Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 05:51

TGV 150Pour le président du Ceser Midi-Pyrénées, Jean-Louis Chauzy, la décision sur la LGV Bordeaux-Toulouse sera prise cet été par le Premier ministre.

C’est bientôt la fin d’une longue attente pour les élus et décideurs de Midi-Pyrénées. Selon Jean-Louis Chauzy, le président du Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) de Midi-Pyrénées, la décision de lancer les travaux de la Ligne à grande vitesse (LGV) entre Bordeaux et Toulouse, « sera prise mi-juillet par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault », après la remise du rapport de Philippe Duron, le député-maire de Caen, « prévue le 15 juin ».

Le rapport Duron sera dévoilé le 15 juin

Si la tendance reste à l’optimisme sur la liaison Bordeaux-Toulouse – « après Lyon, la LGV vers Toulouse est le premier projet quant au retour sur investissement, et le bassin de population, de Bordeaux à Toulouse, est de plus de 2 millions d’habitants, soit deux fois plus qu’Aix-Marseille », précise Jean-Louis Chauzy – les acteurs de ce dossier sont de plus en plus fébriles à l’approche du 15 juin et des préconisations de Philippe Duron à Jean-Marc Ayraul, à l’image du président (PS) du Conseil régional de Midi-Pyrénées, Martin Malvy, qui refuse un « TGV au rabais » et a menacé de se faire rembourser l’investissement de notre région sur la liaison Tours-Bordeaux. Peut-être une façon habile de préparer les esprits à un éventuel refus d’un dossier incarné et porté à bout de bras par Martin Malvy depuis son arrivée à la tête de la Région en 1998. Le maire de Toulouse, Pierre Cohen, quant à lui, qui avait également rencontré Philippe Duron, nous avait réaffirmé dernièrement sa « confiance » sur la faisabilité de la LGV. « Je n’envisage pas une seule seconde que la LGV ne se fasse pas ! », appuie le Ceser.

Autres inquiétudes : le rapport de juillet 2012 de la Cour des comptes qui préconisait, pour la santé des finances publiques, « la modernisation du réseau existant », et le récent rapport Auxiette, du nom du président (PS) du Conseil régional des Pays de la Loire, qui explique, entre les lignes, qu’il peut exister un avenir en-dehors du TGV…

D’ici là, le lobbying intense des élus locaux devrait se poursuivre de plus belle. En cas de « Yes We can » de Matignon cet été, les premiers coups de pioche sont prévus pour 2017, avec une mise en service en 2022. Mais il s’agit là, répétons-le, d’un scénario idéal.

La Voix du Midi

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article

commentaires