Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 10:18

TGV 150Les propos tenus ce mercredi 5 juin par Philippe Duron qui conduit la commission « Mobilités 21″, n’ont pas de quoi rassurer les tenants du projet LGV.

Philippe Duron, le président de l’Agence de Financement des infrastructures de Transport (AFITF) qui doit remettre ces prochains jours un rapport sur les projets de transport prioritaires pour la France, était auditionné à l’Assemblée ce mercredi 5 juin.

Alors que les inquiétudes demeurent quant à l’aboutissement du projet de Ligne à Grande Vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse, l’audition de ce mercredi n’a pas de quoi rassurer les élus…sans tout de même pouvoir tirer de conclusions hâtives quant au choix qui sera opéré pour le tronçon reliant les deux capitales de régions du Sud-Ouest.

Pouvons-nous équiper en TGV tout le territoire? Assurément NON…Nous avons donc regardé ce qu’a instauré l’Allemagne ces deux dernières années avec un réseau de trains intermédiaires roulant à 220 km/h…

Celui qui conduit la commission « Mobilité 21″, crée à l’automne 2012 par le ministre des transports Frédéric Cuvillier, a tout de même précisé la pensée de la commission sur le sujet du ferroviaire…Et ce n’est pas très encourageant pour les projets qui sont en salle d’attente.

« Le ferroviaire est une question majeure et une question  financière très délicate. Malgré 12,5 milliards d’investissements chaque année,il affiche un endettement croissant…

Ce pose également la question de la grande vitesse et de la très grande vitesse. Est-ce la réponse pertinente à toutes les solutions de desserte de notre pays?

Le TGV est devenu un moyen de marqueur de modernité depuis 15 ans car le reste du réseau, notamment le réseau Corail, s’est trop détérioré.

C’est en raison de cette détérioration du reste du réseau que le TGV est devenu synonyme de qualité et de performance pour le public et que celui-ci l’a réclamé partout. Mais est-ce un système soutenable pour la collectivité? Pouvons-nous en équiper tout le territoire? Assurément NON.

C’est pour cela que nous avons réfléchi au système qu’a adopté l’Allemagne il y a deux ans en lançant l’ICX, soit des trains qui roulent à 220 km/h, à côté de son réseau de trains à grande vitesse ».

 

Il a aussi précisé la méthodologie et les quatre critères qui conduiront à classer les différents projets qui seront prioritaires.

1) Le critère de la compétitivité économique, de la réduction des inégalités territoriales et l’intégration européenne.

2) La performance écologique, soit les conséquences du projet sur la réduction des gaz à effet de serre, son impact sur le développement des transports en commun.

3) La réduction des nuisances et l’amélioration de la sécurité et de la santé qu’engendrera le projet.

4) La valeur actualisée nette par euro investi dans le projet, soit quel sera le retour sur investissement du projet et combien de valeur sera-t-il à même de créer sur les territoires qu’il desservira.

Les élus locaux restent ferme pour la LGV Bordeaux-Toulouse

Ce lundi 3 juin, en conclusion d’un comité de pilotage qui se déroulait à Toulouse, les élus locaux ont réaffirmé leur volonté de voir la LGV Bordeaux-Toulouse aboutir.

Pierre Cohen « n’imagine pas que la LGV Bordeaux-Toulouse soit remise en cause », même si du bout des lèvres, il admet que la conduite d’autres projets, Lyon-Turin par exemple, pourrait avoir des incidences sur le calendrier.

« Jamais nous n’aurions financé un projet hors de nos limites territoriales (nos collectivités ont participé au financement de la liaison LGV Tour-Bordeaux, NDLR) si le tronçon Bordeaux-Toulouse n’avait pas été prévu », a quant à lui rappelé le président de la Région Midi-Pyrénées, Martin Malvy.

Le conseil général par la voix de son vice-président, François Péraldi, a clairement réaffirmé que la collectivité haut-garonnaise se retirerait du financement du tronçon Bordeaux-Tours si Bordeaux-Toulouse n’était pas réalisé…

La Voix du Midi

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article

commentaires