Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 18:32

2011-01-19-Galette-UMP 9186Le 19 janvier 2011, les adhérents de l'UMP 31 ont été invités à la galette des rois salle Barcelone à Toulouse. A cette occasion, Jean Luc Moudenc a présenté ses voeux pour l'année 2011 et invité les participants à partager la galette des rois dans l'Unité. ( voir l'album photos )

 

 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 07:22

2011-01-27-Reunion-publique-USV.jpgLe Collectif Régional d’associations et d’élus « Union pour la Sauvegarde des Villages » présentera sa proposition de tracé dans le fuseau alternatif de 2000 m de large de RFF.

La réunion publique se tiendra le jeudi 27 janvier, à 20h30, à la salle du Foyer Rural de Saint-Jory.

Seront également présents deux invités et intervenants,

Ø Francois Simon Vice Président du Conseil Régional

Midi Pyrénées élu d’Europe Ecologie Les Verts,  

Ø un expert technique en lignes ferroviaires et LGV.

 

Contact : Thierry Fourcassier 06 09 89 12 57   thierry.fourcassier@wanadoo.fr

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 06:57

Les élus écologistes ripostent à Alain Rousset et défendent « la politique autrement ».

« La LGV n'est pas sur de bons rails. » Les Verts persistent et signent. Les dix élus écologistes au Conseil régional d'Aquitaine travaillent avec leurs homologues de Poitou-Charentes et de Midi-Pyrénées sur des dossiers communs. Dont celui de la LGV. Même s'ils n'étaient pas nommés, il était difficile pour eux de ne pas se sentir visés par les récents propos d'Alain Rousset. Lors de ses vœux à la presse (« SO » du 14 janvier), le président de la Région avait ironisé sur les arguments « débiles » des opposants à la ligne à grande vitesse.

La réponse des Verts aquitains n'a pas tardé. « Nous avons publié un manifeste qui n'a rien de débile, les insultes ne sont pas des arguments », a commenté mercredi l'élu Bernard Péré lors de la conférence de presse de début d'année des Verts. « J'avoue qu'il est difficile d'entendre dire qu'on a des idées rétrogrades », a enchaîné Monique De Marco.

Le Sud Ouest du 240111

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 06:29

A 18 h00 samedi soir les usagers en colère bloquent la gare de Gourdon.Objectif: dénoncer les dysfonctinnements de la ligne Paris/Toulouse.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 06:12

TGV_504.jpgL'association Ouvrons l'ŒIL a intégré l'idée que la ligne à grande vitesse se construira de toute façon et qu'il faut donc lutter pour qu'elle passe sans trop de dégâts dans la commune. Le président Thierry Pilliaudin informait des démarches de son bureau sur la question des tracés proposés dans le fuseau.

Si cette réunion était prévue de longue date, les propos du député, le 18 décembre, au « conseil municipal privé » n'ont fait qu'accroître l'inquiétude. Thierry Pilliaudin, cartes et photos à l'appui, a montré que, si le tracé sud passait entre l'autoroute et le village, il nécessiterait un viaduc de grande hauteur qui défigurerait notre paysage, sans parler des nuisances sonores. Il a donc rendu compte de ses rendez-vous avec M. Dionis du Séjour, avec le conseiller général ou avec RFF, à Toulouse. Devant le maire de Layrac, il a dit son inquiétude sur la base de travaux pour laquelle la municipalité s'est porté candidate. 40 ha de terrains et une circulation de camions accrue : si cette option est retenue, il faudrait alors se pencher sur la déviation du bourg, déjà imaginée par les précédents maires. Pierre Pujol s'est montré rassurant, faisant état de la délibération du conseil qui, a-t-il dit, va dans le même sens que la démarche d'Ouvrons l'ŒIL. Certains sont restés sceptiques.

La Dépêche du Midi du 240111

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 06:03

TGV_503.jpgJeudi soir, après leur action coup de poing, place de la Mairie à Nérac afin d'interpeller Alain Rousset, le président de la région Aquitaine (lire « La Dépêche » d'hier), les membres de l'association Très Grande Vigilance en Albret (476 adhérents fin 2010) se sont réunis en assemblée générale, à Feugarolles, et ont assisté au bilan des actions de l'année écoulée. Le président Charles D'Huyvetter et la vice-présidente, Catherine Aime, ont fait part de leur entretien avec A. Rousset, le soi-même : « Finalement, nous avons reçu des excuses de la part d'A. Rousset suite à l'article où il était question d'arguments débiles. Suite aux arguments techniques développés ce soir par la délégation, il nous a proposé d'organiser une réunion avec les experts RFF et nous, en vue d'un débat authentique ». Charles D'Huyvetter souligna le travail énorme accompli par deux membres de l'asso sur les 2900 pages + 1800 pages annexées du rapport Réseau ferré de France. Il fut question, souvent, du Grenelle de l'Environnement : « Si le Grenelle était respecté, la LGV ne devrait pas se faire et nous ne serions pas là pour argumenter, la loi est bafouée ». TGV se pose toujours la question de la rentabilité. Une nouvelle étude prospective lancée, début janvier, par TDIE (Transport, Développement, Intermodalité et Environnement) sur la rentabilité des futures lignes LGV devrait donner des réponses sur ce thème. Le bureau de TGV s'est dit inquiet du retard pris concernant l'étude commandée par les élus d'ALTernative LGV.

La Dépêche du Midi du 240111

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 08:20

TGV_502.jpgL'association a tenu sa première assemblée générale devant une centaine de personnes.

Très grande vigilance en Albret a clôturé son bilan d'activité par un coup d'éclat jeudi soir, en prenant à partie Alain Rousset. Le président de Région, en guise d'accueil, a reçu sur son manteau un projectile alimentaire (qui n'était pas une tarte à la crème, tient-on à préciser au Conseil régional). Il a tout de même accepté de recevoir une délégation de militants (lire notre édition d'hier).

Cette nouvelle opération coup-de-poing tombait à pic pour Très grande vigilance en Albret qui, quelques heures plus tard, tenait son assemblée générale à Feugarolles. Ils étaient une centaine réunis dans la salle des fêtes du village, dont quelques élus, comme Alain Paraillous, seul conseiller général présent.

Pour Charles d'Huyvetter, le président, qui a d'ailleurs été réélu pour un second mandat, « c'est un grand plaisir de présider une association avec des membres comme ceux-là. En même temps, c'est terrible qu'une telle association existe ». TGV en Albret a été portée sur les fonds baptismaux le 27 octobre 2009. Quinze mois plus tard, elle compte 476 adhérents et quelques petites sœurs. « Aujourd'hui, il y a une douzaine d'associations qui militent pour la rénovation des lignes actuelles, regroupées depuis mai dernier au sein de la Coordination 47 ». Financièrement également, l'association pèse son poids avec un budget de près de 30 000 euros.

Étude indépendante

Outre les manifestations d'ampleur organisées à Nérac (4 000 personnes revendiquées par l'association) le 6 mars dernier, ou Agen, en novembre, l'association a travaillé sur le fond. « Nous avons élaboré un argumentaire précis à partir des sources de Réseau Ferré de France (RFF) », explique Charles d'Huyvetter, « argumentaire qui n'a jamais été contesté ». Et où l'on retrouve le coût de la LGV, « estimé aujourd'hui à 8 milliards d'euros, contre 2 milliards pour une rénovation des lignes actuelles ».

Depuis le début, la ligne directrice de l'association est claire : « Il ne s'agit pas de modifier le tracé, d'autres que nous seraient impactés, ce n'est pas l'objectif. Aujourd'hui, comme il y a quinze mois, nous demandons une rénovation des lignes existantes. »

Au niveau des actions à venir, TGV en Albret attend beaucoup de l'association d'élus ALTernative LGV qui a commandé une étude indépendante sur la faisabilité de la rénovation de lignes actuelles. « Il y a des indécis sur le sujet de la LGV au sein du Conseil général. » Une réunion sera programmée le 10 février à Lavardac, entre les élus de la Communauté de communes du Val d'Albret et la Coordination 47.

Le Sud Ouest du 220111
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 09:24

thierry-02.jpgMonsieur Thierry Fourcassier est passé d'une vie calme de professeur et de père de famille comblé à l'engagement associatif. Son milieu familial, ses études (DEA de mécanique quantique et physique des  collisions), sa profession (professeur en collège), père de cinq jeunes enfants (19 mois à 12 ans), rien ne prédisposé cet homme de 43 ans à un tel engagement dans la vie associative et politique. Serein et prudent, Thierry Fourcassier ne s'engage pas à la légère, mais quand il le fait, c’est entièrement. Il a commencé en devenant parent d'élève. Puis les choses se sont accélérées jusqu'à de nombreuses responsabilités dans les domaines social et éducatif : président des parents d'élèves, élu au CA de la CAF et de l'UDAF de Haute Garonne, puis Secrétaire Général de l'Union Fédérale des Anciens Combattants Fronton/Villemur parce que dit-il « nous avons un devoir de mémoire au moment où les derniers témoins disparaissent », conseiller municipal à Saint Jory… Fin 2009, il découvre, le tracé D de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) qui va traverser son village : « ce tracé ne me touche pas directement mais il y a des choses que je ne supporte pas : l'injustice, la souffrance des gens et aussi que l'on fasse des choses illogiques. Dans cette affaire, ce sont des centaines de vie qui seront bouleversées, rien qu'à Saint Jory, c'est tout un quartier qui meurt. Alors qu'il y a une autre solution ». Devenu  depuis le porte-parole du Collectif « Union pour la sauvegarde des Villages », il situe l'action dans le positif : « nous ne sommes pas contre la LGV mais contre un tracé illogique et coûteux. Ingénieurs et techniciens du Collectif ont démontré les nombreuses erreurs du dossier de Réseau Ferré de France et proposé un autre tracé le long de l'autoroute, causant moins de dégâts humains, environnementaux, économiques. » « Nous vivons dans un système imparfait et c'est  en agissant que nous pouvons faire bouger les choses et réussir ». Allez visiter le site de Thierry Fourcassier : http://thierry.fourcassier.over-blog.com/  candidat aux Cantonales 2011 sur le canton de Fronton.  

 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Cantonales 2011
commenter cet article
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 07:08

Alain Rousset, venu présenté ses vœux, a été accueilli par les sifflets des militants de Très grande vigilance en Albret, opposants à la LGV.

Ils étaient très en colère les militants de Très grande vigilance en Albret et de la Coordination 47, opposants à la LGV. En colère contre Alain Rousset, et les manifestants (une cinquantaine selon les gendarmes, 70 selon la Coordination 47, collectif qui regroupe les associations) lui ont largement fait savoir. Le président de Région a bien tenté une arrivée décontractée en allant à la rencontre des militants. Tentative qui a tourné court. Les manifestants l'ont accueilli non seulement avec des sifflets et des « mots doux », mais également avec une tarte à la crème…

Débat technique

Ce qui a déclenché cette nouvelle opération coup-de-poing ? Les déclarations d'Alain Rousset lors de ses vœux à la presse (lire « Sud Ouest » du 14 janvier), où le président de Région a durement fustigé les opposants à la LGV, qualifiant les arguments des opposants de « débiles » et « absurdes ». Des mots que l'on retrouvait en bonne place sur les pancartes. « Vos mots qui ne furent pas tendres à notre égard, révèlent un certain agacement, pour ne pas dire colère, à l'égard des Aquitains qui défendent des points de vue différents des vôtres. N'est-ce pas l'élémentaire de la démocratie que de les exprimer ? », se défendent les militants.

Le président de Région a tout de même accepté de recevoir une délégation de ces farouches opposants « pour la rénovation des lignes actuelles ». Alain Rousset a promis « d'essayer d'obtenir un entretien avec les experts de RFF qui lui ont soumis un projet de LGV ». Il a également précisé que c'était Michèle Alliot-Marie qui était visée dans les propos rapportés. Charles D'Huyvetter, le président de TGV en Albret, qui était « à deux doigts de présenter un carton rouge à Alain Rousset » n'attend pas grand chose de cet entretien, persuadé que chacun va rester campé sur ses positions.

Quelques instants plus tard, dans l'enceinte du lycée hôtelier, où Alain Rousset présentait ses vœux décentralisés aux forces vives du Lot-et-Garonne, dans une salle comble, le président n'a fait aucune allusion publique à l'accrochage qui avait eu lieu. Il a seulement souligné que « les trains lents gênaient les trains rapides », et que la LGV « favoriserait la mobilité ».

Le Sud Ouest du 210111
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 07:03

Il faudra plus de six ans pour construire la ligne nouvelle. Et les négociations continuent. Avec de gros contributeurs publics.

Ce n'est pas gagné. Le contrat de concession pour la construction et la maintenance de la ligne nouvelle à grande vitesse entre Tours et Bordeaux n'est toujours pas signé. Comme le dit une source financière proche du dossier, « on est bien dans la dernière ligne droite, mais personne ne sait quelle est sa longueur ».

Il faudra soixante-seize mois depuis la signature du contrat de concession entre Réseau ferré de France et Lisea, le groupement conduit par la société Vinci, jusqu'à la mise en service de la ligne, soit six années et deux mois. Elles ne seront pas de trop, car il s'agit, rappelons-le, de construire 302 kilomètres entre Tours et Bordeaux, un investissement supérieur à 7 milliards d'euros. Ce qui, au mieux, mettrait Bordeaux à peine à plus de deux heures de la gare Montparnasse, pour le printemps 2017.

Conditions landaises

Après moult reports, l'hypothèse d'une signature à la fin du mois de février est aujourd'hui avancée. Elle donnerait un feu vert aux travaux. Mais il faut que les 57 collectivités du Grand Sud-Ouest sollicitées aient délibéré.

Il semble clair que les négociations continuent bel et bien avec certains gros contributeurs. Les Pyrénées-Atlantiques, la Région Poitou-Charentes et le Conseil général des Landes réservent en effet encore leur signature. Et celle-ci est essentielle à la signature du contrat de concession. « Nous ne sommes pas au bout de la négociation sur la Pau-Oloron et la gratuité de l'échangeur de Saint-Jean-de-Luz-Sud », indique Max Brisson, vice-président du Conseil général à Pau. Henri Emmanuelli, lui, veut obtenir, pour le lancement de travaux vers l'Espagne, un accord similaire a celui négocié par Martin Malvy pour le prolongement de la LGV Bordeaux-Toulouse.

La convention financière du Tours-Bordeaux est aussi soumise à l'assemblée plénière de la Région Midi-Pyrénées, le 28 février. « L'intérêt général va bien finir par s'imposer », estime Bernard Uthurry, vice-président de la Région Aquitaine. Nombreux sont ceux qui l'espèrent depuis des mois. Dernière ligne droite ?

Le Sud Ouest du 210111
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article