Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Archives

21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 05:44

TGV_1329.jpgDans certains coins les plus retirés de Bressols, où la tranquillité est appréciée depuis longtemps, la quiétude s'est transformée dernièrement en inquiétude.

Alors que les études et projections concernant la future ligne à grande vitesse semblent parfois changeantes et incertaines, l'angoisse dans certains quartiers est grandissante. À Borderouge, petit lieu-dit situé juste à l'entrée de Perayrols, le désespoir grandissant caractérise au plus près le sentiment des habitants. Il s'agit de l'une des trois zones les plus peuplées et urbanisées de Bressols. Au cœur des cultures, c'est la colère de Jean Donadio qui gronde à présent: «En l'état actuel du projet, toute ma propriété serait dévastée, la ferme, la grange et le pigeonnier seront effacés de notre mémoire», signale ce Bressolais de longue date. Un site d'une grande rareté, tant par sa beauté que par l'intelligence dans l'exercice de restauration particulièrement réussi.

La ligne LGV, ainsi que la gare, pourraient être édifiées à Bressols d'ici 2020. Si chacun peut être conscient des atouts d'une telle réalisation, notamment économiques, le mode de passage soulève de nombreuses interrogations.

Le remblai supportant la LGV aurait une emprunte au sol de 80 mètres de largeur et une hauteur de 10 mètres, sans compter les équipements aériens dont les caténaires et murs de protection phonique.

Les conséquences écologiques du projet seraient fortes et l'idée d'une rupture territoriale est omniprésente dans l'esprit de la population. «Si certaines personnes seront expropriées, d'autres resteront en bordure non loin de la ligne qui offrira un tout autre paysage, quel que soit le mode de passage», ajoute un habitant de Perayrols.

Au-delà des doutes et des idées aléatoires de part et d'autres, l'heure demeure à la mobilisation dans une attente particulièrement insoutenable. Pour s'élever parfois vivement, comme chacun le peut, afin de certifier une désapprobation, populaire celle-là!

La Dépêche du Midi

Partager cet article

Repost0

commentaires