Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Archives

24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 12:37

Sarkozy 33Mardi 24 avril, Nicolas Sarkozy était l'invité des « 4 vérités » dans la Matinale de France 2. Le Président de la République candidat a salué la participation massive des Français au premier tour de l’élection présidentielle en soulignant le choix historique qu’il s’agit aujourd’hui de faire.

Nicolas Sarkozy a réaffirmé sa détermination à porter une réforme de l’Europe sur le respect des frontières d’une part, afin qu’elle ne soit plus une Europe passoire, et sur la politique commerciale en vigueur d’autre part, pour défendre nos entreprises et nos emplois. Ce sont tous les travailleurs que Nicolas Sarkozy entend défendre par cette réforme, en refusant une Europe « qui impose à nos agriculteurs des règles pour produire et pour élever et accepte en même temps des produits venant de pays qui ne respectent aucune des règles que l’on impose à nos producteurs, à nos agriculteurs, à nos entrepreneurs ! »

Le Chef de l’Etat s’est, en outre, exprimé sur sa conviction que la France doit avoir une immigration maîtrisée, divisée de moitié sur les 5 prochaines années pour qu’elle reste compatible avec notre système d’intégration et avec la situation de notre économie. Il a ajouté que chaque étranger accepté en France devrait désormais passer un examen avant même son arrivée en France sur la langue française et les valeurs de la République et a réitéré son refus du droit de vote des étrangers face au risque communautariste.

Nicolas Sarkozy a, par ailleurs, une nouvelle fois, défendu le pouvoir d’achat des Français qu’il a su protéger dans la crise : contrairement à nombre de pays européens, les retraites en France, les allocations chômage et les bourses étudiantes n’ont pas diminuées d’un centime, alors même que le Chef de l’Etat portait un gigantesque plan pour préserver l’épargne des Français à l’intérieur des banques.

C’est donc une condamnation sans appel que fait aujourd’hui Nicolas Sarkozy du projet du candidat socialiste qui promet, contre tout réalisme et bon sens, 60 000 fonctionnaires de plus employés à vie, la fin du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux ou encore le retour sur la réforme des retraites : « Les fonctionnaires font très bien leur travail, mais est-ce que vous croyez qu’en France on peut continuer à dépenser chaque année un peu plus ? Alors que nous avons 1 700 milliards de dettes ? Est-ce qu’on peut le faire ? Ça se traduira par une explosion des impôts parce que si on ne maîtrise pas les dépenses, il faut bien que quelqu'un paye ! ».

C’est un nouveau modèle français de croissance que veut instaurer Nicolas Sarkozy, « fondé sur un droit à la formation professionnelle pour chacun, le renforcement de l’investissement et de l’innovation, une modification de l’organisation de notre école pour que chaque enfant ne passe au collège sans savoir lire, écrire, compter ». « Et dans ce nouveau monde, on ne peut pas multiplier les dépenses publiques, dévaloriser le travail et ne faire preuve d’aucune autorité ».
Ce qui compte, selon Nicolas Sarkozy, c’est l’avenir du pays : où voulons-nous aller, nous, les Français ? Quel modèle voulons-nous pour la France ?
La France Forte

Partager cet article
Repost0

commentaires