Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 05:35

TGV_1366.jpgCampagne d'information publique et expo du futur quartier Toulouse Euro Sud Ouest autour de Matabiau ont été lancés hier. En attendant la décision du gouvernement sur Bordeaux-Toulouse.

2015 : début programmé des travaux. 2035: achèvement du projet Toulouse Euro Sud Ouest (TESO). La fenêtre de tir est large, à la mesure du projet d'envergure qui doit accompagner la venue de la ligne à grande vitesse (LGV) qui doit placer Toulouse à trois heures de Paris.

«L'ambition est de donner à Toulouse et sa région une stature de métropole européenne», résume Pierre Cohen. Le président de Toulouse Métropole assure : «Les études réalisées (*) montrent qu'il est possible d'avoir un pôle multimodal autour de l'arrivée de la LGV». Métro, tram, bus, autocars et BHNS, trains intercités, régionaux (TER), voitures, taxis, vélos et piétons devront trouver place dans ce TESO qui accueillera aussi un vaste projet urbain alliant bureaux, logements et équipements publics. Sur une zone de près de 400 ha reliant le haut des futures ramblas de Jaurès jusqu'à l'ex CEAT de Jolimont.

Mais l'équation de TESO reste à plusieurs inconnues : le lancement, hier, de la campagne d'information publique, avec un volet participatif ouvert aux associations de riverains et professionnels, avait un petit côté surréaliste. On attend toujours, dans quelques jours ou quelques semaines, le rapport de la mission nationale qui doit statuer sur le devenir des grands projets de LGV, et la décision du gouvernement.

Tandis que la procédure d'opération d'intérêt national qui a régi l'aménagement de la gare TGV de Bordeaux-Saint-Jean ou le centre d'affaires Euromed de Marseille, ne peut s'appliquer à TESO : «On va trouver une formule associant état et collectivités sur le modèle, préconisé par la ministre Duflot, des contrats de développement du Grand Paris», rappelle Alain Garès, directeur général d'Europolia, société chargée du projet TESO.

«Si l'arrivée de la LGV était retardée -je n'imagine pas une remise en cause-, il faudrait quand même rénover la gare et réaliser le projet urbain», martèle Pierre Cohen. Martin Malvy (Région) et François Péraldi (Département) rappellent : «On a payé pour Tours-Bordeaux à condition que Bordeaux-Toulouse suive». à bon entendeur...

*état, SNCF, RFF, Toulouse Métropole, Conseil général et Région ont fait réaliser 22 études (4 M€)

A noter : Notre infographie (IDE) indique ce que pourrait être le futur quartier de la gare. Le bâtiment actuel (au premier plan à droite), rénové, sera doublé par un nouveau bâtiment voyageurs (côté Périole) auquel il sera relié par un souterrain.

Un quai supplémentaire (2 voies) voire deux à terme seront ajoutés à la configuration actuelle.

Taxis, parkings et peut-être autocars se trouveraient côté extérieur de la ville, avec l'accès aux TER, tandis que les TGV arriveront côté centre ville.

Une esplanade sera créée devant l'actuelle gare, avec couverture partielle du canalpossbile et des circulations piétonnes et cyclistes reliant les deux faces Ouest et Est de la future gare. La liaison entre Matabiau et Raynal devrait être travaillée tandis qu'on ne sait encore où passera le tram (côté Matabiau ou centre). Bureaux et logements devraient prendre place autour.


Internet, ateliers, réunion publique

Toulouse Euro Sud Ouest est l'objet, jusqu'au 4 octobre, d'une expos sur plusieurs sites qui explique, au moyen de divers panneaux, et à partir de photos de l'existant mais aussi d'exemples comme la gare d'Anvers (une gare traditionnelle très belle rénovée et agrandie avec une extension ultra moderne), ce que pourraient être la future gare et son quartier (la Fabrique, arche Marengo; préfecture et cité administrative, hôtel de région Midi-Pyrénées, hôtel du Département, sièges de RFF et Tisséo, gare SNCF de Matabiau, mairies annexes des Minimes et Bonnefoy, Maison de la Citoyenneté de la Roseraie). Une réunion publique avec Joan Busquets aura lieu le 26 juin à l'arche Marengo et des ateliers participatifs à la Fabrique.

Infos sur www.toulouse-eurosudouest.eu


questions à Joan Busquets, urbaniste de TESO et du centre ville de Toulouse

«Plusieurs scénarios»

Difficile de dessiner un projet sans savoir si la LGV va venir et de quel côté passera le tram Canal ?

On a déjà commencé de travailler très sérieusement car on a l'avantage de bien connaître la configuration SNCF, concernant les voies et les espaces techniques. Autrement, on établira plusieurs scénarios (avec tram côté gare ou côté centre, et fonction du rythme d'arrivée de la LGV-NDLR).

Avez-vous carte blanche en ce qui concerne les hauteurs, y aura-t-il des tours ?

Il faut voir d'abord ce dont on a besoin en espace de bureaux, de logement, d'équipement. Plutôt que de donner des objectifs à coup de centaines de milliers de m2. Il y a de l'espace sans bouleverser les quartiers autour, il faut tenir compte de la façon dont la ville s'est construite autour de la gare.

Comment traiter Bayard ou l'avenue de Lyon ?

Pour Bayard, on pense piétons et transports ; avenue de Lyon, on doit travailler à relier Raynal et Matabiau, comme on doit relier Ouest (devant) et Est (arrière) de la gare.

La Dépêche du Midi

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article

commentaires