Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 06:34

Alors que le transport aérien ne cesse de se développer, confirmant l'ancrage de l'aéroport de Toulouse, Midi-Pyrénées attend son TGV pour 2018 et ose croire enfin à des vraies liaisons transpyrénéennes, routières et ferroviaires.

Date Référence. En 2011, la réalité régionale est assez proche de l'image décrite dans le Scénario « tendanciel » écrit en 1990 : une aire métropole attractive et dynamique, mais qui peine à réaliser les aménagements nécessaires.

Une journée de colloque pour un aussi grand exercice prospectif… Certains y verront une gageure, l'éphémère confrontation entre responsables élus, représentants des grands corps d'État et observateurs extérieurs. Les débats qui s'ouvriront lundi auront pourtant l'avantage de fixer de vraies pistes de réflexion sur ce que sera en 2030 notre territoire régional.

Les infrastructures de transport à cette échéance seront un des thèmes de prédilection abordés à cette occasion, la Région ayant longtemps cumulé des handicaps très visibles en la matière. Certes, on a beaucoup investi et construit depuis vingt ans, des autoroutes aux deux lignes de métro, en passant par le tramway. Jusqu'au Plan rail qui a volé au secours d'un réseau condamné. Mais il reste des « faiblesses persistantes » qui sont le non-raccordement avec le réseau français et européen à grande vitesse victime de retards successifs après que les collectivités et l'État eurent bataillé sur leur responsabilité financière respective.

Par ailleurs, Midi-Pyrénées voit toujours s'élever des obstacles à la circulation transpyrénéenne, la TCP jouant l'Arlésienne depuis 20 ans.

Autre constat, le service SNCF offert sur les liaisons nationales est jugé de « médiocre qualité », tout comme sont souvent évoqués les retards dans la connexion routière de Toulouse avec Auch, Castres-Mazamet, ainsi que la mise en œuvre de l'autoroute Albi/Rodez/Lyon.

Mais restons résolument optimistes : en 2020, Toulouse sera à 3 heures de Paris grâce au TGV. La Traversée centrale des Pyrénées inscrite au Schéma européen des grandes infrastructures verra ses travaux démarrer en 2025. Et Castres sera enfin relié à Toulouse par autoroute.

Et il est déjà une autre réalité bien palpable en matière de réseau, virtuel cette fois, c'est le développement du très haut débit qui permet de rapprocher les populations et les décisions. Même si, là encore, il est encore des zones d'ombre.

« Midi-Pyrénées, quels futurs pour 2030 ? » A cet exercice prospectif se livrent lundi 31 janvier, à l'hôtel de Région, le Conseil économique et social, la Région Midi-Pyrénées et les services préfectoraux. Nous saisissons l'opportunité de ce colloque pour consacrer une série aux différents thèmes abordés ce jour-là : les infrastructures de transport, l'agriculture, l'industrie, la culture, le rayonnement international…

Demain : L'Europe : les Pyrénées sans frontière

La Dépêche du Midi du 260111

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article

commentaires