Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 12:54

Le 5 mars 1959, un certain Général De Gaulle disait (ou plutôt prédisait déjà) il y a exactement 50 ans, ce que tout le monde feint de découvrir soudain... Citations rapportées par Alain Peyrefitte

 

« C'est très bien qu'il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu'elle a une vocation universelle. Mais à condition qu'ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France . Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu'on ne se raconte pas d'histoire ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. Ceux qui prônent l'intégration ont une cervelle de colibri, même s'ils sont très savants. Essayez d'intégrer de l'huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d'un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l'intégration, si tous les Arabes et les Berbères d'Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherez-vous de venir s'installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s'appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées.. » Charles De Gaules 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans France
commenter cet article
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 12:23

france-3-studio-01.jpgNous vous proposons ici de voir ou de revoir le débat d'une heure qui s'est tenu ce samedi dans le cadre d'une émission spéciale de "La Voix est Libre" consacrée aux élections municipales à Toulouse. Jean-Luc Moudenc (UMP), Serge Laroze (FN), Jean-Christophe Sellin (Parti de gauche) et Antoine Maurice (EELV) ont débattu ce samedi 9 novembre lors d'une émission spéciale de La Voix est Libre consacrée aux futures élections municipales à Toulouse (23 et 30 mars 2014). Invités, Pierre Cohen (maire sortant PS) et Christine de Veyrac (UDI) n'ont pas souhaité y participer. 

Animé pas Patrick Noviello, le débat a porté notamment sur le dossier des transports, sur le logement et la sécurité.

EN VIDEO : l'intégralité du débat

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Municipales 2014
commenter cet article
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 17:56

france-3-studio.jpgLe débat sur les élections municipales à Toulouse aura lieu ce samedi 9 novembre à 11h en direct sur France 3 Midi-Pyrénées, sur internet et sur les réseaux sociaux. France 3 Midi-Pyrénées vous donne rendez-vous ce samedi 9 novembre à 11 heures pour le premier débat télévisé sur les élections municipales de Toulouse en présence de quatre candidats têtes de listes. 

Les invitations lancées début octobre

Début octobre, la rédaction de France 3 Midi-Pyrénées décide d'organiser un débat par mois jusqu'aux élections municipales des 23 et 30 mars prochains. Le choix du premier débat, celui du 9 novembre, se porte logiquement sur la ville-métropole Toulouse.

Contrairement à ce qui a pu être écrit dans la presse, c'est donc dès le début octobre, il y a plus d'un mois, que les candidats sont contactés et invités à donner leur réponse.

Pierre Cohen (maire PS sortant de Toulouse), Jean-Luc Moudenc (candidat UMP), Serge Laroze (candidat FN), Christine de Veyrac (candidate UDI), Antoine Maurice (candidat EELV) et Jean-Christophe Sellin (candidat du parti de gauche) sont invités. Certains donnent immédiatement leur accord et d'autres réservent leur réponse.

Deux candidats déclinent l'invitation

Après des contacts téléphoniques répétés, la rédaction adresse un courrier à chaque candidat le 25 octobre dernier confirmant l'invitation : tous acceptent à l'exception de Pierre Cohen qui ne formalise pas sa réponse. Elle n'intervient qu'en milieu de cette semaine, par un courrier adressé à France 3 dans lequel le maire sortant indique qu'une "contrainte d'agenda" l'empêche d'y participer. Précisant cependant qu'il n'est pas encore officiellement en campagne : "Je rentrerai en campagne dès lors que j'aurai constitué ma liste, finalisé les accords avec les partenaires et élaboré le programme que je souhaite proposer aux Toulousains"

Notre rédaction précise alors à l'entourage de Pierre Cohen que son fauteuil restera libre et qu'il peut, s'il le souhaite, demander à un proche de le représenter. Les autres candidats maintiennent leur participation.

Mais le jeudi 7 novembre dans l'après-midi, un collaborateur de Christine de Veyrac informe la rédaction par téléphone que la candidate UDI a changé d'avis et ne participera pas au débat.

Une émission de service public interactive

L'émission sera axée sur 3 thèmes (transports, sécurité et logement) qui préoccupent les Toulousains. La question de la fiscalité locale sera également abordée. Patrick Noviello interrogera donc les invités, avec la participation du public présent dans notre studio pendant l'émission mais aussi, grâce aux réseaux sociaux, avec votre participation.

Comment participer ?

Pour participer à ce débat, le commenter en direct ou poser des questions, deux méthodes : 

  • avec Twitter : utilisez le mot-clé (hashtag) #​LVELToulouse et une sélection de vos tweets passera à l'antenne et permettra d'interpeller les candidats. Les autres messages seront visibles sur la page d'accueil de notre site internet qui retransmettra aussi en direct la vidéo de l'émission. 
  • avec Facebook : commentez notre article consacré à l'interactivité de cette émission-débat et vos commentaires pourront ainsi nous servir à interpeller les candidats. 

France3 

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Municipales 2014
commenter cet article
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 12:07

supermarche.jpgNouveau retournement de situation dans le dossier de l'ouverture de certains commerces dans la Haute-Garonne le dimanche. Le tribunal administratif de Toulouse vient de suspendre l'arrêté préfectoral interdisant l'ouverture des supermarchés alimentaires de plus de 400 m2. Depuis début octobre, un arrêté préfectoral interdisait le travail dominical en Haute-Garonne, dans certains commerces, après de nombreux rebondissements. Syndicats de patrons et de salariés étaient d'ailleurs d'accord sur la question. A priori, tout allait bien donc.

Mais la Fédération des entreprises du commerces et de la distribution, la FCD, n'en démordait pas. Elle a donc saisi en référé le tribunal administratif de Toulouse. Tribunal qui lui a donné raison et a décidé de suspendre l'arrêté préfectoral interdisant l'ouverture des supermarchés alimentaires de plus de 400 m2 le dimanche. Cette suspension est valable tant que la procédure sur le fond du problème n'a pas été réglée par la justice.

Les magasins concernés qui le souhaitent peuvent donc rouvrir dès ce week-end.

France3

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 11:54

Jean-Michel-Lattes-et-Jean-Luc-Moudenc.jpgL’universitaire et juriste est l’ami intime du candidat UMP à la mairie de Toulouse et son porte-parole pour cette campagne électorale. Entretien.

Dans le premier cercle de Jean-Luc Moudenc, vous êtes celui qui le connaissez le mieux. En quoi le candidat de 2014 est-il différent du maire de 2008 ?
Jean-Luc Moudenc a changé et je situe cet acte fondateur à la défaite de 2008. Beaucoup disaient qu’il ne valait plus rien. Cinq ans plus tard, il est redevenu l’atout de notre famille politique, l’acteur incontournable. Il y a eu les législatives, certes, qui lui ont donné un mandat national l’année dernière. Mais avant cela, l’échec avait ramené cet homme aux fondamentaux : le travail, le terrain et la force d’une équipe. Pendant cinq ans, son association Toulouse Avenir, forte de 16 commissions, a travaillé. C’est aussi une cohésion d’équipe formidable qui est née de cette expérience. Là réside un vrai changement. Jusqu’à peu, on considérait, à droite, qu’une personnalité devait incarner nos chances. C’est l’exemple Baudis. Jean-Luc Moudenc est persuadé que c’est différent aujourd’hui et que l’air du temps est à l’équipe. Fort de cette certitude, c’est un homme qui s’est mis à écouter bien plus qu’autrefois. Fort de tout cela, je pense que jamais notre camp ne s’est jamais aussi bien préparé avant une échéance électorale et j’ai hâte d’être à janvier pour que l’on puisse rendre compte de ce formidable travail en dévoilant notre projet.

Quels seront les grands thèmes de ces municipales ?
Les grands classiques : la sécurité, les transports, la vie quotidienne en général. À 99 %, les Toulousains que nous rencontrons en ville nous font d’ailleurs valoir leurs attentes sur ces sujets. Jean-Luc Moudenc le mesure parfaitement et notre projet municipal sera bâti en conséquence.

Pierre Cohen n’hésite pas à traiter Jean-Luc Moudenc de « ringard » pour sa vision de Toulouse. Que vous inspire cette critique ?
Il n’y a jamais rien de ringard dans un débat politique. Et si être ringard, c’est ne pas casser Toulouse à coup de bulldozer dans tous les sens, alors nous sommes ringards ! Avec Jean-Luc Moudenc, nous sommes sur une réflexion qui tient compte de tous les éléments que Pierre Cohen délaisse. Un exemple : dans sa politique urbaine pour le centre-ville, dont l’objectif n’est pas à remettre en cause, Pierre Cohen ne tient en revanche pas compte de la diversité des populations du centre-ville. On sort les voitures du centre mais quid des personnes vieillissantes, handicapées et des familles ? Ces problématiques ont du sens. Et je laisse volontiers le soin à Pierre Cohen de les qualifier de ringarde. Les Toulousains apprécieront.

Et si en vous traitant de « ringard », Pierre Cohen estimait surtout que votre projet manquera plus que le sien de perspectives ?
Notre projet municipal intégrera et discutera évidemment de tous les grands sujets qui occupent l’avenir d’une métropole. Mais il est certain que l’axe majeur des élections municipales sera le quotidien des gens.

« Nous ne renonçons pas au métro»

Sur la très attendue thématique des transports, quelle vision différente de celle de Pierre Cohen, êtes-vous capable de mettre en œuvre ?
À l’inverse de Pierre Cohen, qui n’a rien fait de ce qu’il avait dit pendant sa campagne électorale de 2008, nous donnerons du sens. Nous n’inventerons pas une ligne de tramway la deuxième année du mandat. D’un point de vue plus stratégique, notre approche est différente de celle de Pierre Cohen. La sienne tend à faire converger l’ensemble de son offre en transport vers Matabiau et générer un énorme nœud multimodal. Nous, on considère qu’il faut au contraire créer plusieurs nœuds d’intermodalité. Nous considérons aussi que chaque moyen de transport incarne un moyen technique et que le métro convient davantage au centre-ville, comme le tramway convient davantage à la première couronne de la métropole et que le BHNS est à privilégier en deuxième couronne.

J.-L. Moudenc est-il capable de proposer une troisième ligne de métro pour Toulouse ?
Nous ne renonçons à aucun système y compris le métro et nous aurons des innovations à présenter comme nous saurons capable d’être innovant dans toutes les autres thématiques.

Serez-vous innovant sur le sujet de la sécurité en ville, thème par lequel la droite s’est toujours distinguée ?
Oui, la sécurité ne se résume pas aux caméras de vidéo-surveillance. Depuis cinq ans, la commission ad hoc de Toulouse Avenir a reçu une foule d’experts et dressé un panorama de ce qui se fait ailleurs en France. On aura donc un projet complet couplant volet répressif et volet social. On veut être impérativement au rendez-vous de ce sujet fondamental pour les Toulousains et sur lequel Pierre Cohen a un très mauvais bilan.

« J’ai peu de doutes sur la volonté de Pierre Cohen de faire monter le Front national »

Faites-vous partie de ceux qui considèrent que l’absence de politique en matière de sécurité à Toulouse concourt à faire monter le FN ?
Son bilan est plus que pauvre alors que l’arsenal juridique qui est à disposition d’un maire, premier magistrat de sa commune rappelons-le, est conséquent. Certains maires socialistes répondent bien sur cette thématique de façon à contrer le FN mais pas Pierre Cohen. J’ai peu de doutes sur sa volonté de faire monter le FN comme Mitterrand a su le faire. Depuis quelques mois, on perçoit une stratégie portée intégralement par François Briançon, son directeur de campagne, et consistant à renforcer le repli électoral vers l’extrême-droite. Il est évident que pour les socialistes, une troisième liste au second tour serait un avantage. Voter FN au premier tour, c’est voter Cohen car une triangulaire participerait grandement à ses chances de réélection.

Un sondage Ipsos publié pour le JDD et Sud Radio l’atteste, donnant Pierre Cohen vainqueur dans le cas d’une triangulaire. Toutefois ce même sondage assure que Pierre Cohen serait réélu avec 54 % des voix en cas de duel avec Jean-Luc Moudenc. Déçu ?
Notre chiffre ne me perturbe pas et si l’on prend tous les sondages publiés avant haque élection, on constate que cette avance n’est absolument pas rédhibitoire. C’est un écart classique entre un maire sortant et son challenger et je vous propose d’attendre notre projet dévoilé en janvier pour reprendre le pouls des Toulousains ! Je fais surtout deux autres constats à la lecture de ce sondage : d’abord que le FN arrange vraiment les affaires de Pierre Cohen comme je viens de le dire mais aussi que le candidat du centre est Jean-Luc Moudenc et pas Christine de Veyrac.

L’UDI donnera d’ailleurs bientôt son soutien à J.-L. Moudenc. Christine de Veyrac ira malgré tout jusqu’au bout ?
Pour pousser une candidature jusqu’au bout d’une élection municipale dans la quatrième ville de France, il faut des dimensions qui échappent sans doute à Christine de Veyrac.

La Voix du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Municipales 2014
commenter cet article
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 11:48

Yoann RAULT-WITADepuis plusieurs mois, il est devenu récurrent d’entendre journalistes, politologues et autres analystes de la vie politique française rebattre les oreilles des électeurs avec celui qui serait en train de devenir l’arbitre des élections municipales à venir, le Front National. Qu’en est-il ?

D’un vote contestataire à un vote d’adhésion ?

Depuis l’arrivée de François Hollande au pouvoir, le PS s’embarque dans une fuite en avant sur les sujets de société. Cette stratégie n’est pas anodine et n’a qu’un seul objectif : dissimuler l’incompétence de ce Gouvernement à prendre à bras le corps les questions économiques et sociales.

D’avancées en reculades, de réformettes en reniements et refusant de regarder en face, la situation de la France sur des sujets fondamentaux comme la situation du régime des retraites, la montée de la délinquance ou encore l’asphyxie fiscale des entreprises et des particuliers, le PS nourrit l’exaspération populaire.

Le PS refuse aussi de regarder en face des thématiques sur lesquelles les Français attendent des réponses concrètes. C’est le cas de l’insécurité ou encore de l’immigration (inutile ici de revenir sur la mise à genoux du Président par une gamine de 15 ans en situation irrégulière).

Cette exaspération du peuple français se concrétise dans les urnes et dans les sondages par une progression du Front National : la responsabilité de la gauche est majeure mais souvenons-nous que le Front National n’a jamais été aussi bas que lorsque le Président de la République était…Nicolas Sarkozy !

La vraie question est de savoir si ce vote contestataire et réactionnaire pourrait devenir un vote d’adhésion : il suffit de voir la réaction des électeurs face aux propositions économiques du Front National pour comprendre qu’il n’en est rien.

D’un vote contestataire à un vote socialiste !

Par son discours démagogique et simpliste, le Front National attire ceux pour qui l’avenir est incertain et le quotidien douloureux. La volonté des électeurs du Front National toulousains est claire : en finir avec les années Cohen.

Pour être parfaitement honnête, notamment lors de visites en porte à porte, certaines personnes confient vouloir voter pour Serge Laroze et donc pour le FN parce que Pierre Cohen « laisse les camps illégaux se monter et se déplacer partout dans Toulouse », parce que Pierre Cohen « a installé un calvaire en matière de transport » ou encore, parce que Pierre Cohen « est idéologiquement contre la vidéo protection et laisse agir les délinquants ».

Que Messieurs Cujives et Briançon viennent avec moi sur le terrain s’ils doutent de ces propos !

Si, notamment sur les questions de sécurité, le bilan de Pierre Cohen est catastrophique, il est important de comprendre que voter FN revient à redonner un bail de 6 ans à Pierre Cohen et à la gauche. Je m’explique.

10% des suffrages exprimés et c’est la qualification pour le second tour. Si 10% des Toulousains votent pour le FN, Serge Laroze sera présent au second tour. Nous serions alors dans une situation de triangulaire (Moudenc-Cohen-Laroze) où Pierre Cohen gagnera de fait les élections.

Devant l’isoloir, la question est simple : moi qui suis déterminé à en finir avec le pouvoir socialiste toulousain, suis-je prêt à céder aux sirènes d’une Marine Le Pen et de ses coups de communication pour voter pour un candidat FN, candidat à une élection pour la 24ème fois (!), afin de faire réélire Pierre Cohen ? Qui oserait répondre oui à cette question…

Le candidat du néant !

Serge Laroze déclarait il y a quelques jours dans un hebdomadaire local qu’il n’avait pas besoin de faire campagne pour atteindre 10% des voix : quel manque de respect pour les Toulousains !

Pour l’avoir interrogé en tant que chroniqueur sur la web tv du Journal Toulousain, j’ai eu l’occasion de comprendre que cet homme d’appareil ne connaît rien des problématiques des Toulousains, ne connaît rien de leur quotidien et n’a rien à leur proposer, il est le candidat du néant et des effets d’annonces : nous en avons aujourd’hui confirmation !

Parce que voter FN, c’est voter Pierre Cohen,

Parce que le FN n’a jamais été en capacité de gérer sereinement une seule municipalité,

Parce que plus le FN est haut et plus le PS est satisfait,

Parce que Toulouse ne mérite pas d’avoir un conseiller municipal FN,

Électeurs toulousains, réfléchissez et agissez : l’avenir de Toulouse est entre vos mains !

 

Yoann Rault-Wita

Militant pour les valeurs de la Droite

Le Journal Toulousain

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 11:43

TGV 150Les enquêtes publiques pour les LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax seront lancées dès le mois de juin prochain, et les déclarations d’utilité publique en 2015. Le préfet coordonnateur du Grand Projet du Sud-Ouest, Michel Delpuech, l’a confirmé hier à Bordeaux.

«Nous avons établi la feuille de route pour que le calendrier soit respecté après les décisions annoncées par le ministre des Transports le 23 octobre dernier : réalisation de Bordeaux-Toulouse en 2024, Bordeaux-Dax en 2027, et Dax-Espagne d’ici 2032» a-t-il indiqué.

Les trois enquêtes d’utilité publique seront donc lancées courant juin 2014 pour une durée de 4 à 8 semaines. Selon Réseau ferré de France, «elles concerneront au total 113 communes, dont cinq à la sortie nord de Toulouse : Toulouse, Fenouillet, Lespinasse, Saint-Jory et Castelnau-d’Estrètefonds. Ces deux dernières auront d’ailleurs le privilège de répondre à deux enquêtes différentes : l’une pour l’aménagement des voies existantes pour la sortie de Toulouse, et l’autre pour la voie nouvelle».

Les commissaires enquêteurs disposeront ensuite d’un délai d’un mois pour remettre leurs conclusions, avant que les préfets ne signent, dans un délai d’un an, les déclarations d’utilité publiques pour la sortie de Toulouse et celle de Bordeaux, soit à la fin de l’été 2015.

Le Conseil d’État aura 18 mois maximum pour signer un décret pour la DUP concernant l’ensemble des voies nouvelles. Ce qui nous amène au plus tard au printemps 2016.

«Ces procédures doivent être menées avec rigueur pour ne pas prendre de retard. Les oppositions existent, il pourra y avoir des recours» affirme le préfet.

Le corridor Atlantique

Le chantier proprement dit ne débutera qu’après de nombreuses étapes préparatoires : procédures de loi sur l’eau, archéologie préventive, enquêtes parcellaires, prise en compte des espèces protégées.

Les acquisitions foncières mettent en jeu 4 800 hectares et 400 bâtis sur 5 départements !

Il faut aussi surmonter les obstacles financiers. La suspension de l’écotaxe qui devait abonder l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport de France (AFITF) n’est évidemment pas neutre.

Sur la partie Bordeaux Tours, le préfet se veut cependant optimiste. «Sur les 1,3 milliards d’euros attendus des collectivités, il y a actuellement des freins sur 300 millions. Mais plusieurs collectivités ont indiqué qu’elles allaient reprendre leurs règlements, notamment en Midi-Pyrénées» souligne le haut fonctionnaire, indiquant que l’Europe devrait participer au financement des portions Bordeaux-Dax et Dax-Espagne, qui font partie d’un des neuf futurs corridors prioritaires de transport européen, le «corridor atlantique».

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 18:21

pascal-pallas.jpgL’édito de la semaine est consacré aux révélations de l’ex candidate FN à Saint-Alban, Nadia Portheault, publiées en exclusivité par Voix du Midi.

Nous avons publié en exclusivité sur notre site internet, ce lundi 4 novembre, les révélations de Nadia Portheault, investie à Saint-Alban dans le nord toulousain, par le FN pour les élections municipales.

D’origine Algérienne, cette jeune candidate a mis un terme à son engagement lasse des blagues et insultes racistes entendues, à son encontre ou pas, au sein de la base militante du FN toulousain.

Son témoignage connaît, depuis, un retentissement national. Et pour cause. Parmi les insultes chocs, celle-ci : « Toi et tes enfants, vous êtes bons pour le four » n’ayant d’égale que le « Durafour crématoire » d’il y a 25 ans.

Quoique cette jeune femme souligne que tous les adhérents du FN ne sont pas à mettre dans le même sac xénophobe, cette énième polémique frontiste, une semaine après la comparaison de Christiane Taubira à une guenon, est un énième rappel des forts relents qu’éructe encore cette boutique extrémiste.

C’est un fait que, lorsqu’une section frontiste s’ébranle dans nos rues pour coller cinquante affiches, c’est un royaliste qui porte la colle, un nostalgique de l’Algérie française détestant les Arabes qui tient les calicots et un ancien coco, rêvant toujours de faire la peau des nantis, le pinceau. Le gugusse qui fait le guet avait son paternel à la milice tandis que le jeune formé à l’occasion de cette patrouille est venu au Front croyant y trouver le dernier bouclier laïcard de la République…

« Face au FN, la diabolisation ne sert à rien. Il faut de la pédagogie contre la démagogie»

Marine Le Pen pourra toujours karcheriser la vitrine, l’arrière-boutique restera toujours en proie à la crasse parce que le populisme, vomissant de puissants messages clairs dans la confusion d’une époque, restera toujours un repaire d’égarés.

Mais au lieu de diaboliser ce troupeau disparate, comme on le fait sans succès depuis trente ans, au lieu d’insulter cette ex candidate et nouvelle candide, comme on l’a lu sur les réseaux sociaux à la suite de la parution de notre article, il faut à tout prix reprendre le contact avec ces gens.

Il faut leur dire que ce n’est pas le vague dans les idées, dans les sentiments qui portera la clarté au milieu de la confusion. Il faut de la pédagogie contre la démagogie et nous disons aux forces républicaines, l’urgence d’en user sans modération à quatre mois de l’ouverture d’une séquence électorale étalant cinq élections continentales, nationales et locales en deux ans.

Lire nos articles sur l’affaire Nadia Portheault:
Municipales: une candidate FN se retire dénonçant l’ambiguité de son parti
Exclusif: la lettre de Nadia et Thierry Portheault à Marine Le Pen (FN)
Le FN va porter plainte contre son ex candidate aux municipales

La Voix du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet
commenter cet article
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 18:03

Xavier Spanghero 05Pierre Cohen veut attaquer les « Jeunes Populaires » en justice. Il est vrai que le tract diffusé par les jeunes UMP était maladroit, comme le furent des centaines de tracts politiques avant celui-là. Reste que le fond du tract est vrai, la propreté à Toulouse est un problème persistant. Il pourrait aussi s’en occuper. Le maire de Balma, Alain Fillola a tenté d’aller jusqu’au Conseil Constitutionnel contre Vincent Novès qui l’avait simplement qualifié de « maire des promoteurs »… en vain. Ces répliques disproportionnées qui s’ajoutent à une salve d’attaques acerbes de Briançon et autres Cujives envers le candidat au Capitole, Jean-Luc Moudenc, révèlent avant tout la fébrilité de l’appareil socialiste à l’aube de l’élection municipale. Car, pour la première fois depuis des années de victoires, les socialistes locaux vont devoir changer de chanson, pas facile quand le disque est rayé. Finis les « c’est la faute à Sarko » et autres « sanctionner les dérives droitières du gouvernement », depuis le 6 mai 2012, c’est la gauche qui est pouvoir. Et là, c’est le drame pour tous ceux qui croyaient encore que le parti socialiste était un parti de gouvernement. Ayant sacrifié tout ce qu’il leur restait de responsabilité sur l’autel de la démagogie pour remporter 2012, les dirigeants socialistes se trouvèrent fort dépourvus lorsque le pouvoir fut venu.

 

« La France renoue avec le chômage de masse »

 

 

Depuis, jour après jour, les lacunes socialistes apparaissent criardes aux yeux de la population française. C’est d’abord leur incapacité à gérer un budget qui surprend : malgré des hausses d’impôts d’un niveau jusqu’alors inconnu, le déficit budgétaire dépassera les 4% du PIB en 2013, les chiffres sont catastrophiques, la France renoue avec le chômage de masse. Viennent ensuite les problèmes de sécurité chaque jour plus nombreux, mais à quoi bon parler de la sécurité de 60 millions de Français quand on ne sait pas faire régner la discipline chez 40 ministres ? Ce sont aussi les manquements graves à la démocratie : des garde-à-vue et des tests ADN abusifs pour les manifestants à la séparation des pouvoirs, fondement de notre République mis à mal par le président lui-même quand il propose à Léonarda de revenir sur le sol français contrairement à la décision de justice préalable. C’est en regardant le bilan terrible des dix-huit premiers mois de pouvoir socialiste que l’on comprend mieux la nervosité des élus locaux du même bord. Il faut dire qu’en termes de budgets, de sécurité ou d’autoritarisme, leurs bilans rappellent étrangement le bilan national. Alors, la meilleure défense restant l’attaque, on va en justice, on taxe Jean-Luc Moudenc d’extrémisme, de populisme ; on l’attaque sur la laïcité, peu importe que les attaques soient ridicules et non fondées, ce qui importe surtout, c’est de montrer les muscles et ne pas parler de ses bilans. Jusqu’à quand ?

 

Xavier Spanghero est le délégué départemental des Jeunes Actifs de l’UMP

Particularité : Il sera présent sur la liste de Georges Deneuville aux municipales de Launaguet

Le Journal Toulousain

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 12:21

TGV 1352En complément de l’approbation ministérielle du 30 mars 2012 et en cohérence avec le programme d’investissements d’avenir présenté par le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault le    9 juillet dernier, Frédéric Cuvillier a arrêté le 23 octobre 2013 le tracé définitif des LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax et défini le schéma de réalisation du GPSO selon deux phases : 
 - la première phase constituée des lignes nouvelles entre Bordeaux et Toulouse et le sud-Gironde et le raccordement de Dax,
- la seconde phase constituée de la ligne nouvelle entre Dax et la frontière espagnole.

Cette décision permet à Réseau Ferré de France d’entreprendre les premières étapes préalables à la phase d’enquête d’utilité publique prévue au premier semestre 2014 pour la première phase, soit pour les trois opérations suivantes : les lignes nouvelles Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax (grande vitesse) et les aménagements ferroviaires au Sud de Bordeaux et au Nord de Toulouse (transport du quotidien).

Téléchargez le communiqué de presse du ministre des Transports du 23 octobre 2013.

GPSO

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article