Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 07:24

jeunes-populaires-31.jpgLes Jeunes Populaires de Haute-Garonne constatent avec déception la victoire de la gauche aux élections législatives. Nous serons une opposition constructive et attentive.

Je tiens à remercier tous les jeunes qui ont travaillé sans ménager leur peine auprès de nos 10 candidats ; nous avons fait un formidable travail de terrain ! Nous avons également eu la chance d’avoir deux jeunes suppléants, Virgile Torres sur la 8eme circonscription et moi-même sur la 7eme circonscription.

Nous serons le fer de lance de la reconquête. Nous détecterons les nouveaux talents et les formerons pour que le renouveau dans ce département passe désormais par la jeunesse.

La victoire de Jean Luc Moudenc sonne comme le début cette reconquête dans notre département. Nous serons avec lui et auprès de tous nos leaders dans chaque circonscription pour continuer et amplifier notre action.

 

Guillaume BROUQUIERES

Responsable des Jeunes Populaires de Haute-Garonne

Repost 0
Publié par Pascale Binet
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 07:17

Gregori-01.jpgGrégori International a tout pour réussir. Cette PME installée à Saint-Jory près de Toulouse a conquis le monde avec un savoir-faire unique: construire des terrains de sport et notamment de golf. L'entreprise réalise 100% de son chiffre d'affaires à l'export, emploie près de 200 personnes et réalise entre 10 et 13 M€. Mais cette belle histoire à succès risque bien de s'arrêter à cause de la Coface. Cet organisme public qui est censé épauler nos PME pour les aider à exporter ne veut plus soutenir Grégori International. L'agence spécialisée dans l'assurance-crédit à l'exportation refuse en effet de garantir les contrats que Grégori signent. «Dans nos métiers, nous devons apporter à nos clients des cautions de bonne exécution qui s'élèvent entre 5 et 10% du prix global du marché».

«Jusqu'à présent la Coface nous contre-garantissait mais le ministère de l'économie a décidé de nous couper toutes les garanties» s'étonne Xavier Grégori, le PDG de la société.

L'emploi pourrait être menacé

Raison invoquée par Bercy: la part de l'activité française de Grégori serait insuffisante et n'atteindrait pas 20% du chiffre d'affaires. «Pourtant nous avons prouvé que par notre siège à Toulouse, nos achats, la logistique à l'aéroport de Toulouse Blagnac ou à Eurocentre... la part française de notre activité atteint 35% !» s'indigne le dirigeant de la PME. Ainsi tous les ans, Grégori International recrute deux à quatre personnes très qualifiées à Saint-Jory et fait vivre l'économie locale. «Nous ne sommes pas une coquille vide !» lance Xavier Grégori.

Sans cette garantie, Grégori International risque bien de rater d'importants marchés en cours de négociation, notamment au Maroc. Aujourd'hui, cette PME qui n'a qu'un seul concurrent en France, dispose de quatorze mois de visibilité d'activité. Et le carnet de commandes pourrait se prolonger de douze mois supplémentaires avec un nouveau marché. «Mais sans cette garantie tout va tomber à l'eau. Et à terme c'est bien l'emploi à Toulouse qui sera menacé. Nous ne demandons pas de subventions!» précise-t-il. En effet, la garantie Coface n'est pas une faveur mais bien une assurance qui est facturée à l'entreprise. Grégori International n'est pas un cas isolé: une autre PME de travaux publics toulousaine qui travaille à l'export est aussi touchée.


Moscovici saisi

Grégori International a besoin que la situation se débloque très vite, « sous quinze jours si possible » glisse Xavier Grégori qui vient d'écrire à Pierre Moscovici, ministre de l'Économie et Arnaud Montebourg en charge du Redressement productif pour attirer leur attention sur ce dysfonctionnement. Car le concurrent allemand de la Coface, Euler Hermès, lui,* accorde sa garantie mais pour seulement 2 M€ sur les 4 M€ nécessaires.

La Dépêche

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 07:00

legislative-015.jpgIls sont un maigre lot de consolation pour la droite: Jean- Luc Moudenc, Laurent Marcangeli et Jean-Frédéric Poisson ont pris à contrepied les résultats nationaux. En comparaison des lourdes pertes enregistrées dimanche soir, ils sont un maigre lot de consolation. Mais ils accomplissent un exploit: chiper des circonscriptions à la gauche, à rebours du mouvement national. Si l’on met de côté les effets du redécoupage de 2009 –par exemple, des circonscriptions coupées en deux qui envoient deux députés de droite à l’Assemblée au lieu d’un–, ils sont trois élus, deux UMP et un du parti chrétien démocrate, à rejoindre les «survivants» de la droite au Palais bourbon. Dans les Yvelines, Jean-Frédéric Poisson (photo AFP) a fait la joie de Christine Boutin, en reprenant le siège de sa mentor à Rambouillet. Le candidat du petit Parti chrétien démocrate, soutenu par l’UMP, l’avait déjà occupé de 2007 à 2009 lorsque la ministre du Logement était entrée au gouvernement. Avant de céder sa place, lors d’une législative partielle en 2010, à la Verte Anny Poursinoff. Opposé à la candidate sortante, ce chef d’entreprise de 49 ans était en tête de onze petites voix au premier tour. Et l’a emporté dimanche plus confortablement avec 53,65% des voix.

Egalement à rebrousse-poil des résultats nationaux, la Corse a élu trois députés UMP sur les quatre circonscriptions, dont Laurent Marcangeli (UMP) dans la 1re de Corse du Sud. Le jeune Ajaccien de 31 ans passe sur le fil, à 50,52%, contre le divers gauche sortant Simon Renucci. Déjà conseiller général de Corse-du-Sud et conseiller municipal d’Ajaccio depuis plus de dix ans, il prend date pour les prochaines municipales.

Le cas Moudenc, à Toulouse, est moins simple, sa circonscription, la 3e de Haute-Garonne, ayant été redessinée. Mais dans un département où la gauche emportait les huit sièges en 2007, l’ancien maire UMP la prive cette fois du grand chelem. Jean- Luc Moudenc, avec ses 350 voix d’avance (50,41%) sur François Simon (EELV), reprend donc le siège de l’actuel maire (PS) de Toulouse, Pierre Cohen, qui ne se représentait pas aux législatives. Le candidat «majorité présidentielle» avait été handicapé par la candidature dissidente du socialiste Alain Fillola, au premier tour.

Libération

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Législatives 2012
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 06:10

TGV_1285.jpgUne cinquantaine d’exploitants ont bloqué les travaux, hier, pour protester contre les retards de paiement liés aux expropriations. Petit coup de pression, hier, sur le chantier de la Ligne à Grande Vitesse Tours-Bordeaux. Environ 50 agriculteurs se sont retrouvés vers 10 h, à Draché, devant les locaux de la Cosea (filiale de Vinci) pour protester contre les lenteurs des indemnisations liées aux expropriations.
Dans le département, environ 400 agriculteurs sont concernés : 90 pour des expropriations, plus de 300 pour les « aménagements fonciers » consécutifs au redécoupage des exploitations. Celles-ci se trouvent notamment à Maillé, Draché, Villeperdue et Marigny-Marmande.

Symboliquement, des agriculteurs sont allés labourer des terres dont ils ont été expropriés mais qui ne leur sont toujours pas payées. Ces retards de paiement vont de deux à six mois.
« Un protocole spécifique LGV Tours-Bordeaux a été négocié en 2009 entre Réseau ferré de France et la profession, via la chambre d'agriculture et les syndicats. Lorsque Vinci a pris la concession, le groupe connaissait le protocole », s'étonne Alain Raguin, président de l'Union départementale des syndicats d'exploitants agricoles (UDSEA).

Cinquante-sept dossiers en souffrance

Un autre problème touche aux « surfaces agricoles utiles », qui vont passer de 150 ha à près de 1.000 ha.
Il s'agit d'un principe de compensation environnementale : lorsqu'un hectare de forêt est déboisé pour la ligne, il faut prévoir un hectare de forêt ailleurs pour respecter l'équilibre. Idem avec les zones protégées.
D'où de nouvelles expropriations. « Nous l'avons découvert au fur et à mesure », poursuit Alain Raguin.
A peine sorti de sa période de réserve électorale, le préfet d'Indre-et-Loire, Jean-François Delage, n'a pas tardé à réagir à ce coup de sang. Dès hier après-midi, il a réuni les représentants du monde agricole et les responsables de Cosea pour faire un point précis de la situation.
Depuis le mois de novembre 2011, 1.454 parcelles expropriées ont déjà été indemnisées pour un montant global de 11,6 M€. 57 dossiers sont en souffrance pour un total de 1,12 M€
« Cosea s'est engagé à les examiner avant la fin de la semaine. Les versements seront effectués d'ici le 14 juillet », indique le préfet en expliquant les retrads de paiement par des lourdeurs de procédure. « Il n'y a pas de mauvaise volonté. Cosea s'est engagé à appliquer scrupuleusement les accords conclus », assure Jean-François Delage, en première ligne sur le sujet.

La Nouvelle République

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 05:44

legislative-014.jpgLa droite Haut-Garonnaise n'a qu'un siège de député mais sort la tête de l'eau

Il est « un homme heureux ». Jean-Luc Moudenc, le président de l'UMP 31, est tout à sa joie depuis dimanche soir. Celle d'avoir gagné la 3e circonscription de Haute-Garonne, empêchant la gauche départementale de réussir le grand chelem comme en 2007. Celle aussi de « retrouver des fonctions et de ne pas être un simple commentateur ». Faisant d'une pierre deux coups, cette victoire permet à l'ancien maire de Toulouse de se débarrasser « de cette étiquette de perdant ». Et, en vue des municipales de 2014, cela compte. Même si François Hollande était arrivé en tête dans cette circonscription le 6 mai, elle était annoncée favorable à la droite en raison du rédecoupage électoral. Le candidat Moudenc était d'ailleurs attendu au tournant par ses propres alliés, prêts à le contester. Au lendemain du scrutin, « cela règle le problème de leadership », tranche l'intéressé avant d'ajouter : « nous avons deux ans devant nous pour nous rassembler et labourer le terrain… je considère être désigné depuis dimanche pour impulser ce travail de reconquête ».

Dissidence et rancœur
Et si du côté de la droite on joue l'union, à gauche pointe la division. La défaite de l'écologiste François Simon à 350 voix près fait naître quelques rancœurs. Investi par le PS, il a connu la dissidence du maire socialiste de Balma, Alain Fillola. Et malgré le désistement de ce dernier dans l'entre-deux-tours, le report de voix ne s'est pas opéré. « Le principe de réalité s'est appliqué sur notre circonscription. Comme nous le pressentions, François Simon n'a pas été en mesure de rassembler sur son nom les voix de gauche exprimées au premier tour », assène lundi Alain Fillola dans un communiqué. « Dans la dynamique nationale ça aurait pu passer. Là, la dissidence a été l'allié objectif de la droite », répond amer Antoine Maurice, président du groupe des élus EELV à la Communauté urbaine. « Avoir fait élire Jean-Luc Moudenc, ça le remet en selle et ça ressoude la droite quand, d'un autre côté, cela crée un malaise dans notre majorité », déplore l'élu écologiste.
20 Minutes

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Législatives 2012
commenter cet article
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 18:26

legislative-013.jpgCe dimanche 17 juin, 21.650 électrices et électeurs m’ont fait confiance en m’accordant leurs suffrages.

Je tiens à les remercier très chaleureusement, de même que tous ceux qui ont participé à cette belle campagne.

Je salue mon adversaire, François SIMON, avec qui nous avons mené une bataille très digne et d’un bon niveau.

Désormais Député de la 3ème circonscription de Haute-Garonne, je mettrai en œuvre les trois engagements de ma déclaration de candidature : 

- au niveau national, j’agirai pour faire vivre le courant centriste et humaniste auquel j’appartiens au sein de l’UMP et à l’Assemblée nationale ;

- je défendrai Toulouse à l’Assemblée nationale.

- j’appuierai tous les projets d’avenir sur les quartiers toulousains et toutes les communes qui forment la circonscription en liaison avec les élus locaux, quelle que soit leur étiquette politique ;

Cette victoire a été possible grâce à un travail de fond mené depuis plus d’un an et au rassemblement de toute notre famille du Centre et de la Droite, et bien au-delà. Désormais, cette approche sera mise en œuvre dans toute la Haute-Garonne pour œuvrer à la reconquête de nos territoires. Je l’impulserai en liaison avec le Sénateur Alain CHATILLON.

La victoire est belle, mais une nouvelle bataille commence !

Jean-Luc MOUDENC
Député de la Haute-Garonne
Maire de Toulouse de 2004 à 2008

Repost 0
Publié par Pascale Binet
commenter cet article
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 11:46

jean françois copé-copie-1Dimanche soir, Jean-François Copé a pris « acte de la victoire de la gauche » et adressé de façon républicaine à la nouvelle majorité ses « vœux de succès dans l’intérêt de la France ».

Remerciant le « travail et l’engagement fantastiques » des militants ainsi que les millions de Français qui ont voté pour les représentants de notre famille politique, Jean-François Copé a également eu une pensée « particulière et affectueuse » à ceux de nos candidas qui, malgré une campagne remarquable, ont perdu.

Devant l’ensemble des Français, de nos militants et sympathisants, Jean-François Copé s’est engagé à ce que notre famille politique incarne une opposition républicaine forte au service des Français. «Une opposition responsable mais vigilante et déterminée, responsable parce que la gravité de la crise ne commande pas de jouer une opposition stérile comme la gauche l’a fait pendant cinq ans », souligne Jean-François Copé.

Face à une gauche qui détient désormais tous les pouvoirs, notre secrétaire général a fixé les principaux objectifs de notre famille.

Tout d’abord la session extraordinaire du Parlement qui va se poursuivre tout l’été avec des projets préoccupants. « Nous ne laisserons bafouer ni l’indépendance, ni les valeurs de la République. Nous ne laisserons pas ruiner le pays avec des augmentations d’impôts et de la dette. Nous ne laisserons pas détruire nos emplois, nos entreprises, nos universités, faute de compétitivité. Nous ne laisserons gagner ni l’assistanat, ni le laxisme, ni le communautarisme qui menace avec le droit de vote des étrangers. Nous ne laisserons pas attaquer les familles ni les classes moyennes et nous ne laisserons en aucun affaiblir ni le couple franco-allemand, ni la construction européenne », détaille Jean-François Copé pour qui « dès demain, c’est le temps de la reconquête qui commence ».

Car le second objectif est de partir dès maintenant à la reconquête des territoires perdus. « Nous lancerons pour cela le plus grand plan de mobilisation jamais réalisé par un parti politique pour préparer les élections locales de 2014 », précise Jean-François Copé qui souhaite également lancer une « réflexion de fond et sans tabous » sur ce qui fait le socle de nos valeurs et de nos idées avec l’ensemble des différentes sensibilités de notre famille politique.

Toute une démarche pour relever « le seul défi qui vaille : protéger et préparer l’avenir des enfants de France ».

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP
commenter cet article
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 07:08

Général De GaulleChers amis,

Comme chaque année, l'UMP 31 célébrera le souvenir de l'Appel du 18 juin.

Depuis Londres, le général de Gaulle prononce, le 18 juin 1940 sur les ondes de la BBC, un appel à la résistance invitant les Français à refuser la défaite et à combattre, concluant son message par cette belle phrase qui restera dans les mémoires : "Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas"


Afin de se souvenir de cette période de notre histoire et des hommes et des femmes qui ont combattu pour la France nous déposerons, comme l'an dernier, une gerbe au Monument de la Résistance et de la déportation, allées Frédéric Mistral à Toulouse.


Nous vous invitons à participer à cette cérémonie dont le programme est le suivant :

Lundi 18 juin 2011 à 10h00 : début de la cérémonie officielle sous la présidence de M. le Préfet

10h30 : fin de la cérémonie officielle

10h35 : dépôt de gerbe par les élus et les militants de l'UMP 31


Vous trouverez en pièce jointe les détails de cette manifestation.

18 juin 2012 18 juin 2012

Nous comptons sur votre présence,

Bien amicalement,

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 05:57
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Législatives 2012
commenter cet article
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 05:50
legislative-012.jpg350 voix séparent l'ancien maire de Toulouse et son adversaire François Simon.

Le suspense aura duré jusqu'au bout pour les deux candidats au siège de député dans la 3ème circonscription de la Haute-Garonne.

Face à face sur le plateau de France 3 Midi-Pyrénées, Jean-Luc Moudenc et François Simon ont dû attendre 23 heures pour connaître leurs scores définitifs. Un résultat très serré, comme attendu.

L'ancien maire de Toulouse remporte l'élection avec 50,41 % des vois, contre 49,59 % pour François Simon.

Peu de temps avant cette annonce, François Simon disait vouloir tirer les leçons de la division à gauche qui a agité la circonscription, sa candidature socialiste ayant déplu au candidat "naturel" Alain Fillola.

Pour Jean-Luc Moudenc, qui rêve de reconquérir le Capitole, cette victoire est encourageante.

  Vidéo

 

Toutes les vidéos

 

LE CONTEXTE

 

A cheval entre Toulouse et Balma, la troisième circonscription de Haute-Garonne a elle aussi été retaillée. Le nouveau découpage semble favorable à un candidat de droite, si l'on s'en réfère au vote des bureaux toulousains. L'ex-troisième circonscription ne garde que les cantons de Toulouse 9 et de Verfeil, et échange Castanet-Tolosan contre Toulouse 2 et 8. Du coup, cette circonscription marquée à gauche se "droitise", notamment avec le canton 2 de Toulouse, le seul du département à n'avoir jamais élu de conseiller de gauche sous la Vème République.

L'enjeu y est municipal : le candidat UMP, Jean-Luc Moudenc, ancien maire de Toulouse, rêve en effet de reconquérir le Capitole et compte sur une victoire aux législatives pour asseoir ses chances aux municipales.

Il devra faire face au candidat d'Europe Ecologie Les Verts, François Simon, à qui le parti socialiste a laissé la place, mais également au socialiste Alain Fillola (maire de Balma et conseiller général de Toulouse 8) qui n'a pas goûté cette investiture.

Au 1er tour de l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy faisait, dans cette circonscription, son meilleur score de la région, avec 31 %. François Hollande, lui, y a remporté 63,65 % des voix au second tour.

Les problématiques des déplacements pour les électeurs urbains et celle du maintien des services publics pour les électeurs ruraux sont au coeur de la campagne.

109 578 habitants sont recensés dans cette troisième circonscription de Haute-Garonne.

France3
Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Législatives 2012
commenter cet article