Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 16:58

2011-09-14-Fete-Departementale 0151« En juin 2012, après l'élection du Président de la République, les Français choisiront leurs députés. Je serai candidat. Dès maintenant, dans un souci de clarté, j'annonce ma décision et j'entre en campagne, sans attendre l'élection  présidentielle. Je propose à nos concitoyens de mettre à leur service mon expérience et mes compétences. A mes côtés,  la dynamique Laurence Arribagé, Conseillère régionale, incarnera, comme suppléante, une nouvelle génération  porteuse d'un regard neuf. Candidat pour notre pays : Des réformes ont été engagées ces dernières années, avec courage  malgré la crise, destinées à préparer l'avenir de notre pays, celles-ci ont un goût d'inachevé. Je souhaite contribuer au  travail législatif qui reste à accomplir en y apportant la touche démocrate et humaniste qui fonde depuis toujours mon  engagement dans la vie publique. Candidat pour Toulouse : Ma candidature est largement motivée par ma volonté  profonde de servir et défendre Toulouse. Alors que la situation de notre ville se dégrade, la voix de Toulouse est  aujourd'hui bien timide à l'Assemblée nationale : je veux lui donner une nouvelle force ! Candidat pour la 3ème  circonscription de la Haute-Garonne : De longue date, je suis attaché à ce territoire. Avec ma famille, j'y vis depuis 20  ans et à deux reprises, j'y ai été élu Conseiller général. Député, je favoriserai les projets des quartiers toulousains et des  communes de l'agglomération ou rurales qui forment cette nouvelle circonscription. »

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 16:54

brigitte barège 36Le second tour des primaires socialistes nous inspire quelques questions :

 

Premièrement, ce n’était pas une innovation : chaque parti connaît l’organisation de primaires, ce fût le cas à plusieurs reprises à l’UMP. Cependant pour la première fois, celles-ci ont été élargies au-delà du parti socialiste, qui évidemment, ne compte pas 2,7 Millions d’adhérents. En cela, cette expérience rejoint le mode d’élections des Etats-Unis, et on peut dire qu’il s’agit d’une véritable révolution du fonctionnement de notre démocratie française.

Doit-on en conclure que c’est l’annonce de la fin des partis politiques ?

 

Deuxièmement, la volonté pour les socialistes d’organiser ces primaires citoyennes démontre que ce parti n’avait pas de leader naturel à la différence de l’UMP.

Effectivement, on peut considérer que les trois principaux candidats, François HOLLANDE, Martine AUBRY, et Ségolène ROYAL sont très semblables, puisqu’ils sont tous énarques, (de la même promotion) et appartiennent à la génération à MITTERAND.

Ainsi en fait, les militants n’avaient le choix qu’entre plusieurs apparatchiks formés dans le même moule. L’élection de l’un d’entre eux démontre, une fois encore, que dans notre pays, à gauche comme à droite, il est très difficile de faire émerger une nouvelle génération d’élus ; Arnaud MONTEBOURG et Manuel VALLS en ont fait les frais. Cela doit-il continuer ?

 

Troisièmement, il conviendra aux sociologues et aux politologues d’analyser quelle a été la part du choix des électeurs au second tour, entre l’homme ou la femme.

Doit-on déduire du résultat qu’il est toujours difficile aux femmes d’accéder au plus haut niveau en politique ?

 

Quatrièmement, le choix final de François HOLLANDE qui a très habilement utilisé le flou démagogique, notamment, lors du dernier débat, l’opposant à une Martine AUBRY, beaucoup plus pragmatique et réaliste, nous démontre encore une fois, le triomphe du politiquement correct, de la langue de bois, au détriment d’une parole vraie et sincère, et surtout réaliste.

Peut-on considérer, qu’encore aujourd’hui, les français ne souhaitent pas entendre un langage de vérité, ce langage de vérité qui a sanctionné Manuel VALLS au premier tour ? Si tel était le cas, ce serait éminemment regrettable pour la démocratie.

A cet égard, on ne peut que déplorer qu’aucune idée novatrice, ni de véritable réponse n’ait été apportée par le candidat François HOLLANDE à la crise.

 

Cinquièmement, encore une fois, on ne peut que constater l’énorme couverture médiatique accordée à ces primaires du parti socialiste, confisquant le débat politique au profit d’une seule tendance politique, ce qui pose tout de même, un véritable problème à l’exercice des libertés publiques par l’absence totale de voix pour porter la contradiction.

On peut par ailleurs, souligner à contrario, que le parti majoritaire au pouvoir a tout mis en œuvre pour faciliter l’organisation matérielle de ces élections, ce qui démontre de sa part une grande tolérance et maturité politique.

 

A présent, va enfin venir le temps du vrai débat avec un candidat socialiste qu’il ne faut pas sous-estimer, mais dont on attend aujourd’hui qu’il se livre davantage sur son projet pour la France jusqu’à présent renvoyé à demain. Il ne peut pas, plus longtemps en effet, reporter la solution des grands problèmes qui se posent à notre pays, à la concertation et à la réflexion.

On espère tout de même qu’il a quelques idées sur le sujet.

 

Brigitte Barèges

Député de Tarn-et-Garonne

Maire de Montauban

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 16:52
Problème d'affichage : cliquez ici.
   
Flash Infos GPSO
Grand Projet Ferroviaire du Sud-Ouest - GPSO - Réseau Ferré de France
Flash Infos
   


Au sommaire :

  • Concertation et consultation du public sur octobre et novembre, vous avez la parole
  • Sortie de la Lettre d'information GPSO N°11 (septembre 2011)
  • Les nouvelles publications de la rentrée
  • Une visite sur la LGV Rhin-Rhône pour les communes concernées par les ouvrages d'art
  • La campagne de communication de RFF

 

trait

Concertation et consultation du public sur octobre et novembre, vous avez la parole

Du 10 au 29 octobre, 4ème temps de la consultation du public sur le tracé et ses mesures d'insertion dans le territoire dans les départements 31, 33, 40, 47 et 82. Retrouvez les cartes, disponibles en ligne ou sur les 168 points de consultation (un cahier par département) qui ont accepté le dispositif, sur lesquelles vous pourrez voir les propositions de mesures d'insertion du tracé : construction d'ouvrages d'art, rétablissements des circulations, protections acoustiques et visuelles, etc. Pour le département 64, la consultation du public aura lieu du 21 novembre au 3 décembre.

Du 10 octobre au 5 novembre, concertation publique sur les 11 gares et haltes inscrits au programme du GPSO : Agen, Montauban, Mont-de-Marsan, Dax, Bayonne, 2 haltes SRGV à Saint-Geours-de-Maremne et à Captieux/Escaudes et les 4 gares/haltes Ter Aquitaine en sortie de Bordeaux. Consultez les brochures d'information en ligne ou sur les 29 points de concertation (mairies et intercommunalités concernées qui ont accepté le dispositif, liste sur www.gpso.fr).

 

Ouverture dans une nouvelle fenêtre

 

RECTIFICATIF sur les points de concertation annoncés dans la Lettre d'information :

  • à Montauban, les points d'accueil sont à la Préfecture du Tarn-et-Garonne, à la Direction Départementale des Territoires du Tarn-et-Garonne et en gare de Montauban (hall voyageurs),
  • à Agen, les points d'accueil sont également à la Préfecture du Lot-et-Garonne, à la Direction Départementale des Territoires du Lot-et-Garonne.
 trait

La Lettre d'information n°11 (septembre 2011) est arrivée

Ouverture dans une nouvelle fenêtre

avec les dernières informations de la rentrée : la concertation/consultation du public mais aussi les projets de territoire qui pourraient être favorisés, facilités et stimulés par la réalisation du GPSO, la contribution du GPSO à la semaine de la mobilité...

-> Téléchargez la Lettre d’information n°11

 
 
 trait

Les nouvelles publications de la rentrée

2 fiches thématiques sur les trafics voyageurs et fret 
Ouverture dans une nouvelle fenêtre Ouverture dans une nouvelle fenêtre

-> Téléchargez les 2 fiches Trafic voyageurs et Trafic fret.
-> Téléchargez également les deux rapports du CGEDD, parus sur le site du Ministère de l'Ecologie pour en savoir plus.

REPERES, ou l'essentiel qu'il faut retenir sur les deux lignes Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne
Ouverture dans une nouvelle fenêtre Ouverture dans une nouvelle fenêtre
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 06:21

TGV_976.jpgJusqu'au 5 novembre, Réseau Ferré de France lance le 4e volet de la concertation concernant le tracé de la ligne à grande vitesse (LGV) et des gares qui vont avec.

Pour mieux insister sur son absence, Claude Semin, porte parole de la Coordination 47 des anti-LGV, en donne la définition. « Concertation ? Action de préparer en commun l'exécution d'un dessein. La définition nous semble éloignée ce qui se passe dans la réalité. A lire Réseau Ferré de France dans son dernier bulletin, tout est décidé. Étonnant puisque RFF n'est que maître d'œuvre, le maître d'ouvrage ce sont l'État et les collectivités, ce sont elles qui décident et qui paient. »

Le tracé définitif doit être connu avant la fin dupremier trimestre 2012. Jusqu'au 5 novembre, RFF soumet ses propositions d'insertion du tracé entre Bordeaux et Toulouse lors de la 4e et dernière consultation dans les départements situés sur le parcours virtuel, mais aussi sur les projets de construction ou d'aménagement des gares, dont celle d'Agen, sur la rive gauche à Brax- Roquefort. Et Claude Semin de dénoncer ce qui baptise la vraie fausse concertation. « Toute objection qui n'est pas dans la lignée de ce que RFF veut n'est même pas écoutée. » Avec d'autres mots, Semin et une délégation de la Coordination 47 et des voisins du Tarn-et-Garonne veulent le dire en milieu de semaine prochaine à Thierry Mariani, secrétaire d'État aux transports, à Paris. Ce rendez-vous suit celui obtenu avec Nathalie Kosciusko-Morizet pendant l'été. Pour l'un comme pour l'autre des entretiens, le motif est le même. « La ministre et les élus d'ici doivent décider avant le lancement de la déclaration d'utilité publique. Kosciusko-Morizet a répété que si les élus locaux ne veulent pas de la LGV, ils ne l'auront pas. » L'enquête publique n'est pas attendue avant 2014.

Claude Semin et ses pairs de la Coordination 47 rappellent leurs évidences. « Notre estimation initiale de 6 à 7 milliards se confirme malgré le voile pudique posé sur ces chiffres par RFF. On nous annonce deux millions de voyageurs pour la moitié (1,2 million, NDLR.) en gare d'Agen. Les vraies estimations basées sur la fréquentation actuelle attestent qu'un arrêt à Agen n'est pas justifié. Alors, on gonfle les chiffres, à moins que RFF ne nous annonce un baby-boom. » L'autre cheval de bataille des opposants est l'absence de retombées économiques pour l'Agenais. Ils brandissent des études, dont la dernière en date en juillet dernier, demandée par l'ancien ministre de l'Écologie Borloo.

http://www.gpso.fr pour les mairies concernées par la consultation.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 17:58

TGV_978.jpgEntre 300 et 500 personnes, selon la gendarmerie et les organisateurs, ont manifesté dimanche à Ustaritz (Pyrénées-Atlantiques) pour protester contre un projet de tracé de la future ligne à grande vitesse (LGV) au Pays basque.

Escortés par une trentaine de tracteurs, les manifestants sont partis à 09H30 en deux cortèges, l'un de Villefranque, l'autre d'Ustarritz, pour se rejoindre vers midi dans un quartier de cette dernière commune.

Soutenus par le Collectif d'associations pour la défense de l'environnement (CADE), ils contestent l'hypothèse d'une nouvelle ligne à grande vitesse qui doit passer dans quatre communes des Pyrénées-Atlantiques (Ustaritz, Villefranque, Bassussary et Arcangues) et plaident en faveur d'un aménagement des voies existantes.

"La LGV s'adresse à 9% des voyageurs ferroviaires, à une élite. Nous sommes à un instant crucial. Nos adversaires ont reconnu que les lignes existantes ne seront saturées qu'en 2030-2035 et parallèlement, ils avancent sur le tracé d'une nouvelle ligne", a déclaré Victor Pachon, coordinateur du CADE.

La consultation du public pour les LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne via le Pays basque, du Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO), est lancée depuis le 10 octobre dans cinq départements (Haute-garonne, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Tarn-et-Garonne).

Dans les Pyrénées-Atlantiques, la consultation du public commence le 21 novembre. Un décalage consécutif à la fronde de nombreux élus basques favorables au réaménagement des voies existantes et qui ont obtenu du gouvernement la poursuite des études dans l'attente des conclusions d'un observatoire sur les prévisions des trafics transfrontaliers.

Jean-Louis Laduche, maire (DVD) d'Ascain, présent à la manifestation a expliqué que les élus des trois communautés de communes concernés par ce nouveau tracé avaient décidé de ne plus aller aux réunions de concertation en sous-préfecture, estimant "ne pas être écoutés".

La LGV doit irriguer le Sud-Ouest de la France (Tours-Bordeaux en 2016, puis Bordeaux-Toulouse et Bordeaux Espagne en 2018-2020).

Les Echos
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 16:48

Chers amis,

 

Nous avons le plaisir de vous présenter le troisième numéro de « 3 minutes pour Toulouse », initiative conjointe de Toulouse Avenir et du Groupe d’Opposition municipale Toulouse pour Tous.

Comme vous le savez, il s’agit d’un éditorial vidéo mensuel, sur un thème municipal précis, qui s’accompagne d’un argumentaire papier. Le but de ces deux supports est de vous fournir une argumentation claire afin de relayer nos positions auprès de votre entourage.

 

En ce mois d’octobre, nous avons décidé de vous parler de trois grands projets qui viennent d’être inaugurés : JOB, le Grand Hôtel et la piscine-patinoire des Argoulets.

Cliquez ici pour voir cette vidéo :http://dai.ly/qb3TQ3

Quant à l'argu-flash, retrouvez-le sur format PDF imprimable en cliquant ici.

 

Nous comptons bien évidemment sur vous, forces vives de Toulouse Avenir, pour relayer au maximum la vidéo sur internet, pour une diffusion optimale auprès des Toulousaines et des Toulousains, mais aussi pour défendre notre position autour de vous grâce aux éléments de l’argu-flash.

 

Nous vous remercions et vous souhaitons un bon visionnage de l’édito vidéo et une bonne lecture de l’argu-flash.

 

A bientôt !

 

Émilion ESNAULT et l’équipe communication de Toulouse Avenir

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Toulouse pour Tous
commenter cet article
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 16:45

jean françois copé-copie-1Nous voilà arrivés au clap de fin de la primaire socialiste qui aura monopolisé le paysage médiatique bien trop longtemps par rapport aux propositions qu’elle aura fait émerger. Alors qu’au cours des trois débats de premier tour, les candidats ont passé leur temps à chercher à nouer des alliances, le dernier tête-à-tête entre les finalistes François Hollande et Martine Aubry s’est caractérisé par son côté abstrait, décalé et faussement technique.

En regardant ce débat, c’est surtout aux Français que j’ai pensé. Comment ne pouvaient-ils pas se sentir frustrés ? Eux qui s’attendaient à avoir les réponses concrètes pour l’avenir de notre pays, ils n’auront pas entendu un mot ni sur l’emploi, ni sur l’immigration, ni sur les réformes, ni sur la sécurité, ni sur l’agriculture, ni sur la ruralité, ni sur la défense, ni sur l’énergie, ni sur l’international. A aucun moment les candidats n’ont dit comment ils voyaient la France de demain, quelle était leur ambition et leur vision pour notre pays.

Rien d’étonnant que Martine Aubry et François Hollande aient eu du mal à se concentrer sur les préoccupations des Français quand leur seul objectif était clairement de séduire Arnaud Montebourg et ses 17% d’électeurs. Durant tout ce débat, ils n’ont pas économisé leur énergie pour montrer à quel point l’un était plus socialiste que l’autre. Gauche dure, gauche molle, gauche forte, gauche solide, gauche sectaire : tous les qualificatifs y sont passés pour espérer incarner une gauche qui plairait aux tenants de la démondialisation. Mais jamais nous n’avons eu de gauche responsable et crédible !

Et c’est la « gauche molle » de François Hollande qui a finalement réussi à rallier Arnaud Montebourg plutôt que la « gauche sectaire » de Martine Aubry. On voit combien l’opportunisme ici a pesé plus fort que toute autre considération. Arnaud Montebourg n’avait pas de mots assez forts pour dénoncer François Hollande, qu’il qualifiait de « principal défaut du PS », et François Hollande clamait haut et fort : « on ne va pas faire la démondialisation tout seul » en septembre dernier… Et pourtant les voilà qui s’allient !

L’épisode des primaires quasi achevé, il est temps pour nous de reprendre l’initiative : d’abord en plaçant le candidat socialiste face à ses contradictions, ensuite en disant aux Français qu’il existe une autre voie que le gigantesque malentendu qu’est en train de construire le PS. Notre pays peut emprunter un autre chemin que celui des impôts, de la dette, de l’assistanat et du dirigisme qui ont tristement marqué les années Mitterrand.

L’UMP propose donc deux rendez-vous aux Français : le premier sera notre convention « Le projet socialiste à la loupe : Le grand malentendu » du 18 octobre où nous allons décortiquer les propositions du PS pour montrer leur caractère irresponsable et irréalisable. Le second aura lieu début décembre quand nous exposerons notre projet pour le prochain quinquennat, un projet réaliste, responsable et adapté aux préoccupations des Français. C’est en travaillant sur le fond, avec courage et lucidité, que nous ferons la différence avec le PS.

UMP

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 16:41

Ump logoChère amie, cher ami,

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la fédération de Haute-Garonne est enfin dotée d'un nouveau site internet moderne et efficace. Vous pouvez le consulter à l'adresse habituelle : www.ump31.fr

Ce nouvel outil complète la plate forme internet mise en place depuis quelques semaines. Ainsi nous vous invitons à rejoindre l'UMP 31 sur les réseaux sociaux et à partager cela auprès de vos amis :



Les jeunes de l'UMP sont également très présents sur la toile :


Aujourd'hui notre mobilisation sur internet est indispensable, nous devons être très actifs sur ce terrain là afin de ne pas laisser le champ libre à la gauche !


Nous comptons sur vous !

Pour toute question ou interrogation n'hésitez pas à nous contacter.

Jean-Luc Moudenc, Président du comité départemental
Laurence Arribagé, chargée de mission départementale

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 06:48

cope-05.jpgJean-François Copé et une quinzaine de ministres étaient dès hier soir à Saint-Cyr-sur-Loire. Aujourd'hui, Fillon et Barroso en plat de résistance.

Sarko ? Il représente un espoir. On a notre avenir devant nous, une famille à fonder et nous, nous sommes unis derrière notre candidat, s'enflamme Baptiste Dubouchard, en fac de droit, militant de l'Uni, la droite universitaire, fier d'avoir repris du pouvoir sur Twitter face à une gauche envahissante, car la politique, cela se joue aussi et surtout sur les réseaux sociaux avec les jeunes. La présidentielle, on y est déjà, et pas qu'à gauche !

Le ton est donné ce jeudi soir à l'entrée des Journées parlementaires UMP à Saint-Cyr-sur-Loire alors que ministres et parlementaires débarquent à l'Escale et dans le gymnase voisin. Xavier Bertrand, le premier, salue les militants. Le député angevin Jean-Charles Taugourdeau commente : « C'est un moment fondateur, un tour de chauffe pour accorder nos violons ». Le pack UMP repousse celui des caméras et micros pour accéder jusqu'à la scène, Jean-François Copé en tête, épaulé par Valérie Pécresse, le Marseillais Jean-Claude Gaudin, Michèle Alliot-Marie. Roselyne Bachelot arrivera un peu plus tard sur la moquette bleue.

Philippe Briand accueille ses hôtes avec ses accents à la Belmondo, dans son style habituel. Il évoque la « terre de Touraine » et Michel Debré qui disait : « Ce qui a marqué ma carrière ? L'honneur d'être un militant ! » Il se moque des « deux impétrants » du PS, « la douce Martine Aubry et le relooké François Hollande ». A ce jeu de chamboule-tout, il amuse toujours la galerie. Jean-Claude Gaudin, Christian Jacob et Jean-François Copé prennent le relais. L'UMP est bien en marche pour 2012.

La nuit tombe vite. Ministres et parlementaires vont dîner à Saint-Antoine-du-Rocher, et gagner leurs hôtels, 550 chambres réparties dans dix établissements de l'agglomération. Ce matin, deux ateliers sur l'Europe et François Fillon - avec José Manuel Barroso, l'Européen - auront l'honneur de conclure.

 

 

échos

Ami de 30 ans. Confidence de Philippe Briand à la NR, à propos du président et de la naissance annoncée à l'Élysée : « La politique, c'est aussi de l'humain, une grande histoire d'amitié. Nicolas Sarkozy ne peut pas être présent aux Journées parlementaires, indépendance des pouvoirs oblige, mais on a vécu ensemble trente ans, c'est un ami. Et s'il est papa avant la fin de cette semaine, on sera content pour lui et on partagera son bonheur ici, à Saint-Cyr. »
Émotion. « Tu es pour nous indispensable et irremplaçable ! » lançait hier soir de la tribune Jean-François Copé à l'adresse de Philippe Briand, après le discours de ce dernier. Ovation dans la salle. Moment d'émotion, car le « patron » de l'UMP évoquait le décès récent de Catherine Briand, l'épouse du député-maire, et ses obsèques où il était présent et entouré de plusieurs ministres à l'église Saint-Pie X. Philippe Briand n'a pu cacher son trouble.
Fabrice Boigard. Le même Jean-François Copé a salué le secrétaire départemental de l'UMP, « méthodique et organisé. Il nous en faudrait comme cela dans toute la France ! » Et d'Hervé Novelli, toujours à la tribune, son adjoint à l'UMP, il dit : « Sans toi, je ne sais pas comment je ferais ! »

La Nouvelle République
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 06:20

TGV_975.jpgLe fuseau de la future LGV se dessine, engendrant les craintes des propriétaires mais aussi des acheteurs.

«Je ne dramatise pas, mais c'est affreux. » Joseph Bonotto, membre de la Coordination anti-LGV s'attend au pire « quand les gens concernés auront réalisé ». Pour lui, ceux qui habitent dans le fuseau définitif « auront tout perdu », les autres, au-delà de cette limite sujette à tant de tractations, « n'auront plus que leurs yeux pour pleurer et auront tout perdu, sauf le droit d'habiter leur maison… » Dans le premier cas, en effet, l'expropriation, suivie d'un dédommagement financier, est l'unique solution. À ce jour, et depuis quelques temps déjà, les biens sont invendables, leur valeur gelée. Dans le second, c'est l'expectative. Que deviendra en effet celle d'une maison d'habitation située à quelques dizaines, voire centaines de mètres de la future ligne…

Nuisances

« Certains ont des produits presque invendables, reconnaît Alain Vigouroux, agent immobilier agenais. Pour les propriétaires qui possèdent un bien dans les communes traversées, c'est un vrai problème, même si c'est à double tranchant. Les plus mal situés perdront de la valeur. En revanche, le second échangeur autoroutier, la gare LGV et la voie de raccordement avec celle d'Agen risquent de créer des secteurs intéressants… » L'ouest de l'Agenais, partie la plus urbanisée concernée par le tracé dans le département, va vivre de profondes mutations dans les années à venir. Certains s'y préparent déjà. Ou se renseignent. Pour l'heure, le professionnel agenais n'a été confronté qu'une fois à ce cas de figure : un couple ayant effectué une offre d'achat se rétractant finalement après avoir pris consciences des risques de nuisances encourus…

« Tout le monde est très attentif à l'évolution du dossier, évoque Jean Ferrando, président de l'Union nationale de la propriété immobilière (Unpi 47). Les vendeurs sont contraints à un attentisme forcé et les acheteurs à la plus grande prudence. » En tant qu'association de défense des propriétaires, l'Unpi entend « les aider au moment opportun. Même à 200 ou 300 mètres de la ligne, ils peuvent être dans une zone de fortes nuisances auditives ou victimes de toutes les déviations de voiries routières que l'on ne connaît pas encore ou de ponts et de tunnels qui peuvent avoir des incidences lourdes… »

La question d'un éventuel pont, Jean Dreuil, maire de Sérignac-sur-Garonne, se la pose. « Il risque d'y avoir un viaduc de 200 mètres au niveau de Pomaret, de la Porte d'Aquitaine. Ce serait affreux. On le verrait du centre du village… » L'élu, qui se « pose de plus en plus de question sur cette LGV », plaide donc en faveur d'un tunnel, plus discret. Pour autant, d'après les données dont il dispose, le tracé devrait épargner le bourg. Dans sa commune, la question des terres agricoles, liée à la ligne et à la future ZAC de Sainte-Colombe-en-Bruilhois, est bien plus prégnante.

Spéculation

Comme son homologue Michel Bernines, il n'a pas eu à répondre à des questions de particuliers, qu'ils soient acheteurs ou vendeurs potentiels. Le maire de Brax, en revanche, a reçu la visite de professionnels de l'immobilier « venus poser des questions sur la classification des terres dans le futur Plan d'occupation des sols ». Sa commune, censée accueillir la nouvelle gare suscite « un intérêt certain ».

Responsable du service immobilier au sein de l'étude de Me Aleaume, vice-président de l'ordre des notaires du Lot-et-Garonne et du Lot, Christelle Levier constate une pause depuis quelques mois : « Pendant un an, et jusqu'au printemps dernier, il y a eu beaucoup de mises en vente de maisons neuves sur Brax et Roquefort. Et ceux qui ont vendu ont dû baisser leur prix… » Jean-Marc Gilly, maire d'Estillac, n'est pas optimiste. Il s'attend à une bataille rangée : « Le tracé n'arrête pas de bouger. Ça fait peur aux gens, qui essayent de vendre. Mais ils n'y arriveront pas… La spéculation a commencé, doucement. J'ai été approché pour des terrains constructibles… Et encore, nous sommes en période de crise, il y a moins d'investisseurs. Si ce n'était pas le cas, ça exploserait. Quand le ministre annoncera sa décision, en février apparemment, là, ça va s'affoler. »

Le Sud Ouest
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article