Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 05:03

impots stop hausse
impots-stop-hausse-01.jpg

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Régionale 2010
commenter cet article
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 08:23

TGV_46.jpg
« Ne sacrifions personne et rassemblons les habitants de Castelnau d’Estrétefonds pour unir nos forces avec les habitants des autres communes »

Aux tous premiers jours de cette nouvelle année, une nouvelle association a été créée. Cette association a pour objet : « d’assurer et de promouvoir le cadre de vie des habitants de Castelnau d’Estrétefonds au niveau de l’impact des dessertes communales pour leur qualité de vie et leur sécurité. Plusieurs supports multimédias permettront la diffusion de ses réflexions et de ses propositions. » C’est donc la troisième association qui s’implique dans le tracé de la LGV. La première à voir le jour fut « Environnement Conscient », association opposée non seulement aux 3 tracés présentés mais également,  pour des raisons écologiques, au TGV lui-même. La deuxième, créée à la fin de l’année 2009, « Castelnau TGV Raisonné » s’oppose aux deux tracés passant par le haut de Castelnau d’Estrétefonds mais demande au contraire que la LGV traverse le bas de Castelnau d’Estrétefonds, selon le tracé dénommé « ouest ». Et voici donc cette dernière association, qui a déposé ses statuts et sa déclaration à la Préfecture en début d’année, et dont la première action a été de manifester sous une banderole explicite devant la Préfecture de Bordeaux ce lundi 11 janvier. « Nous n’avons aucune envie de sacrifier tout ou partie des habitants de notre commune. Nous n’acceptons pas les 3 tracés proposés et nous venons d’adhérer au collectif « Union pour la sauvegarde des villages » qui s’est créé à Pompignan lundi 11 janvier. Prenons exemple sur cette commune dans laquelle la totalité des habitants, le Maire et son Conseil Municipal forment un bloc, tous unis contre un tracé dévastateur pour leur commune. Pourquoi les habitants de Castelnau d’Estrétefonds devraient-ils décider de sacrifier certains des habitants de leur propre commune ? C’est inacceptable. Nous considérons que diviser nos forces et monter les habitants les uns contre les autres n’apportera rien. Il faut plutôt les rassembler. C’est la démarche du collectif qui a été créé et auquel nous avons adhéré. Cessons d’agir seuls, réunissons les habitants de Castelnau d’Estrétefonds et unissons nos forces avec les habitants des autres communes » Pour nous contacter : Philippe Daujean : philippe.daujean@wanadoo.fr ou 05 61 35 12 47.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 08:10

CASTELNAU - TGV - RAISONNE

Association Loi 1901

(en cours de déclaration)

Siège social : Mairie de Castelnau d’Estrétefonds

 

Restons mobilises !

 

 

Convocation des adhérents et futurs adhérents

 

Jeudi 14 janvier à 20h30

Salle des Fêtes de Castelnau

 

 

Ordre du jour :

 

-        Encaissement des cotisations *

 

-        Présentation et Bilan des actions menées

 

-        Point sur l’actualité et l’état du projet

 

-        Echange sur les actions en cours et les échéances  à venir

 

 

Lors de la Réunion publique du 1er décembre nous avons pris conscience de l’urgence de notre mobilisation pour préserver notre village.

Le choix du tracé définitif était annoncé pour le 11 janvier, un report de 3 mois vient d’être annoncé.

 

 

Continuons d’agir pour l’avenir de notre commune et  des communes riveraines, restons une voix incontournable, venez nombreux, merci de diffuser cette convocation et d’en parler autour de vous.

 

* La cotisation annuelle est de 5 € par personne. Seules les personnes s’étant acquittées de la cotisation pourront prendre part aux votes.

Pour faciliter l’organisation, la perception de la cotisation se fera à l’entrée par chèques.
 
 
Le Bureau
Castelnau TGV Raisonné
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 08:10

DOCUMENT : téléchargez la carte des tracés retenus
TGV 54

"Une étape importante vient incontestablement d'être franchie, hier à la préfecture de Région, avec le choix d'un fuseau de 1 000 mètres de la LGV au sud par le comité de pilotage, qui réunit les grands élus régionaux, les représentants de l'État et de RFF (Réseau ferré de France). Il s'agit de l'instance supérieure de décision pour ce que l'on appelle les Grands Projets du Sud-Ouest (GPSO), autrement dit la ligne à grande vitesse qui part de Bordeaux pour aller vers le Pays basque espagnol d'un côté, et la métropole toulousaine de l'autre (lire carte ci-contre).

1 Quel calendrier pour le projet LGV au sud ?

Ce choix du comité de pilotage est essentiel pour ce projet de ligne à grande vitesse, car il fixe sur la carte un fuseau qui dépasse rarement 1 kilomètre de large. Sorte de cadre de travail, ce tracé doit permettre d'arriver à des chiffrages plus précis. Il est présenté au ministre des Transports, qui devrait le valider. Dans l'année qui vient, la concertation doit se poursuivre pour parvenir à un fuseau de 500 mètres à l'intérieur de ces 1 000 mètres. Il sera proposé fin 2010 ou début 2011.

L'enquête d'utilité publique sera ensuite ouverte sur ce tracé de 500 mètres quelques mois plus tard, probablement fin 2011. Au terme de cette enquête publique, la déclaration d'utilité publique pourra être prise. Les travaux devraient débuter en 2013/2014, pour une ouverture de la ligne en 2020.

2 Les nouvelles gares et celles que l'on rénove

Au-delà du passage de la ligne elle-même sur 430 kilomètres au sud de Bordeaux, le comité de pilotage a entériné un certain nombre de choix importants. Il s'agit notamment des dessertes des principales agglomérations et des gares qui vont les accompagner. Du côté d'Agen, le lobbying du député-maire Jean Dionis du Séjour a visiblement porté ses fruits, puisqu'il obtient la nouvelle gare TGV qu'il voulait au sud de la ville, avec l'appui de plusieurs élus du secteur. Elle sera reliée à la gare actuelle par un nouveau pont et une ligne TER. Dans les Landes, Mont-de-Marsan va aussi bénéficier d'une nouvelle gare TGV.

En revanche, à Dax et à Bayonne, on se contentera de les agrandir et de les moderniser pour accueillir tous ces TGV supplémentaires.

3 Les secteurs qui posent problème

Le tracé validé hier est donc définitif... à de très rares exceptions près, où la situation est plus complexe. C'est notamment le cas en limite du Tarn-et-Garonne et de la Haute-Garonne, mais surtout au sud de la Gironde, où plusieurs viticulteurs du vignoble des Graves sont touchés. Le préfet de région a promis hier de « tenir compte de ces situations et de trouver les meilleures solutions possible », notamment grâce à des études complémentaires. On tousse aussi un peu plus au sud, vers Captieux (où une halte TGV sera réalisée), et à l'ouest du Lot-et-Garonne. Enfin, le Pays basque reste le point le plus sensible, et les opposants à la LGV y sont nombreux (lire ci-dessous). Pour ce faire, les représentants de RFF ont rappelé hier qu'il allait y enfouir « près de 60 % de la ligne », contre 30 % prévus au départ du projet. Avec un surcoût important qui n'est pas chiffré pour l'instant.

4 La concertation est-elle suffisante ?

Ces oppositions ont troublé les plus fervents partisans de la LGV, comme le président du Conseil régional d'Aquitaine, Alain Rousset. Tout en rappelant hier avec énergie que le développement du train permettra de lutter contre l'augmentation du trafic routier et de poids lourds, il a incité RFF à améliorer le dialogue avec les élus et la population en créant un comité de médiation qui prépare et explique mieux le projet.

Le président de RFF et le préfet ont promis que « la concertation serait poursuivie et amplifiée » pour résoudre les derniers problèmes. Reste à savoir si elle donnera satisfaction aux riverains concernés par le tracé.

Consultez la carte précise du fuseau sur www.sudouest.com et écoutez les déclarations d'Alain Rousset ou de Bruno de Montvallier (RFF)." Le Sud Ouest du 120110

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 07:38

TGV"Sous ce titre l'»association de Sauvegarde de Pompignan» et Alain Belloc maire de la localité communiquent avec prière d'insérer : « L'association Sauvegarde de Pompignan a été pour le moins surprise d'apprendre, selon un article de presse paru hier et concernant le choix du faisceau Montauban-Toulouse, que notre «cas» aurait été solutionné !

Non ! Le cas de Pompignan n'est pas solutionné.

Notre association, nos 360 adhérents et 1300 signataires, ainsi que la municipalité, refusent catégoriquement et fermement la proposition d'un tunnel, tout autant que le passage de la LGV au travers de notre village. Nous ne sommes pas dupes.Dès notre première réaction, cette proposition de tunnel a été lancée pour nous endormir afin de nous laisser entendre que ce tunnel résoudrait les nuisances... Cette proposition de RFF n'est étayée par aucune étude géologique. Or, les coteaux de Pompignan, ainsi que ceux de Saint-Rustice, subissent des glissements de terrain. On peut alors se demander ce que vont devenir les 137 maisons (et les 137 familles qu'elles abritent) situées sur le tracé et donc soumises à subir les travaux de forage, et les quelque 16 passages journaliers du TGV.

Non ! Le cas de Pompignan n'est pas solutionné.

L'association Sauvegarde de Pompignan fut parmi les premières à dénoncer l'ensemble de ce projet LGV, tant sur le fond que sur la forme ! En effet, les enjeux humains sont, depuis le début, minimisés, pour ne pas dire ignorés, par nos interlocuteurs. Nous avons demandé aux représentants de RFF de nous expliquer quels étaient les critères pertinents qu'ils retenaient pour privilégier ce faisceau Ouest et pour sacrifier, au passage, au moins 10 communes.

Non ! Le cas de Pompignan n'est pas solutionné.

Pompignan continue la concertation avec le collectif d'associations concernées, et Pompignan se défend !» 
La Dépêche du Midi du 120110

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 07:28
"L'itinéraire de la future ligne à grande vitesse a été défini entre Bordeaux et Toulouse, sauf sur le Tarn-et-Garonne pour cause de complément d'études.
TGV_40.jpg

Martin Malvy ne cachait pas sa satisfaction hier midi à la sortie du comité de pilotage des « Grands Projets du Sud-Ouest », à la préfecture d'Aquitaine. Le fuseau de 1000 mètres pour la future LGV a été défini sur la quasi-totalité du parcours entre Bordeaux et Toulouse et l'Espagne, mais le jeu reste ouvert sur le Tarn-et-Garonne et la Haute-Garonne. « La décision est conforme à ce que j'ai demandé. Nous avons obtenu un délai supplémentaire de quatre mois pour que RFF étudie les propositions faites par le président du conseil général du Tarn-et-Garonne Jean-Michel Baylet, et par la présidente de la communauté d'agglomération de Montauban » se réjouit ainsi le président de Midi-Pyrénées. « Il y a donc un report pour étudier les deux tracés, mais un report limité dans le temps pour ne pas impacter le calendrier de réalisation du projet » précisait-il. Le fuseau alternatif proposé par Jean-Michel Baylet impacterait moins le vignoble AOC du Frontonnais et permettrait de desservir la zone d'activité de Montbartier. « Des études comparatives et une nouvelle concertation auront lieu dans les prochaines semaines, et leurs résultats seront étudiés lors d'un prochain comité de pilotage en mai prochain » confirme le préfet coordinateur Dominique Schmitt.

Il annonce également que Montauban et Agen, tout comme Mont-de-Marsan, bénéficieront de nouvelles gares reliées par TER aux gares déjà existantes. De plus, le développement de services régionaux à grande vitesse (SR GV), utilisant les lignes nouvelles s'accompagnera de la création de haltes ferroviaires, notamment en Aquitaine.

Bonne nouvelle supplémentaire pour Midi-Pyrénées, les fuseaux retenus permettraient des liaisons directes Toulouse-Bayonne-Espagne sans passer par Bordeaux. Par ailleurs, les études sur la liaison Béarn-Bigorre avancent, avec quatre hypothèses qui devraient être précisées en juin, avec des raccordements soit à Dax, soit à Mont-de-Marsan.

La traversée du Pays Basque devrait s'effectuer par l'ouest avec une possibilité de passage souterrain jusqu'à 60 % entre l'Adour et la frontière espagnole, selon le président de RFF Hubert Du Mesnil.

Enfin la concertation devrait être approfondie à la sortie de Bordeaux, où les viticulteurs des Graves s'inquiètent de l'impact sur leur appellation. Mais le « collectif Vigilance LGV » dénonce « la mascarade » de la concertation menée par RFF et « maintient son opposition aux projets de lignes nouvelles quels que soient les fuseaux retenus ». Une manifestation est programmée le 23 janvier à Hendaye." La Dépêche du Midi du 120110

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 07:05

Dominique Schmitt, Préfet coordonnateur, a réuni le comité de pilotage des GPSO ce lundi à Bordeaux. A partir des périmètres d'études arrêtés par le comité de pilotage en avril et septembre dernier et après plusieurs mois d'études et de concertation, le comité de pilotage a retenu et proposé au ministre, pour les deux lignes nouvelles Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne, un fuseau de 1000 mètres sur la quasi-totalité de leur parcours. Seul, sur une partie en limite du Tarn-et-Garonne et de la Haute Garonne, plusieurs possibilités de fuseaux vont encore faire l'objet d'études comparatives et de concertation dans les semaines qui suivent.
Le comité de pilotage a permis également de confirmer les fonctionnalités des lignes nouvelles, les dessertes des grandes agglomérations et le développement de services régionaux à grande vitesse. Il a été suivi d'une conférence de presse.

--> Téléchargez le communiqué de presse de la Préfecture
--> Téléchargez la carte du fuseau retenu par le comité de pilotage

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 06:22
Thierry Fourcassier"Relayée par les élus, la levée de boucliers des habitants des petits villages traversés a porté ses fruits. Le fuseau de passage du futur TGV entre Toulouse et Montauban ne sera arrêté qu'au mois de mai. Et, d'ici là, deux nouveaux tracés alternatifs, passant plus à l'ouest qu'initialement prévu par le maître d'ouvrage Réseau Ferré de France (RFF), vont être étudiés.

Cette décision d'ajournement concernant les départements de la Haute-Garonne et du Tarn-et-Garonne a été prise hier à Bordeaux lors du comité de pilotage réunissant RFF, les préfets et les présidents des régions Midi-Pyrénées et Aquitaine.

Ces derniers ont par ailleurs validé le fuseau définitif, de 1 000 m de large, entre Bordeaux et Agen. « Ce délai va être mis à profit pour étudier le moins mauvais passage possible dans cette zone dense en habitations et en contraintes avec notamment la Garonne, l'autoroute et une ligne haute tension. Nous avons aussi acté que la nouvelle gare TGV au sud de Montauban devra être raccordée au réseau ferroviaire existant », détaille, Dominique Bur, le préfet de Midi-Pyrénées. Les deux tracés alternatifs qui vont être examinés ont été respectivement proposés par Brigitte Barèges (UMP), la députée-maire de Montauban et par Jean-Michel Baylet (PRG), le président du conseil général du Tarn-et-Garonne. En gros, le premier passe à quelques kilomètres à l'est du second au niveau de Grisolles. « Par rapport au fuseau proposé par RFF, ils ont surtout la caractéristique de passer dans la future zone logistique de Montbartier.

Jusqu'à la mi-décembre, le conseil général du Tarn-et-Garonne souhaitait la sanctuariser, nous l'avions donc évitée », explique Christian Dubost le directeur régional de RFF. Le maître d'ouvrage va « examiner objectivement et sereinement ces deux tracés alternatifs jusqu'à fin mars et les comparer au fuseau de référence ». Puis se laisser un mois pour la concertation. « Le report de décision est une bonne chose, réagit Thierry Fourcassier, le porte-parole du collectif TGV. Non au sacrifice de nos villages. Reste à savoir comment nous allons être associés à cette nouvelle phase. Nous voulons aussi que la jonction avec le réseau existant au sud de Saint-Jory soit étudiée. » Mais RFF exclut d'ores et déjà cette dernière suggestion." 20 Minutes Toulouse du 120110

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 09:48
TGV_39.jpg

"Pour une fois, aujourd'hui à Bordeaux, il sera question de LGV et... les questions financières ne seront pas abordées. Ce n'est pas pour autant que la discussion sera facile, puisque le comité de pilotage des Grands Projets du Sud-Ouest (GPSO) va tenter de définir les fuseaux de 1 000 mètres à l'intérieur desquels le gouvernement devra définir le tracé (une emprise de 50 mètres de large) qui sera soumis à l'enquête publique. Le comité de pilotage (Copil) est une instance restreinte qui réunit les présidents des Conseils régionaux de Midi-Pyrénées et d'Aquitaine, le président de RFF, un représentant du ministère de l'Environnement et du Développement durable (Meedat), ainsi que les deux directeurs régionaux de l'Équipement. Comme le fait remarquer Bruno de Monvallier, directeur régional de Réseau ferré de France (RFF), qui en est le maître d'ouvrage, « les contestations se multiplient au fur et à mesure que le dossier se précise ». Alors que sur la branche Bordeaux-Toulouse personne ne s'était vraiment manifesté, c'est Midi-Pyrénées qui a demandé de nouvelles études la semaine dernière après des réunions à Montauban.

Après les régionales

Comme l'explique Martin Malvy, président du Conseil régional de Midi-Pyrénées, « nous n'avons eu connaissance des fuseaux possibles qu'au début janvier. Le Conseil général de Tarn-et-Garonne et la Communauté d'agglomération de Montauban ont voulu proposer des tracés alternatifs en y incluant la zone de logistique de Monbartier. » Des études qui ne retarderaient pas trop le projet, mais qui auraient l'avantage de repousser la décision dans quatre mois, après les élections régionales.

En Lot-et-Garonne, le dernier comité de pilotage qui s'est tenu le 17 septembre, avait identifié un problème à Agen et décidait de poursuivre les études pour établir s'il fallait ou non construire une gare nouvelle sur la rive droite de la Garonne. La Communauté d'agglomération et le Conseil général ayant délibéré pour cette dernière solution, c'est sans doute la décision qui sera prise aujourd'hui (lire ci-contre l'interview du maire d'Agen). Pour la desserte du Béarn et de la Bigorre, autre problème identifié en septembre dernier, un comité de pilotage ad hoc a été créé, qui se réunira de manière indépendante.

Pour le reste, RFF estime que le fuseau des 1 000 mètres a été suffisamment étudié pour être proposé aujourd'hui au comité de pilotage. Pas suffisamment cepen- dant pour être diffusé publiquement avant la réunion.

On sait qu'à la sortie sud de Bordeaux, des viticulteurs sont opposés au schéma, dont ils ont eu connaissance, et sont prêts à le manifester aujourd'hui. Ce lundi, quelques petits réglages auront lieu, comme sur le cas du nord des Landes, où certains ont fait savoir leur opposition et ont promis de se montrer.

Mais le morceau de résistance est constitué par la Côte basque, où la quasi-totalité des élus locaux, appuyés par le vice-président du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques, sont opposés à une ligne nouvelle de Bayonne à la frontière.

Le comité de pilotage devra se prononcer sur le fuseau dit « ouest », qui a l'aval d'Alain Lamassoure, député européen UMP et tête de liste départementale pour les élections régionales.

Selon Christian Maudet, chef du projet GPSO à RFF, le fuseau ouest sera souterrain sur 60 % de son parcours, ce qui est le maximum réalisable. « C'est un rapport de forces politique, analyse-t-il, puisque la majorité des élus de terrain sont opposés au principe même d'une ligne nouvelle, alors que les comités territoriaux se sont prononcés en sa faveur. »

Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine, milite depuis toujours en faveur d'une ligne nouvelle permettant de relier Bordeaux à Bilbao en 1 h 45 et à Madrid en 3 h 35. Surtout que le nouveau calibrage proposé par RFF est susceptible d'en assurer la mixité afin qu'elle puisse accueillir les trains de fret.

Pendant ce temps, l'autoroute de la Côte basque est déjà saturée, et la perspective d'une deux fois trois voies n'est annoncée que pour 2015.

Le financement

Aujourd'hui, et même si on n'en parle pas officiellement, la question du financement sera dans toutes les têtes. Martin Malvy devrait se charger de le rappeler : « Pas question que Midi-Pyrénées finance Tours-Bordeaux si le plan de financement des Grands Projets du Sud-Ouest n'est pas arrêté dans sa totalité. C'était notre condition et nous la maintenons. »

En fait, la participation des départements de la Gironde, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques n'a pas encore été décidée, malgré le chantier de médiation ouvert par l'ingénieur général des Ponts et Chaussées, Claude Liebermann." Sud Ouest du 110110

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 08:37
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article