Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 05:38

TLTSuivant depuis de long mois la complexe réorientation de la chaîne de télévision locale Télé Toulouse (TLT), les élus UMP et associés du groupe Osons Midi-Pyrénées au Conseil régional de Midi-Pyrénées ont décidé de passer à la vitesse supérieure.

Ce début de semaine, ce groupe d’opposition à Martin Malvy, présidé par Jacques Thouroude, a lancé deux procédures pour connaître les détails d’un Contrat d’objectifs et de moyens (COM) signé, l’été dernier, entre le Conseil régional de Midi-Pyrénées et la direction de la chaîne contrôlée principalement par la mairie de Toulouse (51,5 % des parts) et le groupe La Dépêche (22,5 %). Un contrat engageant la collectivité régionale à hauteur d’1,5 million d’euros sur 3 ans contre une orientation plus régionale du contenu éditorial de la chaîne.

« Après avoir écrit sans succès au CSA, nous avons décidé de saisir la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) pour obtenir la délivrance des documents inhérents à la négociation opérée par la chaîne et la région, annonce Elisabeth Pouchelon (UMP), suivant principalement ce dossier à la région.

« Parallèlement, nous demandons la saisine de la Chambre régionale des comptes sur ce Contrat d’objectifs et de moyens. Pour trois raisons : l’absence de mise en concurrence, l’absence d’éléments sur le reconventionnement de la chaîne par le CSA en cas de réorientation éditoriale de la chaîne et d’une extension de la zone de la diffusion ; enfin, sur le versement du premier tiers du montant engagé, soit 500 000 euros pour l’année 2012 sans que quelconque réorientation éditoriale n’ait été opérée », poursuit-elle.

L’avenir toujours incertain de la chaîne
Cette double initiative intervient dans un contexte toujours difficile pour la télévision locale toulousaine. Son directeur des programmes, Franck Demay, vient d’être mis à pied par sa direction et son remplacement serait, selon nos informations, en cours.

N’ayant pu recruter le directeur de cabinet de Martin Malvy au Conseil régional, Philippe Joachim, lequel avait décliné l’offre après un avis négatif de la commission de déontologie de la fonction publique, le conseil d’administration lorgne aujourd’hui un journaliste parisien pour le poste de directeur général : Emmanuel Schwartzenberg, qui fut longtemps responsable de la page Médias au Figaro.

Le fils du célèbre cancérologue, proche des milieux radicaux de gauche, n’a cependant pas encore donné son accord.

Le groupe La Dépêche serait également prête à « lâcher » la régie publicitaire de la chaîne, ce qui apporterait un peu plus d’autonomie à celle-ci. L’information reste à confirmer mais elle coïnciderait parfaitement avec l’objectif de rachat de Sud Radio que le groupe présidé par Jean-Michel Baylet s’est fixé.

En vertu d’une loi sur la concentration de la presse et sur la concurrence, une entreprise de presse ne peut éditer, dans une région, une publication quotidienne et exploiter, dans la même zone, une télévision hertzienne que si elle s’abstient de toute activité dominante en matière de radio…

A noter que, selon nos informations, ni les représentants de TLT et du groupe La Dépêche ne seront auditionnés par la commission sur l’avenir de la télévision régionale mis en place en janvier au Conseil régional par Martin Malvy à la demande des élus écologistes et présidée par Dominique Salomon (PRG).

La Voix du Midi

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Région
commenter cet article

commentaires