Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 14:42

TGV 150La LGV Bordeaux-Toulouse est la seule ligne maintenue avant 2030, selon le rapport Duron remis aujourd’hui au ministre des Transports, Frédéric Cuvillier. Ce rapport, établi par la Commission Mobilité 21, préconise par ailleurs une sortie du "tout TGV", jugé trop coûteux. Martin Malvy se dit "confiant" et Pierre Cohen "vigilant".

Le rapport de la Commission Mobilité 21 sur les infrastructures de transport à construire lors des prochaines décennies a été remis au gouvernement ce jeudi. Il préconise une sortie du tout TGV, trop coûteux en période de restrictions budgétaires, au profit d'une autre politique de transports, axée sur la proximité. Ce rapport met en effet l'accent sur la nécessité de rénover les infrastructures existantes, et d'investir dans de grands "nœuds ferroviaires", destinés à désengorger de nombreuses gares, comme celle de Lyon, de Marseille, et celle de Saint-Lazare à Paris. Seule rescapée de ce rapport, la LGV Toulouse-Bordeaux puisque la construction de cet axe est maintenue avant 2030, dans le meilleur des cas.

Premières réactions en Midi-Pyrénées

Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées, était en séance plénière à l’Hôtel de Région aujourd’hui, et a déclaré : "Je suis confiant car très objectivement la liaison avec Toulouse ne peut être que prioritaire. Toulouse est la quatrième ville de France. Quelle autre raison aurait pu pousser à mettre Bordeaux à 2 heures de Paris que celle qui - dans le prolongement - permet à la capitale de Midi-Pyrénées d’en être à 3 ? Aucune. C’est l'augmentation du trafic au départ ou à l’arrivée de Toulouse et Montauban, les 2 gares de Midi-Pyrénées, qui assureront la rentabilité des investissements en cours. Confiant enfin car nous participons actuellement au financement des travaux - comme cela nous a été demandé - sur Tours-Bordeaux, c’est-à-dire hors de nos limites administratives, ce qui aurait été inconcevable s'il ne s’était agit d’un axe unique : Paris-Toulouse par Tours et Bordeaux. C’est le raisonnement et le discours que je n'ai cessé de porter depuis près de 15 ans."

De son côté Pierre Cohen, maire de Toulouse, également occupé en conseil communautaire toute la journée, se dit "satisfait" et "vigilant". Dans un communiqué de presse envoyé en début d’après-midi, il déclare : "Les conclusions du rapport confirment la nécessité de raccorder Toulouse au réseau de la grande vitesse. Les collectivités restent totalement mobilisées et attendent la confirmation des préconisations du rapport par le gouvernement."

Concernant le calendrier des travaux, Pierre Cohen a réaffirmé l'obligation de rattraper le temps perdu sur ce dossier. "Les études sont aujourd'hui très avancées et la phase de construction suivant la phase d'enquête publique devra démarrer sans délai, explique-t-il. Nous restons donc vigilants aux côtés de la Région Midi-Pyrénées et du Département de la Haute-Garonne sur le calendrier pour que la construction du tronçon Bordeaux-Toulouse puisse se faire dans la continuité du tronçon Tours-Bordeaux."
Objectif News

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article

commentaires