Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 18:33

laurence arribage 03Du souffle, des courses fractionnées, des sprints, du demi-fond et du fond, sans flemme, toujours dans le rythme. Laurence Arribagé, la nouvelle Adjointe aux sports de la gouvernance Jean-Luc Moudenc à la mairie de Toulouse, sait ne pas ménager ses efforts sur le terrain. Cette jeune décathlonienne de la politique, aussitôt achevé les meetings pour les municipales, a vite rechaussé ses pointes pour les élections législatives de la 3e circonscription haute-garonnaise des 25 mai et 1er juin prochains, la seule arrachée à l’énergie sur les dix de la Haute-Garonne en 2012 par un déterminé Jean-Luc Moudenc accompagnée dans cette course relais avec la population par une suppléante aussi volontaire nommée…Laurence Arribagé. Hier soir, la candidate à la députation, depuis l’annonce de la démission du titulaire, lançait sa campagne avec une pugnacité à l’authentique, avec comme suppléant un certain… Jean-Luc Moudenc. Un ticket inversé par rapport à l’affiche de l’élection de 2012. Mais une mise à l’identique avec comme slogan respiration: la primeur au contact local pour une échéance nationale. Dans la foulée du succès au Capitole et à la Métropole de Jean-Luc Moudenc, Laurence Arribagé part avec le dossard de favorite. Mais sa sagesse et sa gestion de l’effort lui évitent de crier victoire avant d’être passée en tête sous le drapeau à damiers des urnes.

Vous avez lancé votre campagne hier soir devant un parterre de militants et de soutien, conséquent, conquis et prêt à repartir à la conquête, (NDLR: 250 personnes). Vous attendiez-vous à une telle ferveur?
Tout d’abord, je dois préciser que c’est très bien que Jean-Luc Moudenc ait annoncé très vite sa démission de son poste de député, nous avons pu vite anticiper. Il est vrai ensuite qu’il est bien de conserver la dynamique de la campagne municipale victorieuse. J’ai senti hier soir des gens motivés prêts pour repartir en campagne. C’est autant rassurant qu’enthousiasmant.
Le fait de combiner ces législatives avec les Européennes, alors que l’on annonce une faible participation, n’est-il pas un handicap?
Non, ce scrutin européen permet de plus mobiliser que si l’on avait dû voter en juillet. C’est à nous d’être pédagogues avec les électeurs et d’expliquer la valeur de conserver cette circonscription. Sur le fond, notre message doit répondre à une partie nationale: deux ans de présidence Hollande et un résultat catastrophique pour la France, le matraquage fiscal et en plus l’annonce des 50 milliards d’économie du gouvernement Valls. Nous allons aborder les vrais sujets que sont la fiscalité et la politique de l’emploi, et ce toujours dans une opposition constructive, mais sans concession. Ensuite, il y aura un volet local, afin de faire entendre cette troisième circonscription autour des projets structurants définis par Toulouse et la Métropole, comme le projet de 2e rocade. Il ne faudra surtout pas occulter les gens qui souffrent et le pouvoir d’achat en berne de nos concitoyens de cette circonscription.

campagnelaurence

Cette circonscription est la seule arrachée à la gauche en 2012, quelle tactique allez-vous adopter pour la conserver?
La même bâtie sur des efforts sur le terrain, sur la proximité, sur la vérité, sur l’écoute et l’empathie avec les habitants. Avec Jean-Luc Moudenc, les gens n’ont jamais eu un député aussi présent sur le terrain. Nous devons poursuivre dans ce sens. On ne doit pas se reposer sur nos lauriers, ce serait une énorme erreur. On nous connait, on nous a rencontrés, que ce soit sur la partie toulousaine, ou que ce soit sur les 15 communes de ce secteur. Il faut continuer ainsi, et se dire qu’il n’y a aucun territoire à négliger. Toute l’équipe de campagne autour de Yoann Rault-Wita  a déjà bien entamé le travail en amont. Nous arrivons prêts et expérimentés.

JEAN-MOUDENC, « UN SUPPLEANT DE LUXE »
Vous avez donc inversé le ticket des législatives de 2012. Aujourd’hui, vous comptez sur un suppléant de luxe. C’est un signe fort pour la circonscription?
Oui, Jean-Luc Moudenc est en effet un suppléant de luxe. Mais c’est aussi un signe fort montré à cette circonscription. C’est le signe de la fidélité. Nous habitons sur cette circonscription, on la connaît, nous ne sommes pas des parachutés. Nous sommes allés sur le terrain, les gens nous ont vus. Et ils vont continuer à nous voir. Pour moi, cette dimension nationale ne doit en rien occulter le local, le contact, le terrain. Depuis 2008, je suis militante parmi les militants et je le resterai.
Jean-Luc Moudenc a dressé un beau portrait de vous. Votre sentiment?
C’est touchant, Jean-Luc a dit: « Les qualités de Laurence, l’écoute et l’empathie, sont rares en politique. » C’est vrai que j’aime les gens, je suis proche d’eux. Ces législatives m’encouragent à demeurer dans cette posture. Je reprendrais le flambeau de Jean-Luc Moudenc qui a été d’une présence exceptionnelle sur le terrain lors sa députation précédente.

Propos recueillis par Laurent Conreur

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans UMP 31
commenter cet article

commentaires