Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 16:32

moudenc-89.jpgLe député UMP et candidat à la mairie de Toulouse se donne "moins de deux mois" pour former son équipe et lancer sa campagne électorale. Lors de sa conférence de rentrée ce mardi, Jean-Luc Moudenc, "serein et déterminé", a par ailleurs qualifié Christine de Veyrac d’ "auxiliaire de Pierre Cohen". Il s’est également exprimé sur la Syrie : le député est opposé à une intervention militaire de la France.

Beaucoup de journalistes étaient présents ce mardi matin pour la conférence de presse de rentrée de Jean-Luc Moudenc, qui s’est montré serein et sûr de lui. Le candidat aux municipales de 2014 n’a pas donné de précisions sur la constitution de sa liste, promettant cependant "une équipe massivement renouvelée pour mener un projet pour Toulouse, ses quartiers et la métropole". Il se donne deux mois pour former son équipe et boucler les accords avec les autres formations. "Je suis partisan d’un accord en deux temps, d’abord avec les formations politiques comme l’UMP, l’UDI, le Modem etc., puis avec des membres de la société civile."

Interrogé sur la candidate UDI Christine de Veyrac, Jean-Luc Moudenc s’est en revanche montré plus dur : "Je ne m’occupe pas d’elle. C’est une auxiliaire de Pierre Cohen" a-t-il déclaré. Il a par ailleurs qualifié de "non-événement" le ralliement cette semaine du MJT (Mouvement des Jeunes pour Toulouse) à la candidate UDI. "Le MJT existe depuis trois ans, mais je suis sûr qu'il n'y a que deux jours que vous en avez entendu parler" a-t-il ironisé. "Depuis leur création, ils n’ont rien fait."

Sécurité, mobilité : ses thèmes de prédilection

Autre bilan passé au crible du candidat : celui du maire sortant Pierre Cohen. Jean-Luc Moudenc a une nouvelle fois épinglé "des problèmes de sécurité", évoquant différents braquages qui ont eu lieu cet été à Toulouse. "Où sont les caméra de surveillance promises ?" s’interroge-t-il. Les places de stationnement en ville (notamment dans la nouvelle rue Pargaminières), et les embouteillages sur le périphérique font partie de ses thèmes de prédilection. Le candidat a d’ailleurs réaffirmé sa volonté de réfléchir à la nécessité d’un deuxième périphérique pour Toulouse. "Je souhaite de nouvelles études sur le sujet. Les dernières datent de 2003", a t-il justifié.

Candidats à la candidature : dépôts des dossiers jusqu'à vendredi
À l’initiative de la numéro 2 de l'UMP 31 Laurence Arribagé, les adhérents pourront choisir leurs candidats UMP pour la liste qui sera présentée aux Toulousains lors du scrutin municipal. Depuis hier lundi et jusqu’au vendredi 6 septembre, les candidats à la candidature peuvent déposer leur dossier. "Nous en avons déjà une dizaine", confie Laurence Arribagé, dont le but est de renouveler le personnel politique. Prochaine étape : une commission de présentation des candidatures, présidée par Jean-Loup Lefrançois, validera les dossiers, qui seront soumis au vote des 2.700 adhérents UMP de Toulouse, le 28 septembre. "Bien entendu, les candidats doivent être membre de l‘UMP", précise l’organisatrice.

Au final, combien de ces candidats seront effectivement retenus sur la liste de Jean-Luc Moudenc ? "Cela dépendra des accords passés avec les partis associés", commente Laurence Arribagé. Seule certitude : "il y aura la parité hommes/femmes".

Contre une intervention militaire en Syrie

En dehors des sujets politiques, Jean-Luc Moudenc a tenu à donner clairement sa position sur le conflit en Syrie. "Je suis opposé à une intervention militaire", a-t-il déclaré. Alors qu’il a rejoint cet après-midi à Paris ses collègues parlementaires pour une réunion sur le sujet, il a justifié son choix par son refus de voir la région déstabilisée. "La Syrie, ce n’est pas le Mali, c’est une région compliquée". Par ailleurs, il refuse qu’ "une dictature soit remplacée par une autre, celle des fondamentalistes". Le député estime également que "Barack Obama a été maladroit dans ce dossier" et dénonce "la précipitation verbale de François Hollande".

Sophie Arutunian
© photo Rémi Benoit

En savoir plus :
Jean-Luc Moudenc a également réactivé aujourd’hui son compte twitter officiel : @jlmoudenc, qui compte 400 abonnés.

Objectifs News

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Jean Luc Moudenc Député
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 11:10

bolzan-008.jpgJean-Jacques Bolzan, membre de l’UDI et soutien de Jean-Luc Moudenc (UMP) pour les municipales à Toulouse, lance un appel aux membres de son parti.

A l’heure où la bataille pour les élections municipales commence véritablement, quelle est l’ambiance dans le camp de Jean-Luc Moudenc ?

Tout se passe très bien sur le terrain comme dans la préparation du projet municipal. Le travail est conséquent et il portera ses fruits. On peut gagner, on peut mettre Cohen dehors, j’en ai la certitude et pour cela il faut poursuivre ce travail quotidien, se battre en parcourant la ville et en affichant notre bonne connaissance des dossiers. Le membre de l’UDI que je suis se sent très bien dans ce partenariat avec le candidat de l’UMP et je crois que la synergie que nous avons su mettre en place, entre l’équipe de Jean-Luc et ceux de l’UDI qui l’ont déjà rejoint est salutaire. Il est à l’écoute et la contribution que nous avons apportée au programme par l’intermédiaire de l’association Agir pour l’avenir des Toulousains que je préside a été bien prise en compte.

En cette rentrée politique, Christine de Veyrac, investie à Toulouse par votre parti de l’UDI, paraît toujours aussi déterminée et annonce qu’elle ira jusqu’au bout. Comment avez-vous écouté ses déclarations ?

Comme un tournant. Pour moi, Christine de Veyrac n’est plus la candidate de l’UDI. Elle n’affiche pas le logo du parti sur ses affiches ou tracts, elle se déclare libre de tout parti, elle promet qu’elle ira jusqu’au bout de sa démarche oubliant complètement qu’elle est membre d’un parti, l’UDI, qui va prendre des accords, nationaux et locaux, avec son partenaire naturel:  l’UMP. J’ajoute qu’elle ne parle plus non plus de liste unique tandis que c’est ce qu’elle prônait avant l’été, laissant prévaloir, dans la droite ligne des propos de Jean-Louis Borloo, que le partenariat avec l’UMP était incontournable et que la question se posait juste sur la tête de liste. En tant que membre de l’UDI, je ne peux accepter cette façon de faire de la politique consistant à faire valoir son ambition personnelle avant les valeurs de notre famille politique. On ne peut pas sacrifier Toulouse pour une ambition personnelle.

« Le messe est dite à Paris. L’UDI voit bien que rien n’a bougé depuis 6 mois»

Le fait est que nous n’avons pas entendu l’UDI, ni nationalement, ni localement, remettre en cause cette stratégie…

Pour moi, la messe est dite à Paris. Et le prochain accord qui sera conclu avec notre partenaire de l’UMP le confirmera. Les propos que Christine a tenu lors de sa conférence de presse, sa personnalisation de la campagne, m’indiquent d’ailleurs qu’elle l’a sans doute pressenti.

Croyez-vous que l’UDI a fait l’analyse que la proposition de Christine de Veyrac n’avait pas prise à Toulouse ?

Depuis longtemps. L’UDI voit bien que rien n’a bougé depuis 6 mois. Christine de Veyrac est une personnalité faite pour le Parlement européen, sans contestation possible, mais elle n’est pas faite pour une municipalité. Elle n’est pas en connaissance des dossiers et s’est lancée dans une élection dans la quatrième ville de France avec des néophytes qui lui ont par exemple fait faire du porte-à-porte en plein mois d’août… Quand tout le monde est en vacances. Soit un coup d’épée dans l’eau.

« L’UDI doit aussi envisager les élections de 2015. De concert avec l’UMP».

Vous avez fait parti de son équipe au départ…

Compte tenu de la situation politique de notre département, nous avons été plusieurs, le sénateur Alain Chatillon en tête, a faire le choix de porter notre contribution à Jean-Luc Moudenc dans l’intérêt de notre camp, pour voir le centre et la droite avoir une chance de renverser localement la situation. Aujourd’hui, à six mois de l’échéance, conscient des chances que nous avons de gagner, voyant que la candidature de Christine de Veyrac ne décolle pas, je dis que maintenant cela suffit, l’UDI doit rejoindre Jean-Luc Moudenc dans cette campagne et travailler de concert avec l’UMP à la constitution d’une liste unique. Je lance un appel à tous ceux qui veulent jouer un rôle dans ces élections municipales à me rejoindre rapidement pour poursuivre ce travail de partenariat avec la plus large base possible. Il s’agit également de ne plus s’occuper que de Toulouse comme le fait l’UDI de Haute-Garonne depuis un an mais d’avoir une vision départementale, de préparer les élections municipales dans tout le département et de commencer à envisager les échéances de 2015, de concert avec l’UMP, comme cela se fait partout en France, dans les autres fédérations UDI.

N’allez-vous pas complètement à l’encontre de vos instances par cet appel « à déserter» la candidature UDI avant le feu vert national ?

Lorsque j’ai quitté l’équipe de Christine de Veyrac, on me promettait l’exclusion. Suis-je exclu ? Non. Et j’ai même été élu à la tête du Parti radical valoisien de Midi-Pyrénées, avec 80% des voix, sur ma seule personnalité ! Sur le terrain à Toulouse, où je suis depuis longtemps, je n’entends aucun reproche. Les gens se moquent pas mal de nos petites affaires de parti. Ils veulent que l’on parle des problèmes de Toulouse. Et moi aussi. C’est l’esprit général qui m’anime.

La Voix du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Toulouse
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 10:09

jean-francois-cope-06.jpgLe président de l’UMP retrouvera à Arcachon lundi les Amis de Nicolas Sarkozy. « Sud Ouest Dimanche ». Si François Hollande décide de frapper la Syrie sans le feu vert de l’ONU, le soutiendrez-vous ?

Jean-François Copé. Je veux mettre en garde le président Hollande contre un certain suivisme vis-à-vis de nos alliés américains. Cette inquiétude est étayée par le fait qu’il refuse obstinément de recevoir les chefs de l’opposition et les présidents de groupe parlementaire, ce qui nous prive des informations nécessaires. La France doit conserver sa totale liberté d’initiative.

 

Avant toute décision, il faut attendre les conclusions de l’ONU, le syndrome irakien est présent dans tous les esprits. Si et seulement si l’utilisation des armes chimiques est établie, une intervention ciblée et limitée dont l’objectif ne serait pas le renversement du régime doit être mise sur la table. Nous ne pouvons laisser impuni le gazage d’innocents, de femmes et d’enfants.

Le sujet du droit d’inventaire divise l’UMP. Vous gardez quoi et oubliez quoi du bilan de Nicolas Sarkozy ?

Je récuse le terme d’inventaire, que je trouve blessant et inadapté. Si on doit avoir un débat, c’est pour l’avenir, pas pour instruire un procès contre Nicolas Sarkozy ou François Fillon. La manière avec laquelle Nicolas Sarkozy a géré la crise financière de 2008 reste pour nous tous un exemple de lucidité et de sang-froid.

Le maintien des 35 heures est-il un échec du dernier quinquennat ?

La détaxation des heures supplémentaires a été une réponse. Demain, il faudra aller plus loin et abroger les 35 heures.

Ma conviction, c’est qu’après cinq années de socialisme, les Français aspireront à retrouver la liberté. Nous devrons incarner ce projet : liberté de travailler, de réussir et d’entreprendre ; liberté de dire ce que l’on pense ; liberté d’aller et venir en sécurité.

Si Nicolas Sarkozy revient, serez-vous candidat à la primaire ?

Nicolas Sarkozy a été un très grand président, dans un moment très difficile. Quels que soient ses choix, je serai à ses côtés. Avec François Hollande, depuis plus d’un an, les Français peuvent faire la différence…

François Hollande a annoncé une « pause fiscale »…

C’est la troisième fois qu’il le promet, alors qu’il étrangle les Français d’impôts. Cette explosion fiscale est le premier ennemi de l’emploi.

Et dans les mois qui viennent, cela va continuer : le gouvernement a décidé 6 milliards d’euros de prélèvements supplémentaires pour l’automne, plus une taxe carbone, plus les hausses de cotisations retraite. Les Français doivent savoir que notre projet, c’est une baisse massive des impôts pour tous.

Vous annoncez 130 milliards d’euros d’économies si vous gagnez en 2017. Où prenez-vous l’argent ?

Je propose un plan de bataille global, qui irait du retour du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, à la fusion des Départements et des Régions. On doit rester aussi un pays généreux, mais sans assistanat.

François Hollande a fait de la sécurité sa priorité. Le croyez-vous ?

Plus personne ne le croit. Son projet de supprimer les peines planchers et les mesures que nous avions prises contre la délinquance des récidivistes, comme sa défiance envers la prison, tout cela signifie, hélas, l’impuissance de l’État et l’impunité des délinquants.

C’est un message terrible… et aussi une manière de faire monter le Front national.

Vous avez dit qu’il n’y aura pas d’accord avec le FN. C’est la fin de la ligne Buisson ?

Il n’y aura jamais d’alliance électorale avec le FN, et il n’y a jamais eu personne à l’UMP pour dire l’inverse. Mais je n’accepte pas le déni de réalité. Ayons le courage de dénoncer les dérives intégristes, la montée des violences et l’incapacité de ce gouvernement à maîtriser l’immigration.

Si les Français veulent que François Hollande change de politique, il faut qu’ils le sanctionnent aux municipales. Et pour cela, ils doivent voter pour l’UMP. Car, si pour marquer leur exaspération, ils votent FN, ces voix manqueront à l’UMP et profiteront donc à la gauche.

Laurent Wauquiez au mont Mézenc, François Fillon dans la Sarthe, vous à Châteaurenard, la rentrée de l’UMP a été très plurielle…

Ce qui intéresse les Français n’est pas là : l’UMP prépare l’avenir. Je propose que ce soit autour de la liberté retrouvée avec une nouvelle manière de gouverner beaucoup plus efficace : prendre toutes les décisions essentielles dans les six mois qui suivront la prochaine présidentielle sans multiplier les commissions Théodule chères à M. Hollande, pour ne rien réformer.

C’est ce que fit le général de Gaulle en juin 1958 avec ses ordonnances, pour la plus grande satisfaction de la France et des Français.

Jean-Pierre Raffarin a parlé du carré d’as de l’UMP : Fillon, Sarkozy, Juppé et vous. Pour 2017, il y en a trois de trop…

À celles et ceux qui ne pensent qu’à 2017, je dis qu’on ne gagnera pas la présidentielle si, avant, nous n’avons pas reconquis les territoires aux municipales.

Le Sud Ouest

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 11:23

jean-loup-lefrancois.jpgJean-Luc Moudenc président du comité départemental de l’ump31 a choisi de confier la présidence de la commission de présentation des candidats, qui veillera à l’organisation du scrutin devant désigner les candidats sur la liste de Toulouse, à Jean Loup LEFRANCOIS, ancien délégué de la 3 ème circonscription.

UMP31

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 17:18

Venue de Jean-François Copé à Tournefeuille

   


Venue de Jean-François Copé à Tournefeuille par jeunespop31

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 17:06

moudenc-88.jpgDans sa course folle vers le Capitole, le candidat UMP aux prochaines municipales de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, s’est arrêté cinq minutes pour souffler… mais surtout pour répondre à nos questions… décalées.

 

La pire soirée que vous ayez connue ? 

C’est de l’ordre de l’intime ! Je n’ai ni besoin, ni envie de le déclamer à tout le monde. Un peu plus de pudeur et moins d’étalage public sont nécessaires à l’heure actuelle, pour éviter la politique spectacle.

 

Un souvenir de ce que vous avez acheté après avoir touché votre premier salaire ?

J’ai invité mes amis dans un très bon restaurant.

 

La situation la plus délicate que vous ayez connue ?

Etre au milieu de deux personnes que je respecte et qui se déchirent.

 

Votre principale phobie ? 

Je ne crois pas avoir de phobie, juste des aversions telles que me baigner dans l’eau froide ou, à l’inverse, risquer le coup de soleil en allant à la plage en plein midi…

 

Le plat que vous détestez ?

Le riz au lait !

 

Une recette de cuisine à nous conseiller ? 

Je ne cuisine pas mais je sais faire une excellente sauce vinaigrette balsamique et moutarde…

 

Votre destination de vacances préférée ?

Partout où il y a un patrimoine culturel important, avec une préférence pour les capitales.

 

Votre endroit préféré à Toulouse… 

Les quais de la Garonne, à la Daurade.

 

Ce que vous ne supportez pas chez les autres ?

L’agressivité gratuite.

 

L’animal qui vous fait peur ? 

Je n’en ai pas encore rencontré mais certains humains me font bien plus peur que les animaux.

 

Un souvenir de vacances ? 

Prague en famille à Noël cette année.

 

La carrière que vous n’auriez jamais pu embrasser ?

En toute franchise, professeur de mathématiques.

 

Un concert qui a marqué votre vie ? 

L’orchestre du Capitole, à qui j’avais demandé de se produire sur la place du même nom, le 30 juin 2007, y jouant Tchaïkovski pour l’ouverture de la ligne B du métro.

 

Quel est votre plus grand regret ? 

Ne pouvoir vivre à plusieurs époques, en allant de l’une à l’autre.

 

Une remarque désobligeante qu’on vous a faite récemment ? 

Généralement, on n’ose pas me les faire en face…

 

Vous souvenez-vous d’un (gros) mensonge d’adolescence ? 

A la campagne, pendant les vacances d’été avec mes cousins, explorer des endroits abandonnés, rentrer bien tard et expliquer à mes parents que j’avais perdu mon chemin.

 

Votre film référence ? 

Je préfère les documentaires historiques.

 

Si la fin du monde approchait, que vous empresseriez-vous de faire ?

Me réconcilier avec le Bon Dieu bien sûr !

 

Propos recueillis par Séverine Sarrat

Le Journal Toulousain

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Jean Luc Moudenc Député
commenter cet article
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 17:01

Marie-Helene-Mayeux-Bouchard-05.jpgAncienne élue municipale chargée des affaires internationales (2001/2008) – UMP

Comment jugez-vous le bilan de la majorité municipale en ce qui concerne les relations internationales ?

J’ai le sentiment que c’est du vent ! Cette municipalité préfère les mondanités à l’action, et a perdu les notions de solidarité et de fraternité. Pour exemple, Ndjamena (capitale du Tchad, ndlr) a été complètement oublié durant cette mandature, or avec Philippe Douste-Blazy et Jean-Luc Moudenc nous avions entamé un travail de fond. Ils nous attendaient ! N’oublions jamais que les relations internationales dans une mairie c’est aussi ouvrir les portes de l’économie.

Les années Cohen ?

J’ai l’impression que c’est une ville qui s’est appauvrie intellectuellement. Elle est devenue un gros bourg de campagne. L’équipe en place, au nom d’une idéologie grotesque, n’a eu de cesse que de gommer tout ce qui pouvait raccrocher à la mémoire et à l’identité de la ville.

La campagne municipale va battre son plein. Souhaitez-vous participer à la future liste Moudenc ? Allez-vous faire acte de candidature auprès des militants UMP pour y figurer ?

J’entends bien être de la partie ! Si toutefois nos élections internes pour la désignation des membres de la liste se déroulent en toute transparence … Je préviens mes instances, attention ! Pour l’instant je n’ai pas de doutes, je ne fais que m’inquiéter …

Propos recueillis par Thomas Simonian

Le Journal Toulousain

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 11:03

jean françois copéJean-François Copé, Président de l'UMP, tiendra une grande réunion publique le mercredi 18 septembre 2013 à 19h00 au Phare de Tournefeuille. A quelques mois des échéances municipales, notre famille politique doit être mobilisée. Nous comptons sur vous !

Vous souhaitez participer à ce grand meeting en présence de Jean-François Copé?

Il suffit de vous inscrire par SMS ou message vocal en contactant le 06.74.26.18.33.

N'hésitez pas à inviter vos amis !
 

Réunion publique en présence de Jean-François Copé

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 10:43

Prison-Saint-Michel-01.jpgEurêka ! Enfin un peu de concret : un bail emphytéotique devrait être signé entre la Ville de Toulouse et l’État ! C’est une bonne nouvelle.
Mais cette décision est très tardive.
Elle constitue un revirement : en septembre 2010, le Conseil municipal adoptait une délibération par laquelle la Ville se portait acquéreur de la prison.
Dès le 31 janvier 2011,... le Préfet proposait la cession du Castelet pour un euro symbolique.
Bien que la solution du bail emphytéotique soit une solution classique et très connue pour les collectivités, il a fallu 2 ans et demi à la Municipalité pour la choisir !
Avec un tel bail « emphytéotique », la Mairie-locataire va financer un investissement qui s’intègrera à la propriété de l’État.
Je demande donc instamment au Maire de prévoir que l’État versera une indemnité compensatrice à la collectivité locale.
Pour le Castelet, je préconise un vrai Mémorial consacré à la Résistance.
Pour l’ensemble de l’ex-Prison, je constate avec tristesse que la Municipalité n’a toujours pas de projet de reconversion.
Preuve du désintérêt de la Municipalité pour cette pièce emblématique du patrimoine toulousain, le Maire réaffirme que cela n’est pas une priorité pour lui, veut « refiler le bébé » à l’École de commerce et confirme qu’il n’a pas mis les pieds sur le site depuis deux ans !
Dans les mois à venir, je présenterai aux Toulousains un ambitieux projet de reconversion du site. Il sera bien différent de la proposition du Gouvernement PS-PRG-Verts, dont Monsieur COHEN est l’ami, de construire des logements sociaux en plein cœur du terrain !
Jean-Luc MOUDENC
Député de la Haute-Garonne
Maire de Toulouse de 2004 à 2008

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Jean Luc Moudenc Député
commenter cet article
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 10:26

Chaumette-Marie-Pierre.jpgLe 14 aout dernier le « Carrefour city » de l’avenue Jean Rieux était vandalisé pour la seconde fois en quelques mois. Une agression qui a fait réagir en voisine Marie-Pierre Chaumette, conseillère régionale et présidente départementale du MPF (Mouvement pour la France). Interview.

Quel est votre ressenti suite à cette nouvelle agression ?

Elle me touche particulièrement car elle a eu lieu dans un magasin que je fréquente assez souvent … Mon premier ressenti est donc la peur ! Cette attaque s’est portée autant contre les employés du magasin que contre les clients qui étaient présents. La violence et la peur touchent donc désormais tout le monde. J’ai le sentiment que toutes les enseignes et tous les quartiers de la ville sont touchés. Le danger est partout !

Avez-vous échangé avec les responsables de cette enseigne ?

J’ai en effet discuté avec le gérant du magasin qui est psychologiquement marqué. Il a même peur de perdre sa clientèle.

Il y a quelques semaines vous aviez tenu une conférence de presse sur le mode « Il faut remettre de l’ordre à Toulouse ! » ; cet événement conforte donc votre point de vue ?

L’actualité conforte en effet le constat que nous avions dressé avec Olivier Arsac de « Debout la République ». La situation se dégrade clairement dans notre ville et les bonnes décisions ne sont pas prises. Il y a quelques mois Manuel Valls instaurait deux ZSP (zones de sécurité prioritaires), or c’est toute la ville qui devrait être une ZSP. Mais il faut également agir au niveau municipal, engager une centaine de policiers municipaux en plus de l’effectif actuel, et mettre en place de la vidéosurveillance dans tous les quartiers.

La mairie prend-elle la mesure des récents événements ?

Je ne le pense pas. La preuve : cette frilosité incroyable et inadmissible à aborder le sujet de la vidéosurveillance. La sécurité est aujourd’hui une urgence.

Le Journal Toulousain

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article