Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Archives

10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 19:28

jean françois copé-copie-1Le PS essaye de nous faire croire que Nicolas Sarkozy « rejoue » la partition de sa campagne de 2007. Qu’il ne propose rien ou du moins rien de neuf. Ces attaques infondées ne visent qu’à tenter de masquer la faiblesse du projet socialiste, que François Hollande détricote de jour en jour au gré des remarques que lui font les différents publics qu’il rencontre.
Depuis son entrée en campagne, Nicolas Sarkozy a au contraire multiplié les propositions novatrices, destinées à répondre aux défis que la France rencontre dans un monde qui a profondément changé depuis l’éclatement de la crise de 2008. A ce jour, ses propositions s’organisent autour de trois grands axes.

Revaloriser le travail pour sortir de la crise économique. Revaloriser le travail, c’est avant tout lutter contre le chômage. C’est ainsi que Nicolas Sarkozy a proposé de baisser le coût du travail, en allégeant de 13 milliards € les charges patronales. En diminuant le coût du travail, on favorise l’emploi en France.
Pour lutter contre le chômage, Nicolas Sarkozy veut donner aux chômeurs un droit à la formation qui leur permettra d’apprendre un nouveau métier et développer leurs compétences. En contrepartie, ils ne pourront pas refuser un emploi qui correspond à leur nouvelle formation.
Valoriser le travail, c’est veiller à ce que le travail paye toujours plus que l’assistanat. Nicolas Sarkozy veut baisser de 4 milliards € les charges payées par les salariés qui gagnent entre 1000 et 1400 € nets par mois. Cela leur permettra de gagner environ 1000€ de plus par an. Dans la même logique, Nicolas Sarkozy a proposé que les allocataires du RSA qui peuvent exercer une activité effectuent au moins 7 heures par semaine de travaux d’intérêt généraux.
Enfin, Nicolas Sarkozy veut que toutes les grandes entreprises payent un impôt minimum en France : il n’est pas acceptable que les PME soient en moyenne plus taxées que les groupes du CAC 40. Moraliser ainsi le capitalisme, c’est aussi revaloriser profondément le travail.

Revaloriser l’école pour donner à chaque élève la possibilité de réussir. Durant ce quinquennat, l’accent a été mis sur les universités. Il faut désormais mener une réforme de l’école qui ouvre à chacun un chemin d’avenir, qui transmette ce socle de références communes indispensable au vivre ensemble, tout en revalorisant la condition d’enseignant. Nicolas Sarkozy veut remettre les professeurs au cœur de notre projet de société en augmentant leur présence dans les établissements. Elle sera portée à 26h, contre 18h actuellement, en contrepartie d’une augmentation de 25% de leur salaire. Cela doit permettre de rompre avec l’uniformité de traitement entre élèves, en passant d’un collège unique à un collège pour tous.

Revaloriser notre pacte Républicain pour préserver le vivre ensemble. La France est, de culture et de tradition, une terre d’hospitalité, mais elle ne peut ouvrir son territoire qu’en fonction de ses capacités d’accueil. La France a le droit et le devoir de dire qui peut rentrer ou ne pas rentrer sur son sol. Nicolas Sarkozy propose donc d’accentuer la maîtrise de l’immigration légale en durcissant notamment les conditions du regroupement familial. En parallèle, il faut favoriser l’intégration : le communautarisme voulu par la gauche n’a pas de place dans notre République.
Enfin, il n’y a pas de vivre ensemble possible sans une justice ferme qui assure la sécurité de tous. Nicolas Sarkozy propose donc de s’attaquer au noyau dur de la délinquance qui empoisonne le quotidien des Français en renforçant les sanctions contre les délinquants à répétition, en augmentant les places de prisons et en remettant à plat la justice des mineurs.

Nicolas Sarkozy va continuer à annoncer des mesures fortes sur tous les sujets qui concernent la vie des Français. Il est la seule force de proposition crédible dans cette campagne. C’est ainsi que nous ferons la différence avec un PS qui se réfugie dans l’idéologie pour masquer son absence d’idées.

UMP

Partager cet article
Repost0

commentaires