Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 07:26

vote.jpgNous y voilà… presque. Dimanche aura lieu le premier tour de l'élection municipale anticipée. Un an avant le scrutin de 2014, les habitants de Saint-Jory sont donc invités à faire le choix sur le prochain maire qui dirigera la commune, au moins pour quelques mois. Cette situation fait suite à une opération dirigée par Thierry Fourcassier, élu UMP. Le leader de l'opposition, en total désaccord avec le maire Henri Miguel, a mis en place une stratégie de démolition qui a consisté, au fil des mois, à faire démissionner le nombre d'élus de sa liste siégeant au conseil municipal afin que celui-ci ne puisse plus être tenu, obligeant, comme le veut la loi, l'organisation de nouvelles élections. Profitant d'un nombre d'élus de la majorité réduit en raison de multiples démissions, il a été facile pour Thierry Fourcassier d'amputer le conseil du tiers de son effectif pour remporter ce premier round contre son adversaire de longue date, le maire.

Quatre listes

Quatre listes s'affronteront dimanche pour ce scrutin exceptionnel où les urnes seront ouvertes jusqu'à 18 heures. Le sortant, Henri Miguel, présentera la sienne, renouvelée à plus de la moitié. Le maire PS est élu depuis 2000 à l'issue… d'une élection anticipée. En janvier de cette même année, l'ancien maire Yvan Thiébaut et neuf conseillers avaient mis la clef sous la porte, laissant derrière eux une commune endettée notamment après la construction d'un groupe scolaire très cher. Yvan Thiébaut n'avait pas retrouvé son fauteuil après l'élection qui s'était déroulée deux mois plus tard.

Réélu en 2001 avec plus de 59% des voix, Henri Miguel, l'a ensuité été en 2008, déjà face à Thierry Fourcassier, avec 50,66 % des suffrages. Ce dimanche, il retrouvera face à lui l'ancien maire, de nouveau en course malgré tout, avec sa liste «Avec vous, pour Saint-Jory». Il aura également comme adversaire un de ses anciens adjoints démissionnaire, Michel Avelanna et sa liste «Alternative Saint-Jory». Et de trois. La quatrième étant celle de Thierry Fourcassier, «Unis pour agir». L'élu UMP est le seul des adversaires du maire à avoir déjà pratiqué d'autres scènes électorales. Candidat aux élections cantonales de 2011, il avait alors fait un score de 28,7 %, s'inclinant devant Ghislaine Cabessut (PS) qui devenait alors conseillère générale. Elle est aujourd'hui un soutien fort du maire sortant.Tout comme la députée socialiste Françoise Imbert elle aussi convaincue qu'Henri Miguel «doit rester maire de Saint-Jory».

La Dépêche du Midi

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans Saint Jory
commenter cet article

commentaires