Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 05:52

BUN.jpgAprès les souhaits de bienvenue au Bascala formulés par le maire Philippe Plantade, la parole a été donnée aux intervenants de cette réunion publique pour rappeler ce qu'était ce projet du Boulevard Urbain Nord (BUN), «ce nouveau lien territorial» qui devrait trouver son aboutissement en 2030.

Les trois commissaires enquêteurs, désignés par le Tribunal administratif, ont précisé leurs rôles . «Nous ne sommes pas partie prenante et ce n'est pas une médiation. Nous noterons les réserves émises, les observations, propositions et questions pertinentes soulevées, nous apporterons une opinion dans nos conclusions».

Le problème récurrent de Launaguet a été évoqué

Puis ils ont invité l'assistance à les rencontrer durant l'enquête qui est ouverte dans les mairies des communes concernées à savoir : Bruguières, Castelginest, Gratentour, Launaguet, etc. Des registres pour noter les avis seront à la disposition du public, les habitants peuvent aussi écrire, leurs courriers seront annexés au registre.

Il a aussi été précisé que «chacun a le droit de s'exprimer et d'être écouté mais ce n'est pas un référendum».

Les échanges ont ensuite commencé avec des questions sur l'urbanisation mais «les règles d'urbanisme varient régulièrement et les projets urbains ne verront le jour qu'en 2025 et donc ne sont pas connus». Le phasage, la circulation des poids lourds ont été abordés.

Le problème récurrent de Launaguet a été évoqué par plusieurs intervenants auxquels le maire Arlette Sylvestre a répondu : «qu'il y aurait des ajustements sur les abords du tracé et que celui-ci était conforme à la concertation.»

Grégoire Carneiro, maire de Castelginest, a contesté l'étude hydraulique et émis «les plus grandes réserves sur le projet. Le parcellaire de l'enquête publique ne nous a jamais été présenté ne serait-ce que pour donner notre avis. Le périmètre d'infrastructure soumis à l'enquête publique ne tient pas compte des remarques communales. Il impacte même certaines maisons.»

À la sortie et pour certains, leur impression était que «les interlocuteurs écoutent mais n'entendent pas !» Il leur restera l'écoute des commissaires enquêteurs jusqu'au 13 mai.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 05:44

maisonette.jpgDécouvert le 28 mars dans une bâtisse abandonnée à Saint-Jory, le cadavre d'un homme n'est toujours pas identifié. L'autopsie n'a pas permis de déterminer les causes de la mort qui remonterait à au moins trois mois. Une enquête judiciaire est en cours.

Pas de nom, pas d'âge. Aucune indication non plus sur les circonstances de la mort. Depuis quinze jours, les gendarmes de la brigade de recherches de Toulouse Saint-Michel sont confrontés à un véritable casse-tête. Le mystère est total après la découverte, fin mars, dans une ancienne maison de garde barrière, à la sortie de Saint-Jory, du corps d'un homme en état de décomposition avancée. L'autopsie n'a pas permis d'en savoir plus sur les raisons de sa mort qui remonterait à environ trois mois.

«À ce stade des investigations, rien ne permet de privilégier l'hypothèse criminelle», affirme le procureur de la République, Michel Valet. La victime pourrait être issue du milieu marginal. L'homme aurait probablement pris possession des lieux pour dormir et se protéger du froid.

Jeudi 28 mars, en fin d'après-midi, un cambrioleur qui s'était aventuré dans cette bâtisse abandonnée et squattée, le long de la voie ferrée, aurait fait la macabre découverte. Alertés, les gendarmes ont alors retrouvé les restes d'un corps humain. Aujourd'hui, les recherches se poursuivent tous azimuts pour identifier le corps de la victime. «Ici, c'est vraiment le bazar ! On s'y aventure que si l'on connaît les lieux», lance un riverain.

Située en bordure du chemin de fer, la maison squattée est accessible par un chemin de terre depuis l'usine de production d'eau potable, entre Castelnau-d'Estrétefonds et Saint-Jory, un coin plus connu sous le nom des «Trois ponts». Devant la bâtisse abandonnée, un cabanon en tôle abrite un fatras d'objets délabrés : cannettes de bière défoncées, chaussures déchirées, gibecière poussiéreuse… Autour de la maison aux volets clos, herbes folles et ronces envahissent les murs extérieurs. Selon de nombreux badauds, ce lieu déserté est aussi connu pour être un repère de rencontres nocturnes.

«Depuis quelques jours, des rumeurs de découverte d'un cadavre circulent dans la commune, assure un habitant de Saint-Jory, mais sans aucune certitude. Ici, personne n'est porté disparu !» Une enquête qui s'annonce longue.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Saint Jory
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 05:34

Yoann RAULT-WITAAlors nous y voici. Le grand jour est arrivé. Nous allons enfin savoir le montant du PEL du ministre de l’Intérieur, la marque de la voiture de la ministre de la Santé et la surface de l’appartement du ministre de l’Education nationale. Mais à quoi bon ? A quel prix ?

Bonne nouvelle : la gauche bien-pensante et donneuse de leçon est morte !
Sacrifiée sur l’autel du mensonge par un Ministre du Budget – exilé fiscal, cette gauche ignorante doit aujourd’hui se mettre à nu sur ordre d’un Président de la République ignare.

Rendez-vous compte, pour DSK du plus grand journaliste au plus petit pigiste, tout le monde savait mais Hollande – candidat aux primaires – ignorait tout. Pour la mafia socialiste des fédérations des Bouches-du-Rhône ou du Nord, les militants connaissaient la situation, mais Hollande – Premier secrétaire du PS – ignorait tout. Pour Jérôme Cahuzac, un journal indépendant et tous les banquiers suisses savaient mais Hollande – Président – ignorait tout.
En même temps, pendant la campagne présidentielle, même pour la crise, il ne savait pas…

Au carrefour de ce mensonge d’Etat, les citoyens ne voient que deux chemins envisageables : soit Hollande savait et sa complicité passive doit l’amener à présenter ses excuses au peuple français, soit Hollande ne savait pas et cela devient inquiétant concernant les compétences de cet homme.
A court d’idées et désireux de porter le discrédit sur l’ensemble de la classe politique pour éviter que l’on ne se souvienne que Cahuzac est l’un des leurs, le Parti Suissialiste, bien confortablement installé à l’Elysée, brandit son nouveau slogan : «la moralisation».

Parce que moraliser la vie politique ne reposerait que sur une chose : déculotter nos politiques, pénétrer leur compte en banque et rentrer dans leur logement. Monsieur Hollande, la vie politique ce n’est pas Loft Story !

Aujourd’hui, les membres du Gouvernement vont communiquer leur déclaration de patrimoine. Rappelons, pour mémoire, que Jérôme Cahuzac a fait la même déclaration lors de sa prise de fonction. C’est dire la sincérité de la chose. Pour les plus nostalgiques des années «tonton», souvenez-vous des bulletins de santé de François Mitterrand et vous comprendrez l’attachement qu’ont les socialistes à être partisans de la franchise, de l’honnêteté et de la transparence.

Faut-il aller vers plus de transparence dans la vie politique ? Naturellement, mais pas à n’importe quel prix.

Qu’un député soit en mesure de justifier et de faire contrôler l’utilisation de sa réserve parlementaire, certainement.
Que Madame Sylvia Pinel, Ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme qui, étant Conseillère Régionale Midi-Pyrénées, n’ayant siégé qu’une seule fois depuis sa nomination au Gouvernement rende des comptes aux français, indéniablement.
Que Monsieur Christophe Borgel, ayant pris l’engagement d’abandonner l’ensemble de ses mandats s’il devenait député, ait cumulé pendant dix mois son mandat de député (de Haute-Garonne) avec celui de Conseiller Régional (d’Ile-de-France), s’explique devant ses électeurs, évidemment.

La vie politique manque de transparence tout le monde en convient mais l’intérêt de ce déballage de patrimoines est proche du néant et ne va en rien rapprocher les Français de la vie politique sauf à assouvir le désir de voyeurisme de certains.

Ce ne sont pas les Français qui s’éloignent de la politique mais le politique qui s’éloigne du peuple.
Exemple anecdotique, le site internet du Gouvernement où sur la fiche de chaque ministre il est possible pour chacun d’accéder à la rubrique «Agenda». Voilà la vraie transparence mais rassurez-vous aucun Ministre ne publie la liste de ses rendez-vous officiels. Il ne faudrait pas non plus que le peuple soit informé…

En exigeant et mettant en scène ce grand déballage de comptes bancaires et autres héritages familiaux, François Hollande tente de faire diversion sur les vrais chiffres : ceux du chômage, de la dette, des impôts…
Les grands médias vont se lancer dans un classement des ministres les plus riches, les grands hebdomadaires vont nous proposer la carte de France des résidences secondaires des ministres et pendant ce temps personne ne parlera du chômage des jeunes, de la réforme scolaire ratée de Vincent Peillon, ou encore de l’agression tragique dont a été victime, Samuel Lafont, jeune militant de droite dans le métro parisien.

La République exemplaire, Monsieur Hollande, ce n’est pas de traîner dans la boue l’un des vôtres mais de nettoyer le parti qui vous a amené, par erreur, à la tête de l’Etat.
La République exemplaire, Monsieur Hollande, ce n’est pas de publier les comptes bancaires de vos ministres mais d’expliquer le bilan de votre première année (catastrophique) à la tête de l’Etat.
La République exemplaire, Monsieur Hollande, ce n’est pas de déshabiller vos ministres mais bel et bien d’enfiler un vrai costume de chef d’Etat digne de ce nom.

 

Yoann Rault-Wita
Militant pour les valeurs de la droite

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 05:13

baylet-01.jpgLe sénateur et président du PRG, est renvoyé devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour "non-respect du code des marchés publics", en lien avec la confection de numéros d'un bulletin trimestriel du conseil général du Tarn-et-Garonne au début des années 2000. Le juge d'instruction Jean-Michel Gentil a signé début avril l'ordonnance de renvoi, dernier épisode d'une feuilleton judiciaire qui avait vu M. Baylet renvoyé en correctionnelle en 2011, puis cette ordonnance de renvoi annulée pour erreur, a indiqué son avocat Me Jean-Yves Dupeux, pour qui les faits sont "prescrits". Me Dupeux, confirmant une information du site Sudouest.fr, a indiqué qu'il "appelait de tous ses voeux l'ordonnance de renvoi", pour en finir avec "une affaire de rien du tout".
Son client, a-t-il indiqué, y a été mis en examen dès 2007 "ès qualité" de président
du conseil général, pour un marché "dont il ne s'est jamais occupé", et des faits
portant au final sur cinq numéros du magazine départemental, soit des factures
totalisant 25.000 euros. Pour Me Dupeux, qui demandait un non-lieu dans un dossier "incroyable" selon lui, les faits sont prescrits car le marché litigieux allégué "remonte à 2001 et l'ouverture d'information judiciaire remonte à 2007".
Selon Sudouest.fr, qui a eu accès à l'ordonnance de renvoi, il est reproché à
M. Baylet, la réalisation, scellée par un marché en 2001, du magazine par une société éditrice, Hima Com, au capital de laquelle la famille Baylet et le groupe La Dépêche du Midi, présidée par M. Baylet, sont entrés fin 2004 à hauteur de 20%.
Découvrant que la société avait le marché du bulletin, M. Baylet "a dit alors +On arrête tout+. Mais il restait des numéros à sortir fin 2004 et 2005", a indiqué Me Dupeux, qui plaide "la continuité nécessaire du contrat" portant sur douze magazines trimestriels au total, au lieu de rouvrir un appel d'offres coûteux.
Une première ordonnance de renvoi en 2011 faite par M. Gentil pour "prise illégale
d'intérêt", délit pour lequel M. Baylet n'était pas poursuivi, avait été annulée en 2012 par la Cour d'appel, qui avait par contre demandé un supplément d'instruction, et de faire remonter l'investigation aux factures depuis 2003.
L'affaire pourrait être audiencée en juin, selon l'avocat. Le parquet de Bordeaux n'a pu être joint samedi pour confirmations. Un dossier distinct concernant M. Baylet était également instruit à Bordeaux, portant sur des frais de bouche au conseil général du Tarn-et-Garonne, et ouvert en 2007 sous le chef d'infraction au code des marchés publics. Personne n'a été mis à l'examen à ce jour dans ce dossier, qui pourrait se conclure prochainement. Dans une troisième affaire, toujours à Bordeaux où les dossiers concernant M. Baylet avaient été dépaysés, et portant sur l'utilisation d'une voiture et d'un chauffeur du conseil général, l'élu PRG avait bénéficié d'un non lieu en août 2011, rappelle son conseil, qui a par ailleurs déploré un "dénonciateur professionnel" selon lui à l'origine de ces affaires.

France3

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 05:21

TGV_1358.jpgDu 18 mars au 12 avril, Réseau Ferré de France a remplacé 5 appareils de voie (ou aiguillages) au triage de St-Jory.

Le triage de Saint-Jory, situé au Nord de l’agglomération toulousaine sur l’axe transversal Sud, s’étend sur plus de 90 hectares. Il représente un atout majeur pour le
développement du fret régional.

Le renouvellement des appareils de voie au triage de Saint-Jory a consisté à remettre en état les aiguillages (systèmes permettant au train de changer de voie) arrivés en fin de vie sur cette zone très circulée. Cette opération s’est traduite par le remplacement du rail, du ballast, et des traverses bois.

Les travaux se sont déroulés de nuit pour ne pas perturber les circulations ferroviaires en journée et ont été regroupés sur deux week-ends dont celui de Pâques.

RFF, maître d’ouvrage, a confié la maîtrise d’ouvrage mandatée et la maîtrise d’oeuvre de cette opération de renouvellement à SNCF Infrastructure. Les travaux de voie ont été effectués par l’entreprise TVF. Cette opération a représenté un investissement de plus de 3 millions d’euros financé entièrement par RFF.

 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 18:08

jean françois copéLe gouvernement a décidé subitement d’avancer sans raison l’examen en seconde lecture du projet de loi sur l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe.

Cette décision est une nouvelle manœuvre extrêmement choquante qui vise à faire diversion pour masquer le scandale Cahuzac.

C’est aussi un coup force inacceptable par rapport au Parlement et un signe de mépris envers les centaines de milliers de Français qui ont exprimé dans la rue leur rejet de ce projet.

C’est enfin le signe d’un gouvernement aux abois, qui cède à la panique.

J’ai donc souhaité immédiatement exprimer mon indignation par le communiqué que vous pourrez trouver en suivant ce lien.

Nous ne pouvons pas accepter cette manière sectaire de gouverner sans égard pour le peuple et la représentation nationale.

Je vous demande de relayer ce message autour de vous et de ne pas relâcher votre mobilisation contre ce gouvernement qui ne respecte plus rien.

Amitiés,

Jean-François Copé

Président de l'UMP

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 16:36

jean françois copéFrançois Hollande est discrédité : il se confirme que la croissance pour 2013 sera proche de zéro, l'affaire Cahuzac déconsidère moralement son gouvernement, certains de ses ministres, comme Arnaud Montebourg ou Cécile Duflot, n'hésitent pas à contredire publiquement les orientations politiques qu'il a choisies. Jamais, dans l'Histoire de la Vème République, l'autorité d'un Président n'a été autant et aussi vite contestée.

Dans ce contexte, comme à chaque fois qu'il est en difficulté, François Hollande a, avec un cynisme très mitterrandien, choisi de gagner du temps et de faire diversion. Avec ses annonces sur la moralisation sur la vie publique, il tente de jeter l'opprobre sur l'ensemble des élus français et de détourner l'attention des turpitudes de la gauche et des échecs de son gouvernement. Cela ne fait que renforcer cette impression qu'il dégage d'incapacité à assumer ses responsabilités.

Je veux être clair : je suis favorable à un renforcement sévère du contrôle des revenus et du patrimoine des élus, mais je suis opposé à un déballage voyeuriste qui consisterait à entretenir un climat de suspicion continuel autour des élus et leurs familles. Ce serait ouvrir une porte de sortie à François Hollande que de jouer la surenchère avec son discours politicien sur la moralisation.

L'essentiel est ailleurs. L'affaire Cahuzac révèle combien la gauche est usée après à peine un an d'exercice du pouvoir, impuissante à apporter des réponses à la crise et incapable d'incarner un espoir pour les Français.

Face à ce marasme terrible pour notre pays, face à ce sentiment d'abandon qu'éprouvent tant de nos compatriotes, ma conviction est que l'opposition ne peut pas se contenter d'attendre de revenir au gouvernement pour agir.

C'est dans cet esprit que je viens de lancer la révolution civique de l'UMP. Je veux que l'UMP, riche de ses plus de 315 000 adhérents, et de ses milliers de permanences ancrées dans toute la France, se mette au service des Français. Je veux que l'UMP soit un nouveau lieu de fraternité, de solidarité, d'entraide et d'espérance pour les Français frappés par la crise.

Nous allons ouvrir toutes nos permanences, en nous appuyant sur les talents de nos militants, afin de proposer du soutien scolaire, de l'accompagnement aux victimes, du soutien aux personnes âgées isolées, de l'aide dans l'orientation des jeunes ou dans la recherche d'emploi… Notre ambition, c'est de lancer une dynamique citoyenne de terrain, basée sur la générosité et la responsabilité, qui compense l'immobilisme de la gauche. Le renouvellement de la vie politique ne viendra pas d'une loi sur la moralisation, mais d'un élan des forces vives du peuple de France qui se mobilisent, depuis le terrain contre la crise économique et morale. C'est la Révolution civique que nous allons construire ensemble !

Contenus liés:
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 16:33

jean françois copéAlors que ce Gouvernement contribue chaque jour un peu plus au discrédit de la parole politique, il existe une nouvelle façon de s'engager utilement au service de nos concitoyens : la révolution civique, autrement dit l'action solidaire.

Initiée par Jean-François Copé, Président de l'UMP, et coordonnée par Camille Bedin, Secrétaire générale adjointe de l'UMP, la révolution civique permet de passer des promesses aux actes concrets au service des Français. Pas besoin d'être au Gouvernement pour agir! Nous pouvons être utiles dès aujourd'hui. Les Français ont besoin de cette nouvelle forme de solidarité.

A partir de maintenant, près d'un tiers des fédérations de l'UMP vont mettre en place dans leurs permanences des activités de services aux Français qui en ont besoin :

  • soutien scolaire, orientation et accompagnement des parents ;
  • coaching vers l'emploi, atelier de création d'entreprises, forums des métiers ;
  • aide juridique et morale aux victimes de la délinquance ; ...

Le premier lancement expérimental a eu lieu hier soir à Marseille. Un deuxième lancement aura lieu samedi à Lens, au cœur du bassin minier du Pas-de-Calais, en présence de Daniel Fasquelle et de Camille Bedin.

La plateforme www.revolution-civique.fr a été lancée depuis hier : elle permet de recenser les expérimentations et les témoignages, de s'inscrire pour participer aux différentes activités et de publier des offres d'emploi directement mises en ligne.


La révolution civique est une nouvelle manière de faire de la politique : l'action morale plutôt que les leçons de morale. Au cœur de la crise morale, économique et sociale dans laquelle nous sommes, seule l'action concrète au plus proche des besoins permettra d'aider les Français efficacement et quotidiennement.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 06:56

NKM-04.jpgA Toulouse pour intervenir à Futurapolis sur les villes intelligentes ce vendredi, Nathalie Kosciusko-Morizet était aussi présente jeudi soir pour un café politique. La grande favorite des primaires UMP pour les municipales parisiennes revient sur l’actualité, accompagnée de son ami de longue date, également candidat mais à d’autres municipales : Jean-Luc Moudenc.

 

« Que savaient le Président de la République et le Premier ministre ? ». C’est la question que se pose la députée de l’Essonne sur l’affaire Cahuzac. « Jean-Marc Ayrault a quand même annoncé devant des millions de Français qu’il avait un doute sur Cahuzac, explique-t-elle. N’était-il pas alors plus raisonnable d’organiser le gouvernement autrement ? ». Et d’ajouter que depuis les révélations de l’ancien ministre du budget, « la France subit une crise morale, qui vient s’additionner à une crise économique et sociale. On ne pourra se sortir de cette situation insupportable qu’avec la vérité ».

Les déclarations de patrimoine demandées par Matignon aux ministres sont-elles la solution ? « Ça peut-être une bonne chose, assure Nathalie Kosciusko-Morizet. Mais ça ne résout pas le problème. On devrait plutôt s’inspirer du système américain de commissions qui enquêtent sur les candidats ».

Qui dit Etats-Unis, élections et candidats dit primaires. Et justement, l’UMP s’y met à l’occasion des prochaines municipales. En effet, six candidats sont actuellement en lisse dans le parti de l’opposition. Et même si elle est largement favorite, NKM devra passer par la case élection pour être officiellement investie candidate UMP à la Mairie de Paris. Grande nouveauté de ces primaires ? Tous les Parisiens inscrits sur les listes électorales pourront voter. « Je trouve que c’est un très bon système, affirme la candidate en campagne. C’est plus transparent et donne la possibilité aux électeurs de devenir acteurs dès le début. Ils sont plus impliqués, ce qui est important dans ce contexte de crise de confiance ».

Qu’en pense Jean-Luc Moudenc, fraîchement investi candidat aux municipales sans avoir souffert d'aucune concurrence ? « C’est un très bon système…quand il y a plusieurs postulants ! Ici ce n’était pas le cas mais s’il y avait eu d’autres candidats, j’aurais aimé participer à des primaires. ».

Toulouse Infos

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 05:13

NKM-03.jpgNathalie Kosciusko-Morizet, qui participe au forum Futurapolis, a animé un café politique hier soir à Toulouse. Entretien avec la candidate UMP à la mairie de Paris.

Êtes-vous favorable à ce que les hommes et femmes politiques redent public leur patrimoine ?

Oui. Avant les propositions de François Hollande, j'avais annoncé que je rendrai public mon patrimoine. Mais il ne faut pas non plus faire croire que cette disposition épuise la question : après tout, Jérôme Cahuzac avait bien déclaré un patrimoine où n'apparaissait pas son compte à l'étranger. La question, c'est le contrôle. Je suis favorable à un système à l'américaine avec des possibilités d'investigations très poussées.

Vous êtes candidates à la mairie de Paris. Y a-t-il une idée que vous pourriez suggérer à Jean-Luc Moudenc, candidat de l'UMP à Toulouse ?

Je crois à la notion de ville intelligente et l'utilisation du numérique pour mettre la ville en réseau et faire en sorte que se parlent les transports, les services ou les personnes. Par exemple avoir la possibilité tous les services d'un bâtiment public à partir d'un QR Code ; ou mettre en réseau l'ensemble des informations sur les transports et la circulation ; ou encore proposer aux femmes une appli sur les endroits ou les parkings à éviter la nuit. Recueilli par S.M.

Repost 0
Publié par Pascale Binet
commenter cet article