Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 15:00

nicolas-sarkozy.jpgMes chers Amis,
Le 6 mai 2012, au soir de l’élection présidentielle, j’ai remercié les Français de l’honneur qu’ils m’avaient accordé en me permettant de condui...re les destinées de notre pays durant cinq années. Je leur ai dit ma volonté de me retirer de toute activité publique.

Depuis, j’ai pris le temps de la réflexion après toutes ces années d’activités intenses. J’ai pu prendre le recul indispensable pour analyser le déroulement de mon mandat, en tirer les leçons, revenir sur ce que fut notre histoire commune, mesurer la vanité de certains sentiments, écarter tout esprit de revanche ou d’affrontement.

J’ai pu échanger avec les Français, sans le poids du pouvoir qui déforme les rapports humains. Ils m’ont dit leurs espoirs, leurs incompréhensions et parfois aussi leurs déceptions.
J’ai vu monter comme une marée inexorable le désarroi, le rejet, la colère à l’endroit du pouvoir, de sa majorité mais plus largement de tout ce qui touche de près ou de loin à la politique.

J’ai senti chez beaucoup de Français la tentation de ne plus croire en rien ni en personne, comme si tout se valait, ou plutôt comme si plus rien ne valait quoi que ce soit.

Cette absence de tout espoir si spécifique à la France d’aujourd’hui nous oblige à nous réinventer profondément.

Je me suis interrogé sans concession sur l’opportunité d’un retour à la vie politique que j’avais arrêtée sans amertume et sans regret.

C’est au terme d’une réflexion approfondie que j’ai décidé de proposer aux Français un nouveau choix politique.

Car, au fond, ce serait une forme d’abandon que de rester spectateur de la situation dans laquelle se trouve la France, devant le délitement du débat politique, et la persistance de divisions si dérisoires au sein de l’opposition.

Je suis candidat à la présidence de ma famille politique. Je proposerai de la transformer de fond en comble, de façon à créer, dans un délai de trois mois, les conditions d’un nouveau et vaste rassemblement qui s’adressera à tous les Français, sans aucun esprit partisan, dépassant les clivages traditionnels qui ne correspondent plus aujourd’hui à la moindre réalité.
Ce vaste rassemblement se dotera d’un nouveau projet, d’un nouveau mode de fonctionnement adapté au siècle qui est le nôtre et d’une nouvelle équipe qui portera l’ambition d’un renouveau si nécessaire à notre vie politique.

J’aime trop la France ; je suis trop passionné par le débat public et l’avenir de mes compatriotes pour les voir condamnés à choisir entre le spectacle désespérant d’aujourd’hui et la perspective d’un isolement sans issue. Je ne peux me résoudre à voir s’installer dans le monde l’idée que la France pourrait n’avoir qu’une voix secondaire.

Nous devons faire émerger de nouvelles réponses face aux inquiétudes des Français, à leur interrogation sur la pérennité de la France, à la nécessité d’affirmer sa personnalité singulière, à la promotion de son message culturel qui est sans doute la plus belle part de notre héritage.

On ne fait rien de grand sans l’unité de la nation. On ne fait rien de grand sans espérance, sans perspective.

Pour construire une alternative crédible, il nous faut donc bâtir la formation politique du XXIème siècle. Je le ferai avec le souci du plus large rassemblement, la volonté d’apaiser les tensions, et en même temps de susciter l’intérêt passionné de tous ceux qui ne peuvent se résoudre à l’abaissement de la France. Nous aurons besoin de toutes les intelligences, de toutes les énergies, de toutes les bonnes volontés. Il nous faut tourner la page des divisions et des rancunes afin que chacun puisse s’inscrire dans un projet, par nature, collectif.

Je connais les difficultés qui nous attendent. Mais l’enjeu nous dépasse tellement, les perspectives sont si exaltantes, le redressement si nécessaire qu’à mes yeux les obstacles paraissent dérisoires.

Ensemble, par la force de notre engagement, par notre conscience commune de la gravité des enjeux, nous rendrons possible le sursaut dont nul ne peut douter de la nécessité et de l’urgence.

Que chacun soit convaincu de la force et de la sincérité de mon engagement au service de la France.
NS

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 16:55

laurence arribage 03Ce jeudi 16 septembre 2014, Laurence Arribagé, Députée de Haute-
Garonne et Adjointe au Maire de Toulouse, a répondu à l’invitation de
l’ancien Président de la République, Nicolas Sarkozy.
Dans ses bureaux de la rue de Miromesnil, ils ont abordé ensemble de
nombreux sujets d’actualité.
Particulièrement attentif à la situation de la France, l’ancien Président
de la République a tenu à partager son analyse sur la situation actuelle
de notre pays avec Laurence Arribagé. En outre, il a évoqué la
situation de l’UMP avec l’actuelle Secrétaire Départementale de la
fédération de Haute-Garonne.
À quelques jours de la clôture des candidatures, Laurence Arribagé a
tenu à lui remettre en main propre son parrainage pour concourir à la
Présidence de l’UMP.

Laurence Arribagé

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 16:47

moudenc-144.jpgLe maire de Toulouse confirme à France 3 Midi-Pyrénées qu'il va quitter ses fonctions de président de l'UMP 31. Il met sur orbite pour lui succéder la députée et deuxième adjointe à la mairie Laurence Arribagé et souhaite "le retour de l'unité" au niveau national. 

Jean-Luc Moudenc ne sera pas candidat à sa propre succession à la tête de la fédération départementale de l'UMP de Haute-Garonne. Elu en 2010, à la suite d'une bataille homérique avec Christine de Veyrac, il avait ensuite annoncé durant la campagne des municipales 2014 qu'il quitterait la présidence de son parti s'il était élu maire. Confirmation dans une interview accordée à France 3 Midi-Pyrénées.

France 3 Midi-Pyrénées : Jean-Luc Moudenc, vous confirmez que vous ne serez pas de nouveau candidat à la présidence de l'UMP 31 ?
Jean-Luc Moudenc : Tout à fait. J'irai au bout de mon mandat mais je ne briguerai pas la présidence départementale début 2015. Cela n'est pas en adéquation avec ma conception du rôle de maire : je veux être le maire de tous les Toulousains, pas le chef d'un parti. Donc, je ne me représenterai pas.

Qui pour vous succéder ? Laurence Arribagé ?
Je n'ai pas le droit de désigner moi-même celui ou celle qui doit me succéder. Mais je prends le droit de donner mon simple avis. En quelques années, Laurence Arribagé a pris beaucoup de responsabilités politiques. Je pense que sa candidature serait normale, encore faut-il qu'elle soit d'accord et qu'elle ait le soutien d'autres membres de la direction. Son élection à la tête de l'UMP 31 permettrait d'avoir une vraie complémentarité enter l'équipe départementale et moi. 

"Avec Laurence Arribagé, nous avons remis de l'ordre"


En 2010, la campagne interne entre vous et Christine de Veyrac avait été très cinglante et l'UMP 31 a mis du temps à s'en remettre. Cette fois tout s'annonce plus calme ?
Oui on est très loin de tout cela. C'est un autre monde je dirai. Nous avons réussi depuis 2010 avec Laurence Arribagé et d'autres à stabiliser les choses, à faire grandir le mouvement, à travailler de manière sereine et nous sommes arrivés à des victoires électorales. Nous avons remis de l'ordre. Ce qui a permis de préserver l'UMP 31 de la tourmente de 2012, avec la bataille Copé/Fillon. Il faut maintenant pérenniser tout cela.

Justement en 2012, vous aviez choisi de ne pas choisir, à titre personnel, entre Jean-François Copé et François Fillon. Qu'en sera-t-il cette année lors de la campagne pour la présidence de l'UMP ?
A l'époque j'ai même fait l'objet de moqueries. Mais au final, je ne regrette pas d'avoir fait partie des 40 parlementaires non-alignés. Cette fois, on ne connaît pour le moment que deux candidats, Bruno Lemaire et Hervé Mariton. Je me déterminerai lorsque nous aurons toutes les cartes en main.

"Au niveau national, je suis favorable au retour de l'unité"


Vous êtes favorable au retour de Nicolas Sarkozy ?
Je suis favorable au retour de l'unité.

Mais le cas Sarkozy focalise tous les regards. Alors je vous repose la question : êtes vous favorable à son retour ?
Tout dépend du sens qu'il veut donner à sa candidature. C'est uniquement sur le fond que je me prononcerai. Je verrai si l'impératif d'unité dont je vous parle a plus de chances d'aboutir avec lui ou avec un autre.

Propos recueillis par Fabrice Valéry - France 3

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 10:33

magazine-le-l-union-n--65-copie-1.jpgLe Magazine de l'Union - 65, Election à la Présidence de l'UMP, le 29 novembre et/ou le 6 décembre 2014 : Le Magazine 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 09:36
Le Conseil Régional Midi-Pyrénées © Archives MaxPPP

Le parquet de Toulouse a ouvert une enquête préliminaire dans l'affaire des contrats entre la région Midi-Pyrénées et AWF, société d'un frère de Kader Arif. De son côté le Conseil régional Midi-Pyrénées réfute les accusations publiées ce mercredi dans Le Canard Enchaîné. 

Le parquet de Toulouse a ouvert une enquête préliminaire pour savoir si le Conseil Régional de Midi-Pyrénées a fait preuve de favoritisme dans l'attribution de marchés à AWF, une société détenue par un frère du secrétaire d'Etat aux anciens combattants, Kader Arif. L'affaire a été révélée ce mercredi matin par Le Canard Enchaîné : la région dément les accusations, l'opposition indique avoir déposé lundi dernier un signalement au procureur, ce qui a déclenché l'ouverture de l'enquête préliminaire, confiée à la police judiciaire de Toulouse. Lire la suite sur France 3 Midi Pyrénées
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 09:30

L’avis d’enquête publique concernant le Grand Projet Ferroviaire du Sud-ouest portant sur la réalisation par Réseau Ferré de France des aménagements ferroviaires au nord de Toulouse dans le département de la Haute-Garonne est disponible au téléchargement. L’avis d’ouverture concerne l’enquête préalable de la mise en compatibilité du plan local d’urbanisme de Castelnau d’Estrétefonds. La commission d’enquête pourra être rencontrée à la mairie de Castelnau le  lundi 10 novembre de 14 à 17h et le vendredi 21 novembre de 9 à 12h. Vous pouvez télécharger cet avis sur le site de la mairie : http://www.mairiecastelnau.fr. Vous le trouverez également à la gare ou aux abords du pont du canal mais il est impossible de s’y arrêter ou en cliquant sur le lien suvant : L’avis d’enquête publique

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 17:01

xavier.jpgLe discours de Manuel Valls très applaudi à l'université d'été du MEDEF et la sortie du désormais Ministre de l'Economie Emanuel Macron sur la remise en cause des 35 heures finissent d'achever la politique initiée depuis mai 2012 par François Hollande et enterrent définitivement son programme électoral.

"mon véritable adversaire, c'est la finance"

Qu'il est loin ce meeting du Bourget de l'hiver 2012 où François Hollande fixant les grandes lignes de son projet présidentiel se positionnait en totale opposition avec la politique menée par le Président Nicolas Sarkozy trop proche selon lui du patronat et des marchés.

S'en suivaient alors la victoire de mai 2012, la nomination de Jean-Marc Ayrault Premier Ministre et l'abrogation des mesures Sarkozystes du précédent quinquennat : fin de la réforme territoriale, des heures supplémentaires défiscalisées, de la TVA sociale, du non remplacement d'un fonctionnaire sur deux, entre autres, plus une vague de hausses d'impôt sans précédent qui s'abat alors sur les français.

Mais voilà, loin de régler les problèmes, cette politique va aggraver les déficits de la République Française :

Déficit budgétaire avec respectivement 4.8% et 4.3% en 2012 et 2013 malgré les hausses d'impôt record (entre 4 et 4.5% estimés pour 2014).

Déficit d'emploi avec une croissance continue du chômage en hausse en juillet pour la 9e fois consécutivement (record de longévité).

Déficit commercial qui, s'il s'est restreint depuis le plus fort de la crise, reste fort à environ 60 milliards d'euros annuel du fait de la non compétitivité des entreprises françaises à l'international.

Déficit de confiance enfin devant une politique hasardeuse, souvent improvisée, incomprise, poussant les entreprises à réduire leurs investissements et à s'installer à l'étranger, déficit de confiance qui devient peu à peu un déficit de croissance amenant moins d'entrées d'argent que prévu dans les caisses de l'Etat.

Alors, la Président va effectuer quelques reniements comme la hausse de la TVA quelques mois seulement après avoir abrogé la TVA sociale.

Puis il y aura le CICE pour les entreprises pour compenser les freins à la productivité, les coupes dans les budgets des ministères, et le grand retour de la réforme territoriale que Jean-Marc Ayrault avait balayé d'un revers de main et que François Hollande aidé par son nouveau Premier Ministre Manuel Valls remettent au gout du jour.

Le gouvernement Valls I avait scellé le sort des écologistes, ce mardi 23 août, le gouvernement Valls II scelle le sort des derniers représentants d'une gauche forte dans le gouvernement avec pour symbole le remplacement du très gauchisant Arnaud Montebourg par le beaucoup plus libéral Emmanuel Macron qui avait dit durant la campagne présidentielle : "la taxe à 75%, c'est Cuba sans le soleil".

Réforme territoriale, aides à la compétitivité, maîtrise des budgets des administrations, rediscussion du temps de travail légal, la politique menée par Valls depuis sa nomination comme Premier Ministre et qui va s'accentuer après les départs des récalcitrants Monteboug et Hamon ressemble de plus en plus à celle menée jusqu'en 2012 par François Fillon et Nicolas Sarkozy.

C'est un aveu d'échec cuisant pour la gauche de la gauche qui pensait qu'une autre politique était possible en France en 2012 et une terrible désillusion pour tous ceux qui avaient cru à ce moment aux promesses intenables du candidat François Hollande.

La politique de redistribution des richesses promise par François Hollande en 2012 ne peut fonctionner quand votre Nation cumule près de 2000 milliards d'euros de dette et ne connait plus de croissance.

En effet, avant de distribuer la richesse, il faut préalablement la créer, et pour ceci, il faut délester nos administrations, rendre compétitives nos entreprises, faciliter l'entrepreneuriat, développer les investissements.

D'autres pays l'ont fait récemment en Europe et renouent désormais avec la croissance.

C'est aussi la preuve que les réformes initiées par Nicolas Sarkozy et peut-être bientôt reprises par le gouvernement de Manuel Valls étaient les bonnes.

En mai 2012, pour l'emporter, François Hollande a menti aux français en leur faisant croire qu'une autre politique était possible, 2 ans après en confortant Manuel Valls et nommant un gouvernement plus droitier, il contredit sa politique initiale et finit de revenir peu à peu à la réalité.

En politique comme en économie, le principe de réalité finit toujours par l'emporter.

Xavier Spanghero

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans France
commenter cet article
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 16:53

julie.jpgC’est en présence de Jean Luc Moudenc, Maire de Toulouse et de Brigitte Barèges, Maire de Montauban, que Julie Escudier a reçu la lourde cape bleu roi et la médaille des vignerons du Frontonnais. Le Vignoble du Frontonnais se trouve à mi-chemin entre Toulouse et Montauban. Il est à cheval sur la Haute Garonne et le Tarn et Garonne et s’étend sur 20 communes. Julie Escudier petite-fille de vigneron et arrière-petite-fille de l’ancien Maire de Fronton Adrien Escudier était tout indiquée pour être intronisée dans cette prestigieuse compagnie dont l’ancien président d’honneur est le compositeur de musique Michel Legrand. Elle a été présentée par le Maire de Fronton Hugo Cavagnac en qualité bien sûr de Frontonnaise « de souche » mais aussi en tant que Vice-Président de Toulouse-Métropole et en qualité de Maire-adjoint du triangle d’or de la ville de Toulouse. Cette cérémonie à laquelle a pu assister, sur l’Esplanade de Fronton, un public particulièrement fourni, a été l’occasion d’unir les deux grandes métropoles de Toulouse et de Montauban sur le thème du vignoble Frontonnais et de sa promotion. Jean-Luc Moudenc et Brigitte Barèges se sont tous deux réjouis de cette occasion qui leur était offerte par la Commanderie de faire la promotion d’un vin qu’ils veulent dans l’avenir amener au Fronton des Vins. Le Grand Maître de la Commanderie le Général Rougevin-Baville a fait prêter à Julie Escudier un serment de fidélité au Vin de Fronton, ce qu’elle a fait de bonne grâce en levant son verre avec un très large sourire. Le Maire de Fronton Hugo Cavagnac a clôturé la cérémonie en rappelant l’importance de la Commanderie dans la promotion du vin de Fronton et du Frontonnais.

Le Petit Journal du Pays Toulousain

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Fronton
commenter cet article
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 16:49

palais-justice-toulouse.jpgIls ont fait un tir groupé. Jean-Luc Moudenc (UMP), le maire de Toulouse, et Laurence Arribagé (UMP), députée de la Ville rose, ont écrit tous les deux mardi à Christiane Taubira, la ministre de la Justice, pour lui demander la création d’une Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs). Ces structures regroupent des magistrats du parquet et de l’instruction, notamment spécialisés dans la criminalité organisée et la délinquance financière. Il en existe huit en France (à Paris, Lyon, Marseille, Lille, Rennes, Bordeaux, Nancy et Fort-de-France).

Réduire les frais et les délais

Et pour l’heure, les affaires survenant à Toulouse relèvent des Jirs de Bordeaux ou même de Marseille. «Les cours d’appel d’Aix-en-Provence et de Bordeaux sont engorgées, souligne le maire de Toulouse, (…)  et ces dossiers nécessitent des investigations complexes ou impliquant plusieurs personnes. Or, les services d’enquête ne sont plus en mesure de faire face aux sollicitations dont ils sont l’objet». «En tout état de cause, cette situation administrative est préjudiciable à la fois aux justiciables, qui doivent parcourir plusieurs centaines de kilomètres, et à la bonne administration de la justice», renchérit Laurence Arribagé qui saisit la Garde des Sceaux via une très officielle «question écrite».

Les deux élus toulousains ont aussi des arguments concrets à faire valoir: des frais d’escorte réduits et des délais abrégés. Ils estiment en outre que la Ville rose a la capacité de loger une éventuelle Jirs dans son Palais de justice flambant neuf, et que les moyens humains (magistrats et avocats) y sont suffisants et compétents dans le ressort de la Cour d’appel.

Contexte tendu

Cette double sollicitation arrive après un été sanglant à Toulouse. A la mi-août, deux hommes liés au quartier des Izards ont été abattus coup sur coup dans ce qui ressemble fort à des règlements de compte entre bandes rivales sur fond de trafic de stupéfiants.

20 Minutes

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Toulouse
commenter cet article
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 16:43

fondada.jpgLe 8 juillet 2014 s’est déroulé un conseil municipal avec à l’ordre du jour en point 3 : Construction du groupe scolaire Fondada – Résiliation du marché de maîtrise d’œuvre : « La construction d’un 2ème groupe scolaire sur le site de Fondada a fait l’objet d’un projet formalisé à partir de 2008. Un concours de maîtrise d’œuvre (MOe) a été organisé. Par délibération D.2009-53 du 02 avril 2009, le conseil municipal a approuvé l’attribution de ce marché au cabinet Paintandre pour un montant total de 670 000 € HT (forfait provisoire de rémunération de 10% de l’enveloppe financière affectée aux travaux par la commune d’un montant estimé à 6 700 000 € HT), ce cabinet étant le mandataire du groupement constitué pour présenter l’offre. Le marché a été signé par le maire le 1er juin 2009. La durée globale prévisionnelle d’exécution de ce marché était fixée à six mois. Le délai contractuel de remise de l’avant-projet sommaire (APS) était pour sa part de 4 semaines. A l’occasion de la remise de l’APS le 8 avril 2010, l’exécution de la mission de Moe a été suspendue et notifiée au titulaire pour une année en l’absence de moyens budgétaires propres au financement de l’opération, notamment. Les moyens n’ayant pas été dégagés ni toutes les incertitudes levées quant aux évolutions démographiques et aux besoins réels, eu égard à l’ampleur du projet initial, la suspension du marché de MOe a été prolongée d’une année supplémentaire à compter du 5 avril 2011. Aucune de ces 2 notifications de suspension d’exécution du marché n’a fait l’objet de recours de la part du titulaire du marché. Les 2 éléments de mission exécutés par le MOe lui ont été payés (esquisse : 41 067,65 € TTC + APS : 82 135,30 € TTC). Compte tenu des délais écoulés entre les suspensions d’exécution du marché MOe et sa reprise en octobre 2012, le marché de MOe pouvait valablement s’analyser dans les faits comme résilié à titre définitif dès le 5 avril 2012. Mais en octobre 2012, le maire a informé le MOe de sa décision de poursuivre le projet au lieudit Saint Guillan et demandé au cabinet Paintandre de remettre l’avant-projet définitif (APD) en reprenant comme base d’organisation les éléments du programme du concours MOe. L’APD a été remis en janvier 2013. Cet élément de mission a été rémunéré 147 843,56 € TTC. Aujourd’hui la situation budgétaire de la commune s’est améliorée en section investissement et permet ainsi d’envisager dorénavant le financement d’un projet de construction d’un nouveau groupe scolaire, cela ne peut se faire valablement sur la base d’éléments d’un diagnostic réalisé en 2008, soit il y a plus de 6 ans car la commune et ses besoins ont beaucoup évolué dans cette période. En outre, les disponibilités financières dégagées ne permettent néanmoins toujours pas à la commune de réaliser dès cette année un projet de l’envergure de celle envisagée initialement lors du lancement du concours de maîtrise d’œuvre (motif économique). De plus, les nombreuses incohérences dans le déroulement de la procédure d’exécution du marché de MOe, si elles ne sont pas du fait du titulaire, sont néanmoins de nature à laisser craindre nombre d’incertitudes quant à la légalité même du marché en cours (motif juridique) en fragilisant ainsi gravement tous rapport contractuels. C’est pourquoi il est proposé au conseil municipal de prononcer la résiliation unilatérale du marché de MOe pour un motif d’intérêt général né à titre principal du fait que les prestations, objet du marché, peuvent être réalisées pour un montant nettement moins élevé que celui initialement prévu, sur la base de solutions nouvelles et d’autoriser le maire à signer tous actes utiles à cet effet. »

Qui est le responsable ? La dernière municipalité.  C’est une faute très grave

Une Vision d'Avenir Pour Castelnau

Repost 0