Pierre Cohen au Capitole et la « perspective inéluctable de recours à la dette ».

L’épargne est un bon indicateur de la gestion d’une collectivité locale. En effet, comme au sein d’un foyer où il est d’usage de mettre de l’argent de côté pour éviter de devoir demander de l’aide à son banquier, la ville se doit de mettre en place son auto-financement sans avoir recours à l’emprunt.

Entre 2007 et 2010, le rapport note « une inversion de tendance » en matière d’épargne : celle-ci baisse d’un tiers avec l’arrivée de la municipalité socialiste passant de 103 millions d’euros en 2007 à 62 millions d’euros en 2010. Pour la première fois depuis presque 25 ans (!), la ville de Toulouse va devoir recourir à l’emprunt. Il convient de nuancer ce propos : quand il s’agit d’avoir recours à l’emprunt pour des dépenses importantes comme par exemple la mise en place d’un nouveau moyen de transport, la dette est nécessaire mais quand lorsque, comme à Toulouse, l’emprunt est utilisé pour construire une école, ceci est alarmant pour l’avenir du portefeuille de la ville.

Ce phénomène s’explique par une raison principale : les dépenses de fonctionnement de la ville augmentent plus rapidement que les recettes.

Le manque d’ambition de la municipalité actuelle et l’amateurisme de Pierre Cohen en matière d’investissements mènent à un constat clair : selon le rapport de la Chambre Régionale des Comptes, comparé au mandat de Jean-Luc Moudenc, la team Cohen investit 25% de moins à la ville.

S’il ne fait nul doute, n’en déplaisent aux récentes ambitions de certain(e)s, que Jean-Luc Moudenc, Président de l’UMP 31 et Maire de Toulouse de 2004 à 2008 a su être un Maire soucieux de respecter les générations futures en imposant une gestion saine des finances de la ville, cette année 2013 devrait permettre aux Toulousain(e)s de s’interroger. Pierre Cohen disait dans son journal de campagne, je cite, que « Le grand changement que je propose ne nécessite pas de gros moyens » : MENSONGE !

Enfin souvenons-nous du slogan de la liste de Pierre Cohen en 2008 : « Toulouse à gauche, tu gagnes ! ». Chacun en tirera les conclusions qu’il veut, chacun décidera de la ville qu’il veut laisser aux générations futures, chacun prendra ses responsabilités. Toulousaines, Toulousains, vous qui aimez votre ville, vous qui souhaitez lui donner les ambitions qu’elle mérite, vous qui pensez que la ville s’endort depuis trop d’années, vous qui pensez que le dogmatisme socialiste ne peut plus être le mode de fonctionnement de notre ville, faites comme moi, engagez-vous derrière Jean-Luc Moudenc en rejoignant les 3000 soutiens de l’association Toulouse Avenir.

Gardons bien à l’esprit que le travail de terrain que Jean-Luc Moudenc réalise depuis 2008 et l’unité de la droite et du centre-droit seront les clefs de la réussite de notre famille politique en 2014 !

 

Yoann Rault-Wita

Conseiller National des Jeunes Populaires

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Toulouse
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 10:02

vincent-noves-01-copie-1.jpgLes associations «Balma à cœur» et «Agir pour Balma» avaient convié les Balmanais à une réunion publique à la salle des fêtes. Les Balmanais étaient venus nombreux écouter le leader de l'opposition municipale et conseiller régional Vincent Terrail-Noves sur les thèmes de l'urbanisme et des finances. «La forte mobilisation est signe de grande inquiétude chez les Balmanais» a-t-il dit en fustigeant la politique d'urbanisation du maire et de la communauté urbaine, la jugeant «démesurée et inadaptée». «D'ici à 2018, soit en 6 ans, nous allons accueillir plus de 5 000 habitants supplémentaires, c'est-à-dire bien plus que sur les 15 années de 1995 à 2010. Or notre commune n'est pas prête à cela puisque nos équipements sont déjà saturés à ce jour», a-t-il précisé. Sur les finances, il a dénoncé «les mauvais choix d'investissements, notamment celui du cœur de ville». Il s'est montré satisfait de voir les taux communaux stabilisés en 2013 mais s'est inquiété «des perspectives des années suivantes où l'endettement et/ou les hausses d'impôts repartiront nécessairement à la hausse pour financer la fin des projets de 2013». Un apéritif a clôturé cette soirée où les Balmanais ont pu poser des questions à Vincent-Terrail Novès qui leur a donné rendez-vous «dans quelques mois» pour dévoiler le projet qui sera porté par son équipe aux municipales de mars 2014.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 20:26
jean françois copéJe viens à l'instant de recevoir un message de Catherine Vautrin, députée de la Marne, qui siège dans l'Hémicycle avec les autres parlementaires de notre mouvement.

Depuis plus de dix jours, nous nous opposons en séance au projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les couples de même sexe.

Si j'ai souhaité vous transférer son message, c'est que je sais à quel point ce débat vous tient à coeur et à quel point l'attitude de la Gauche et du gouvernement vous choque.

Sachez-le, votre appui de tous les instants rend ce combat pour défendre nos valeurs possible !

Je vous l'affirme, votre soutien mais aussi votre contribution, nous sont indispensables pour diffuser nos idées.

Je veux ici vous remercier pour votre fidélité et vous inviter à poursuivre votre aide en faisant un don, même modeste, pour permettre à notre mouvement d'agir.

Je vous remercie par avance très sincèrement.

Jean-François Copé
Président de l'UMP
 
  >>>>>>>>>>>>>>> Je fais un don
 
  Le 08 février à 19:03, Catherine Vautrin a écrit :
  Cher Jean-François,

Je t'envoie un message depuis l'Assemblée
avec nos collègues députés UMP, nous luttons contre les déclarations démagogiques et irresponsables du gouvernement et des élus de Gauche.

Nous siégeons depuis des heures, sans relâche. Quelque peu éprouvés par ce rythme intense, nous tenons en pensant à toutes celles et ceux, militants et sympathisants, qui nous soutiennent et qui se sont exprimés jusque dans la rue pour défendre les valeurs auxquelles nous croyons.

Pour eux, pour la défense de nos valeurs, nous ne lâcherons rien et lutterons pied à pied jusqu'au bout !

Bien à toi,

Catherine
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 07:22

affiche 05 02Notre démarche se voulant constructive et pédagogique, chaque thème sera traité en 4 parties :

Ø Rappel de nos propositions de 2008. Vous aviez alors voté, à 31 voix près, pour nos propositions. A ce titre, vous pourrez ainsi pleinement comparer les projets des différents candidats et constater que plusieurs de nos projets inédits de 2008 sont maintenant copiés par des candidats de 2013.

Ø l’état des lieux : le constat de la situation actuelle de notre commune, la position de Saint-Jory selon une étude de la dépêche de 2011 sur le thème traité, et notre position sur ce thème

Ø nos propositions pour 2013 :

- nous connaissons tous l’urgence pour Saint-Jory de sortir de l’impasse, plusieurs de nos engagements seront mis en application dès notre élection

- grâce aux commissions extra municipales que nous créerons au lendemain de notre élection, des tables rondes seront mises en place avec toute la population sur tous les dossiers en cours afin de les adapter ainsi que nos propositions pour 2014

Ø nos propositions pour 2014 – 2020 : suite aux tables rondes avec l’ensemble de la population, les projets pourront enfin se développer en toute sérénité et transparence.

2013 02 Profession de foi 2013 02 Profession de foi

 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Saint Jory
commenter cet article
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 07:09

moudenc 43Lors de notre audition des dirigeants de Sanofi en commission à l’Assemblée nationale, je les avais interrogés sur leurs intentions vis-à-vis du Canceropôle. Je n’avais pas obtenu de réponse claire.

Alors que la lutte des salariés continue, il m’a semblé nécessaire de saisir très clairement le Gouvernement de la question de la place de Sanofi au sein du Canceropôle-Oncopôle.

J’adresse donc ce jour une nouvelle Question Écrite à Arnaud MONTEBOURG à ce sujet, dont le texte figure ci-dessous.

 Jean-Luc MOUDENC

 Député de la Haute-Garonne

Maire de Toulouse de 2004 à 2008

Dossier SANOFI
2ème Question Écrite à Monsieur Arnaud MONTEBOURG

déposée le 7 février 2013

 M. Jean-Luc Moudenc interroge M. le ministre du redressement productif sur l’insertion de Sanofi dans le projet de Canceropôle-Oncopôle à Toulouse.

En effet, Sanofi dispose d’une recherche performante en Oncologie et avait signé un accord de recherche avec l’Institut Claudius Regaud, pilier du Canceropôle-Oncopôle.

La récente valse-hésitation de la Direction de Sanofi et du Gouvernement sur le devenir du site toulousain de Sanofi laisse planer le doute sur la réalité d’une inscription future de Sanofi au sein de ce projet européen de recherche de pointe.

En conséquence, il lui demande de bien vouloir lui indiquer de quelles informations il dispose quant aux intentions de Sanofi vis-à-vis de sa participation au sein du Canceropôle-Oncopôle et s’il compte demander à la direction de ce laboratoire pharmaceutique une telle collaboration sur ce site de recherche de pointe.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Jean Luc Moudenc Député
commenter cet article
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 07:00

TGV 150En ce début d’année, la mission GPSO finalise avec les acteurs locaux les dernières mises au point du tracé et prépare l’ensemble des dossiers nécessaires pour les enquêtes publiques prévues mi 2013. Compte tenu des caractéristiques du programme GPSO, trois enquêtes publiques seront nécessaires :
- une enquête sur 6 départements, pour les lignes nouvelles Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne,
- une enquête en Gironde, pour les aménagements ferroviaires au sud de Bordeaux,
- une enquête en Haute-Garonne, pour les aménagements ferroviaires au nord de Toulouse.

Autre action en ce début d’année sur la politique foncière volontariste souhaitée par les partenaires, la signature d’une convention entre la Safer Aquitaine Atlantique et RFF le 29 janvier dernier.

GPSO

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 12:59

cope-19.jpgJean-François Copé, président de l'UMP, a affirmé mercredi à Agen qu'il voulait faire "une révolution civique" en mettant l'UMP et ses permanences "au service des Français", en les aidant par exemple dans leurs démarches pour trouver un emploi ou un logement.

Lors d'un déplacement à Agen - son quatrième en province depuis son élection à la tête de son parti - M. Copé a exposé son ambition pour l'UMP, qui selon lui, ne doit pas se contenter de s'opposer à la politique du gouvernement mais aussi être "constructif".

"Je veux que l'UMP soit au service des Françaises et des Français. Nous allons, dans les permanences de l'UMP, à l'image de ce qui s'est fait à Agen, ouvrir nos permanences à ceux qui souffrent, qui ont été victimes d'un acte de délinquance et dont personne ne s'occupe, qui cherchent un emploi, qui cherchent un logement ou un coup de main pour le soutien scolaire de leurs enfants", a affirmé M. Copé, lors d'un "club de la presse" organisé par "47 FM, La radio de Lot-et-Garonne".

A l'issue de cette émission, le président de l'UMP participait à une réunion publique, en présence de près de 500 personnes.

"Je vais proposer que les militants viennent apporter une main fraternelle à ceux qui sont dans cette difficulté" pour les aider à "trouver une solution", a-t-il dit.

Selon M. Copé, "l'UMP va montrer un visage humain, l'idée étant d'être dans l'action au service des Français et pas simplement dans le débat national. Dans les partis politique en général, on est beaucoup dans les grands débats et pas suffisamment au service des gens", a-t-il argué.

Il faut "donner de l'UMP une image de générosité, qui est la réalité de nos valeurs, mais à une condition: pas d'assistanat", a-t-il insisté. "Celui qui a été aidé doit savoir qu'un jour, on l'appellera pour lui demander d'aider quelqu'un d'autre".

"C'est très important de montrer que derrière le sigle UMP, il n'y a pas simplement des gens avec des costumes gris ou bleu marine à Paris, en train de faire des débats", a-t-il également affirmé.

La permanence de l'UMP d'Agen a commencé à mettre en pratique ce projet de M. Copé, en aidant des demandeurs d'emploi à rédiger un CV, ou des hommes et des femmes à monter leur dossier de retraite.

Le Point

Repost 0
Publié par Pascale Binet
commenter cet article