Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 16:59

Sarkozy 05Le président de la République se rendra à Toulouse (Haute-Garonne), mardi 22 novembre 2011, au Centre National d'Études Spatiales (CNES), qui fête cette année son 50ème anniversaire.

Le chef de l'État effectuera tout d'abord une visite des installations du Centre, au cours de laquelle les principaux programmes spatiaux en cours de mise en œuvre ou de développement lui seront présentés par les ingénieurs du CNES et les partenaires industriels de l'établissement.

Devant les salariés du CNES et les acteurs de la filière aérospatiale, le président de la République prononcera ensuite un discours sur l'aventure spatiale française et européenne et soulignera les enjeux qui s'attachent à ce secteur stratégique dans le contexte actuel.

Le chef de l'État sera accompagné de M. Laurent WAUQUIEZ, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

 

PROGRAMME

11h30

Visite du Centre National d'Études Spatiales

12h20

Discours

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 12:49

Pour la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, il est nécessaire de "dire aux femmes qu'il faut oser parler" des violences qu'elles subissent. On estime qu'à l'heure actuelle, seulement "20% des violences" sont signalées. Alors "qu'une femme sur dix sera victime de violences dans sa vie", une nouvelle campagne est lancée.

Femmes battues : un numéro pour sortir du silence, le 3919
L'an dernier, la lutte contre la violence faite aux femmes avait été décrétée grande cause nationale. Ce qui a sûrement libéré la parole... mais à écouter les associations, certains tabous restent tenaces. D'où l'importance de la publicité à faire encore autour de ce numéro d'écoute : le 3919.
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans France
commenter cet article
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 11:02

jean françois copé-copie-1Garantir notre indépendance, c’est la meilleure protection face aux dangers de la mondialisation. Garantir notre indépendance, c’est notre chemin dans le 21ème siècle pour continuer à occuper notre place d’exception dans le monde et préserver l’avenir de nos enfants. Ce sera l’un des axes forts du projet de l’UMP pour 2012. Cette indépendance se décline en 4 piliers essentiels : financier, militaire, agro-alimentaire et énergétique.

Face à la crise des dettes souveraines, si nous voulons préserver notre indépendance financière, nous devons réduire nos dépenses et notre dette. Quand on doit emprunter, on doit de l’argent et on perd une partie de son indépendance. Les propositions de la gauche d’augmenter encore la dépense publique (255 milliards de dépenses nouvelles dans le programme du PS) sont à cet égard irresponsables. Elles ne feront que creuser la dette et donc accentuer le pouvoir des prêteurs et par ricochet des agences de notation sur notre pays. C’est pour cela que le prochain quinquennat doit être celui de la vertu budgétaire. Cela implique de baisser les dépenses inutiles, par exemple en fusionnant régions et départements, et en luttant contre la fraude.

Que la France fasse partie du club des 5 puissances membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU n’est pas un hasard, c’est le signe de notre indépendance et de notre puissance militaire. Les interventions françaises en Côte d’Ivoire, en Libye, montrent qu’un pays moderne ne peut pas prétendre à la grandeur et à la souveraineté sans une armée forte capable de défendre ses valeurs et intérêts dans le monde.

Le monde devra augmenter de 70% la production agricole d’ici 2050 pour nourrir 9 milliards d’habitants. Les Etats qui disposeront d’une indépendance alimentaire, comme la France aujourd’hui, disposeront d’un avantage immense. La France est la 1ère puissance agricole de l’Union européenne (18% de la production UE), soutenue par une industrie agro-alimentaire d’excellence qui ne contribue pas à la désindustrialisation de notre pays. A l’UMP, nous prenons l’engagement d’investir massivement pour accentuer notre position de leader agricole mondiale et de défendre la PAC afin d’assurer notre indépendance et notre sécurité alimentaire.

Indépendance énergétique enfin. Alors que la demande énergétique va croître de 30-40% dans le monde en 20 ans, c’est une folie de vouloir abandonner le nucléaire, la seule énergie qui nous permet d’atteindre un taux d’indépendance énergétique de 50%. Nous n’avons pas aujourd’hui les capacités de compenser une sortie du nucléaire par de l’éolien ou du solaire. Sortir du nucléaire, c’est donc nous placer demain dans les mains des producteurs de ressources énergétiques (pétrole saoudien ou gaz russe) et des spéculateurs. Le marchandage entre le PS et les Verts qui consiste à échanger des sièges de députés contre des fermetures de réacteurs est totalement irresponsable et conduira notamment à un gigantesque plan social et à une augmentation de 50% de la facture d’électricité des Français.

Pour 2012, l’UMP sera au rendez-vous de l’indépendance de la France.

UMP

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 08:13

TGV 150Entre H 222, le tracé de RFF, et le H 226, qu'il préconise, le cœur du député-maire d'Agen Jean Dionis ne balance déjà plus et il l'a fait savoir lors d'une réunion du comité de pilotage LGVà Toulouse hier, brandissant devant les préfets des deux régions concernées par la ligne à grande vitesse une dizaine de pages d'arguments juridiques visant à démontrer que la traversée de la LGV telle que prévue par Réseau ferré de France dans l'agglomération agenaise est pour lui un non-sens.

Le H 222 prévoit un double franchissement de la Garonne à Boé, « ce sera générateur de nuisances sonores amplifiées par le fleuve » note le maire d'Agen. « Il impacte directement la Garonne avec deux viaducs qui dégradent lourdement le paysage, ce tracé méprise aussi la protection Natura 2 000 ce qui peut engendrer une insécurité juridique du projet ».

Et Dionis de fournir aussi la liste des espèces protégées, de la mésange nonette, du petit murin ou l'azuré du Serpolet. Il passe aussi en revue la loi sur l'eau, la réserve naturelle de la frayère d'aloses dans une série d'éléments jugés opposables, à faire valoir peut-être devant les juridictions compétentes si comme cela est pressenti, les propositions de RFF sont validées au début de l'année prochaine.

Le H 226 a toutes ses faveurs. Un tunnel sur deux kms pour un coût de 80 millions d'€ «à relativiser part l'effet de consolidation » des investissements entre Sérignac et Caudecoste « où RFF doit effectuer une économie de trois cents millions d'€

[…] » en raison du « choix courageux » des élus de la communauté d'agglomération d'Agen de localiser la future gare TGV rive gauche de la Garonne. Jean Dionis n'oublie pas Layrac, qui sera par le choix même de la CAA, directement concernée par l'impact visuel de la traversée des lignes. Dionis avance d'un pas vers le maître d'ouvrage RFF pour «étudier avec RFF, notamment par des options fortes d'intégration sur site, le dossier technique de l'ouvrage » dans la traversée de cette commune. Pas de surprise donc, « la communauté d'agglomération d'Agen rejette avec la plus grande fermeté et une totale détermination » le tracé de RFF.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 14:25
TGV_1039.jpgLes jeunes agriculteurs manifestent à Muret pour dénoncer un grignotage progressif des terres agricoles.

Les jeunes agriculteurs ont manifesté vendredi matin à Muret (31) pour dénoncer un urbanisme mal maîtrisé qui grignote peu à peu les champs et sensibiliser élus et grand public aux conséquences de la disparition des terres agricoles sur l'alimentation locale.

Ils ont symboliquement semé du blé dans un champ de la ville car "on leur enlève le pain de la bouche".

Ils viendront le récolter après les élections présidentielles et feront don de leur récolte à une association caritative.

Chaque année, 1500 hectares de terres agricoles disparaissent en Haute-Garonne mais toute la France est concernée par cette érosion.

L'action de vendredi s'inscrit dans le cadre de la Semaine de la préservation du foncier agricole organisée au niveau national par les Jeunes Agriculteurs.

France3 Midi Pyrénées
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 14:17

TGV_1038.jpg"Suite aux tranchées qui ont été réalisées systématiquement sur le tracé de la future LGV, le préfet de région a décidé des fouilles sur les lieux qui présentent un intérêt scientifique majeur. Dans la commune de Blanzac, deux sites donnent lieu à des recherches», précise Sébastien Joly, coordinateur des fouilles archéologiques sur le projet Tours-Bordeaux. À l'entrée du bourg, le long de la route de Villebois-Lavalette, des cabanes de chantier ont été installées et une pelleteuse est au travail sur une parcelle de 22.000 m2. Claire Mitton dirige le chantier effectué pour le compte du groupement Liséa, concessionnaire des travaux. À cet endroit, les recherches archéologiques concernant des constructions du Haut Moyen Âge devraient durer jusqu'au mois de février. «Il s'agit pour le moment d'un décapage qui précède le travail proprement scientifique.» «Pour l'autre site, il s'agit d'un espace plus restreint de 7.000 m2. Les fouilles, conduites par l'Inrap [Institut national de recherches archéologiques préventives], ne commenceront qu'au mois de janvier. Il s'agit de recherches concernant la période néolithique-protohistoire et c'est un lieu sur lequel s'est déroulée une extraction à ciel ouvert.» Les deux endroits livreront des renseignements précieux concernant le passé du Blanzacais et donneront lieu à des présentations au public.

La Charente Libre

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 14:07

TGV_1037.jpgRéuni mercredi soir dernier, le conseil municipal s'est longuement penché sur une modification du plan de la future zone d'activité qui doit être implantée dans la commune. Elle est destinée à y installer, à la demande de Coséa, le groupement d'entreprises chargé de piloter les travaux de la ligne à grande vitesse (LGV), une base chantier LGV pour une durée de trois ans. Une modification du PLU (plan local d'urbanisme) est nécessaire pour que ces terrains aient une vocation économique par la suite. Les élus ont délibéré favorablement moyennant plusieurs conditions. Coséa devra prendre en charge les frais qui seront engagés pour cette modification. La communauté de communes (CDC) s'est décidée à ne pas attendre la fin de l'occupation des lieux par Coséa pour engager les études d'aménagement de la zone, rechercher des entreprises et pour rétrocéder les terrains à un prix attractif ne dépassant pas les coûts engagés. Cette implantation devrait amener une soixantaine de permanents en activité à Brossac pour deux ans et demi et des aménagements définitifs pour une future zone d'activité artisanale. Le maire a aussi présenté les derniers plans précis de la traversée de la commune par la LGV et les divers raccordements de voirie.

n Taxe d'aménagement. Le conseil municipal décide d'instituer dans la commune au taux de 1% la nouvelle taxe d'aménagement destinée à remplacer à partir du 1er mars prochain la taxe locale d'équipement et la participation pour aménagement d'ensemble qui étaient au même taux. La délibération est valable pour trois ans mais il est possible de modifier chaque année le taux.

 

La commune aura

son columbarium

 

n Plaque signalétique. La commune participera au financement de la plaque signalétique patrimoniale qui valorise l'église Notre-Dame pour un montant de 157,20 euros. Une participation qui s'inscrit au sein d'une charte établie entre le pays Sud-Charente, l'association Via Patrimoine et la commune.

n Chaufferie bois. Le conseil municipal (9 voix pour et 5 abstentions) accepte de payer une facture de réparation de la chaudière à la société CEL qui fait un geste commercial et la rabaisse à 1.815 euros. Cette décision débloque une situation où CEL n'effectuait plus les réglages.

n Columbarium. Le conseil municipal retient après appel d'offres l'entreprise Montigaud de Chalais pour édifier un columbarium de cinq cases au cimetière. Coût total: 2.665 euros hors taxes.

n Voirie. Éligible au FDAC en 2012, le programme voirie voit le choix se porter sur la réfection urgente de plusieurs chemins, notamment au «Bois de la Moinerie», «Chez-Chapus», à «Basse-Roche» et «Chez-Jean-Bouchet» pour un montant de 36.493 euros.

 

La Charente Libre
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 08:27

TGV_1036.jpgLe Département dit oui au tracé de la LGV mais pose ses conditions à RFF.

C'est dans ces fuseaux de 1 000 mètres de large que le tracé définitif a pris place. Il sera officiellement arrêté début 2012.

Pas de surprise : le Conseil général de la Gironde donnera un avis favorable au tracé proposé par Réseau Ferré de France pour les LGV Bordeaux-Hendaye et Bordeaux-Toulouse (Grand Projet Ferroviaire du Sud-Ouest).

Au risque de décevoir certains riverains, notamment dans le vignoble des Graves. Impossible de faire autrement selon les élus. « Il n'y a pas plus rigide qu'un tracé de LGV, on ne peut pas lui faire prendre les virages que l'on veut », souligne Gilles Savary, l'expert transport au Conseil général. « Le tracé proposé est celui qui fera le moins de dégâts. Ne nous voilons pas la face. Si le tracé ne traversait pas les Graves, il traverserait le Sauternais et là ce serait encore plus catastrophique. »

Des exigences

Le Conseil général dit oui au tracé mais ne signe pas pour autant un chèque en blanc à RFF. Lors d'une réunion qui s'est tenue hier matin à l'hôtel du Département, en présence des représentants de Réseau Ferré de France, les élus ont fait part de souhaits et de réserves et tous feront l'objet d'un vote le 28 novembre prochain.

Le Conseil général ne souhaite rien laisser passer. Le rétablissement des routes, par exemple. Vingt-deux routes départementales vont être touchées ainsi que l'itinéraire grand gabarit du Sud-Gironde. Le Conseil général veut que tous les axes soient rétablis et annonce d'ores et déjà qu'il refusera de prendre en charge l'entretien des ouvrages. Juste le macadam…

Pour le respect des sites, le Conseil général s'annonce intransigeant. Il demande ainsi à RFF de porter une attention tout à fait particulière aux abords des cours d'eau, notamment le Ciron à Bernos-Beaulac. Tous les arbres détruits devront être aussi replantés mais pas n'importe où. Le Département propose à RFF de réaliser ce reboisement dans les forêts durement touchées par la tempête ; et pour compenser les vignes détruites, que RFF pourrait financer des actions pour soutenir la filière viticole.

Pas question non plus de laisser partir à l'abandon les 300 hectares pris au piège du triangle ferroviaire formé par le croisement des lignes au nord de Captieux. Il suggère ici le lancement d'une étude pour la valorisation du site après les travaux.

Priorité aux riverains

Le Conseil général souhaite que les riverains touchés soient le moins pénalisés. Les habitants tout d'abord. Les conseillers généraux demandent à ce que les acquisitions foncières se réalisent au plus vite afin que les propriétaires bénéficient des meilleurs prix et puissent reconstruire leur vie ailleurs. Pour les communes ensuite. Il espère que le fonds de solidarité mis en place à l'occasion de la LGV Bordeaux-Tours jouera ici à fond. Avant une vraie contribution économique territoriale peut-être un jour, soit une redevance équivalente à celle attribuée aux communes qui supportent une autoroute ou des lignes à haute tension. Des parlementaires l'ont réclamé au niveau national.

Enfin, toujours à titre de compensation, le Département veut que RFF soutienne de façon plus marquée les projets économiques qui pourraient naître du passage de la LGV. Comme celui qui prend corps autour de la future gare du service régional à grande vitesse de Captieux, un dossier cher au conseiller général Jean-Luc Gleyze. À 25 minutes de Bordeaux, Captieux va quasiment devenir une commune suburbaine. Pour franchir ce cap, la commune a besoin d'un soutien total.

Le Sud Ouest
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 07:40

jean françois copé-copie-1Chers amis,

Tandis que notre pays traverse une crise d'une exceptionnelle gravité qui concentre tous les efforts de Nicolas Sarkozy et de notre majorité, le PS et les Verts sont tout entier focalisés sur la négociation d'accords politiciens dignes des tractations de couloirs de la IVème République.

Ce décalage entre les préoccupations des Français et l'agenda des socialistes prêterait quasiment à sourire si l'accord final signé en le PS et les Verts mardi 15 novembre ne conduisait pas à des répercussions extrêmement graves pour le quotidien de nos concitoyens.

Le PS et les Verts veulent en effet fermer 24 réacteurs nucléaires. Cela risque de faire augmenter la facture d'électricité de 50%, de préparer un gigantesque plan social et de fragiliser l'une de nos industries d'excellence, tout en contribuant à l'accélération du réchauffement climatique et à la diminution de notre indépendance énergétique.

Je vous invite à découvrir un argumentaire qui détaille toutes les conséquences désastreuses qu'entrainerait l'application de cet accord.

Jamais dans l'Histoire de la Vème République, le nucléaire, socle de notre politique énergétique, n'avait été remis en cause, ni par la droite, ni par la gauche. Il aura fallu attendre François Hollande pour que, sur ce point, l'intérêt général soit sacrifié sur l'autel des petits arrangements électoraux.

Je compte sur vous pour diffuser cet argumentaire et expliquer autour de vous les tenants et les aboutissants des marchandages entre le PS et les verts.

Bien fidèlement,

Jean-François COPÉ

Téléchargez cet argumentaire

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 07:24

Ump logoChère Amie, Cher Ami,

Nous vous informons de l'organisation d'un concert par la brigade parachutiste de Toulouse au profit des blessés de l'Armée de Terre, en la Cathédrale Saint-Etienne de Toulouse, le jeudi 15 décembre 2011 à 20 h 30.

Cette représentation permettra de rendre hommage à notre armée et à nos soldats qui payent parfois un prix très lourd pour défendre nos libertés partout dans le monde.


Vous trouverez en pièce jointe le détail de cette soirée.


Bien cordialement,

Laurence Arribagé

Jean-Luc Moudenc

 

 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article