Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 08:29

TGV_614.jpgDe fortes perturbations sont annoncées sur Bordeaux-Paris en 2012. Le président, Guillaume Pépy, promet de revoir toute la chaîne d'informations.

 

Président de la SNCF, Guillaume Pépy était hier à Bordeaux. Une visite pour rencontrer notamment Alain Rousset, le président du conseil régional, Dominique Schmitt, préfet de région et Pierre Boutier, le directeur régional de la SNCF. Entre deux entretiens, il a bien voulu faire le tour des points chauds du moment et à venir.

« Sud Ouest ». Vous venez régulièrement à Bordeaux, une région particulière pour vous ?

Guillaume Pépy. L'Aquitaine est une région stratégique. C'est l'une des régions de France où il y a de plus de travaux d'infrastructures : bouchon ferroviaire de Bordeaux, régénération, futur plan rail et Ligne à grande vitesse (LGV). D'autre part, c'est une région très dynamique sur le TER avec un engagement du Conseil régional remarquable. L'Aquitaine est dans le trio de tête national en ce qui concerne la croissance de trafic : + 4 % en 2010.

Pour la LGV Bordeaux-Tours, ça traîne pourtant un peu. Pensez-vous que le dossier va avancer plus vite ?

Les acteurs clés du projet sont extrêmement engagés et par conséquent, il faut être confiant. Il reste quelques engagements à concrétiser mais je pense qu'on n'est pas loin de l'heure de vérité. Chacun aura à cœur de prendre ses responsabilités. Le bouclage devrait s'effectuer après les cantonales.

En Gironde, nombre d'usagers se plaignent de retards et de suppressions de trains en raison de travaux. Qu'avez-vous à leur dire ?

Je refuse la démagogie. On s'est suffisamment plaint à la SNCF et à la région que le réseau vieillissait pour que lorsqu'il y a des travaux massifs et sans précédents, on admette les conséquences. Moi je suis heureux qu'il y ait autant de travaux sur le réseau Aquitain. Merci RFF, merci l'Etat, merci la Région !

Il n'y a pas que les travaux qui provoquent des perturbations, les incidents aussi…

Les travaux, c'est pour la bonne cause, les incidents c'est bien moins glorieux. Autant devons-nous défendre les premiers, autant devons-nous combattre les seconds. On constate ici un léger progrès, mais on n'est pas encore à l'objectif. Les vols de câbles ont quasiment doublé dans la zone de Bordeaux. Le nombre de suicides a également augmenté (8 suicides). Il y a eu aussi des accidents à des passages à niveau et des problèmes de fiabilité de trains. Ça, c'est de notre responsabilité et on y travaille.

La colère des usagers ne découle-t-elle pas d'un manque cruel d'information ?

Nous avons évoqué ce problème avec Alain Rousset ce matin. Il m'a demandé de travailler cette question, nous allons le faire. Nous allons décupler l'effort d'explication et de pédagogie sur les travaux. Pour que les usagers puissent mieux les anticiper et mieux s'organiser. Et qu'ils ne soient plus jamais surpris comme cela arrive parfois.

Nous allons aussi revoir le fonctionnement de notre centrale d'information. Elle existe, elle remplit bien son rôle mais il faut qu'on l'améliore pour qu'elle donne des informations beaucoup plus détaillées, des explications claires et qu'elle prenne l'initiative d'appeler les abonnés, les élus. On a un gigantesque défi dans la région : un défi de communication !

D'autant plus qu'on annonce de nouveaux gros travaux sur Bordeaux Paris en 2012 avec de très fortes perturbations à la clé. Qu'en est-il ?

Sur la ligne Bordeaux-Tours, un milliard d'euros de travaux vont en effet être réalisés dans les trois ans qui viennent (sans compter la LGV). Régénération totale, raccordement à la future LGV… Il y aura inévitablement des perturbations. Suivant les périodes, la circulation des trains sera totalement interrompue de 7 à 9 heures par jour. Nous avons demandé à RFF de faire les travaux de nuit. Ce sera le cas.

A-t-on déjà une idée du retard que prendront les TGV ?

Il est un peu tôt pour le dire,mais on peut estimer le retard probable à un quart d'heure. On devrait faire Bordeaux-Paris en 3 heures 20, au lieu d'un peu plus de 3 heures actuellement.

Pourquoi n'imposez-vous pas des travaux de nuit sur toutes les lignes, petites ou grandes. Entre Bordeaux et Arcachon par exemple ?

On ne peut pas faire des travaux de nuit partout. Deux raisons à cela. La première, c'est que les travaux de nuit gênent les riverains, la seconde c'est qu'ils coûtent plus chers. Ils ont également un impact sur les conditions de travail. Il faut donc trouver un point d'équilibre, un compromis.

Il n'y a pas seulement des travaux sur les lignes, à la gare Saint-Jean aussi, c'est aussi le grand chambardement. Où en est-on ?

La première phase de travaux engagés pour améliorer les services aux clients est spectaculaire. Je viens de visiter. Chapeau ! Consigne, toilettes, salle d'attente, espace pour les groupes, pôle intermodal : la gare Saint-Jean avait du retard, elle a maintenant de l'avance. La deuxième étape prendra fin cet été avec la fin de l'installation des services voyageurs au bon niveau.

Pour la gare 2016, les études sont en cours. Nous avons eu un comité de pilotage le 4 mars, il y a en aura deux autres avant la fin juin. Dès cet été, on sera en capacité de dire quel sera le contenu de cette nouvelle étape. Aussi bien pour le bâtiment voyageurs que pour les accès. Il y a un consensus. Toutes les collectivités sont unies pour définir un projet ambitieux. Je suis donc plutôt optimiste sur ce qu'on pourra dévoiler.

Pouvez-vous nous dire à quoi ressemblera cette future gare ? Qu'attendez-vous d'elle en sachant que le chantier se réalisera en plusieurs tranches ?

En 2016, il faut que les bâtiments voyageurs soient déjà dignes de l'arrivée du TGV à très grande vitesse. Autant dire qu'il faudra avoir réglé les problèmes d'accès, le stationnement et la question des commerces. 70 % des usagers entreront par le côté gare actuelle, 30 % par-derrière, côté Belcier. Comment assurer les liaisons d'un côté à l'autre : des passerelles enjambant les voies ou des souterrains élargis ? La solution passerelle semble faire plus l'unanimité à ce jour. La première tranche représentera 50 à 60 millions de travaux.

Le Sud Ouest du 190311
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 19:10

2011-02-27-Inauguration-du-local-de-Campagne 9286Suspense dans ce canton, bastion pourtant historique de la gauche depuis plus de 30 ans, car Louis Bonhomme le  Conseiller Général PS ne se représente pas. Rien n’est joué d’avance car la bataille entre Ghislaine Cabessut et Thierry Fourcassier s’annonce rude et tout peut basculer. Malgré un contexte national défavorable, Thierry Fourcassier semble  fédérer un très grand mouvement de sympathie et les intentions de vote en sa faveur sont très importantes. Pourquoi ? C’est un canton parmi les 27 renouvelables qui représente à lui seul 8 % des électeurs appelés à se prononcer et 40 %  des habitants du canton vivent dans la Communauté Urbaine du Grand Toulouse et 60 % habitent dans les vallées  verdoyantes cantonales. C’est un canton à plusieurs visages avec au Nord, un pôle de terroir articulé  autour de Fronton et au Sud avec un pôle industriel dont le moteur est l’Eurocentre. Castelnau  d’Estrétefonds est à la « croisé des chemins » pôle stratégique de desserte entre l’axe (Est –  Ouest) Villemur – Grenade et l’axe Nord – Sud du canton de Fronton. Saint-Jory dans lequel Thierry Fourcassier, tête de liste de l’opposition (avec plusieurs démissions dans la  majorité municipale PS), prend à bras le corps, et ce, depuis de nombreuses années, de nombreux dossiers brûlants comme ceux de la gravière, la RD 929, la LGV, la ZAC, l’aménagement de la RD 820…le déplacement de l’antenne UMTS selon le principe de précaution, les écoles, le collège, etc.… la liste est longue. A Bouloc dans lequel Ghislaine  Cabessut est adjointe au maire, la position de Louis Bonhomme, Conseiller Général PS sortant (élu PS de Bouloc), et  qui ne soutient pas la candidate PS, (elle – même élue PS) engendre un malaise dans la majorité du Parti Socialiste. Quant à Eurocentre : après l’intégration en janvier 2011 des 4 communes (Bruguières, Lespinasse, Gratentour et Saint  Jory) dans la CUGT, l’enjeu financier que représente Eurocentre pour le Conseil Général se retrouve à la frontière de la  Communauté Urbaine du Grand Toulouse. D’un point de vue politique : Jean Tissonières, ancien maire de Fronton et  ancien Conseiller Général du canton de Fronton, apporte son soutien à Thierry Fourcassier. Jean Marc Dumoulin  Conseiller Général du canton voisin de Villemur soutient également la candidature de Thierry Fourcassier. Par contre,  Louis Bonhomme PS, bien apprécié dans le canton, élu Conseiller Général au 1° tour en 2004, a publiquement informé  qu’il n’apportait pas son soutien à la Ghislaine Cabessut candidate PS. Cette tension au sein du PS local sème la  confusion pour la candidate PS alors que son concurrent Thierry Fourcassier a su fédérer localement l’appui d’ancien et  de nouveau Conseiller Général de son camp. Au niveau du programme des candidats : La candidate PS semble sûre  d’elle et n’a pas jugé nécessaire d’établir un programme pour être élue. Sa profession de foi se borne à des généralités  politiciennes sans apporter aucune proposition concrète et consiste uniquement à « récupérer » le bilan du Conseiller  sortant sans en avoir pourtant la légitimité ! A l’opposé, le programme du challenger Thierry Fourcassier contient des  réponses concrètes répondant aux attentes des habitants du canton. L’autoroute gratuite jusqu’au canton permettrait de  fluidifier la RD 820. La future RD 929 reliant l’aéroport à Eurocentre doit pour se faire être réalisée avec tous les  acteurs locaux. Ces dossiers se rapprochent de celui de la LGV que Thierry Fourcassier maîtrise parfaitement puisqu’il  en est l’un des principaux interlocuteurs locaux. Sa proposition de mixité intergénérationnelle au sein d’une même  structure regroupant personnes âgées et jeunes enfants complète la mixité sociale déjà intégrée dans les documents en  urbanisme. En matière d’enjeux locaux et nationaux : La candidate PS Ghislaine Cabessut lance la polémique sur la  réforme des Collectivités Territoriales. Thierry Fourcassier, le candidat de droite qui n’a pas peur d’afficher clairement  ses couleurs, reste sur des sujets concrets d’actualité qui touchent au plus près ses électeurs et emporte la sympathie  d’une grande partie de la population cantonale.

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Cantonales 2011
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 19:00

Dimanche 20 mars se déroule le 1er tour des élections cantonales dans la moitié des cantons de notre département dont la liste est disponible sur le site de l’UMP31 : http://www.ump31.fr/elections-cantonales/

Ce premier tour est capital : nos candidats doivent bénéficier de votre soutien dès le 1er tour pour pouvoir disputer la victoire lors du 2d tour du 27 mars prochain.

C’est pourquoi, dimanche, nous devons être tous unis et mobilisés autour de nos candidats UMP ou amis. Si votre canton est renouvelable, allez voter et faites voter autour de vous.

Si votre canton n’est pas renouvelable, n’hésitez pas à contacter nos candidats pour leur apporter votre aide et mobilisez ceux de vos amis qui résident dans un canton renouvelable.

Nous comptons donc sur votre  soutien, sur votre mobilisation et votre capacité à convaincre autour de vous.


Bien cordialement,


Jean-Luc MOUDENC
Président du Comité Départemental

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Cantonales 2011
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 07:31

sarkozy 02Jean-Luc Moudenc, Président de l’UMP 31, a présenté jeudi 16 mars l’équipe Départementale en charge de préparer les échéances nationales (présidentielle et législatives) de 2012 et locales (municipales et territoriales) de 2014.

La direction est désormais incarnée par une équipe : le président de l’UMP sera entouré d’une Vice-présidente, Danièle Damin ; le Secrétariat départemental est assuré par un trio composé de Laurence Arribagé, Chargée de Mission, Sacha Briand et Sébastien Cazaulon, Conseillers fédéraux.
Pierre Esplugas occupe les fonctions de Porte-parole et de relations avec la presse et Michel Salviac celles de Trésorier.

« Dans un souci de structuration et d’efficacité », l’UMP est organisée en 4 pôles : « Pôle Administration générale » (Sylvie de Galard), « Pôle communication » (Bertrand Serp), « Pôle élus et élections » (Sacha Briand) et « Pôle Débats et réflexion » (Béatrice Gourdou).

Deux missions logistiques sont également créées : « Organisation logistique des manifestations et de l’action militante » (Roger Savoye) et « Coordination et support logistique » (René Gies).

A ce collectif, s’ajoutent les 10 délégués de circonscription élus lors des élections internes de décembre dernier ainsi que Guillaume Brouquières comme nouveau Responsable des jeunes (RDJ) et Xavier Spanghero comme responsable des Jeunes actifs.

Enfin, le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, sera présent en Haute-Garonne fin avril-début mai afin de rencontrer, à l’occasion d’une réunion publique, les militants et adhérents de l’UMP 31, sous la houlette de cette nouvelle équipe.

Toulouse 7

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 06:42

TGV 613Favorables à un aménagement de la ligne LGV sur les voies existantes, élus et associations se déclarent pour une étude indépendante sous le contrôle d'un comité de pilotage élargi à l'Etat.

La convergence entre les élus regroupés au sein du collectif Alternative LGV et les associations opposées à la construction d'une ligne grande vitesse a accompli un pas supplémentaire hier avec les retrouvailles des représentants de ces deux composantes devant la gare.

Bernard Faucon-Lambert, président de la communauté de communes du Val d'Albret, et Raymond Girardi, maire d'Argenton, conseiller général de Bouglon, coprésidents d'Alternative LGV, sont revenus sur leur rencontre avec le préfet début mars. Ils lui ont exposé leur position en faveur d'une étude indépendante, contrôlée par un comité de pilotage dans lequel l'État a toute sa place, estiment-ils.

Pour étayer son analyse en faveur d'une telle étude, Alternative LGV se base sur les conclusions d'un rapport du Comité économique et social qui a estimé que « RFF minimise les coûts et exagère la fréquentation » ainsi que sur une synthèse de la Cour des comptes qui considère dans un rapport qu'« un contrôle indépendant est nécessaire, d'autant que l'efficience de la LGV n'est pas prouvée ».

Autre point soulevé devant le préfet : le Grenelle de l'environnement prévoit que « la priorité est donnée aux lignes existantes sauf si une étude prouve le contraire ».

Surtout, Alternative LGV « trouve scandaleux que l'argent public soit utilisé pour des projets privés » sachant que « sur les 22,5 % du coût de la ligne nouvelle à sa charge, l'État récupère, sous forme d'impôt, la TVA à 19,6 % versée par les collectivités ». Aussi, « sa participation devrait être de 42 %, 43 % ».

Les candidats aux cantonales sondés

Pour leur part, les membres de la Coordination 47, favorables au réaménagement des voies actuelles, attendent d'une étude indépendante qu'elle permette de « mesurer les impacts économiques, financiers et environnementaux ».

L'association a interrogé 190 candidats ou suppléants des cantonales. 31 réponses lui sont parvenues : deux pour la ligne nouvelle, avec Europe Ecologie/Les Verts et le Front de gauche contre la réalisation de la LGV. Les candidats dans leur majorité sont « indécis, réfléchissent. Ils sont dans l'attente des résultats de l'étude indépendante, d'ici la fin de l'année ».

Le conseil général a accepté de financer l'étude indépendante à hauteur de 30 000 € ainsi que des collectivités.

« Beaucoup d'élus auparavant favorables à cette option ont déraillé de la ligne nouvelle LGV pour rejoindre nos positions dont le maire et conseiller général de Castejaloux et le maire de Port-Sainte- Marie. »

Raymond Girardi,

vice-président du collectif d'élus Alternative LGV

La Dépêche du Midi du 170311

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 10:41

urneLe mode de scrutin est le suffrage universel direct uninominal à deux tours.

--------------------------------------------------------------------------------

Pour qui vote-t-on ? Les élections cantonales ont pour but d'élire les conseillers généraux qui siégeront au sein de l'assemblée délibérante en région : le conseil général. Le conseil général dispose, dans le cadre déterminé par la loi, d'une grande latitude d'action.Toutefois, le préfet exerce un contrôle de légalité et les chambres régionales des comptes un contrôle financier. Les conseillers généraux désignent le président et les vice-présidents de la commission permanente du conseil général. Celle-ci est composée en proportion des groupes politiques représentés. Par délégation de l'assemblée départementale, la commission permanente a pour mission d'assurer la permanence en statuant sur les affaires courantes du département. Elle se réunit environ une fois par mois et délibère sur de nombreux dossiers. Principales compétences du conseil général

• L'action sanitaire et sociale : aide sociale et protection de l'enfance, insertion sociale et professionnelle des personnes en difficulté (RSA, Faj…), aides aux personnes handicapées et âgées (politiques d'hébergement et d'insertion sociale), aide au logement (fonds de solidarité pour le logement), protection judiciaire de la jeunesse.

• L'aménagement de l'espace et de l'équipement : voiries départementales et une partie des routes nationales. Transports routiers non urbains de personnes et transports scolaires, ports maritimes de pêche et de commerce, aérodromes civils, entretien et exploitation des cours d'eau, lacs et plans d'eau. • L'éducation : gestion matérielle et restauration scolaire des collèges, recrutement et gestion des personnels techniques, ouvriers et de services.

• La culture : archives départementales, bibliothèque départementale de prêt, certains châteaux ou musées.

• Le développement local : aides aux associations, aux communes.

Le conseil général est renouvelé par moitié tous les trois ans. Les 2 023 cantons concernés en 2011 sont ceux renouvelés en 2004. De Bagé-le-Chatel (Ain) à Pamandzi (Mayotte), la liste des cantons renouvelables est consultable sur le site du ministère de l'Intérieur (PDF) Au total, selon l'Insee, la France comptait en 2010 4 036 cantons. Voir le fichier (DBF) sur le site de l'Insee A noter le cas particulier de Paris : il n'y a pas d'élections cantonales à Paris car le territoire de Paris est à la fois commune et département. Paris dispose d'une instance unique faisant fonction de conseil municipal et de conseil général : le conseil de Paris.

Le canton est la circonscription électorale où est élu le conseiller général (un conseiller général par canton). Les cantons – tout comme les départements – ont été créés par la loi du 22 décembre 1789. Le vote par canton a été instauré en 1833. Les lois de décentralisation de 1982 et 1983 ont fait des départements des collectivités territoriales à part entière et ont accru leur champ de compétences. Dans la plupart des cas, les cantons englobent plusieurs communes. Toutefois, les communes les plus peuplées comprennent plusieurs cantons. (Source : Insee)

Cantonales 2011 : la toute dernière élection des conseillers généraux Avec la réforme des collectivités territoriales (le dossier sur le site dédié), c’est la dernière fois cette année que les Français éliront des conseillers généraux, en application de la loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales organisant la concomitance des renouvellements des conseils généraux et régionaux. Habituellement élus pour six ans, les prochains conseillers généraux élus en mars 2011 le seront pour un mandat de trois ans. Après les prochaines élections territoriales de mars 2014, ils auront pour successeurs des conseillers territoriaux, élus selon les mêmes modalités (scrutin uninominal majoritaire à deux tours ) mais qui siégeront à la fois au conseil général et au conseil régional. Ces derniers seront renouvelés intégralement tous les six ans.

Portail du Gouvernement

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Cantonales 2011
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 07:41

urneCe dimanche 20 mars se déroulera le premier tour des élections cantonales. Nous tenions à vous rappeler l’importance de ce rendez-vous pour la défense de nos valeurs et de nos idéaux.

Parce qu’une élection c’est avant tout la consultation des citoyens et la garantie de l’élaboration démocratique des décisions, notre premier combat est celui de la participation. Nous avons besoin de vous pour mobiliser votre entourage et faire de ces élections le grand évènement républicain qu’elles doivent être.

Pourquoi est-il nécessaire d’aller voter dimanche ?

- Parce que les décisions du Conseil Général ont une incidence directe sur votre quotidien. Acteur clé de l’action sociale, le département aura notamment un rôle central dans la mise en œuvre de la grande réforme de la dépendance des personnes âgées voulue par Nicolas Sarkozy.

- Parce que les Conseils Généraux gérés par le Parti Socialiste sont aujourd’hui utilisés par l’opposition pour contrer l’effort de réforme et de redressement mis en œuvre par Nicolas Sarkozy : les impôts locaux augmentent, les dépenses de fonctionnement dérapent… alors que le pouvoir d’achat des Français et le déficit de la France sont une préoccupation constante de notre Gouvernement et de notre majorité.

Quelle que soit votre situation, nous comptons sur vous :

- Vous êtes électeur de l’un des 2 023 cantons concernés : allez voter et mobilisez votre entourage !

- En cas d’absence, faites-vous représenter en établissant une procuration : c’est encore possible dans les prochaines 24 heures aux vues des délais postaux. Vous obtiendrez tous les renseignements nécessaires en cliquant ici.

- Vous n’êtes pas directement concerné : nous avons besoin de vous pour inciter vos proches qui le seraient à se déplacer dimanche pour aller voter.

Chaque voix compte. Je compte sur vous et sur votre mobilisation pour aller voter dimanche et pour véhiculer ce message auprès de votre entourage et de vos proches.

Merci de votre implication,


Jean-François Copé

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Cantonales 2011
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 07:25

TGV_612.jpgLe nouveau président de l'association DSA invite à une vraie concertation autour du passage de la LGV.

L'association Pour demain Saint-André (DSA) élisait un nouveau bureau lors de sa dernière assemblée générale. Après quatre ans de présidence, David Gautier a laissé la place à Cédric Chaubaron : « J'habite Saint-André depuis dix ans et suis engagé auprès de Pour Demain Saint-André depuis sa création car je pense que les querelles partisanes n'aident pas à avancer et que le clivage droite-gauche n'est guère pertinent à l'échelon local, explique-t-il.

Quatre ans d'existence

Directeur de campagne lors des dernières municipales, Cédric Chaubaron est par ailleurs ingénieur territorial à la mairie de Bordeaux. Deux nouveaux entrent au bureau : Christophe Papegaey (trésorier et secrétaire adjoint) et David Coquart (trésorier). David Gautier et Stéphane Massias changent de poste et deviennent vice-présidents.

Si le bureau de l'association est remodelé, le programme, lui, ne change pas. « Nous fêtons nos quatre ans d'existence et sommes toujours la première force d'opposition du canton », souligne Arnaud Bobet. Menant au Conseil municipal ou au sein de l'association le même combat contre la ZAC de Bois-Milon (trop de logements, trop peu de services et d'emplois) et contre le projet actuel d'implantation de la LGV. « Sur le sujet, indique Cédric Chaubaron, nous avons une démarche proactive depuis des années : nous avons sollicité des rendez-vous auprès de tous les intervenants, RFF, Vinci ou Lisea. » « À tel point, complète son collègue Francis Benessis, que c'est nous qui les avons informés de certains des projets municipaux comme La Barotte, Bois Milon ou la ZAC d'Aquitaine ! La croisade toute récente de la Fecti dirigée par Laurent Ricci, est une posture purement électorale. »

Autre reproche à l'attention du maire : le manque de concertation sur le dossier. « Le maire s'enorgueillit d'être revenu à l'avant-projet, mais celui-ci n'est pas bon, notamment en ce qui concerne les nuisances sonores et l'engorgement des axes de circulation. Il est temps de penser le passage de la LGV à l'échelle d'un territoire plus vaste que celui de la commune où transitent tous les flux vers le Libournais ou le Blayais. »

DSA demande donc une concertation urgente de tous les partenaires : la CdC, le Pays, les associations, le sous-préfet, le Conseil général et régional, RFF, ASF, Lisea. Et a d'ailleurs adressé un courrier à la ministre de L'Écologie, du développement durable et des transports pour l'inviter à organiser cette table ronde.

Si elle avait lieu, DSA a d'ores et déjà une liste de propositions à faire : mise en service des bretelles de services transformant le demi-échangeur 40b en véritable échangeur complet bidirectionnel, étude d'un autre échangeur pour desservir le quartier de Bois-Milon, passage en inférieur sur la ligne classique Bordeaux-Nantes en remplacement du passage à niveau, réflexion et étude phonique sur l'avenir de la ligne classique et prise en compte de la ZAC de la Garosse.

DSA organise une soirée débat le 1er avril à 20 heures, salle du Mascaret sur le thème : « La LGV est là, comment vivre avec ?»

Le Sud Ouest du 170311
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 07:12

Action conjointe menée, hier, devant la gare par la Coordination 47 et les élus du collectif Alternative LGV.

Un peu mélange des genres l'action conjointe menée, hier, par la Coordination 47 anti-LGV et les élus du collectif Alternative LGV, devant la gare d'Agen. Car il ne faut pas perdre de vue qu'elle s'est tenue à quelques jours du premier tour des élections cantonales et qu'un candidat aurait pu se glisser dans l'action. À moins que ce ne soit fait exprès.

Hier donc, le coprésident d'Alternative LGV, Bernard Faucon-Lambert, a rappelé qu'il trouvait « scandaleux que l'argent public puisse servir à financer un projet réalisé par des privés ». Il a demandé que « la participation de l'État, soit 22,5 %, soit doublée », car au final elle récupérera la TVA sur les travaux. Il a insisté pour savoir « si les tarifs annoncés sont TTC ou hors taxes », la fameuse TVA. « Et ce n'est pas faute de réclamer ! »

31 candidats sur 190

En parallèle, la Coordination 47 anti-LGV a fait un petit point sur sa demande adressée aux 190 candidats aux cantonales en Lot-et-Garonne. En un mot, elle veut connaître leur position quant au projet LGV, sachant qu'elle milite pour la réhabilitation du tracé actuel.

Un peu plus de 16 % des candidats ont répondu, c'est-à-dire 31 sur 190. Si ceux d'Europe Écologie-Les Verts et du Front de gauche ont fait savoir qu'ils étaient contre le nouveau tracé LGV, ils ont été rejoints par quelques personnes de la majorité départementale. Deux candidats ont répondu qu'ils étaient favorables à une nouvelle ligne. Le mutisme des autres est majoritairement expliqué par leur attente des résultats de l'étude indépendante et comparative qui doivent être connus à la fin de l'année.

Le Sud Ouest du 170311
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 07:56

2011 03 03 journal toulousain cantonales aA 44 ans, Thierry Fourcassier est le candidat UMP sur le canton de Fronton. Ce professeur de physique chimie au collège de Fenouillet, par ailleurs très impliqué dans le dossier de la LGV, et dans des questions d'ordre social, appelle ses concitoyens à aller voter pour un scrutin qui se situe loin des grandes querelles politiques des partis. Lire la suite

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Cantonales 2011
commenter cet article