Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Archives

18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 16:46

TGV_430.jpgAvec l'ouverture dimanche d'une courte ligne nouvelle entre Perpignan et Figueras, des TGV vont franchir les Pyrénées, permettant de gagner une heure et quart entre Paris et Barcelone.

Longue de 44,4 km, la nouvelle ligne à grande vitesse (LGV) transpyrénéenne construite par un groupement privé était achevée depuis février 2009, mais elle ne voyait passer aucun train, faute de raccordement au réseau existant côté espagnol.

L'écartement des rails étant différent en Espagne, les trains venus de France ne peuvent pas dépasser Figueras. Plus loin, la construction de la LGV jusqu'à Barcelone, qui sera au gabarit français a pris du retard.

Les Espagnols ont donc dû construire une gare baptisée en catalan « Figueres Vilafant » dans la banlieue de la ville natale de Salvador Dali, où il faudra changer pour poursuivre sa route vers Gérone et Barcelone, dans des trains classiques espagnols.

Malgré ce changement qui fera perdre de 15 à 20 minutes, le temps de parcours entre Paris et Barcelone sera ramené de 8 heures 40 actuellement à 7 heures 25. Deux allers-retours seront proposés tous les jours.

« L'intérêt, c'est de pouvoir réduire le temps de parcours jusqu'à Barcelone. Ca va préparer l'arrivée du 5 heures 35 », commente Barbara Dalibard, directrice générale de SNCF Voyages, la branche qui chapeaute les TGV.

Ce Paris-Barcelone en 5 heures 35 devrait être possible en 2012 selon la société des chemins de fer espagnols Renfe ou 2013 selon d'autres voix plus sceptiques dans la profession, quand sera achevée la LGV jusqu'à la métropole catalane.

Plus tard, dans les années 2020, le parcours sera ramené à environ 4 heures 30, si la LGV est achevée comme prévu en France entre Nîmes et Perpignan.

En attendant, « ça va rapprocher les Catalans. Je pense qu'il y a un marché, et on va le tester », avance Mme Dalibard.

Outre la clientèle longue distance traditionnelle, la SNCF vise en effet sur un resserrement des liens entre les deux Catalognes, française (les Pyrénées-Orientales) et espagnole.

Et tout à cet esprit de grande vitesse à la catalane, Perpignan construit un centre d'affaires autour de sa gare, que Dali considérait comme le centre du monde.

La ligne nouvelle transfrontalière a été construite par un consortium privé nommé TP Ferro, qui associe les groupes de BTP français Eiffage et espagnol ACS Dragados. Elle a coûté 1,1 milliard d'euros, 300 millions étant allés dans un tunnel long de 8,2 km sous le col du Perthus.

Inauguration officielle dans la seconde quinzaine de janvier.

Partager cet article
Repost0

commentaires