Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

Archives

3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 06:44

TGV_390.jpgUn collectif d'élus de la Côte basque va engager une action devant le tribunal administratif. Il a confié le dossier au cabinet d'avocats de Corinne Lepage. Le Collectif des Associations de défense de l’Environnement Pays Basque Sud des Landes réagit par ailleurs au sondage commandé par RFF à l'Ifop

Les élus de la Côte basque - maires des communes concernées, présidents de communautés de communes et conseiller général - opposés à la construction d'une ligne à grande vitesse entre Bayonne et la frontière espagnole, font de la résistance et passent à l'offensive. Ils ont annoncé ce matin qu'ils vont engager une action devant le tribunal administratif afin d'obtenir l'annulation d'un arrêté préfectoral dit de "sursis à statuer" dont la conséquence est que l'instruction des certificats d'urbanisme et des permis de construire, sur une bande de 1500 mètres retenue comme  fuseau pour la réalisation de cette LGV, doit obtenir l'aval de Réseau ferré de France. Les élus, qui s'estiment dépossédés de leurs prérogatives octroyées par la loi, ont confié à un cabinet de l'avocate Corine Lepage le soin de les conseiller dans cette bataille juridique. 

Les Associations de défense demandent

Le Collectif des Associations de défense de l’Environnement Pays Basque Sud des landes (CADE) ne pouvait rester sans réponse après la publication d'un sondage Ifop commandé par réseau ferré de France, qui avance que les habitants du Sud Ouest sont à une très grand majorité favorable à la Ligne à grande vitesse (LGV). Pour ses représentants, l'initiative est nulle et non avenue.

"Réseau ferré de France vient de publier un communiqué indiquant que d’après un sondage IFOP pour RFF, 89 % des habitants du Sud-Ouest sont favorables aux LGV. Le CADE constate que 64% des sondés ignorent ce que veut dire le GPSO mais 89% approuvent les LGV. L’exercice commandé et payé par RFF (29 milliards de dette) ne prenait pas de trop gros risques. On est généralement pour ce qui est présenté comme "la modernité"", écrit Victor Pachon pour le CADE.

Pour le CADE, "on ne prend pas la peine d’examiner que les LGV favorisent les grandes métropoles et font décliner les villes moyennese, de même qu'on  "ne prend pas la peine de constater que d’après les propres études de RFF, l’amélioration des voies existantes entre Bayonne et Bordeaux permettrait un gain de temps de 17mn alors que la nouvelle ligne en gagnerait 21 pour plus de 5 milliards d’euros." Et d'ajouter : "On ne prend pas la peine de dire que 2 trains sur 3 seulement s’arrêteront à Bayonne et 1 sur 2 à Dax."

Les membres du collectif rejettent en bloc un sondage qu'ils estiment "superficiel". Et annoncent d'ores et déjà une "réponse" du berger à la bergère. Elle est programmée le samedi 11 décembre à 15h, à Bayonne. "Élus et associations manifesteront de concert derrière les tracteurs des agriculteurs."

Le Sud Ouest du 021110
Partager cet article
Repost0

commentaires