Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 10:32

TGV-saint-jory-01.jpg3 tracés sont actuellement présentés dans le canton de Fronton. Deux d’entre eux se rejoignent au niveau de Castelnau d’Estrétefonds, à l’Eurocentre, puis passent à proximité du lotissement les Martres. Le troisième tracé qui est envisagé le  long du canal, côté Garonne, occasionnerait une bien moindre nuisance au lotissement. Mais le problème de la  traversée du TGV dans le centre ville de Saint Jory reste d’actualité. Le responsable RFF (Réseau Ferré de France) de  Toulouse nous a bien précisé qu’il n’y a eu aucune étude contradictoire concernant la traversée de Saint Jory. Il a été  simplement décidé de l’arrivée du TGV à la gare de Matabiau, ce qui implique cela. Point à la ligne. Saint Jory se  retrouve devant le fait accompli, sans aucune concertation. La seule réponse apportée par la municipalité aux nuisances  est la construction de murs anti-bruits… Pour défendre les intérêts du plus grand nombre, notre association appuie la  proposition des habitants de Castelnau d’Estrétefonds qui demandent le passage du TGV le long du canal, ce qui  épargnerait toutes les familles résidant au lotissement les Martres. Mais au-delà de notre commune, il nous semble  essentiel de considérer l’aspect financier du projet et aussi d’appréhender le problème du trafic quotidien autour de  Toulouse. Nous remettons catégoriquement en cause la nécessité de créer deux Gares TGV, séparées par une distance  qui n’excèderait pas quarante cinq kilomètres, Toulouse – Matabiau – Montauban. L’effort financier engendré parait  totalement déraisonnable. Qui va payer ? Bien sûr, on nous répond RFF, l’Etat, la Région, les collectivités … Mais au  final, nous craignons d’être encore victime d’augmentations d’impôt. Il serait préférable d’un point de vue financier de  ne créer qu’une seule gare entre Toulouse et Montauban. Mais surtout, à quoi sert un TGV entre deux gares séparées  d’environ 40 km ? A gagner combien de secondes ? A la logique économique se rajoute la logique de la nécessité d’une  véritable amélioration de la desserte de notre région. Un quart des entreprises de Midi Pyrénées sont implantées dans le  Nord Est Toulousain ainsi que le tiers des établissements industriels. Nous proposons donc une desserte cohérente entre  Montauban, Toulouse et Albi avec la gare TGV située dans ce triangle. Fluidifier les trafics entre ces 3 pôles permettra  une meilleure répartition du développement économique du Nord Est toulousain. Vouloir impérativement atteindre la  gare Matabiau, au détriment du développement du Nord Est de la  Région, serait illogique. Cessons de commettre des  erreurs et inspirons nous de l’exemple de Lyon qui a su réaliser son double projet routier et ferroviaire. Contact : guy.satge@orange.fr .
Petit Journal du 111209

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 10:28

Pierre-Recobre-03.jpg« Le 24 avril dernier, je vous informais que les taxes foncières et habitations, augmenteraient de 20 à 30% environ. Vous avez pu constater que mes prévisions se sont révélées malheureusement exactes. La réunion publique du 15 juin 2009 concernant les orientations budgétaires, laisse paraître une situation financière alarmantes. En effet, après l’intervention difficile de l’argentier du conseil municipal, nous avons ressenti une grande inquiétude. Une personne qui assistait à cette réunion a affirmé que malgré la hausse sans précédent des impôts, la commune devra encore emprunter pour rembourser les intérêts de la dette. Aucun membre du conseil municipal n’a pu contredire ses propos ou même apporter des réponses rassurantes. Ils sont restés muets. On était bien loin des affirmations de M. Vidal lors de la campagne des élections municipale de 2008, lorsqu’il écrivait : « Halte à la désinformation ! Oui, la dette par habitant diminuera avec l’augmentation de la population et des recettes liées aux activités que nous avons su attirer à Castelnau. Oui, les taux des impôts locaux resteront bas. » J’affirme qu’il nous a menti pour se faire élire avec son équipe, que les caisses sont vides et que nous continuerons de subir chaque année des augmentations d’impôts, difficiles aujourd’hui d’évaluer. Alors, ils évoquent, bien sûr, la réforme des collectivités territoriales et la suppression de la taxe professionnelle pour justifier ces hausses. Ils se gardent bien de nous dire que la commune va très mal. Dés maintenant, si la municipalité ne change pas ses orientations budgétaires, une mise sous tutelle peut-être envisagée (à surveiller de près). Notre maire est aujourd’hui dépassé par les enjeux futurs. Il paraît bien seul et son autosatisfaction d’hier fait place au doute de n’avoir pas su prendre les décisions raisonnables et justes. Actuellement, tous les projets sont retardés, voire bloqués :

La crèche devait entrer en service en 2009.

Le tennis, la pétanque, on en parle plus.

Castelnau d’Estrétefonds est victime de la gestion d’une équipe de copains usés, peu motivés, qui manque de rigueur et pourtant reconduite à chaque élection depuis 60 ans. On paie CACH le manque d’alternance voulu par les citoyens de la commune. Ils ont cru bien faire, ils pensaient dormir tranquille, … Il faudra se le rappeler le moment venu et avoir pour une fois de l’audace. » Pierre Recobre, délégué UMP du Canton de Fronton qui vous invite à visiter le site : http://ump31-canton-fronton.over-blog.fr/, afin d’être informé en temps et en heure et à lui envoyer un message électronique à l’adresse suivante : ump31-canton-fronton@aliceadsl.fr .
Petit Journal du 111209

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Castelnau d'Estrétefonds
commenter cet article
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 10:23

TGV-reunion-03-a.jpgFaisant suite à la réunion organisée par la municipalité de Castelnau d’Estrétefonds, du 1er décembre, concernant les différents tracés du TGV Bordeaux Toulouse, les habitants ont tenu une réunion le 8 décembre afin d’envisager la création d’une association. Ils devaient définir les objectifs de la future association, lui trouver un nom, proposer la constitution d’un bureau, définir le calendrier des actions et réunions et envisager un budget prévisionnel. Même si cette réunion n’a pas attirée les foules, plus d’une centaine de personne y ont assisté. Monsieur Philippe Kuntz a tenu à remercier les personnes présentes tout en faisant une mise au point, puis Madame Alexandra David-Ardite qui a regroupé les coordonnées des personnes souhaitant adhérer à la future association a dit : « Pour ou contre la mairie, on s’en fou, la seule chose qui nous importe, c’est de défendre nos intérêts, notre village, donc agir et réagir. » Cette association n’aura aucun but lucratif, aucun but économique, aucun but politique mais demandera quand même le soutien des différents partis politiques existants. Il est certain que cette association ne veut pas s’opposer à la création d’une ligne TGV mais en limiter les dégâts tout en soutenant le tracé Ouest et en défendant les intérêts de chacun. Si cette association voit le jour, elle devra vite se faire connaître auprès de Réseau Ferré de France car le mois de janvier arrive vite, à moins que d’ici là un collectif ne soit créé comme a pu le soumettre une personne de l’assemblée. Nous sommes dans la finalité d’un projet et comme a pu le dire une personne du bureau provisoire : «  On a pas le loisirs, ni le temps, ni les compétences techniques, ni financière de faire des propositions … Nous sommes en face d’une volonté. Aujourd’hui ce que l’on veut c’est que notre village reste un village, reste avec un art de vivre. Nous pensons que la ligne Ouest impactera le moins possible le village dans son développement. Donc il y aura des impacts qui seront terribles pour les gens qui vont être confrontés à ça. On en est tous conscient. Les impactés nous les soutiendrons. Nous serons là pour écouter tout le monde. Ce que je souhaite aussi vous dire, c’est que au-delà du tribunal, je suis d’avis de dire que c’est ceux qui parlent le plus fort que l’on entend. Je vous invite toutes et tous, ce soir à diffuser par Email, toutes les infos sur le TGV. Il faut que tout le monde soit au courant. » Nous vous tiendrons prochainement informé de l’évolution de cette association mais en attendant vous pouvez obtenir des informations par Email à l’adresse suivante : lgv.castelnau@orange.fr  car le tracé définitif va bientôt être figé.     

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 10:22

TGV_12.jpgDidier Cujives, président de Midi-Pyrénées Expansion, a été mandaté par le président du conseil régional, Martin Malvy pour suivre le dossier. Il participera, demain jeudi, aux discussions avec Réseau ferré de  France : «Dimanche, au salon de la qualité alimentaire, le président Malvy a rappelé aux représentants des  vignerons sa position, à savoir priorité à la protection du vignoble. Aucun des trois faisceaux proposés par  RFF n'est recevable. Il faut revoir la copie. Nous proposons que le TGV passe à l'ouest de l'A 62». La Dépêche du Midi du 161209

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 07:55

"Vignerons et résidents du nord «vert» refusent déjà les tracés de la ligne TGV entre Bressols et Saint Jory. Le débat sera chaud. La ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse se profile dans dix ans mais pour les riverains, les inquiétudes déboulent à grande vitesse. Depuis l'annonce, le 19 novembre, par Réseau Ferré de France, des trois faisceaux étudiés par le comité de pilotage pour la section entre Bressols (82) et Saint Jory, la grogne monte chez les vignerons mais aussi parmi les résidents des communes qui seront traversées par le TGV. Pas question de rester sur le quai de l'impuissance. Il s'agit de réagir vite car RFF a fixé au début du mois de janvier, la date du choix du tracé. Rien n'est fait même si deux propositions de faisceau semblent écartées. La troisième concerne un tracé allant de Campsas à Saint Jory en passant par Pompignan, le parc du château et Castelnau d'Estrétefonds. L'autre proposition de la région : Rien n'est décidé. Demain, une délégation du Conseil régional va rencontrer les dirigeants de RFF. À sa tête, Didier Cujives, maire de Paulhac et président de Midi-Pyrénées Expansion et figure de proue, il y a six ans, du mouvement contre un projet d'implantation d'un super-aéroport au milieu des vignes. Il se déclare optimiste et entend défendre une proposition de tracé situé à l'ouest de l'autoroute, limitant les impacts sur la vigne, des zones vertes, des pôles économiques et des zones habitées. Sauf que cette solution avait été retoquée par RFF lors d'études préliminaires entre 2005 et 2007. Selon les tracés proposés par RFF, ce sont entre 250 et 350 hectares de vignes qui disparaîtraient. Frédéric Ribes, un des vignerons de référence dans le Frontonnais regrette que Réseau Ferré de France « n'ait pas pris la mesure de la zone AOC, de l'attachement des vignerons à leur terroir ». « on sera hyper-procéduriers » Il se déclare confiant dans les discussions en cours tout en restant vigilant : « Nous avons toujours dit que le TGV est une bonne alternative à l'aéroport mais si le tracé choisi est inacceptable, les choses n'iront pas vite car nous serons hyperprocéduriers. » Depuis début décembre, la ligne à grande vitesse mobilise aussi dans les communes. À Saint Jory, l'association du lotissement les Martres (entre Saint Jory et Eurocentre) proteste contre le futur vacarme. L'association « Bien vivre à Saint Jory », créée en avril dernier, réclame le passage du TGV, le long du canal. Un collectif s'est constitué officiellement, lundi soir, à Castelnau d 'Estrétefonds, ceci à la suite d'une réunion publique qui avait fait salle comble. Signe que les riverains ne se résignent pas et vont faire entendre leurs voix. Mais où passera le futur TGV à 360 km/h ? D'aucuns le verraient volontiers traverser les champs de maïs de la vallée de la Garonne. Au-delà des questions d'urbanisme, se posent des problèmes de relief et des enjeux économiques. Or, dans ce secteur, la vallée d'alluvions est une zone stratégique pour l'extraction de graviers. La route ou le rail, il faudra choisir." Dépêche du Midi du 161209

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 07:43

TGV_11.jpg"Guy Salmona, président du syndicat AOC vins de Fronton: « Les trois faisceaux proposés coupent le vignoble en deux ou en trois. Sachant que la ligne TGV gèle une bande de un kilomètre de large, cela signifie quelques dizaines d'hectares de vignes condamnés. Quel que soit le tracé parmi les trois hypothèses, nous aurons des exploitations cisaillées, des parcelles séparées pour une même exploitation. D'où des situations très graves, voire catastrophiques.» «Tous les vignerons sont mobilisés. Nous avons contacté toutes les collectivités territoriales avec lesquelles nous sommes à l'unisson. Nous croyons à la concertation et aux démarches du président Malvy auprès de Réseau Ferré de France. Et si nécessaire, RFF doit reporter la date du choix du tracé.» A Castelnau d'Estrétefonds, une centaine de personnes ont constitué, lundi soir, une association baptisée «Castelnau-TGV-Raisonné». Celle-ci se déclare solidaire de ses voisins Pompignan et Villaudric. «Nous ne sommes pas contre le TGV mais son tracé doit avoir le moins d'impacts négatifs sur la commune.» clame la nouvelle association qui rappelle que jusqu'à 300 m de la voie, les propriétés ne seront pas expropriées mais exposées à des nuisances. Les riverains de la rue des Bagnols dont les propriétés sont adossées à l'actuelle voie ferrée ont été les premiers à réagir. Leur association»Bien Vivre à Saint Jory» revendique 150 adhérents. Elle milite pour un tracé proche de l'A 62, longeant Eurocentre et détournant Saint Jory par l'est avant de rallier au sud la gare de triage,sur la commune de Lespinasse." Dépêche du midi du 161209

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 07:27
TGV_10.jpg

Les habitants de Castelnau d'Estrétefonds refusent que le futur TGV reliant Paris à Toulouse coupe leur village en deux, sans avoir été consultés par Réseau ferré de France (RFF). Début novembre, les riverains ont appris avec stupéfaction que leur village était concerné par trois tracés possibles de la ligne à grande vitesse. Furieux de n'avoir pas été alertés du projet par RFF, les habitants ont créé une association, réunissant 150 personnes, pour défendre les intérêts du village. « C'est notre maire qui nous a informés de ce projet qui a été décidé sans concertation avec les habitants, raconte Alexandra Ardite, secrétaire de l'association Castelnau, LGV raisonnée. Deux des tracés passant à l'est de notre ville menacent le développement de notre commune car ils traversent des terrains communaux qui doivent accueillir une maison de retraite, un groupe scolaire et des espaces sportifs. Nous serons aussi vigilants sur la modalité des expropriations et leur coût si le projet est adopté. » Les membres de l'association fraîchement créée refusent que le tracé définitif de la ligne soit décidé sans leur accord. « On a l'impression qu'on nous impose cette décision sans se soucier du bien-être des habitants, affirme Céline Ferreira, membre de l'association. Nous ne sommes pas contre l'arrivée du TGV, qui est essentiel pour le développement de notre région, mais le projet doit être réfléchi pour préserver la population des villages et leur environnement. » Sur les trois tracés proposés par RFF, le maire de Castelnau d'Estrétefonds préconise celui passant à l'ouest de sa commune, dans une zone moins urbanisée que celle de l'est. « C'est une zone de champs où il y a trois fois moins de population que dans les coteaux de l'est, explique Louis Vidal. Le département de la Haute-Garonne et les villes voisines comme Saint Jory préfèrent aussi ce tracé qui aura moins d'impact et utiliserait déjà la ligne de train passant par Montauban. » 20 Minutes

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 15:43

Samedi 12 décembre 2009, Brigitte Barèges, chef de file UMP-Majorité présidentielle pour les élections régionales en Midi-Pyrénées et tête de liste en Haute-Garonne, a donné, en compagnie des autres têtes de liste départementale, le coup d’envoi de la campagne avec l’inauguration de sa permanence située à Toulouse au 54 bis rue Alsace-Lorraine, près de la place Jeanne d’Arc. Près de 500 personnes se sont réunies à cette occasion dans une atmosphère festive. L’adhésion d’un large public à cette manifestation n’est d’ailleurs pas sans faire mentir de récents sondages. Le public présent a pu faire connaissance avec l’ensemble des têtes de liste départementales :

- Ariège: Philippe Calléja, Maire de Saverdun, président de l'UMP 09;
- Aveyron: Jean-Claude Luche, Président du conseil général;
- Gers: Christiane Pieters, conseillère régionale sortante, maire de Castéron;
- Haute-Garonne: Brigitte Barèges, député-Maire de Montauban;
- Haute-Pyrénées: Gérard Trémège, Maire de Tarbes, conseiller régional sortant, responsable du groupe UMP au conseil régional;
- Lot: Monique Martignac, conseillère régionale sortante, secrétaire départementale UMP du Lot, maire de Saint-Jean-Lagineste;
- Tarn: Jacques Thouroude, adjoint au maire de Castres, conseiller général;
- Tarn-et-Garonne: Valérie Rabassa, Maire de Montech, conseillère régionale sortante.

Le président du Parti Radical et Ministre du développement durable, Jean-Louis Borloo, ainsi que le sénateur maire radical de Revel, Alain Chatillon, avaient adressé un message d’encouragement et d’union. Le député et porte-parole de l’UMP, Dominique Paillé est, quant à lui, venu personnellement soutenir Brigitte Barèges en rappelant que « seuls les combats qu’on ne mène pas sont les combats qu’on ne gagne pas ». Enfin, Brigitte Barèges a dénoncé « l’immobilisme qui appauvrit notre Région (Midi-Pyrénées est située au 4ème rang des régions de France pour le revenu moyen par habitant le plus bas) et qui surtaxe ménages et entreprises (Midi-Pyrénées est au 3ème rang pour les taux de taxe les plus élevés : depuis début 2004, + 30 %). Il faut au contraire, en période de crise économique, mettre en place un véritable plan de relance régional qui doit prévoir la création de voies de liaison et de transport indispensables par la route (Grand contournement autoroutier de Toulouse) ou le rail (ligne TGV), la création de bassins d’emploi associant industrie et recherche autour des deux grands pôles majeurs de l’aéronautique et de l’agriculture, une vraie politique de l’énergie hydraulique (construction du barrage de Charlas), solaire et du développement durable ainsi qu’un soutien massif à l’université et à la formation professionnelle. » Il faut pour notre région de l’audace, du courage, des idées et une envie de les réaliser. Osons Midi-Pyrénées » a-t-elle conclu.



Vidéo de l'inauguration de la permanence de campagne le samedi 12 décembre 2009 à Toulouse avec Brigitte Barèges.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Régionale 2010
commenter cet article
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 09:26
InaugurationBrigitte Barèges, la tête de liste de la majorité présidentielle aux élections régionales a inauguré la permanence de campagne samedi 12 décembre 2009. La maire de Montauban a choisi d'installer son QG au 54 bis, rue d'Alsace-Lorraine, à deux pas de celui de son rival, le socialiste Martin Malvy (PS). La candidate a dénoncé « l'immobilisme » du sortant. Elle prône « un véritable plan de relance régional » Inauguration-121209 Inauguration-121209
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Régionale 2010
commenter cet article
13 décembre 2009 7 13 /12 /décembre /2009 15:25
Inauguration"La tête de liste UMP Midi-Pyrénées, Brigitte Barèges, qui s'affiche sur les murs avec son slogan «Osons midi-Pyrénées», a inauguré son local de campagne au 54 bis, rue Alsace-Lorraine à Toulouse hier matin. À défaut des parlementaires UMP de la Haute-Garonne, Dominique Paillé, porte-parole de l'UMP, est venu assurer par sa présence, son soutien à la députée maire de Montauban soulignant que la candidate aux régionales de 2010 « avait su faire l'unité derrière elle ». La chef de file à la région Midi-Pyrénées a présenté les sept têtes de liste des départements devant ses sympathisants et militants qui jouaient des coudes devant la permanence.Visiblement en forme et combative, Brigitte Barèges s'en est prise au candidat sortant, Martin Malvy, promettant à ses troupes : « Nous ne laisserons rien passer ». La campagne «osée» aux régionales de 2010 semble bien lancée…" La Dépêche du Midi du 13 12 09
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Régionale 2010
commenter cet article