Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 05:18

bus-tisseo-01.jpgDemain mardi 2 avril débute l'enquête publique sur le Boulevard urbain nord (BUN). Un projet de la communauté urbaine et de Tisséo destiné à améliorer la circulation dans le Nord de l'agglo, sans doute la zone la moins bien dotée en infrastructure de transports à ce jour.

Le projet.- Ce boulevard comprendra une voie pour les voitures dans chaque sens, une section réservée aux bus et des cheminements pour les cyclistes et piétons. Il ambitionne également de structurer l'urbanisation de cette partie de l'agglo.

Le tracé.- Le BUN partira du métro Borderouge, terminus de la ligne B. Il traversera le quartier toulousain de Paléficat, une partie de l'Union, Launaguet, Castelginest et Gratentour pour s'arrêter à Bruguières (RD 59). Soit 13 km dont 7,5 de voie nouvelle.

Le calendrier.- Le début des travaux est prévu pour le 1er semestre 2014. Ils s'échelonneront jusqu'en 2017 et au-delà en fonction des sections. La mise en service se fera par tronçons à partir de 2015.

L'enquête publique.- Elle se déroule du 2 avril jusqu'au 13 mai. Des permanences sont organisées par la commission d'enquête dans toutes les mairies du secteur où des registres sont à la disposition du public. Les observations peuvent également être consignées à la communauté urbaine Toulouse Métropole (6, rue René Leduc, 31 000 Toulouse). Le dossier est aussi disponible sur toulouse-metropole.fr et haute-garonne.gouv.fr. Une réunion publique se tiendra le samedi 13 avril, de 9 h 30 à 12 heures à Bruguières, salle Le Bascala.

Enquête parcellaire.- L'enquête a aussi pour but de déterminer les parcelles constituant l'emprise du BUN pour les acquérir. Trois cent soixante-cinq propriétaires seraient impactés.

Nouvel échangeur.- Le projet prévoit la création d'un échangeur sur le périphérique entre Les Izards et Croix-Daurade.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 11:56

Georges 001Quelle urbanisation pour Launaguet ? Quid du POS, du PLU, du PLH, du SCOT, ou en est-on du BUN et des expropriations ?

Launaguet Espoir Avenir aidée d’intervenants extérieurs tentera d’apporter la réponse à vos questions jeudi 18 avril à 19h30 à la salle des fêtes de Launaguet, entrée libre, venez nombreux !

Launaguet Espoir Avenir

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Launaguet Espoir Avenir
commenter cet article
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 11:16
Invitation rendez-vous de la 10 - Alain Lamassoure
Chères amies, Chers amis,
 
Les membres du comité de la 10ème circonscription de Haute-Garonne ont le plaisir de vous inviter au :
 
« rendez-vous de LA 10»
 
Jeudi 4 avril 2013
A SAINT ORENS DE GAMEVILLE
Au Domaine du Bousquet
13 rue Pradelle - Tel 05 61 39 01 60
 
à partir de 18 h 30
 
en présence de
 
Alain Lamassoure
Député au Parlement européen
Président de la commission des Budgets
Membre de la commission spéciale sur la crise économique, financière et sociale
 
Pour une conférence intitulée « du bon usage de la crise »
 
 
 
Ce rendez-vous sera suivi d’un cocktail
 
Contribution : 10 euros par personne tout compris (Places assises).
 
Important : Votre confirmation remplie (voir photo) accompagnée du chèque doit nous parvenir impérativement avant mercredi 3 avril.

Fédération UMP 31

6 rue Gabriel Péri
31000 Toulouse
ouvert du lundi au vendredi de 14h à 17h30
 
Tel : 0534451730
Fax : 0534451731
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 19:04

depardieu

Quand on vit de la naissance à la mort avec l'argent ...

cliquez sur l'image pour lire la suite

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Divers
commenter cet article
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 12:52

la manif pour tous 03François Hollande et son gouvernement doivent rendre des comptes aux Français sur les agissements des forces de l'ordre lors de la manifestation du 24 mars. Nous en avons demandé à Jean-Marc Ayrault et au ministre de l'Intérieur, Manuel Valls lors de la séance des questions au gouvernement du 27 mars.

Lire la suite...

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 12:50

jean françois copéMes chers amis, l'émission de télévision de François Hollande a montré pourquoi il y a une telle rupture entre lui et le peuple Français.

Lire la suite...

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 06:59

TGV_1357.jpgLa Safer et Réseau Ferré de France ont signé une convention pour accompagner les propriétaires terriens touchés par le Grand projet du Sud-Ouest.

Détentrice des compétences liées aux aspects fonciers, négociations, expertises, acquisitions à l’amiable et autres compensations, la Safer est chargée, dans le cadre d’une convention signée récemment avec Réseau Ferré de France (RFF), de se pencher sur l’épineuse question de l’accompagnement des agriculteurs et sylviculteurs dont les terres sont situées sur l’emprise du projet de LGV Bordeaux-Toulouse.

1 Une première enveloppe

à ce jour, 23 communes seraient « impactées » par le tracé de la future LGV qui engloutirait 700 à 800 hectares de terres agricoles et de forêts. Sur l’ensemble des deux régions Midi-Pyrénées et Aquitaine, un total de quelque 4 000 hectares sont concernés. Dans un premier temps, une enveloppe de 16,5 millions d’euros, dont 3 millions pour la mise en réserve de surfaces agricoles et forestières, a été débloquée.

Un budget qui ne correspond pour l’heure qu’à environ 25 % de la surface agricole concernée par le Grand projet du Sud-Ouest (GPSO) et auquel abondent aussi des collectivités locales associées au financement de ce dispositif d’anticipation foncière. Pour le département, 4, 446 millions d’euros ont été débloqués, dont 770 000 euros pour la mise en réserve de surfaces agricoles. Et ce n’est qu’un début.

2 Un calendrier et des contraintes

De combien d’hectares la Safer dispose-t-elle déjà pour répondre aux besoins des futurs expropriés ? Aucun à ce jour. La signature de la convention qui la lie à RFF lui permet d’enclencher la procédure, de recenser les besoins et de trouver des solutions aux propriétaires. Les premiers « échanges » ou expropriations ne devraient toutefois pas intervenir avant la déclaration d’utilité publique de GPSO, attendue au mieux fin 2014, à l’issue de la phase d’enquête publique prévue consécutive à l’enquête publique prévue cette année. Si RFF assure vouloir « intervenir prioritairement à l’amiable » pour éviter un maximum d’expropriations, la Safer n’est actuellement pas en mesure d’indiquer quels sont les critères permettant de proposer à un exploitant des terres « équivalentes » à celles qu’il devra abandonner. Quand ce dernier ne préfère pas une indemnité uniquement pécuniaire.

3 Une question qui divise les agriculteurs

« C’est une opération courante et classique, bien organisée, estime Serge Bousquet-Cassagne, président (CR) de la Chambre d’agriculture. Et 99 % de ces grands chantiers se concluent par des accords à l’amiable. Toutefois, on fera tout pour que les agriculteurs soient le plus justement indemnisés. » Pour le nouvel élu, par ailleurs administrateur de la Safer, le temps joue en la faveur de ces derniers : « Plus longtemps durera la phase initiale du chantier avant le début des travaux, plus cela laisse le temps à la Safer de faire son travail. » Au-delà de cette logique, Serge Bousquet-Cassagne espère surtout que les agriculteurs impactés seront le moins longtemps possible laissés dans l’incertitude : « C’est le pire car derrière, il y a tout un projet de vie. » Son principal opposant aux dernières élections à la Chambre, le président de la FDSEA rappelle pour sa part que « le premier outil de développement de l’agriculture est le foncier ». Et ne comprend pas pourquoi celui qui l’a emporté en février, « quelqu’un qui doit défendre l’agriculture », ne s’oppose pas à la disparition de tant de foncier agricole. Selon Jean-Luc Poli, opposé à la LGV, la gourmandise de ce projet aura pour autre conséquence de « faire augmenter le prix des terres et donc de nuire encore un peu plus à l’installation des jeunes. »

Le Sud Ouest

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 06:46

mariage pour tous 01La nouvelle manifestation contre le projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples homosexuels, dimanche à Paris, a réédité l’exploit de celle du 13 janvier. Là où les services de l’État attendaient un peu plus de 100 000 personnes, ce sont entre 300 000 et 1,4 million de personnes qui sont venues signifier leur opposition au projet du Gouvernement !

Comme le 13 janvier dernier, il s’agissait d’une foule joyeuse, calme et déterminée, composée de parents, de grands-parents, d’enfants, bref d’une foule qu’on n’a pas l’habitude de voir manifester. Les quelques débordements qui ont eu lieu en fin de journée place de l’Étoile, pour condamnables qu’ils soient, ne doivent pas occulter l’immense succès de cette manifestation populaire.

Les chiffres sont impressionnants, deux manifestations en deux mois à plus d’un million de personnes, une pétition déposée au Conseil économique, social et environnemental (CESE) avec plus de 700 000 signataires : nous sommes bien face à un « fait politique évident » pour reprendre l’expression du président de cette institution.

Il serait trop facile, comme tentent de le faire les responsables de la majorité actuelle, de cantonner ce mouvement à l’expression de quelques franges réactionnaires, homophobes ou d’extrême droite de la société. Non, c’est une part très importante du peuple français, au-delà des clivages religieux et politiques qui s’est exprimée là. Est-il nécessaire de rappeler que seuls 37 % des Français seraient favorables au mariage des couples homosexuels, assorti du droit d’adopter ?

Ce mouvement exprime l’inquiétude des Français face à la remise en cause d’un modèle familial auquel ils sont attachés et l’émergence d’un « droit à l’enfant » qui laisse craindre de sérieuses atteintes à la dignité humaine.

Le Gouvernement et sa majorité ne peuvent balayer d’un revers de main ces inquiétudes et rester sourds, comme le souligne Laurent Wauquiez dans un entretien au Figaro.

J’ai déjà signifié, dans ce blog et en manifestant le 17 novembre dernier à Toulouse, mon opposition à ce projet de loi. Mon opinion n’a pas changé. Je demande donc au Président de la République, en tant que Président de tous les Français, d’entendre les inquiétudes de ces millions de personnes, de s’exprimer enfin publiquement sur cette question et de demander directement au peuple de la trancher, par référendum. Lui qui avait fait campagne pour « ne pas dresser les Français les uns contre les autres », il est temps qu’il joue le rôle d’apaisement que lui confient nos institutions !

Jean Luc MOUDENC
Président du comité départemental
Député de la Haute-Garonne
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 06:41

cannabis.jpgLa police judiciaire qui intercepte 600 gr de cocaïne mercredi soir (notre édition de mardi) et les douanes qui stoppent un Espagnol et 27 kg de résine de cannabis. Toulouse reste un passage important pour les trafics en tout genre. Samedi les douaniers en surveillance sur l'autoroute Toulouse-Bordeaux ont repéré une voiture suspecte. Intercepté, le véhicule a été fouillé au péage de Saint-Jory où la drogue a été découverte. Le conducteur, un Espagnol, a été confié aux gendarmes de la brigade de Fenouillet. Face aux enquêteurs de la brigade des recherches de la compagnie Saint-Michel, l'homme est resté très discret. Mis en examen dimanche soir, il dort en prison.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Saint Jory
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 06:34

toulouse/Dans un entretien à «La Dépêche du Midi», le conseiller municipal issu de l'UDF, terreau politique de Christine de Veyrac, explique son ralliement à Jean-Luc Moudenc.

Vous êtes issu de la même famille politique que Christine de Veyrac, l'UDF, or vous avez décidé de soutenir Jean-Luc Moudenc. Pourquoi avoir fait ce choix ?

Deux raisons à cela. Je constate d'abord qu'à un an de l'échéance électorale, un sondage accorde 57 % d'intentions de vote pour la liste conduite par Pierre Cohen, contre 43 % pour notre camp. Je me doutais que nous n'avions pas l'avantage, mais je n'imaginais pas un tel retard. Je pense donc que nous n'avons plus de temps à perdre, et que le signal précoce de ralliement que je donne peut contribuer à clarifier le paysage politique, et donc à avancer. Ensuite, pourquoi ce choix ? J'ai décidé de rester à l'UMP, donc dans ces conditions, je ne pouvais pas soutenir la candidate de l'UDI. Nous avons eu, c'est vrai, des désaccords avec Jean-Luc Moudenc, mais qui d'autre que lui est plus légitime pour revendiquer l'investiture de l'appareil ? En lui accordant mon soutien, je lui demande aussi de travailler à la recherche d'alliances faute de quoi ce sera mal barré pour nous. Je suis ravi du ralliement de Jean-Jacques Bolzan, mais l'UMP doit comprendre qu'une UDI forte est un avantage pour la droite.

On vous soupçonne d'avoir «monnayé» votre soutien…

Les yeux dans les yeux j'affirme n'avoir rien négocié, ni une place sur la liste, ni la présidence de l'UMP, un mandat qui, selon moi, compliquera la campagne de Jean-Luc Moudenc lorsqu'il sera officiellement candidat.

Vous pensez donc que l'étiquette UMP peut constituer un handicap pour la droite ?

La seule étiquette qui vaille, je crois, est celle de l'union. Moudenc doit aller la rechercher au centre, pour qu'au premier tour, les scores d'intentions de votes s'additionnent pour atteindre 44 %. Je pense à une alliance avec l'UDI bien sûr, mais également avec René Bouscatel. 6 % des Toulousains seraient prêts à voter pour lui sur son seul nom. C'est un personnage clé…


Alain Chatillon a choisi

En dépit du soutien de l'appareil départemental du Parti radical valoisien et de son président, Jean Iglesis, à l'UDI Christine de Veyrac, Alain Chatillon, sénateur PRV et maire de Revel considère qu'à Toulouse, Jean-Luc Moudenc, ancien maire et député UMP de Haute-Garonne, est le mieux placé pour conduire une liste d'une large union.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Toulouse
commenter cet article