Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 06:10

TGV 505Jean-Paul Laborie, membre du Conseil économique, social et environnemental régional et professeur de géographie au Centre interdisciplinaire d'études urbaines, université de Toulouse-Le Mirail.

On fustige souvent les retards du Grand Sud en matière d'infrastructures. Pourtant, quand on fait le bilan de ces 20 années écoulées, entre le lancement des projets à grande vitesse, le Plan rail, le métro, le tramway… ?

Les acquis obtenus en 20 ans sont conformes aux prévisions de cette époque. On a construit toutes les autoroutes à l'exception de Toulouse-Castres aujourd'hui programmée ; on a bâti aussi l'étoile autoroutière de Toulouse. Il manque l'aménagement de la RN 88 qui devait préfigurer la diagonale Toulouse-Lyon. Seule Toulouse-Rodez devrait être terminé ces prochaines années grâce au Plan de relance. De l'autre côté de la Région, il reste à achever la 2x2 voies Toulouse-Auch pour laquelle le Gers a beaucoup investi aussi. Sans oublier l'axe européen transfrontalier E 9 toujours dans les cartons. En 20 ans, les travaux se sont donc succédé.

À l'exception toutefois du projet de grand contournement de Toulouse ?

En 1990, on émettait déjà l'hypothèse d'un grand contournement. Il n'est plus à l'ordre du jour, les collectivités ayant fait le choix de développer le transport public. Les progrès de ces deux dernières décennies ont favorisé l'accès à la métropole. Mais les crédits mis sur le transport public ont été relativement faibles et le chantier du métro a coûté cher à la collectivité. Certes, depuis, il y a le tramway, mais la difficulté est de savoir comment ou pourra limiter l'engorgement intra-muros. Même si des efforts ont été faits, nous ne sommes qu'au milieu du gué et le problème de l'accessibilité dans Toulouse demeure.

L'arrivée du TGV Bordeaux-Toulouse va-t-elle modifier la donne ?

Tout le monde mise sur l'arrivée du TGV, mais personne ne réfléchit à ses conséquences. Agen ne sera plus qu'à une demi-heure de Toulouse, Bordeaux à une heure. Cela va modifier l'organisation territoriale. Alors que l'axe de développement était plutôt Nord-Sud, le long de l'A 20 et de l'A 62, le Val de Garonne deviendra le grand axe structurant de la région.

Y aura-t-il, de fait, un rapprochement entre Bordeaux -Toulouse, les sœurs ennemies ?

Ce rapprochement risque de se faire dans la douleur. Bordeaux sera à 2 heures de Paris dans moins de dix ans, et en tirera avantage. Un certain nombre de services peut très bien être délocalisé en Gironde. Cette prise en compte doit rester une des priorités. Il faut réfléchir plus que jamais à la place de Midi-Pyrénées dans un ensemble territorial desservi par le TGV.

Et l'autre priorité, selon vous ?

Poursuivre l'amélioration du transport public pour rapprocher la métropole des villes moyennes qui doivent pouvoir bénéficier de la croissance toulousaine. Ce rapprochement intervient déjà grâce au plan Rail et la refonte des TER.

La Dépêche du Midi du 260111

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pascale Binet - dans TGV LGV
commenter cet article

commentaires