Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 06:28

TGV_1356.jpg« Wanted : à la recherche des wagons perdus » est l'opération lancée par la SNCF Fret afin de remettre la main sur 150 wagons de marchandises disparus sur les 30 000 km de rails français jusqu’au 12 avril.

Pour réaliser cette recherche qui s’apparente à une chasse au trésor un peu hors norme, les cheminots sont directement mis à contribution. Le site RTL précise qu’une liste des wagons perdus leur a été communiquée avec un numéro d’immatriculation, la date et le lieu où ils ont été vus pour la dernière fois.

A la clé : une prime de 80,10 euros. Face à cette demande étonnante, certains cheminots reprochent le manque de reconnaissance au profit d’une prime. D’autres évoquent purement une opération de communication interne.

La direction a estimé, pour sa part, à 1 million d’euros par an les pertes engendrées par ces wagons fantômes.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 11:25

moudenc-63.jpgC’est aux côtés de Jean-Luc Moudenc (« L’Europe est un des motifs de mon engagement ») que le député européen Alain Lamassoure a tenu aujourd’hui un point presse pour aborder « L’Europe, un ovni politique. » Car oui, confrontée à une crise sans précédent, à l’épisode de Chypre qui fait suite à celui de la Grèce, l’Europe peut s’apparenter aujourd’hui à un mystère digne des meilleurs épisodes d’ « X-Files. » Alain Lamassoure en a d’ailleurs convenu : « Nous connaissions les effets de la crise économique. Elle engendre désormais une crise au plus haut niveau entre le conseil européen, formé par les chefs d’Etats, et le Parlement européen. C’est la première fois que l’Europe est confrontée à un tel conflit. Dans le contexte actuel, aucun gouvernement ne souhaite augmenter sa participation au budget européen. Les parlementaires s’opposent à cette logique, et réclament une Europe plus forte et plus solidaire.» Le député européen juge d’ailleurs que cette situation tient au fait « que les pouvoirs nationaux sont forts, et les pouvoirs européens faibles », mais cela devrait évoluer sous peu avec l’application du traité de Lisbonne qui prévoit l’élection par les parlementaires du futur président de la commission européenne : « Les grandes familles politiques se préparent déjà à cette échéance. » Jean-Luc Moudenc, lancé dans la course au Capitole, a profité de l’occasion pour tacler la majorité municipale actuelle : « Nous avons de grands projets structurants pour la ville qui font l’objet d’aides européennes. Le rôle des élus locaux est de mettre en valeur ce rôle méconnu de l’Europe. Il ne faut pas taire ce rôle-là, et c’est le cas aujourd’hui… J’espère qu’on en parlera durant la campagne. »

Le Journal Toulousain

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 11:16
L'Atelier des Professionnels Réformistes en partenariat avec l'UMP 31
vous invite au débat :
 
Notre système de retraite en France a t-il vécu ?

avec
 
Arnaud ROBINET, Député de la 1ère Circonscription de la Marne
Philippe CREVEL, Secrétaire général du Cercle des Epargnants
Gabrielle TRANCHANT, Représentant le RSI Midi Pyrénées
 

En présence de Jean-Luc MOUDENC et de Laurence ARRIBAGE
 
Mercredi 27 Mars à 19h
Salle BARCELONE
22 allée de Barcelone
31000 Toulouse
(Metro Compans Caffarelli)
 

Pour tout renseignement, contactez le 06 8000 36 69 ou aveclapre@gmail.com
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 07:28

Message de Jean-François Copé aux Délégués de Circonscrption

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 06:52

TGV_1355.jpgLa manifestation interregionale des opposants à la LGV a débuté vers 14h45 à Nérac pour demander l'abandon du projet LGV au profit de l'aménagement des voies existantes. La manifestation interregionale des opposants à la LGV a debuté ce samedi à 14h45 à Nérac. Ils sont environ 2000 manifestants (les services de police évoquent 1000 manifestants alors que les organsiateurs affichent à compteur de 2500 personnes) lot et garonnais, girondins, basques, citoyens, élus, agriculteurs, chasseurs, à défiler pour demander l'abandon du projet LGV au profit de l'aménagement des voies existantes.

 [VIDEO] Lot-et-Garonne : le fumigène et le brasero des anti-LGV

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 06:39

TGV_1354.jpgLe projet de LGV (ligne à grande vitesse) n'en finit pas de mobiliser les habitants des régions Midi-Pyrénées et Aquitaine. Samedi, c'est à Nérac, dans le Lot-et-Garonne qu'ils ont manifesté pour l'abandon du projet.  Il n'est pas trop tard pour faire marche arrière sur le projet pharaonique, déraisonnable en temps de crise, de la future ligne à grande vitesse. Voilà en substance le message des manifestants qui ont défilé, aujourd'hui à Nérac dans le Lot-et-Garonne, contre la LGV.


Les opposants au projet sont venus de tous les départements limitrophes (Dordogne, Gironde et même des Pyrénées-Atlantiques) pour protester contre la poursuite de la future LGV entre Bordeaux et l'Espagne et entre Bordeaux et Toulouse. Ils ne protestent pas contre le tracé de la voie, arrêté en janvier 2013, mais contre le principe même du projet, coûteux en ces temps de rigueur dans les finances publiques et gourmand en terres agricoles.

La manifestation intervient alors que le président socialiste du conseil général du Lot-et-Garonne, Pierre Camani, a annoncé mi-février que sa collectivité ne participerait pas au financement des travaux, même s'il a souligné q'"il ne s'agit pas de remettre en cause le bien-fondé de cette infrastructure".

En Midi-Pyrénées, la tension autour de ce dossier est toujours aussi importante même si le préfet de région, Henri-Michel Comet, annonçait en février dernier qu'un accord avait été trouvé entre toutes les parties.

 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 06:39

Sarkozy-35.jpgLa mise en examen de Nicolas Sarkozy pour abus de faiblesse dans l'affaire Bettencourt ne passe pas à droite. Nombre de ses partisans ont dénoncé, jeudi 21 mars, un acharnement judiciaire à l'encontre de l'ancien chef de l'Etat.

"Je ne peux pas m'empêcher à titre personnel de penser à un acharnement judiciaire, à un énième feuilleton judiciaire. En dix ans, tout a été reproché à Nicolas Sarkozy, Balladur, la Libye, Clearstream, jamais rien n'a été trouvé ni prouvé", s'est indigné sur iTélé Guillaume Peltier, co-leader de la Droite forte, premier "courant" de l'UMP.

Guillaume Peltier@G_Peltier

Plus Nicolas Sarkozy est populaire, plus certains tentent de l'empêcher par un 3ème tour judiciaire. Un règlement de comptes politique !

"La seule chance pour François Hollande en 2017"

Christian Estrosi, ami de longue date de Nicolas Sarkozy, a lui fait un rapprochement avec l'ouverture d'une information judiciaire, la veille, dans l'affaire Jérôme Cahuzac. "Chacun remarquera que cette décision intervient 48 heures après la mise en cause d'un ministre socialiste sans doute pour faire compensation. Nicolas Sarkozy a déjà dit que ces allégations en pleine campagne présidentielle et sans le moindre début d'une preuve relevaient de l'argutie politicienne", assène le maire de Nice dans un communiqué.

Christian Estrosi @cestrosi

Je dénonce des méthodes au relent politique évident. La justice ne doit pas permettre plus longtemps l'instrumentalisation de cette affaire

Encore plus critique, le député des Alpes-Maritimes Lionnel Luca laisse entendre que derrière cette mise en examen se cache la main invisible de François Hollande. "La seule chance pour François Hollande en 2017, c'est d'éliminer par tous les moyens la possibilité d'une candidature du seul adversaire qui peut le battre !", clame-t-il sur Twitter.

Lionnel Luca @lionnelluca06

La seule chance pour FH en 2017 c'est d'éliminer par tous les moyens la possibilité d'une candidature du seul adversaire qui peut le battre!

 

Jean-François Copé sur France 2 vendredi matin

Toujours sur Twitter, Christine Boutin s'est attachée à relativiser la portée de la mise en examen de l'ancien chef de l'Etat, estimant que cela n'allait pas régler les problèmes des Français. Quelques minutes plus tard, sur BFMTV, la présidente du Parti chrétien-démocrate s'est demandée si "la limite de 20 millions d'euros de dépenses pour un grand candidat [était] suffisante", laissant entendre que les limites posées par la loi poussait les candidats à tricher sur le financement de leurs campagnes.

Christine Boutin @christineboutin

Coup de tonnerre: Mise en examen @NicolasSarkozy . Est ce que cela va régler les pbs des français ? Non ! Nous devenons fous!

Francetv info

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 06:33

Yoann RAULT-WITA«Ensemble, nous entendons relever un double défi : faire vivre une opposition constructive, imaginative et vigilante au sein du conseil municipal et contribuer à bâtir une force politique gagnante qui nous permettra de reconquérir la Ville de Toulouse en 2014». C’est par ces mots que se présente, sur son site internet, le Groupe d’opposition municipal «Toulouse Métropole d’Europe» présidé par Marie Déqué et dont les membres sont René Bouscatel, François Chollet, Serge Didier et Chantal Dounot. Un peu plus d’un mois après l’éclatement du groupe mené par Brigitte Barèges au Conseil régional et quelques jours après la victoire de la liste de Jean-Luc Moudenc aux élections internes de l’UMP 31, les cinq élus décidèrent, il y a deux ans, de faire scission au sein du groupe municipal d’opposition de l’ancien maire. Désolant pour les militants, attristant pour les sympathisants, ce groupe décida de diviser l’opposition et de faire ainsi le jeu de la majorité de Pierre Cohen. Aujourd’hui, l’heure est à la responsabilité et chacun doit bien comprendre que l’adversaire commun de la droite et du centre-droit à Toulouse est l’actuel locataire du Capitole. Madame de Veyrac a fait un tout autre choix et en assumera les responsabilités. Elle fait aujourd’hui le choix d’instrumentaliser une procédure judiciaire avec la bénédiction d’un grand journal local, un an avant les municipales. Nous n’avons plus le temps de commenter ses faits et gestes car Toulouse a besoin d’actions et non de polémiques. C’est en prenant ses responsabilités que le conseiller municipal UMP et célèbre neurologue, François Chollet a fait son choix : il soutient Jean-Luc Moudenc pour les élections municipales de 2014 à Toulouse ! Ce ralliement est très important et l’ensemble des militants saluent la sage décision de François Chollet.

La balle est aujourd’hui dans le camp de René Bouscatel et de son club qui doivent comprendre la réalité des rapports de force : c’est dans l’unité que nous redonnerons à Toulouse l’ambition qu’elle mérite. De plus, le 31 janvier dernier, Marie Déqué, au nom du Groupe «Toulouse Métropole d’Europe», qu’elle préside, avait précisé vouloir recourir au sondage pour la tête de liste. Le sondage, on l’a eu un mois après : une liste menée par l’égérie de ce groupe, René Bouscatel, recueillerait cinq fois moins de voix qu’une liste menée par Jean-Luc Moudenc. Ce dernier a en plus réussi l’exploit d’arracher une circonscription à la gauche aux législatives de juin dernier. Les choses sont donc limpides pour la tête d’une liste d’Union de toute l’Opposition. Et François Chollet, en fin connaisseur de la politique toulousaine, l’a bien compris : «Si l’UMP investit Jean-Luc Moudenc, je le soutiendrai ! Jean-Luc Moudenc a la légitimité du suffrage universel, ce qui est important. Et je ne vois personne d’autre pour gagner Toulouse !» assume François Chollet.

C’est aujourd’hui ce que l’ensemble des Toulousain(e)s, qui subissent la politique de la municipalité socialiste, attendent de Marie Déqué et René Bouscatel : jouer collectif et entrer dans les mêlée ! Plus que jamais la liste unique doit permettre d’unir nos forces et Jean-Luc Moudenc doit être l’acteur qui fédèrera l’UMP, l’UDI et le MoDem. Dénonçant «une absence d’esprit d’équipe, de perspective et de leadership» chez les pro-Veyrac, c’est, récemment, le leader du Parti Radical 31, Jean-Jacques Bolzan qui apporte son soutien à l’ancien Maire en considérant qu’«à ce jour, l’unité passe par un travail commun avec Jean-Luc Moudenc».

Ancien maire de Toulouse de 2004 à 2008, Député de la 3ème circonscription, leader de l’opposition municipale, véritable « homme de dossiers » mais aussi omniprésent sur le terrain (il fait cette semaine sa 60ème journée de quartier à Saint-Cyprien), Jean-Luc Moudenc est aujourd’hui le capitaine incontestable d’une équipe qui doit partir unie dans la mêlée de 2014.

Yoann Rault-Wita

Militant pour les valeurs de la droite

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Toulouse
commenter cet article
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 06:30

bolzan-005.jpgLe secrétaire départemental du Parti radical 31, cheville ouvrière de l’UDI en Haute-Garonne, estime que « l’unité passe par Jean-Luc Moudenc ».

Nouveau coup dur pour Christine de Veyrac, candidate déclarée pour l’UDI aux élections municipales de 2014 à Toulouse.

Après n’avoir pas obtenu le soutien de François Chollet, qui nous a annoncé son ralliement à Jean-Luc Moudenc en exclusivité mardi dernier, Christine de Veyrac perd Jean-Jacques Bolzan.

Le secrétaire départemental du Parti radical valoisien, cheville ouvrière de l’UDI 31, a annoncé à France 3 Midi-Pyrénées qu’il quitte l’équipe de campagne de l’eurodéputée.

Claude Doussiet claque la porte aussi

Pour lui, « ça n’avance pas ». Il déplore une « absence d’esprit d’équipe, de perspective et de leadership ». Il en est convaincu: « A ce jour, l’unité passe par un travail commun avec Jean-Luc Moudenc ».

Notons que ce départ concorde avec celui de Claude Doussiet, lequel avait pris en main le projet municipal de Christine de Veyrac avec Hervé Boco, l’automne dernier. Cet ami de Jean-Louis Borloo, co-fondateur de l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU), dont les compétences sont particulièrement louées, a fait d’ailleurs connaître son ras-le-bol à la direction nationale de l’UDI.

La Voix du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Toulouse
commenter cet article
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 06:25

bolzan-004.jpgInfo du blog "Midi-Pyrénées Politiques" : coup dur pour la candidate UDI aux municipales 2014 à Toulouse. Jean-Jacques Bolzan, l'un de ses principaux soutiens, critique son action et choisit de soutenir l'ancien maire UMP Jean-Luc Moudenc garant selon lui de "l'unité" de la droite et du centre. A un an des élections municipales, la bataille est âpre entre les différents camps et même à l'intérieur de chaque camp. Ainsi, à droite et au centre-droit : Jean-Jacques Bolzan, ancien membre du conseil municipal de Toulouse jusqu'en 2008, président du Parti radical 31 et fondateur de l'UDI (le parti de Jean-Louis Borloo) critique l'attitude de Christine de Veyrac et annonce soutenir Jean-Luc Moudenc, l'ancien maire UMP de Toulouse comme garant de "l'unité". Membre de l'UDI, Jean-Jacques Bolzan était présent lors du lancement de campagne de Christine de Veyrac début février. Il l'accompagnait régulièrement lors de ses visites de terrain.

Il a fait cette déclaration en exclusivité sur notre blog "Midi-Pyrénées Politiques".

Cette défection dans l'équipe de Christine de Veyrac est un coup dur pour la candidate. Elle s'ajoute à d'autres choix effectuées par des personnalités de la droite et du centre-droit à Toulouse. La semaine dernière, par exemple, c'est François Chollet, ancien adjoint de Philippe Douste-Blazy qui avait porté son choix sur Jean-Luc Moudenc.

Ces ralliements au patron de l'UMP 31 s'effectuent quelques semaines après la publication d'un premier sondage qui créditait Christine de Veyrac de 3 % au premier tour (sondage qui donnait également le maire PS Pierre Cohen largement vainqueur face à Jean-Luc Moudenc au second tour).

Sur ce choix de Jean-Jacques Bolzan, lire le post très complet de Laurent Dubois sur notre blog politique avec interview exclusive de l'intéressé.
France3

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Toulouse
commenter cet article