Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 18:29

Sarkozy-30.jpgChers Amis,

À la suite de la décision du Conseil Constitutionnel, l’UMP n’a bénéficié d’aucun remboursement public. Cette situation, comme je vous en faisais part dans mon message du 5 juillet dernier, mettait en péril l’existence même du premier parti d’opposition en France. La souscription qui vous a été proposée a permis de mobiliser à ce jour 11 millions d’euros, soit le montant nécessaire pour permettre à l’UMP de faire face à ses responsabilités financières. Je veux souligner l’engagement politique immédiat et utile de son Président Jean-François Copé ainsi que la compétence de tous ceux qui l’ont aidé à mettre en place la structure pour rassembler vos dons.

Vous avez été très nombreux à répondre à cet appel. Je ne sais comment vous remercier, mais j’aimerais que vous compreniez à quel point j’ai été touché par votre mobilisation. Je vois dans votre formidable engagement la marque de l’inquiétude face à la situation que connaît la France et votre détermination à voir l’opposition jouer pleinement son rôle dans les années à venir. Grâce à vous, nous sortons de cette épreuve plus forts pour préparer l’alternative dont la France aura besoin.

Que chacun d’entre vous sache combien je lui suis reconnaissant de cette mobilisation qui m’a autant surpris qu’ému.

Je vous prie de croire, Chers Amis, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Bien Amicalement,

Nicolas Sarkozy 

 

 

 

 

 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 18:26

souscription-nationale.gifChère Amie, cher Ami,

Face aux dissensions affichées chaque jour un peu plus au sein du gouvernement socialiste, notre Mouvement, lui, donne la preuve éclatante de sa cohésion et de sa force au travers de l’incroyable succès de la Souscription nationale.

Oui, grâce à vous, en 9 semaines, nous avons collecté les 11 millions d'euros nécessaires pour combler le déficit causé par le rejet du compte de campagne de notre candidat Nicolas Sarkozy par le Conseil constitutionnel.


Quelle formidable leçon de mobilisation nous avons donnée à la gauche ! Quel rassemblement exceptionnel autour de nos valeurs !

Je veux dire toute ma gratitude aux dizaines de milliers d’adhérents et de sympathisants UMP mais aussi aux Français qui, sans partager nos idées, ont souhaité marquer leur attachement à une opposition républicaine solide.

Je vous remercie d’avoir défendu l’existence de notre famille politique.

Mais je veux être direct avec vous : ce formidable élan ne doit pas faire oublier que la situation financière de notre Mouvement reste très critique. Nous devons à présent financer notre action politique quotidienne, et notamment la campagne des élections municipales de mars prochain.

Je vous demande donc, dans la mesure de vos possibilités, de poursuivre votre soutien et transformer ainsi votre nouveau don en action concrète.

Je vous remercie pour votre engagement et pour votre participation exceptionnelle.

Avec ma très grande reconnaissance,

 

Jean-François Copé
Président de l'UMP



IMPORTANT :
Je vous rappelle que votre don vous permet de bénéficier d'une réduction d'impôt.

 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 19:06

Sarkozy 36Nicolas Sarkozy s'est dit "ému" et "reconnaissant" de la mobilisation des militants de son parti pour mener à bien la souscription lancée en juillet dernier après l'invalidation de ses comptes de campagne par le Conseil constitutionnel. 11 millions d'euros ont été récoltés en deux mois. Le parti avait jusqu'au 30 septembre pour rembourser cette somme aux banques créancières, essentiellement la Société Générale.

Le montant moyen des dons s'est élevé à 85 euros, selon la trésorière du  parti, Catherine Vautrin, le maximum légal étant de 7.500 euros. Le 4 juillet, dès l'annonce de la décision du Conseil constitutionnel  d'invalider le compte de campagne de M. Sarkozy pour la présidentielle de 2012,  le parti avait lancé une souscription, devenue vite un succès. Vingt-six jours plus tard, près de 80% des 11 millions avaient été  récoltés, mais ce n'était pas assez pour honorer l'échéance du 31 juillet  accordée. Un délai supplémentaire avait alors été accordé jusqu'au 30 septembre. 

"Que chacun d'entre vous sache combien je suis reconnaissant de cette  mobilisation qui m'a autant surpris qu'ému... Merci à vous tous. NS", a écrit  l'ancien président sur son compte Twitter.

C'est Jean-François Copé qui a annoncé ce dimanche la réussite de la souscription communément appelée "Sarkothon." "En huit semaines, l'UMP a réalisé la plus importante collecte jamais réalisée par un parti politique sous la Ve République et je suis heureux de vous le dire aujourd'hui,  cette fois, c'est fait et nous avons atteint les 11 millions d'euros nécessaires", s'est félicité le président de l'UMP lors d'un rassemblement des jeunes de son parti au Touquet. Remerciant chaudement les partisans de l'UMP, M. Copé a également souligné  la participation de non-adhérents du parti, exprimant sa "reconnaissance" à  "ceux qui ne partagent pas nos idées, qui ont voulu dire que la démocratie,  c'est une UMP forte, engagée, mobilisée pour des valeurs qui sont celles de la  France éternelle".

L'UMP doit rembourser 11 millions par an d'ici 2017

 Si Mme Vautrin juge "exceptionnel" le succès de la souscription, elle a  insisté dimanche, auprès de l'AFP, sur le fait que cela "obligeait" le parti  "vis-à-vis de ses donateurs". "Cela nous oblige car l'attente de nos  concitoyens est grande" dans la situation actuelle du pays, a-t-elle estimé.


Pour l'UMP, qui avait déjà dû emprunter en juin 2012 à un pool bancaire  quelque 55 millions d'euros après la baisse du financement public - de 35 à 20  millions d'euros - consécutif à son recul aux dernières législatives,  l'invalidation du compte de la présidentielle avait été un coup dur. Cete dette représente 11 millions d'euros à rembourser chaque année d'ici 2017. Pour autant, malgré ce poids en moins, Mme Vautrin ne veut pas relâcher les  efforts de collecte de dons, dans la mesure où le versement du financement  public n'interviendra qu'en février prochain.


"On a réglé un problème, mais d'ici février, il faut continuer", a-t-elle  dit, en soulignant qu'elle veillerait à relancer les élus UMP afin qu'ils  versent bien leur participation mensuelle au parti.

 

Une facture salée pour l'Etat

Cette générosité des militants aura un coût pour l'Etat : en effet, les dons aux partis politiques sont en partie déductibles de l'impôt sur le revenu. En clair, si une personne a décidé de verser 100 euros à l'UMP, elle pourra bénéficier d'une réduction d'impôt de 66,66 euros, à condition qu'elle soit imposable. Ce qui signifie que sur les 11 millions d'euros collectés par l'UMP, l'Etat pourrait perdre jusqu'à 7,3 millions d'euros de recettes fiscales. A noter toutefois que les (très) généreux donateurs ne pourront déduire au maximum "que" 9900 euros car les dons aux partis politiques ouvrant droits à un tel avantage sont plafonnés par foyer fiscal à 15.000 euros.

LCI

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 11:05

thierry devilleLes chiffres du chômage sont un marronnier qui, à la fin de chaque mois, occupe, quelques heures durant, le devant de la scène, avant d’être bien vite oubliés et avalés par la déferlante médiatique.

 

Intrigué cependant, par la constance du chef de l’Etat, et de son gouvernement à nous promettre d’ici quatre mois -sacré challenge-, le renversement d’une courbe pourtant désespérément ascendante depuis deux ans, je me suis donc penché plus finement sur l’enquête mensuelle.

 

Des 3,28 millions de chômeurs (en catégorie A) annoncés, on arrive vite au nombre de 4,85 millions en rajoutant les catégories B et C et même 5,14 millions en additionnant les DOM bizarrement occultés dans les média. Le taux de chômage des jeunes de moins de 25 ans de l’ordre de 26%, quand il est de 7,5% en Allemagne !

 

Face à un tel drame, j’ai guetté dans les statistiques l’embellie annonciatrice du retournement. Et, au beau détour d’une page, on découvre que si 482.000 personnes sont sorties en juillet des statistiques, plus de la moitié l’ont été pour radiation ou cessation d’inscription, 30.000 sont entrées en formation… et moins de 20% ont réellement repris une activité. Mêmes proportions le mois précédent.

 

En réalité, le mois dernier, si près de 500.000 nouveaux demandeurs d’emploi se sont inscrits à Pôle Emploi, seuls 91.000 ont réellement retrouvé du travail, et malgré cela, par une série de petits miracles, le basculement semble à portée de main ! Ajoutez à cela un forcing auprès des préfets pour signer un maximum d’emplois aidés d’ici décembre, et le tour de force est en passe d’être réussi !

 

Le traitement social et administratif du chômage tel qu’il se déroule sous nos yeux, sert opportunément, à quelques mois des échéances électorales, ce maître de l’illusion qu’est le Président de la République. En revanche, aucune des causes structurelles du chômage n’est sérieusement prise à bras le corps. Machiavélisme ou impuissance ? Quoi qu’il en soit, cette situation est une bombe sociale à court terme.

 Thierry Deville

Avocat et conseiller régional

Le Journal Toulousain

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 10:57

capitole-01.jpgL’UMP 31 désignera ce 28 septembre ceux d’entre ses militants qui figureront sur la liste conduite par J.-L. Moudenc aux municipales à Toulouse.

Le 28 septembre prochain, les 2700 adhérents toulousains de l’UMP désigneront le contingent des colistiers UMP de Jean-Luc Moudenc par un vote interne.

Les candidats à cette désignation avait jusqu’à ce vendredi 6 septembre pour déposer leurs dossiers de candidature.

Dans la soirée, la secrétaire départementale de l’UMP 31, Laurence Arribagé annonçait sur son compte twitter le dépôt de 32 dossiers.

Ils sont:

Candidates: Amina Abdoullah, Laurence Arribagé (secrétaire départementale de l’UMP 31), Danièle Damin (conseillère municipale sortante), Marie Déqué (conseillère régionale, conseillère municipale sortante), Chantal Dounot-Sobraques (conseillère municipale sortante),  Julie Escudier, Annette Laigneau (ancienne élue), Paule LumiaMarie-Hélène Mayeux-Bouchard (ancienne élue), Brigitte Micouleau (ancienne élue), Céline Puechagut, Patricia Puech-Blanc et Martine Susset (ancienne élue).

Candidats: Christophe Alvès (candidat cantonales 2011), Nicolas Bonleux (candidat législatives 2012), Maxime Boyer (candidat cantonales 2011), Bernard Bousquet (ancien élu), Sacha Briand (conseiller régional, conseiller municipal de Blagnac sortant), Guillaume Brouquières (responsable des Jeunes pop 31),  Guy Cassaruel, François Chollet (conseiller municipal sortant), André Ducap (conseiller général Toulouse II), Pierre Esplugas (porte-parole de l’UMP 31), Michel Guéry, Gérard Laon (ancien élu), Laurent Lesgourgues, Romuald Pagnucco, Michel Salviac (trésorier de l’UMP 31), Thierry Sentous, Bertrand Serp (ancien élu), Jean-Baptiste de Scorrailles.

Une liste de candidats qui surprendra peu. Parmi les élus UMP sortants de la mairie de Toulouse, seul Christian Raynal a fait le choix de ne pas se porter candidat. Comme il s’y était engagé dès 2008, il a profité du mandat pour former la relève et épauler Maxime Boyer, qui est le plus jeune candidat de cette liste avec Guillaume Brouquières.

Pour 24 à 25 places

Jean-Luc Moudenc reçoit les 32 candidats, ce samedi 7 septembre à la permanence de l’UMP 31 tandis que la commission de présentation des candidats, chargée de la surveillance de ce scrutin, procède à la validation des dossiers de candidatures sous la présidence de Jean-Loup Lefrançois.

Sur la base du vote interne, cette commission formulera, à titre consultatif, une proposition paritaire de noms à Jean-Luc Moudenc. Celui-ci se réserve un droit de récusation.

Au regard des futurs accords avec les partenaires politiques et de la volonté du candidat Moudenc de donner une large représentation à la société civile sur sa liste, l’UMP peut compter sur 24 à 25 places sur la liste de 69 noms à constituer.

La Voix du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Toulouse
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 10:46

TGV 150S’il a été annoncé par l’État que la ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse restait dans les projets réalisables avant 2030, nulle information à ce jour n’a filtré tant sur un calendrier plus précis que sur le financement de la dite ligne.

Du coup, Réseau Ferré de France (RFF) poursuit sa démarche et prépare l’enquête publique qui était jusqu’ici prévue pour l’automne 2013. Une prévision qui deviendrait réalité à moins d’un contre-ordre. Dans les semaines à venir, on devrait en savoir plus. Pour autant, plus l’État tarde à donner son feu vert sur le lancement de cette procédure, plus il apparaît probable que le gouvernement repousse l’échéance au-delà de l’automne prochain et notamment après le rendez-vous des élections municipales 2014… et ce, pour des raisons politiques évidentes. Si tel est le cas, l’enquête publique devra être enclenchée dès le lendemain du scrutin municipal car le calendrier électoral est également chargé en 2015, avec les élections cantonales et les régionales. C’est dans ce flou que RFF navigue tout en rencontrant les différents propriétaires (et notamment les propriétaires de bâti lot-et-garonnais) concernés par le futur tracé de la LGV Bordeaux-Toulouse.

Rencontres

« Nous allons à la rencontre de ces propriétaires, tout d’abord, pour les informer des différentes procédures telles que l’enquête publique, la déclaration d’utilité publique, etc. Nous avons une première enveloppe pour gérer les situations les plus critiques, à savoir des urgences liées à des successions, liées à des situations de surendettement, etc. », souligne Frédéric Perrière, directeur des études de GPSO (Grand projet Sud Ouest) pour RFF.

Dès lors que la date d’ouverture de l’enquête publique connue, il faudra compter deux mois pour sa tenue. Puis, à compter de la date de clôture de l’enquête, la déclaration d’utilité publique devra sortir dans un délai maximum de dix-huit mois soit fin 2015, début 2016…

Le Sud Ouest

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 16:45

moudenc 89A la suite de la publication du rapport « Duron – Mobilité 21 », le Gouvernement a annoncé la réalisation de la LGV Bordeaux-Toulouse « à l’horizon 2030 ».

Or, dans les documents officiels et notamment le rapport lui-même, il n’y a aucune certitude à ce sujet, tant dans le calendrier que dans le financement.

Aussi, il me semble nécessaire que l’État, par une position écrite et publiée au Journal officiel, prenne un engagement intangible, au-delà de promesses verbales. A défaut, celles-ci ne seraient que de la propagande politicienne en vue de sauver le PS à Toulouse.

Aussi, j’adresse deux Questions écrites au Ministre des transports.

Retrouvez-les en pièce jointe.

Jean-Luc MOUDENC
Député de la Haute-Garonne
Maire de Toulouse de 2004 à 2008

LGV Dossier Calendrier LGV Dossier Calendrier

LGV Qestions Ecrites Financement LGV Qestions Ecrites Financement  

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 16:39

Yoann-RAULT-WITA-03.jpgA l'aube des municipales de 2014, les jeunes tous prêts et unis veulent faire entendre leurs voix et s’engagent politiquement à droite sur un territoire bien marqué à gauche. Afin de mieux cerner leurs attentes, Yoann Rault-Wita, Porte-parole des Jeunes Populaires 31 a bien voulu s'exprimer dans les colonnes du Petit Journal au travers d'une interview.

Le Petit Journal : Qui sont les Jeunes Populaires ?

Yoann Rault-Wita: Les Jeunes Populaires rassemblent des milliers de jeunes de moins de 30 ans, dans l’ensemble des départements de France, qui se reconnaissent dans les valeurs de la droite et du centre-droit. Branche jeune de l’UMP, les Jeunes Populaires regroupent des lycéens, des étudiants, des apprentis, des travailleurs, des entrepreneurs. jeunes-populaires-001.jpgVéritable dynamique au sein des fédérations, les Jeunes populaires accueillent les jeunes de 16 à 30 ans qui militent aux côtés des Jeunes Actifs et de nos aînés. C’est en février 2003 que les Jeunes Populaires ont été créés par Alain Juppé alors Président de l’UMP. En Haute-Garonne, les Jeunes Populaires sont présents sur l’ensemble du territoire et sont encadrés par des délégués jeunes de circonscription et un responsable départemental. La structure fonctionne sous forme de pôles qui travaillent ensemble pour défendre nos valeurs. J’ai l’honneur d’être le porte-parole de la structure et dans une terre de gauche comme la notre, la parole des jeunes de l’UMP doit pouvoir se faire entendre !

L.P.J. : Quelle est l’implication des Jeunes Populaires dans la politique locale et notamment dans l’objectif des élections municipales ?

Y.R.W : Que ce soit sur les réseaux sociaux ou sur le terrain, les Jeunes Populaires sont mobilisés ! A l’approche des municipales, je peux vous dire que plusieurs d’entre-eux seront présents sur les listes de nos candidats sur l’ensemble du département. Jean-Luc Moudenc, notre Président, et Laurence Arribagé, notre Secrétaire Départementale ont toujours eu à cœur de mobiliser les jeunes et de les faire travailler avec nos aînés et nos élus notamment à l’occasion des dernières élections. Les municipales sont un formidable tremplin pour les Jeunes Populaires qui doivent devenir, dans les années qui viennent, les futurs élu(e)s de notre famille politique !

L.P.J. : Quels sont les Jeunes Populaires qui seront aux côtés de Jean-Luc Moudenc pour les Municipales de 2014 ?

Y.R.W : C’est une bonne question ! Je souhaite que les jeunes soient présents et bien représentés sur la liste de Jean-Luc Moudenc. Dans quelques jours, l’UMP 31 va proposer à ses adhérents toulousains de voter pour désigner les membres de notre famille politique qui seront les colistiers de Jean-Luc Moudenc : j’espère que les jeunes seront nombreux à être candidats ! Ce que je peux vous dire, c’est que les Jeunes Populaires seront très nombreux à être sur le terrain aux côtés de Jean-Luc Moudenc et de ses équipes pour porter notre candidat à la victoire et dénoncer l’inaction de Pierre Cohen et du PS, notamment en ce qui concerne la jeunesse. Toulouse mérite une autre ambition, un autre cap que celui fixé par la municipalité actuelle. Les Toulousains, et notamment les jeunes, ne veulent plus d’une équipe municipale socialiste qui refuse, par dogmatisme, de rendre la ville plus sécurisée, plus propre et plus ambitieuse. Les Jeunes Populaires seront évidemment du combat municipal et vont continuer à rassembler l’ensemble des jeunes toulousains qui veulent voir la quatrième ville de France prendre le cap qu’elle mérite. J’invite l’ensemble des jeunes toulousains et les jeunes hauts-garonnais à nous rejoindre pour défendre nos valeurs et soutenir nos candidats !

Pascale Binet Le Petit Journal du Pays Toulousain

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 06:10

moudenc-91.jpgMardi matin, le candidat au Capitole Jean-Luc Moudenc, député et président de l’UMP 31 a effectué sa rentrée politique. S’annonçant serein et déterminé « après cinq années de terrain, d’écoute, de préparation et de mobilisation », il entame son propos en précisant sa position sur les événements en Syrie. Jean-Luc Moudenc annonce : « Je suis opposé à une intervention militaire française » et précise que « le parlement doit être consulté et doit pouvoir se prononcer, comme cela a pu se faire en Angleterre et aux Etats-Unis. » S’il est encore tôt pour parler du programme municipal, le candidat dévoile tout de même quelques axes de travail, qui devront se décliner à l’échelle des quartiers, de la ville et de la métropole, comme la tranquillité publique, les questions de déplacement et de stationnement… Le candidat souhaite proposer aux Toulousains un rassemblement « divers et ouvert » et précise que d’ici deux mois, les accords devront être passés avec des partenaires de la droite républicaine et du centre. Toutefois, Jean-Luc Moudenc énonce : « Nous avons vocation à nous adresser à tous les Toulousains mais je n’irai pas débaucher »… Interrogé sur la candidature de Christine de Veyrac, l’ancien maire stipule : « Je n’ai qu’un adversaire, c’est Pierre Cohen. »

Le Journal Toulousain

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Jean Luc Moudenc Député
commenter cet article
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 16:36

moudenc-90.jpgA l’occasion de sa rentrée politique, le député UMP de Haute-Garonne Jean-Luc Moudenc s’est déclaré hostile à une intervention de la France en Syrie.

Face à la presse toulousaine, à l’occasion de sa rentrée politique ce mardi 3 septembre, Jean-Luc Moudenc a réservé ses premiers mots à la situation préoccupante en Syrie.

Le député UMP de la 3e circonscription de Haute-Garonne s’est déclaré « opposé la perspective d’une intervention militaire française contre le régime de Bachar El-Assad, quoique la situation soit difficile pour la population syrienne, quoique la Syrie soit soumise à une dictature».

Celui qui devait rejoindre ses collègues parlementaires à Paris juste après sa conférence de presse pour une réunion sur le sujet, légitime d’abord son choix par son refus de voir « une dictature remplacée par une autre, celle des fondamentalistes, celle des salafistes. J’ajoute que la Syrie est un pays complexe, qu’il faut savoir l’envisager et traiter dans sa complexité. Il est par ailleurs situé dans un région du Monde instable. Il y a un risque, par une intervention, de déstabilisation de tout le Moyen Orient».

« Même si cela est peu dit, je ne veux pas oublier non plus qu’un certain nombre de communautés, et notamment la communauté chrétienne syrienne déjà en souffrance, seraient mises en danger par une intervention», a poursuivi Jean-Luc Moudenc.

Pour un vote des parlementaires

Le parlementaire dénonce également « la maladresse d’Obama dans ce dossier et le refus catégorique des Britanniques qui, pour l’heure, contraignent la France à un isolement néfaste. Dans ce contexte, il est regretté la précipitation verbale du président Hollande».

Le député UMP se déclare également particulièrement soucieux de voir les parlementaires se prononcer sur une éventuelle intervention. « Il serait incompréhensible que les Britanniques aient pu se prononcer et pas nous !»

La Voix du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Jean Luc Moudenc Député
commenter cet article