Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 06:54

TGV_501.jpgLe président Vincent Feltesse a accédé à la demande des élus de la rive droite.

La convention liant la CUB, Réseau ferré de France (RFF) et Lisea (Vinci) pour la construction de la LGV nord a finalement été ajourné. Vincent Feltesse, le président de la CUB a accédé à la demande des élus de la rive droite qui s'agaçaient de voir les négociations patiner (nos éditions des 17 et 18 janvier). Il est vrai que dans le cadre de ce projet, la CUB devait voter aujourd'hui une enveloppe de 130 millions d'euros. L'examen par l'assemblée est renvoyé au 11 février prochain.

130 millions d'euros

Il semble que les élus, en tête desquels on retrouve Michel Héritié, maire d'Ambarès, la commune la plus impactée, ne soient pas pleinement convaincus des engagements pris lundi par RFF lors d'une réunion en Préfecture. Les griefs tournent autour des engagements de RFF autour des protections phoniques et des compensations pour les communes traversées. Le protocole d'accord doit faire un va-et-vient entre RFF et la CUB, la première est donc sommée de donner des gages. On peut résumer ce décalage de date du vote à un carton jaune. Aussi la CUB use-t-elle de la diplomatie qui sied à ce genre de cas : « Même si la réunion de lundi dernier laisse augurer un engagement positif de la communauté urbaine, il apparaît en effet que le vote des élus communautaires ne pouvait être engagé en amont de la finalisation du protocole d'accord en cours », explique un communiqué paru hier. Et de rappeler « le déficit de dialogue » observé dans cette affaire autour des deux points d'achoppement : l'insertion et la conduite du chantier sur Amabarès et Lagrave (les travaux se trouveront à proximité ilmmémdiate du centre-ville) et la question des protections sonores qui, explique la CUB, « nécessite la prise en compte de toutes les situations particulières ».

Le Sud Ouest du 210111

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 06:17

TGV_500.jpgPas le moindre petit signe de tangage, hier en fin d'après-midi, lors de la séance du conseil communautaire de l'Agglo du Grand Montauban. Sous la baguette de Martine Bournazel promue chef d'orchestre en l'absence de Brigitte Barèges aucune fausse note n'est venue perturber cette assemblée.

Assemblée qui a voté les cinq dossiers présentés « comme un seul homme ». Le premier portait sur la ligne à grande vitesse Sud-Europe-Atlantique (LGV -SEA) qui nécessitait l'acceptation d'un protocole d'accord relatif à la branche Bordeaux-Toulouse et la mise en place de la convention de financement et de réalisation du tronçon central Tours-Bordeaux de ladite LGV-SEA. Bref, sur l'ensemble d'un projet qui se chiffre à 15 milliards d'€ au total, les élus de l'Agglo du Grand-Montauban ont accepté une participation prévisionnelle de 3 047381 € pour le tronçon Tours-Bordeaux et, dans la foulée, de 11 millions d'€ pour l'autre tronçon Bordeaux-Toulouse. À signaler que pour ce même dossier, le conseil général de Tarn-et-Garonne a déboursé pas moins de 32 millions d'€ et le conseil régional Midi-Pyrénées, 400 millions d'€.

Aider le tourisme fluvial

Autre dossier d'importance : l'aménagement des berges du Tarn qui est directement lié au développement du tourisme fluvial. La communauté d'agglomération a défini un programme dont le montant s'élève à 4 000 000 € HT. C'est la Société publique locale d'aménagement (SPLA) Montauban Trois Rivières qui sera chargée de mener à bien ce dossier. Le calendrier prévisionnel des études et de la réalisation des aménagements a été défini de la manière suivante :

2011. Études sur l'ensemble des secteurs, concertation avec les usagers et les riverains, 100 % des travaux autour de Port Canal, 30 % des travaux sur les berges du Tarn, 50 % des travaux du parc des Rives.

2012. 50 % des travaux du quai Poult, 50 % des travaux sur les berges du Tarn, 50 % des travaux du parc des Rives.

2013. Achèvement des travaux du quai Poult, achèvement des travaux sur les berges du Tarn, 100 % des travaux du square du pont Vieux.

Marc Bourdoncle, maire d'Albefeuille-Lagarde, s'est interrogé pour savoir si on pourrait, un jour ou l'autre, prolonger ces travaux jusqu'à sa commune.

Pour l'heure, nous en sommes encore qu'à l'amorce…

J.-Ph. L.

Hier, en fin d'après-midi, les élus du conseil communautaire ont donné leur accord à l'unanimité. Pour accorder des crédits au projet de la LGV et au dossier de l'aménagement des berges du Tarn.


Le chiffre : 1

Minute> De silence.Respéctée à la mémoire de Michel Garry, conseiller municipal d'Albefeuille- Lagarde récemment décédé et qui était également délégué suppéant de sa commune au conseil communautaire.

« En ce qui concerne le tracé de la fututure LGV, je n'ai rien validé car j'ai treize maisons et sept sites commerciaux qui sont menacés.»

La Dépêche du Midi du 210111

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 06:09

TGV_499.jpgAlors que le président de la région Aquitaine, Alain Rousset, se rendait à la mairie de Nérac pour y signer avec le président du Syndicat mixte duPays d'Albret et le président du conseil général le contrat de pays Cœur d'Albret, les opposants à la ligne LGV, pour beaucoup membres de l'association Très Grande Vigilance en Albret, l'accueillaient sous leur arche gonflable avec leurs pancartes habituelles et une nouvelle, créée pour l'occasion: «M. Rousset, vous n'êtes pas le bienvenu chez les débiles». Le ton était donné pour dire que les opposants n'avaient pas apprécié le dernier discours lors des vœux du président régional. Charles d'Huyvetter, le président de TGV, et la vice-présidente, Catherine Aime, souhaitaient remettre une lettre à A. Rousset affirmant leur mécontentement notamment sur l'avis favorable à la LGV de 90% des Aquitains, selon RFF. Pour eux, cela relève de la manipulation: «Selon le même sondage des personnes interrogées ne connaissaient même pas le projet et 46% pensaient qu'il s'agissait de la rénovation des lignes existantes... nous souhaitons être entendus», disent les opposants. Alors qu'A. Rousset s'entretenait avec les manifestants, une femme, sortie du rang, pensant sûrement qu'un discours ne suffisait pas, lui lança une préparation culinaire style «entartage». Les gendarmes sont intervenus. Le président, surpris, déclara: «Moi je ne vous agresse pas...». Loin d'être déstabilisé, A. Rousset reprit le chemin de la mairie.

La Dépêche du Midi du 210111

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 07:51

TGV 107Le Collectif Régional d’associations et d’élus « Union pour la Sauvegarde des Villages » présentera sa proposition de tracé dans le fuseau alternatif de 2000 m de large de RFF. La réunion publique se tiendra le jeudi 27 janvier, à 20h30, à la salle du Foyer Rural de Saint-Jory. Seront également présents deux invités et intervenants, Francois Simon élu Régional d’Europe Ecologie Les Verts et Vice Président du Conseil Régional Midi Pyrénées, ainsi qu’un expert technique en lignes ferroviaires et LGV. Contact : Thierry Fourcassier 06 09 89 12 57 thierry.fourcassier@wanadoo.fr

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 07:48

2011-01-10-USV-au-Conseil-Regional 9091Lundi 10 janvier 2011, en fin de matinée, une délégation du Collectif Régional «  Union pour la Sauvegarde des Villages » a  remis au Conseil Régional 2000 signatures et bulletins d’habitants, d’élus et d’entreprises à l’attention des élus de la  région Midi Pyrénées. Ce geste symbolique montrant la détermination sans faille de ces bénévoles marque aussi la fin  de la deuxième période de consultation du public sur la LGV. Le Collectif Régional dénonce la rupture de l’égalité de  traitement entre sa proposition USV et la proposition D de RFF, rupture de l’égalité qu’il reproche à la préfecture ainsi  qu’à RFF. Le Collectif Régional a ensuite été reçu par les élus d’Europe Ecologie Les Verts. Puis, les 2000 signatures  et bulletins ont été apportés à RFF Toulouse. Le chef de Pôle Grand Projet du Sud-Ouest a alors reçu les membres du  collectif. Lors de cette rencontre dans les locaux de RFF, les représentants d'USV ont fait part de leurs  interrogations et mécontentement quant aux modalités de cette seconde concertation proposée par RFF.

Le Petit Journal du 140111

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 07:44

2011-01-10-USV-au-Conseil-Regional 9069Selon Thierry Fourcassier, porte parole du Collectif Régional « Union pour la Sauvegarde des Villages » : « la proposition alternative utilise une meilleure intégration dans le milieu naturel afin de respecter les contraintes grande vitesse d’une LGV ». L’étude du cabinet d’études ferroviaires CERCL a confirmé la faisabilité technique de la proposition du Collectif Régional. Le cabinet d’études de RFF reconnait lui-même que la solution alternative autoroute  respecte davantage ce paramètre du cahier des charges que la proposition « D ». En effet et selon RFF  « le tracé  proposé par le collectif ne possède aucune contrainte de courbure limitant la vitesse, les trains à grande vitesse  peuvent effectivement reprendre une vitesse plus élevée ». Pour Bruno Lecomte, Président du Collectif Régional : « Au  vu du prix moyen d’une LGV qui se monte à 20 millions d’euros le km, il est primordial de la construire sur des  trajectoires permettant d’aller le plus longtemps possible à de grandes vitesses. La grande vitesse est un des paramètres essentiels pour un TGV, si l’on n’en tenait pas compte, il serait plus judicieux d’aménager les voies  existantes car le coût en serait bien moindre. » Ainsi,  avec des rayons de courbures plus adaptés, la proposition du  Collectif Régional USV, selon les avis du cabinet d’études CERCL et du cabinet d‘études de RFF, permet d’optimiser le critère grande vitesse d’une LGV.

Le Petit Journal du 140111

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 07:42

2011-01-10-USV-au-Conseil-Regional 9088« Pour bien commencer l’année, le Collectif Régional « Union pour la Sauvegarde des Villages » attaque l’arrêté préfectoral 2010 – 14 et conteste la consultation réalisée par Réseau Ferré de France du 20 octobre au 8 janvier avec un bulletin orienté. Voici un extrait de la lettre adressée à M. le Préfet et au président de RFF : «  L’arrêté Préfectoral  n°2010 – 14 et le bulletin-réponse de la consultation du public de RFF révèlent une inégalité du traitement entre le  fuseau « D » et le fuseau « USV ». Inégalité qui ne peut être acceptable.

-        Le 27 septembre 2010 le Ministre d’Etat et le Secrétaire d’Etat aux transports demandaient par courrier à Monsieur Hubert de Mesnil Président RFF d’examiner « dans le cadre de la nouvelle phase d’étude qui va s’engager, la faisabilité d’une variante de tracé reposant sur un jumelage plus étroit avec l’A62 dans le secteur allant du sud de Campsas jusqu’à un raccordement à la ligne nouvelle sur l’environnement et notamment sur le milieu humain. »

-        Le 28 septembre 2010, par communiqué, le ministre d’Etat informe « Les propositions formulées entre les deux comités de pilotage par le collectif «Union pour la Sauvegarde des Villages», qui reposent pour l'essentiel sur un jumelage plus étroit avec l'A62 et un raccordement à la ligne existante sur le triage de Saint-Jory, méritent d'être approfondies préalablement à toute décision. C'est pourquoi des études comparatives entre la variante dite « D » et celle proposée par le collectif USV seront poursuivies par Réseau ferré de France »

-        Le 13 octobre 2010 Monsieur Christian Maudet, chef de mission des Grands Projets du Sud-Ouest, nous indiquait par écrit « les Groupes de Travail auxquels votre collectif sera invité, traiteront à la fois des études de tracé dans le fuseau et des études du tracé alternatif, avec un planning et un programme adapté à l’avancement de ces études… cette organisation permettra de donner un maximum de transparence aux études GPSO.»

-        Le 29 octobre 2010, le collectif « Union pour la Sauvegarde des Villages », en réunion avec Mr Maudet, indiquait sa satisfaction sur le programme d’études prévu par RFF et le remerciait de prendre en compte l’intégration du projet de la mise à quatre voies entre Saint-Jory et Toulouse dans l’étude du projet LGV. Mr Maudet nous montrait une carte indiquant le fuseau « D » et le fuseau alternatif tracé par RFF. Nous étions alors satisfaits de la zone de recherche du fuseau alternatif.

-        Le 7 décembre 2010, par courrier, Monsieur Maudet nous indique que la «  méthodologie a été élaborée en accord avec les services de l’Etat et présentée aux élus concernés en présence du Préfet de Région le 28 octobre » …« confirme que cette comparaison se fera bien sur des périmètres identiques, c'est-à-dire d’un point de départ à Campsas jusqu’à un point de raccordement à la ligne existante vers Toulouse »

-        Pourtant l’arrêté Préfectoral du 6 décembre stipule : « qu’il convient de ne pas compromettre ou de rendre plus onéreuse la réalisation du projet de travaux publics par la réalisation de travaux, construction ou d’occupations du sol sur la future emprise.

-        Qu’il convient … de contrôler l’utilisation des sols dans le fuseau d’études »

-        Article 1 : Le fuseau de mise à l’étude sur le département de la Haute Garonne est délimité sur des cartes … annexées au présent arrêté.

-        Article 3 : A l’intérieur des zones ainsi délimitées … un sursis à statuer pourra être opposé. »

L’arrêté Préfectoral porte uniquement sur le fuseau « D ». Aucune recommandation n’est faite pour le fuseau « alternatif » qui est pourtant connu et représenté depuis fin octobre 2010. Cet arrêté omet de tenir compte du fuseau « alternatif » et par la même ne respecte pas le principe de l’égalité de traitement entre les deux fuseaux étudiés.

De plus, lors de l’étape 2 de consultation des études du 20 décembre 2010 au 8 janvier 2011, sur le bulletin, aucune information n’est indiquée sur l’existence d’un fuseau «alternatif», l’intitulé « consultation du public sur les hypothèses de tracés » occulte totalement les possibilités de tracés dans le fuseau « alternatif », à la question 3, « y aurait-il une autre hypothèse de tracé à étudier sur votre territoire à l’intérieur du fuseau?» aurait du être rajoutée « quel fuseau, selon vous est le moins impactant ?»

Dans ce bulletin, le manque d’indication de l’existence d’un autre fuseau « alternatif » et l’absence d’une question sur l’avis du public entre le fuseau « D » et le fuseau « alternatif », démontrent le manque total de transparence et prouve une inégalité de traitement du fuseau « alternatif » par rapport au fuseau « D ».

Pour ces motifs et tous autres à produire, déduire ou suppléer au besoin d’office, le Collectif « Union pour la Sauvegarde des Villages » demande à Monsieur le Préfet de Région l’annulation de l’arrêté préfectoral 2010 – 14, à Monsieur le Président de RFF un rendez-vous dans les plus brefs délais. »

Le Petit Journal du 140111

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 06:35

TGV_498.jpgC'est une salle du restaurant scolaire comble qui a assisté à la cérémonie des vœux municipaux. Christian Tamarelle, maire, a débuté son propos en évoquant quelques événements internationaux et nationaux.

Concernant les réformes des retraites, des collectivités territoriales et de la taxe professionnelle, il a précisé son désaccord et dénoncé « l'autisme de l'État ». La rétrospective locale lui a permis d'énumérer une liste conséquente d'initiatives, travaux, décisions et animations qui font le confort de vie quotidienne des administrés.

Concernant la révision du plan local d'urbanisme (PLU), Christian Tamarelle a souligné « une orientation nécessaire à l'avenir du village couplée au besoin de renouvellement et rajeunissement de la population ». Tournant le regard vers le futur, le premier magistrat abordait les prochains travaux de voirie du chemin de Ponthet, de renforcement électrique de la Maison des associations, d'entretien de la salle polyvalente et des stades de rugby et football et la pérennisation des services à la population.

Échéances

« Avec le soutien de la Communauté de communes de Montesquieu, la commune sera dotée d'une structure d'accueil de la petite enfance en 2011 tandis que nous engageons une réflexion sur la construction d'une nouvelle salle polyvalente à l'horizon 2013 », a souligné Christian Tamarelle avant d'aborder l'ultime vote des cantonales et son soutien à Bernard Fath.

Incontournable, le dossier de la LGV a été abordé par le maire qui a salué la création de l'association LGVEA et préconisé une défense collective abondée par la création d'un collectif des élus sud-girondins. « Il faut contrecarrer ce projet afin d'obtenir une réduction des dégâts », a soutenu le premier magistrat qui a présenté RFF comme une machine de guerre face à laquelle il va falloir beaucoup de fermeté et de temps pour se battre et ne rien louper : « Ce dossier mange beaucoup d'énergie mais nous en aurons pour faire en sorte d'être écoutés et, si cela ne suffit pas à stopper ce projet, il faudra exiger des aménagements conséquents », argumentait Christian Tamarelle en insistant sur la constance de l'engagement de chacun et la nécessité de se souvenir de la position actuelle des élus au moment de s'approcher des urnes. Il concluait en proposant de dépenser l'argent public plus intelligemment et pour des dossiers autrement plus importants.

LGVEA : Landes Graves viticulture environnement en Arruan

Le Sud Ouest du 200111
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 06:27

TGV_497.jpgCette troisième option serait entre les mains de la CAA. Même si le conditionnel est de rigueur, Thierry Pilliaudin, président de Ouvrons l'ŒIL, l'a révélée mardi à Layrac.

«Gardée secrète, au chaud, par la Communauté d'agglomération d'Agen, il existe une troisième hypothèse pour la ligne LGV. Elle démarre sur la commune du Passage-d'Agen, au sortir du coude de la Garonne. Elle nécessiterait la création d'une tranchée couverte et d'un tunnel qui déboucherait entre l'A62 et la Garonne. Cette hypothèse dans les cartons de RFF n'est pas chiffrée. Elle passe au-dessus du tracé sud, coupe vers le tracé nord en direction de Sauveterre-Saint-Denis. Son souci, elle est hors du fuseau des 1 000 mètres. Nous devrions en savoir plus le 25 janvier, car nous avons rendez-vous avec Jean Dionis, le président de la CAA. »

Même si le conditionnel est encore de rigueur, c'est une petite bombe qu'a lâchée mardi soir, en réunion publique, Thierry Pilliaudin, président de l'association layracaise Ouvrons l'ŒIL (Observer, écouter et informer sur la ligne à grande vitesse). Avant de donner la parole au public, environ 300 personnes réunies au foyer des Campagnes, le président a annoncé : « Nous ne sommes pas opposés à la LGV. Mais Layrac ne doit pas être sacrifiée sur l'autel des intérêts des villes voisines et influentes. »

Rayés de la carte

Auparavant, Thierry Pilliaudin a rappelé les raisons d'être de Ouvrons ŒIL, née il y a un an. L'association n'est pas contre la LGV, mais rejette le tracé sud, préférant le tracé nord « moins coûteux, moins impactant. Nous ne voulons pas laisser les habitants de Layrac se faire massacrer ».

L'option sud oblige sur la commune du Passage-d'Agen, juste avant Layrac, la création d'une estacade de 1,65 km qui pourrait se transformer en un tunnel. Le tracé franchit le Gers, l'autoroute, la voie de chemin de fer et traverse les lieux-dits. « La Gravade, Petit Baron, Lascabanes, Charrin, Lamoulère, Caillava et le Pont de la Peyre seraient rayés de la carte », a insisté le président.

Il a relevé l'impact environnemental : « Les deux tracés font des dégâts, plus encore celui du sud avec un remblai en face de la place Royale, des trains de 400 tonnes roulant à 320 km/h, la voie ferrée à 375 mètres du prieuré… » Autant d'éléments, et bien d'autres, qui encouragent la signature au bas de la motion-pétition lancée par l'association.

Le Sud Ouest du 200111
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 07:28

TGV_496.jpgComme chaque année, il y avait beaucoup de monde et de la bonne humeur pour la traditionnelle cérémonie des vœux.

Le maire, Alain Belloc, entouré de tout son conseil municipal, a longuement remercié les acteurs toujours mobilisés de la vie de la commune.

Il a évoqué les réalisations de l'année qui toutes tendent à améliorer la qualité de vie des habitants : aménagement des chemins du quartier de la Croix au Prince, lancement de la construction des nouveaux terrains de sport, installation des nouvelles cloches et bien sûr l'ouverture d'un accueil de loisirs pour les enfants. De gros chantiers pour lesquels il a fallu trouver des financements, des subventions aussi bien de l'État que locales et régionales. Alain Belloc a bien sûr évoqué le combat contre le tracé D de la LGV destructeur pour le village et la mobilisation intense et totale des bénévoles de Sauvegarde de Pompignan et de la présidente, Mme Duflot.

La Dépêche du Midi du 190111

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article