Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 05:25

TGV 1348Un nouveau bâtiment voyageurs côté Marengo, de l'habitat, des bureaux et équipements publics sont prévus. Le renvoi des flux routiers, du parking et de la gare routière, côté Périole, sont aussi à l'étude.

à l'image d'Euralille ou de la super-gare Saint-Jean à Bordeaux, Toulouse Euro Sud-Ouest, futur pôle Matabiau destiné à accueillir la LGV (ligne à grande vitesse) à l'horizon 2020-2025, va révolutionner la Ville rose.

«C'est une extension et un renforcement du centre ville qui sont programmés», annonce Alain Garès, directeur d'Europolia, la SPLA (société publique d'aménagement locale) chargée du projet qui doit «faire du centre ville de Toulouse celui d'une métropole européenne».

L'état, RFF (Réseau ferré de France, propriétaire des voies et des quais), la SNCF (exploitant et responsable de la gare), la Région, le Département et Toulouse Métropole sont associés au sein de cette SPLA présidée par Pierre Cohen pour programmer ce futur «morceau de ville, cohérent, humain, mixte», selon Daniel Benyahia, vice président de Toulouse Métropole chargé de l'urbanisme.

Lundi soir, les grandes lignes étaient présentées à une quarantaine de représentants d'associations des quartiers concernés. L'arrivée de la LGV à l'horizon 2020-2025 va doubler la fréquentation de la gare, des 9 millions actuels à 18 millions en 2020-2025, voire 22 millions en 2030, avec le prolongement vers Narbonne. La LGV mettra Paris à trois heures de Toulouse et Barcelone à deux heures en 2030. Un véritable RER toulousain reliera tous les quarts d'heure Saint-Jory et Villefranche-du-Lauragais à Toulouse (15 minutes pour Toulouse-Saint-Jory).

Le plan guide urbain et ferroviaire et les études préliminaires du pôle d'échange multimodal (TGV, TER, métro, futur tram, bus départementaux et BHNS Tisséo) sont prévus d'ici 2014 pour un lancement opérationnel en 2015.

Une dizaine de représentants d'associations de quartier seront associés à l'élaboration du projet, avec professionnels de l'aménagement et acteurs de la vie locale dans les Ateliers de la Fabrique (une trentaine de membres).

Un nouveau bâtiment voyageurs côté Marengo, relié à la gare actuelle rénovée, des quais élargis (un TGV, c'est 1 000 personnes en deux minutes sur le quai), des bureaux, logements, équipements publics, parkings vélos et promenades vertes sont envisagés au cœur d'un espace de 450 ha comprenant 70 ha de terrains actuellement dévolus au ferroviaire.

Les principaux flux routiers, un parking de 2000 places, les taxis et la gare routière pourraient être renvoyés côté Périole, tram et BHNS passant le long du canal. Le transfert de la gare routière n'est toutefois pas acté par le Département et certains riverains (Lapujade) sont opposés à un renvoi trop important des flux à l'arrière actuel de la gare.


Le chiffre : 110 000

voyages par jour> en 2020-2025. Le nombre de voyagespassantpar la gare va doubler avec l'arrivée de la LGV , de 55 000 aujourd'hui à 110 000 par jour.

«Ce projet , c'est plus qu'une simple gare, même de TGV, plus qu'un projet de quartier ou qu'un centre d'affaires, un vrai projet urbain».

Jean-Michel Fabre, adjoint au maire à la démocratie locale

La Dépêche du Midi

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article

commentaires