Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 06:20
guillaume brouquieres 02Les Jeunes Pop 31 te convient, dans une ambiance aussi chaleureuse qu'amicale, à un apéritif - débat te concernant !


••••• Pourquoi suis-je JEUNE et de DROITE ? •••••

... Lundi 20 mai à 19h30
à la Fédération UMP 31
6 rue Gabriel Péri à Toulouse

Afin de bien terminer le week-end prolongé de Pentecôte, et pour entamer avec plaisir les examens pour certains, un apéritif - débat s'impose. Et quel débat !

Un débat qui nous rassemble TOUS, dans le but de nous connaître, et connaître notre engagement ! A travers nos différences, il est important de savoir POURQUOI nous sommes de Droite pour mieux défendre concrètement nos valeurs.

Nous comptons sur votre envie de donner de vous, d'apprendre des autres, pour enrichir le débat !



N'oublions pas ce que notre Président Nicolas SARKOZY disait : "Il n'y a pas un seul combat qui soit supérieur à celui que l'on mène pour son pays".


Une petite participation de 2 euros sera demandée pour les frais d'apéritif.


Nous comptons sur vous avec vos amis,

Le pole débat des Jeunes Pop' 31
www.jeunesump31.fr
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 06:14

moudenc 43Le 4 mai dernier, j’étais interviewé par le site J’aime Toulouse.

Retrouvez cet entretien ci-dessous.

A un an des municipales, on vous sent à la fois solide et serein pour partir à la reconquête du Capitole. Bien plus qu’en 2008. Pourquoi cette métamorphose?
Après une traversée du désert et la déception, les élections législatives de juin 2012 m’ont conforté dans ma volonté de revenir plus fort. Nous avions alors renversé la logique politique qui donnait tous les chances aux socialistes dopés par la victoire d’Hollande. J’aborde les échéances municipales de 2014 plus fort, plus fort que le maire sortant que j’étais en 2008.

Vous sentez-vous le leader de l’équipe de l’opposition et quand allez-vous présenter votre projet?
On est leader que si on le manifeste. Et moi, je le manifeste. Mais affirmer ce leadership, c’est aussi composer une équipe qui aura des compétences très larges, et où la société civile aura une large place. Les choix que je ferai seront davantage avec mon idée qu’avec des compromis. Les Toulousains ne sont pas à la recherche d’un one-man show politique et ne veulent plus du dogmatisme sectaire de l’équipe en place. Ils veulent du pragmatisme et des solutions pour atteindre des objectifs cohérents. Dans mon livre sur les 12 défis sur la ville métropole, je fais une réflexion sur l’état catastrophique des lieux. Je dévoilerai mon projet lors de l’automne-hiver prochain.

Comment jugez-vous aujourd’hui l’action de l’équipe en place? Critique évidemment
Pire, depuis son arrivée en 2008, le maire et les siens imposent un sectarisme absolu. Ils n’acceptent aucune respiration démocratique. C’est une vraie mise au pas. Ils consacrent leur temps à verrouiller au lieu de présenter des projets. Car, lisez mon livre, la majorité des grands projets actuels sont le fait de mon ancienne équipe. Et je préviens les Toulousains: si cette majorité socialiste est reconduite en 2014, ce sera une totale chape de plomb qui mettra sous sa coupe toutes les institutions, tous les services et toutes les associations.

Et votre sentiment sur le maire Pierre Cohen?
Je vais être sévère, je le compare à un instituteur prussien qui enseignerait à la dure dans l’ancienne RDA. Je concède que dans son histoire, Toulouse est une ville de gauche , mais bigarrée; la municipalité actuelle n’a pas compris que cette ville n’aime pas être muselée, encagée dans un dogmatisme virulent. Nous devons lutter contre un esprit de système alors que Toulouse revendique un esprit de liberté, voire libertaire.

Vous critiquez aussi une forme de laxisme qui atteint l’identité de la ville? Explications.
Ce laxisme est induit par un manque de modestie de cette équipe. Elle s’autorise tout et autorise tout de ce fait. Voilà pourquoi, on vit des phénomènes communautaristes. Ne nous voilons pas la face. Des communautarismes qui sont autant nuisibles pour les personnes concernées qui se referment sur elles-mêmes, que pour ceux qui ne peuvent plus pénétrer dans des espaces par crainte.

Concernant la sécurité, vous parlez d’une irresponsabilité fâcheuse. Allez-vous faire de ce volet l’axe premier de votre projet? 
En tant que démocrate et républicain, je ferai de la sécurité un axe majeur, afin de ne pas laisser cette question aux extrêmes. Cette volonté d’agir sans naïveté, sans faiblesse, ni sectarisme sur cette insécurité qui va crescendo, n’existe pas chez les actuels maîtres du Capitole.

Quelles mesures allez-vous préconiser? Seront-elles fermes?
Il faut en effet un panel de mesures en jouant sur plusieurs leviers, en faisant de ce dossier une priorité authentique. Il faut opérer une généralisation de la vidéosurveillance dans toute la ville. Il faut redonner des moyens humains à la police et mieux coordonner la police municipale avec la police nationale. Il faut rétablir les patrouilles de nuit et armer les policiers de jour et de nuit. Il faut rendre opérationnel l’Office de la tranquillité en le confiant à un professionnel de la sécurité. Cette mairie ne cesse de faire des colloques et autres débats d’experts qui ne servent à rien, qui ne résolvent rien. Contre la progression de la délinquance, Toulouse a besoin d’actes.

Sur la propreté et la gestion de l’espace public, vous vous montrez aussi sévère contre l’équipe en place.
Il y a eu quelques améliorations ponctuelles de-ci de-là, mais malgré toute la communication faite sur le défi propreté et ses 100 mesures, on est bien loin du résultat voulu. La mairie se délivre pourtant un satisfecit qui repose sur des critères totalement flous. Alors que notre cité est sale, moins sécurisée, moins colorée. Il faut une reprise en main de l’espace public avec fermeté. Il faut rétablir les maires de quartiers pour garantir un suivi efficace des doléances. Pour la propreté, il faut recréer des équipes strictement toulousaines afin de résoudre la problématique propreté d’une grande ville.

Concernant l’urbanisme, là encore, vous êtes critique.
Je suis d’accord avec la ville intense, mais il ne faut pas la plaquer comme le fait le maire de manière autoritaire. Cette collectivité a la prétention de gérer la vie et le cadre de vie des Toulousains. Elle a démarré sous les flonflons de la démocratie participative et il n’en est rien aujourd’hui. Le masque de l’autoritarisme est tombé. Pour ma part, je plaide pour un urbanisme concerté où il faut nuancer et adapter les projets aux identités des quartiers et du centre-ville.

Comment jugez-vous la gestion financière dans tout ce panel que vous décrivez comme sombre?
Proche du précipice. J’avais tiré la sonnette d’alarme en juin 2011 quand nous avions eu la photo du budget 2010 avec une dégradation des finances de la ville. Ce n’est pas moi mais un rapport de la chambre régionale des comptes qui montre que l’épargne a diminué de moitié depuis le changement municipal. La dette progresse à pas de géants avec 110 millions d’emprunts en 2013. Combien en 2014? La ville en 2015 ne sera plus capable d’autofinancer ses investissements. Si l’on y ajoute la baisse des dotations aux collectivités locales décidée par François Hollande, je peux vous garantir que le prochain mandat municipal sera sérieusement handicapé.

Alors, comment faire des économies?
Il faut appliquer un plan de modération des dépenses de fonctionnement afin de recréer de l’épargne. Il faut agir à la communauté urbaine qui a généré des surcoûts alors que la mutualisation devait permettre des économies. Il faut une transparence totale dans la gestion et discuter avec les syndicats qui doivent pouvoir accéder aux comptes. Des cabinets comptables indépendants devront être mandatés pour un audit au début du prochain mandat pour connaître la vérité financière de la collectivité.
Propos recueillis par Laurent Conreur

Jean-Luc MOUDENC
Député de la Haute-Garonne
Maire de Toulouse de 2004 à 2008

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Jean Luc Moudenc Député
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 17:25

TGV 150C'est le nombre de mètres de câbles volés, au préjudice de la SNCF, hier vers 4 heures du matin, entre Saint-Jory et la gare de triage, à Castelnau-d'Estrétefonds. L'arrachage de ces câbles de signalisation a perturbé durant au moins 30 minutes le trafic ferroviaire sur cet axe. Des patrouilles de gendarmerie se sont rendues sur les lieux.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 18:48

laurent-wauquiez-03.jpgRéunion publique avec Laurent WAUQUIEZ, Ancien ministre, Député-maire du Puy-en-Velay, Président de la Droite Sociale, Mercredi 22 mai à 20h00, à l'Institut Catholique de Toulouse, 31 rue de la Fonderie, 31000 Toulouse, Métro ligne B station "Palais de Justice". Ouvert à tous et toutes. Plus d'infos :
contact@ump31.fr ou 05 34 45 17 30
L'équipe communication de l'UMP 31

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 18:19

logo-municipale.jpg« En raison de la création de la communauté du Frontonnais au 1er janvier, la commune a transféré à celle-ci une partie de ses charges et de sa fiscalité, il convient donc d'appliquer au taux voté en 2012 un coefficient de réfaction de 0,6897. Il convient par ailleurs de prendre en compte l'augmentation du coût de la vie dans le calcul des taux et d'augmenter ainsi les taux de 1,2 %. Monsieur le Maire propose donc les taux suivants :

  • taxe d'habitation : 18,71 %

  • taxe foncier bâti : 16,56 %

  • taxe foncier non bâti : 74,28 %

  • CFE:contribution foncière des entreprises : 22,32 % »

Extrait du compte rendu de séance du conseil municipal du 04 avril 2013

Mairie de Castelnau d'Estrétefonds

Repost 0
Publié par Pascale Binet
commenter cet article
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 18:13

daniel-dupuy.jpgA la suite de la démission de M.Dupuy de ses fonctions de 1er adjoint, M. le Maire informe les conseillers municipaux de la composition nouvelle du tableau des adjoints :

  • Corinne Daldosso:1ère adjointe aux associations

  • Jean-Pierre Bonastre : 2ème adjoint à l'urbanisme

  • Bernard Bégué : 3ème adjoint à la voirie

  • Marie-Claire Mazas : 4ème adjointe à la culture et à la communication

  • Anne-Marie Gers Audibert : 5ème adjointe à l'assainissement et à l'environnement

  • Michel Wastjer : 7ème adjoint à la sécurité, à l'incendie et aux bâtiments

Mairie de Castelnau d'Estrétefonds

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Castelnau d'Estrétefonds
commenter cet article
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 10:10

bouloc-002.jpgC'est fait. La voie de contournement de Bouloc, a été officiellement ouverte aux véhicules. L'officialisation de cette route destinée à soulager un trafic toujours plus dense a été saluée par le maire, Christian Faurie et son conseil municipal. cette nouvelle voie est avant tout destinée aux véhicules venant de Fronton qui désirent rejoindre Eurocentre mais également le péage de l'autoroute de Montauban-Toulouse et sens inverse. Cet axe est devenu de plus en plus fréquenté en raison du développement économique de ce Nord Toulousain en pleine expansion. et de la forte attractivité du site Eurocentre qui fonctionne à plein régime.

Une zone en développement

Le contournement a été dessiné dans la prolongation de la rue du Château, situé dans la nouvelle zone commerciale, où viennent de s'installer de nouveaux commerçants. C'est là également que se trouve l'enseigne Intermarché étant déjà en place. Cette zone commerciale connaît un vrai succès aussi en raison de l'installation de petits commerces de proximité. «L'objectif de cette réalisation était d'alléger le trafic au centre du bourg, qui était devenu un point noir pour tous les usagers, avec des risques d'accidents. Elle était devenue nécessaire. Nous sommes satisfaits de pouvoir l'ouvrir maintenant» a confié Christian Faurie. Les panneaux directionnels ne sont pas encore mis en place mais leur installation devrait se faire très prochainement. Malgré tout, chacun peut emprunter ce trajet dès à présent. Il est bien évident que ce changement demandera une adaptation des comportements des automobilistes. Mais au final, ces travaux effectués par l'aménageur Promomidi, en concertation avec la mairie devraient être bénéfiques pour tout le monde. À Bouloc, la fluidité de la circulation est bien sûr… la bonne voie !

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Bouloc
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 10:49

Elisabeth Pouchelon 01Ils l'ont annoncé, ils vont le faire. Malgré la polémique suscitée par cette initiative (La Dépêche du Midi du 29 avril), la fédération UMP de Haute-Garonne proposera ses premiers cours de soutien scolaire gratuits le samedi 25 mai, dans les locaux de l'UMP 31.

«Une vingtaine de bénévoles s'est déjà manifestée pour donner les cours : enseignants, étudiants ou personnes ayant une expérience dans le soutien scolaire, annonce Élisabeth Pouchelon, conseillère régionale UMP. Nous accueillerons des jeunes du CP à la Terminale.»

L'UMP 31 travaille encore à la rédaction d'une charte de ce service gratuit, mais «il n'y aura aucun engagement pour les parents», indique déjà Mme Pouchelon. «Les objectifs des cours seront déterminés après un premier entretien entre l'élève et le bénévole». Une dizaine de parents d'élèves ont déjà manifesté leur intérêt pour ces cours de soutien. «Il y a une vraie attente dans ce domaine», affirme Élisabeth Pouchelon.

Cette initiative avait pourtant suscité de vives réactions. «C'est la remise en cause du fondement même de notre système éducatif et de notre société. Donner des cours dans les locaux d'un parti politique va à l'encontre du principe de neutralité de l'enseignement», avait réagi la conseillère générale (PS) Véronique Volto. Le secrétaire de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE) en Haute-Garonne, Michel Rinaldi, avait trouvé cela «indécent, provocateur, inepte».

Élisabeth Pouchelon contre-attaque aujourd'hui : «Comment peut-on critiquer une initiative de solidarité, bénévole et gratuite, basée sur le volontariat ? Comment peut-on nous intenter un procès en impartialité alors que l'on connaît les liens étroits qui existent entre le PS et certaines associations d'éducation ? Nous ne laisserons pas tomber ceux qui ont besoin de nous.»

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 18:20

soutien-scolaire-02.jpgSoutien scolaire, coaching pour retrouver un emploi, aide aux personnes : le parti de Jean-François Copé élargit ses activités.

 

«Aide-nous et l'UMP t'aidera.» Le parti de Jean-François Copé a adapté à ses besoins la maxime proverbiale. Le député maire de Meaux en avait même fait l'une de ses principales propositions lors de la campagne pour la présidence de l'UMP, se faisant le champion d'une «révolution civique». Son principe: offrir à tous les Français des «programmes de services concrets» qui s'appuient sur les compétences des militants prêts à offrir du temps libre. Dans son Manifeste pour une droite décomplexée, Copé annonçait vouloir transformer l'UMP en premier parti d'action civique. «Tout en étant dans l'opposition, elle commencerait déjà à se rendre utile», assure-t-il.

Dans son principe, la révolution civique de Jean-François Copé n'est pas une nouveauté. Lui-même reconnaît s'inspirer du «syndicalisme des services» qui existe en Allemagne. Une référence à des pratiques en vigueur outre-Rhin plus acceptable politiquement pour le premier parti d'opposition que les exemples français, principalement de gauche, qui ont vu le jour au XXe siècle, du Mouvement de l'enfance ouvrière aux Fédérations Léo-Lagrange.

Le projet, confié à la secrétaire générale adjointe Camille Bedin, a été lancé officiellement début avril pour «une phase expérimentale». Un tiers des fédérations du parti ont répondu à l'appel et proposent principalement du soutien scolaire et du coaching pour le retour à l'emploi. Des offres que l'UMP veut étendre aux services d'aide pour les personnes âgées ou à l'accompagnement juridique et administratif. «En quelques semaines, nous avons reçu plus de 1 000 propositions de services sur notre site Internet revolution-civique.fr alors même que nous sommes encore en période de rodage» se réjouit Camille Bedin, qui pilote l'initiative avec l'aide «d'un stagiaire et des services du siège national à Paris».

La jeune femme, qui avait déjà monté deux associations de coaching pour les jeunes vivant en ZEP, est heureuse de voir son intuition se confirmer: «L'État-providence a vécu et le modèle social français va droit dans le mur. C'est pourquoi nous devons créer un nouveau modèle social fondé sur les solidarités de proximité. Cela correspond à la fois aux besoins des Français et à leur souhait de s'engager pour ceux qui en ont le plus besoin.»

Un engagement social dénué de visées politiques? «Nous ne sommes pas là pour embrigader des enfants!, martèle Bedin. D'ailleurs des enseignants de gauche viennent nous voir pour proposer leurs services.» Les critiques du PCF et du PS contre l'initiative ne lui déplaisent ainsi pas. «Ça les rend dingues que nous nous lancions dans cette initiative, estime-t-elle. C'est une chose que la gauche a faite pendant longtemps pour les classes populaires mais a petit à petit abandonnée pour se concentrer sur ses cibles: les fonctionnaires et les bobos.»

Pour néanmoins assurer que la démarche est dénuée de tout prosélytisme, l'UMP prépare une «charte» qui devrait être prête avant la généralisation du dispositif à la rentrée. Pour le soutien scolaire, par exemple, le texte liera parents, enseignants et cadres du parti. «Mais si, à la fin, les gens votent pour nous parce que nous avons fait la démonstration que nous sommes utiles, on l'assume», explique Bedin.

Pendant la campagne interne pour la présidence du parti, le sujet n'a pratiquement pas prêté à débat entre les candidats Jean-François Copé et François Fillon. Soutien de l'ex-premier ministre dans la campagne, Laurent Wauquiez a, depuis, mis les bouchées doubles pour expérimenter l'idée au plus tôt dans la fédération de Haute-Loire. «Bruno Le Maire et Valérie Pécresse sont enthousiastes, Henri Guaino est séduit…», assure Camille Bedin. En soi, cette unanimité dans les rangs de l'UMP suffit déjà à transformer la révolution civique en succès.

Le Figaro
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 11:31

franck-Ferjoux.jpgAprès les investitures de Jean-Luc Moudenc pour Toulouse et de Damien Laborde pour Colomiers, accordées par une instance nationale mi-avril, l'UMP se penche sur les autres communes de la Haute-Garonne en vue des municipales de 2014. Mardi soir, le comité départemental s'est réuni à Blagnac et a examiné le cas d'une vingtaine de communes dont la population est comprise entre 3 500 et 30 000 habitants.

Seul point délicat : Saint-Gaudens où Franck Ferjoux, 46 ans, chef d'entreprise, a été désigné. L'UMP devait arbitrer avec la candidature de Philippe Perrot, maire de 2001 à 2008. «Ils se sont engagés par écrit avant le scrutin à se soutenir mutuellement», a rappelé hier Pierre Esplugas, porte-parole de l'UMP 31 qui n'a pas souhaité préciser le nombre de voix qui séparent les deux candidats.

Par ailleurs, l'UMP a investi : à Balma, Vincent Noves ; à Castelnau-d'Estretefonds, Pierre Recobre ; à Grenade, Jean-Marc Valette ; à Launaguet, Georges Deneuville ; à Saint-Jean, Bernard Boulouys ; à Saint-Jory, Thierry Fourcassier ; à Tournefeuille, Patrick Beissel.

Des candidats non encartés ou issus d'autres partis ont également reçu le soutien de l'UMP. C'est le cas, pour Saint-Orens, de Dominique Faure, membre du Parti radical valoisien, une composante de l'UDI, «sous réserve de la conclusion d'un accord départemental avec l'UDI», précise l'UMP. Le parti soutiendra aussi Alain Chatillon, le maire de Revel. D'autres candidats ont été désignés sans que leur nom soit communiqué. C'est le cas pour ceux qui ne se sont pas encore publiquement déclarés. «On leur laisse gérer leur calendrier», avance Sacha Briand, conseiller fédéral UMP. Pour sa part, à Blagnac, le conseiller municipal d'opposition a annoncé il y a quelques semaines qu'il ne se présenterait pas.

La Dépêche du Midi

Une erreur s'est glissée dans cet article de la Dépêche du Midi que j'ai déjà averti

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article