Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 15:25
101 0957C'est sur le Marché de Grenade que Grégoire Carneiro candidat aux législitives sur la 5ème circonscription, est allé au devant des citoyens pour expliquer son programme. Voir l'album photos
 
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Législatives 2012
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 08:38

Grégoire 05Grégoire Carneiro, maire de Castelginest, Vice Président de la Communauté Urbaine du Grand Toulouse et Candidat aux législatives les 10 et 17 juin 2012, ira à la rencontre des citoyens de la 5ème circonscription afin de prendre acte de leurs préoccupations

 

 

 

 

 

 

  • sur le Marché de Grenade le samedi 02 juin 2012
  • sur le Marché de Saint Jory le Dimanche 03 juin 2012
  • lors de la réunion publique le mardi 5 juin 2012 à 19h à la salle polyvalente de Castelginest ( chemin des Barrières)
  • lors de la réunion publique le jeudi 7 juin 2012 à 19h la salle polyvalente de l'espace Gérard Philipe à Fronton (4 Rue de Balochan).
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Législatives 2012
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 06:00

moudenc-21.jpgJean-François Copé, secrétaire général de l’UMP, était ce jeudi 31 mai à Toulouse pour soutenir Jean-Luc Moudenc, candidat aux législatives sur la 3e circonscription, et Elisabeth Pouchelon, candidate sur la 9e. Son objectif est clair : l’UMP veut profiter des divisions de la gauche pour empêcher le grand chelem annoncé du Parti socialiste et ses alliés en Haute-Garonne.

L’UMP peut-il empêcher le grand chelem espéré par la gauche en Haute-Garonne ? Jean-François Copé veut y croire. Le secrétaire général de l’UMP était ce jeudi 31 mai à Toulouse et Balma pour soutenir Jean-Luc Moudenc et Elisabeth Pouchelon. Deux candidats UMP ayant pour adversaires les candidats d’une gauche divisée.

Sur la 3e circonscription - comprenant notamment Balma et les quartiers des Carmes et de Saint-Étienne - Jean-Luc Moudenc bénéficie d’un redécoupage électoral taillé sur-mesure, puisqu’orchestré par le député UMP Alain Marleix. L’ancien maire de Toulouse profite surtout d’une division à gauche avec la candidature dissidente d’Alain Fillola, maire de Balma et vice-président de la Communauté urbaine Toulouse Métropole. Ce dernier a été exclu du PS après l’annonce de sa candidature face à François Simon, candidat investi au nom de l’accord entre PS et Europe Écologie Les Verts.

Sur la 9e circonscription, Elisabeth Pouchelon pourrait jouer les trouble-fête dans le duel annoncé entre Christophe Borgel, candidat socialiste investi, et Thierry Cotelle, adjoint MRC (Mouvement Républicain et Citoyen) à la mairie de Toulouse.

« Je ne suis pas à Toulouse par hasard, je considère qu’il y a ici des raisons d’espérer de bons résultats, n’a pas caché Jean-François Copé. Notre objectif est la reconquête des territoires perdus. » Le secrétaire général de l’UMP s’est aussi exprimé sur les prochaines municipales : « Toulouse est en train de s’engager dans une anesthésie profonde conduite par le maire actuel, dont on sait qu’il n’a pas une municipalité à la hauteur des ambitions de la ville. C’est la raison pour laquelle j’apporte aussi tous mes encouragements à Jean-Luc Moudenc pour construire les conditions de la reconquête de Toulouse. »

Recréer de la diversité en politique

De son côté, Jean-Luc Moudenc a insisté sur la spécificité du département de la Haute-Garonne : « L’enjeu ici est de recréer de la diversité en politique. Aujourd’hui, on a huit députés sur huit issus du Parti socialiste. Ce dernier représente 35 % des suffrages et 100 % des sièges, il y a quelque chose qui ne va pas, nous allons essayer de corriger cela dans les semaines à venir. »

Jean-Marie Belin, président d’Alliance centriste de Toulouse et de la Haute-Garonne, était également présent pour accueillir Jean-François Copé. Il est un proche de Jean Arthuis, ancien ministre de l’Économie (1995-1997). « Ce qui nous rassemble est plus important que ce qui nous sépare », a insisté Jean-François Copé.

Concernant la candidature dissidente de Stéphane Diébold, Jean-François Copé n’a pas souhaité faire de commentaire tout en indiquant « qu’il y a parfois des décisions douloureuses à prendre lorsqu’il s’agit de dire à certains de nos amis que nous avons besoin d’être rassemblés ». Stéphane Diébold, candidat sur la 4e circonscription, a été exclu provisoirement de l’UMP.

Les élections législatives seront sans aucun doute un premier test politique pour Jean-Luc Moudenc avant les prochaines municipales de 2014.

Objectif News

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Législatives 2012
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 05:50

Elisabeth-Pouchelon-01.jpgÉlisabeth Pouchelon, candidate UMP sur la 9e circonscription de Haute-Garonne, revient sur les raisons de sa candidature. Elle évoque son "ancrage" local et les qualités nécessaires, selon elle, pour devenir député. Cette cardiologue de profession souligne que les élections législatives sont un "moyen pour les citoyens de décider de la politique qu'ils veulent mener pour les cinq années à venir" et précise "qu'aucune élection n'est gagnée d'avance", allusion à son principal adversaire, Christophe Borgel (PS). Voir la Vidéo

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Législatives 2012
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 06:35

TGV 1267Réseau ferré de France considère que le projet de 2005 est resté le même en 2012.

Au lendemain de l'envoi à la ministre de l'Écologie et des Transports Nicole Bricq, d'un recours émanant des anti-LGV de la Coordination 47 (lire « Sud Ouest » d'hier) et demandant l'annulation du tracé LGV Bordeaux-Toulouse, Réseau ferré de France (RFF) se dit « serein ».

« Il ne nous a pas échappé que le délai de cinq ans entre le débat public (qui a eu lieu en 2005, NDLR) et le lancement de l'enquête publique sur ce projet (prévue en 2013) a été dépassé. Nous sommes d'ailleurs en train de préparer un dossier pour la rentrée de septembre afin de saisir la Commission nationale du débat public. C'est elle qui décidera s'il faut lancer un nouveau débat », souligne Frédéric Perrière, directeur des études RFF. Elle décidera sur la base du Code de l'environnement.

À savoir : un nouveau débat public s'impose si les circonstances de fait ou de droit ont entraîné des modifications substantielles du projet depuis 2005. Pour les anti-LGV, c'est clair, les modifications sont significatives. Pour RFF, le projet est le même et ne nécessite pas de nouveau débat.

Des choux et des carottes

« Évidemment, le coût estimé en 2005 était de 2,9 milliards d'euros, sur la base d'euros de 2004. Sept ans plus tard, il est d'un peu plus de 5 milliards - et non de 7,8 milliards comme le répètent à tout va les opposants à la LGV -, ce qui correspond aux poussées significatives de l'inflation et des coûts. Pour avoir un ordre d'idée, les bases indiciaires ont augmenté de 25 % entre 2004 et 2009 et de 7 % entre 2009 et 2011. Il est donc évident et normal que le coût ait évolué », souligne le directeur des études de RFF.

Sur l'argumentation avancée par la Coordination 47 relative au trafic prévu en gare d'Agen, là aussi RFF a à répondre. « Ils comparent avec la gare de Valence, dans la Drôme, qui n'a pas les mêmes caractéristiques, ne serait-ce que géographiques. Ils avancent ensuite des comptes en parlant d'arrêts en gare quand nos études parlent d'allers-retours. Ils comparent des choux et des carottes… et comparaison n'est pas raison. »

Sur les retombées économiques, les anti-LGV et RFF semblent sur la même longueur d'ondes même s'ils ne l'expriment pas vraiment de la même manière. « En terme de retombées, il n'y a pas de vérité absolue. Nous avons des exemples où l'arrivée de la LGV a été suivie d'un certain dynamisme économique et nous avons l'exemple contraire », poursuit Frédéric Perrière. « Il faut garder à l'esprit que ce n'est pas l'arrivée de la LGV qui génère de l'activité, du moins sur le long terme. Ce n'est qu'un atout supplémentaire que peut utiliser le territoire pour créer une véritable dynamique. C'est aux collectivités de saisir ce catalyseur. »

RFF en reste là pour le moment, préférant avoir en main le dossier des anti-LGV transmis à la ministre. « Dès lors, nous pourrons nous prononcer sur le fond, et il n'est pas à exclure que ce dossier présente des choses intéressantes… »

Le Sud Ouest

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 06:16

TGV_1282.jpgRéseau ferré de France va devoir concilier protection des espèces, dont le pélobate cultripède, et impératifs économiques avec la construction de la LGV.

Le pélobate cultripède, personne (ou presque) ne sait à quoi ressemble cette discrète bestiole et pourtant, tout un chacun devrait avoir une (grande) idée sur ce batracien bardé de protections aussi diverses que variées. Et comme sa présence vient d'être mise en évidence dans un secteur « sensible » (celui du fuseau LGV), il y aurait comme des enjeux majeurs dans l'air.

Une espèce endémique

Le pélobate cultripède appelé encore « pélobate à couteaux » possède une aire de distribution relativement limitée même si le réchauffement climatique a tendance à la repousser vers des latitudes plus septentrionales. Il colonise en effet la péninsule ibérique ainsi que l'ouest et les régions méditerranéennes. En Aquitaine, sa présence se révèle très discontinue et sa population très fragmentée (il est mentionné « en nette régression » dans l'Inventaire national du patrimoine naturel). Récemment découvert en Lot-et-Garonne par divers naturalistes dont L. Joubert, chargé de mission faune au sein de la réserve naturelle de la Mazière, les sites qui l'hébergent ne sont pas légions, tous cantonnés dans un triangle Fargues-sur-Ourbise/Durance/Pompiey, un nouveau noyau venant d'être versé à l'inventaire voici seulement quelques jours.

Les choses auraient pu en rester là si le fuseau de la LGV n'avait pas été déterminé au beau milieu de ces sites pour le moins sensibles. Or l'espèce figure sur la liste rouge de l'UICN en tant qu'« espèce menacée » comme sur la Liste rouge des amphibiens de France métropolitaine (même raison). Le Code de l'environnement qui ne plaisante pas avec la protection des espèces interdit « la capture, la destruction, l'enlèvement, la mutilation, la naturalisation des œufs ou des spécimens », tout comme d'ailleurs le droit européen, l'espèce se trouvant également protégée par les dispositions de la directive Habitats (Annexe IV) et de la Convention de Berne. Comment concilier respect des règles protégeant les espèces (mais aussi les milieux qui les accueillent) et impératifs économiques représentés par la construction d'une ligne à grande vitesse ? Une sorte de quadrature du cercle que devra résoudre Réseau ferré de France.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 09:20

TGV 1267Le vaudeville étant une comédie construite sur des malentendus, je voudrais essayer de remettre sur les rails les lecteurs bernés par des propos et des déclarations sur fond de campagne électorale.

La LGV est un sujet traité et plus souvent maltraité par les uns et par les autres. Eliminons strictement toute inspiration plus ou moins tendancieuse et appuyons-nous sur des informations impartiales pour accéder à une vérité objective.

La LGV est un projet d'envergure nationale, comme le fut en son temps la construction de l'autoroute A 62, il y a quarante ans. Les trois métropoles Paris, Bordeaux et Toulouse y sont très favorables. Remarquons que ces trois grandes villes sont les moins impactées par le projet, d'où le silence de ses élus, toutes tendances confondues.

Alors se pose la question de savoir : Que peut faire un élu local ? Il peut s'opposer, vociférer, dénoncer… montrer ses petits muscles mais la force et la puissance publique s'appuyant sur l'intérêt général poursuit son projet en faisant fi de toute concertation.

Mais il peut aussi être plus réaliste et pragmatique en imposant d'être associé à la prise de décision du tracé, donner son avis sur des mesures d'insertion environnementales, discuter du coût, protéger ses habitants, veiller aux justes réparations des préjudices, définir les nouvelles opportunités d'un développement local…

Je peux comprendre que celles et ceux, touchés directement par le projet, ne comprennent pas et n'adhèrent pas à mon propos. Mais je voudrais leur dire aussi, qu'en dehors de toute réaction épidermique bien compréhensible, il existe le temps de la juste réflexion. De celle qui consiste à ne pas soutenir une stérile veulerie des uns au détriment du courage des autres. Un élu doit être capable, sans se renier, d'affronter les éléments au lieu de les nier.

Un d'Artagnan de Rostand sera toujours préférable à un Don Quichotte de Cervantès. »

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 06:26

jean françois copé-copie-1Dans le cadre des élections législatives, Jean-François Copé, Secrétaire général de l’UMP, se rendra le jeudi 31 mai dans le département de la Haute-Garonne. 

Programme

 

10h00 : Petit-déjeuner avec les militants en présence d’Elisabeth Pouchelon, Conseillère régionale et candidates aux législatives - Permanence d’Elisabeth Pouchelon - 5 bis, avenue de l’URSS - 31400 Toulouse
11h00 : Visite des commerçants de Balma en présence de Jean-Luc Moudenc et Laurence Arribagé, candidats aux législatives
11h30 : Point presse
11h45 : Rencontre avec les militants - Salle des fêtes Avenue des arènes - 31130 Balma

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Législatives 2012
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 05:35

TGV 1267Hier, la coordination 47 des associations qui s'opposent à la ligne à grande vitesse ont envoyé, par courrier, un très épais document (1400 pages) à la toute nouvelle ministre de l'Ecologie Nicole Bricq. Il s'agit en fait d'un recours en annulation de l'arrêté ministériel signé le 30 mars dernier par le Premier ministre de l'époque, François Fillon. Cette signature validait le tracé choisi en début d'année par le comité de pilotage et permettait à Réseau Ferré de France de lancer la procédure d'enquête publique (prévue en 2013) pour une DUP (déclaration d'enquête publique) en 2014.

Comme fondement à leur demande d'annulation, les anti-LGV s'appuient sur les délais. Ils stipulent qu'une enquête publique doit débuter cinq ans et pas plus après le débat public prévu par les textes. «Elle aurait donc due être lancée en décembre 2010, ce n'est pas le cas !» soutient Patrick Vaccary, de la Coordination 47. Les opposants s'appuient aussi sur les modifications supposées avoir été apportées entre ce même débat public et les documents de base ayant servi pour la signature de l'arrêté ministériel. La Coordination 47 aidée par un avocat souligne douze points de modification «de faits et de droit» susceptibles de permettre à la nouvelle ministre de leur donner raison. Le candidat Hollande s'est peu exprimé sur le développement des lignes à grande vitesse dans le pays mais ses proches conseillers indiquaient à la sortie de l'hiver qu'il n'était pas dans les intentions socialistes d'aller plus loin dans les projets nouveaux. A voir désormais avec le Président Hollande et le gouvernement Ayrault.

La Dépêche du Midi

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 05:43

TGV 1267L'association va déposer, mercredi, un recours contre le tracé.

L'association Très Grande Vigilance en Albret, présidée par Charles d'Huyvetter, s'apprête à déposer d'ici le 30 mai, auprès du ministre des Transports un recours en annulation de la décision de l'ancien Premier ministre, François Fillon, en date du 30 mars 2012. Décision d'avaliser le tracé de la Ligne à grande vitesse ouvrant ainsi la possibilité à Réseau Ferré de France de préparer le dossier de l'enquête publique.

TGV en Albret considère qu'il y a eu plusieurs vices de procédure et donc comme la loi l'y autorise dépose un recours dans les deux mois qui ont suivi la décision de l'ancien Premier ministre.

L'association a plusieurs points à soulever et va finir de ficeler son dossier pour mercredi prochain.

Le Sud Ouest

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article